AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bernard Turle (Traducteur)
EAN : 9782848761800
346 pages
Philippe Rey (03/02/2011)
4.28/5   9 notes
Résumé :
Depuis sa publication en 1818, Frankenstein, le célèbre chef-d’œuvre de Mary Shelley, a inspiré quantité d’artistes, de romanciers et de cinéastes. À son tour, Peter Ackroyd donne son angoissante version d’une extraordinaire histoire. L’auteur de ces carnets, le narrateur, c’est Victor Frankenstein lui-même, jeune étudiant genevois. Venu à Oxford poursuivre ses études, il se lie d’amitié avec Percy Bysshe Shelley dont l’athéisme passionné enflamme son imagination. L... >Voir plus
Que lire après Les carnets de Victor FrankensteinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Décidément, Frankenstein, le créateur comme sa créature, n'ont pas fini de faire couler d'encre, voire d'impressionner à n'en pas douter pas mal de rouleaux de pellicules et ce près de deux cents ans après leur naissance sous la plume de l'étonnante Mary Shelley...
Mais il faut du talent, et finalement pas mal de culot pour s'y risquer, un oeil nouveau aussi - qu'a-t-on à apprendre de plus, au final qui n'ait déjà été dit ou illustré cent fois ?
Et la vérité est que Peter Ackroyd s'en sort plutôt bien, très bien même, nous entrainant littéralement dans son récit, dès la première page tournée, comme si de rien n'était, comme si c'était bien la première fois que nous entrevoyions dans le miroir ou la fenêtre obscurcie, le visage déformée de la créature...
D'emblée il entrouvre pour nous les carnets de ce fameux Frankenstein, le créateur et non pas la créature, Victor lui-même, dont la destinée fut finalement effacée dans l'imaginaire populaire par LE monstre issu de ses mains, de sa science, de son imagination et de son idéal...
C'est par la bouche de Victor que nous entrons dans dans cette histoire, à priori fort connue donc et qui pourtant semble presque vierge tant le suspens y demeure entier... Point de Mary Shelley comme relai ou interprète , mais la confession quasi directe d'un génie ou d'un fou de l'expérimentation, un démiurge, un Prométhée d'un nouveau type...
Nous sommes au tout début du XIXéme siècle, Victor quitte sa Suisse natale pour l'Angleterre où deux rencontres vont à tout jamais sceller son destin. Celle d'un pays et plus précisément d'une ville, monstrueuse, grouillantes, quasi abyssale : Londres, où le crime et la pauvreté se disputent à l'envie, où l'enfer côtoie le paradis à chaque détour de ruelle.... Londres, un monstre déjà qui lui révèle peut-être les véritables dessous de la nature humaine :
"Je pense sincèrement, que cette percée dans le ventre de Londres m'ôta les derniers vestiges de foi chrétienne. L'homme n'était pas la créature de Dieu.Je le pensais alors. Aujourd'hui, je le sais."
Et puis il y aura Bysshe, autrement dit Shelley, rencontré à Oxford avant que ce dernier ne soit évincé du collège, Bysshe et son extrême originalité qui le frappe dès le premier regard, lui le provincial un peu emprunté, Bysshe et son idéal politique, ses rêves de liberté et de justice.
La rencontre fracassante de ces deux entités, leur frottement donnera l'étincelle d'où jaillira finalement le feu créateur. Et s'il était en son pouvoir de trouver l'introuvable, d'atteindre l'inatteignable, pour le meilleur bien sûr ? ... Bannir à tout jamais la souffrance, peut-être pas du monde, mais de l'homme. Créer une nouvelle race d'hommes, ni plus ni moins...
"Je me concentrai sur la méthode de fabrication d'un être vivant, doué de sensations, qui ne serait pas encombré par les notions de classe, de société ou de confession ; ce serait l'enfant fétiche de Bysshe, pour ainsi dire, libre de toutes les mesquines tyrannies du préjugé qui entachent la société humaine."
Les récentes découvertes sur l'électricité, les théories de Galvani, les expériences de Mesmer et de Faraday, tout cela prend sens et corps, Victor franchit le pas, et sans le dire à son ami, se lance après des mois d'études dans l'expérimentation non plus seulement animale, mais humaine.
Sa visite inopinée à La maison des morts à Paris, sorte de morgue où sont entreposés des corps non identifiés afin qu'ils puissent être éventuellement reconnus par des proches, l'étrange vision qu'il eut alors devant la dépouille d'un vieil homme, une larme figée sur sa joue encore mouillée, puis la mort de sa soeur adorée quelques semaines plus tard, tout cela et bien plus encore propulse le jeune homme dans une autre réalité, bien loin de la morale et des valeurs ordinaires. Si Dieu n'existe pas, alors il faut le remplacer. Vision folle ou avant-gardiste ???
Plus rien dès lors ne freinera l'étrange passion qui le meut littéralement, le pousse à hanter les bars des "résurrectionnistes" ou "hommes du jugement dernier" afin de se pourvoir en cadavres.

Au fur et à mesure que ses expériences aboutissent plus ou moins victorieuses mais toujours porteuses de sens, les questions commencent à poindre, inquiètes et aussi fragiles qu'une flamme de chandelle vite mouchée.
"D'ailleurs j'avais peur de moi-même, pour ainsi dire, peur de ce que je pourrais accomplir, peur de ce dont je pourrais être témoin. Quels autre secrets allaient m'être révélés au fil de mes expériences ?"

Quels autres secrets, oui en effet... Vous en connaissez déjà quelques-uns, vous imaginez déjà à la lueur du récit de Mary Shelley ce qu'il adviendra peu après, mais l'essentiel est encore ailleurs, dans une réalité toute autre, dans l'entre-deux, entre la vie et la mort, entre lucidité et clairvoyance. ...
La fin du roman de Peter Ackroyd tombe comme un couperet, vous obligeant par là-même à revoir définitivement votre copie...
Enlevé, saisissant, pittoresque, "Les carnets de Victor Frankenstein" n'en finiront décidément pas de vous hanter !


Lien : http://lily-et-ses-livres.bl..
Commenter  J’apprécie          20
Incroyable relecture du chef-d'oeuvre de Mary Shelley (il en fait même l'un des personnages de son roman) publié en 1818, que d'aucuns considèrent comme un des premiers romans de science-fiction, le livre de Peter Ackroyd nous plonge dans la psychologie de plus en plus torturée du célèbre docteur. Comme dans l'oeuvre originale, le narrateur c'est Victor Frankenstein lui-même. Mais au lieu de le cantonner à sa Suisse natale, il le fait voyager jusqu'en Angleterre où il rencontrera, outre Percy Shelley, la deuxième femme de celui-ci, Mary, Lord Byron lui-même, ainsi que le "médecin" personnel de ce dernier, Polidori.

Si cela vous dit quelque chose, c'est normal. En effet, en 1816, ces quatre personnages réels ont fait un fameux voyage jusqu'en Suisse, à la villa Diodati. C'est dans cette villégiature que Mary Shelley écrivit la première esquisse de ce qui deviendra son "Frankenstein, ou le Prométhée moderne" alors que Polidori, sur une idée originale de Byron, fit naître "Le Vampire". de l'avis général, ce livre est assez médiocre. Cependant, il inspira presque 80 ans plus tard celui qui deviendra un maître du genre, Bram Stoker. Sans que cela semble artificiel, Ackroyd ajoute son Frankenstein à cette troupe d'artistes en goguette.

C'est brillant. D'autant que ce roman est servi par une écriture fort agréable à lire, pourtant assez classique mais jamais ampoulée. Eh oui, car de la part de l'auteur, il fallait reprendre la façon d'écrire d'un gentilhomme de ce début du XIXème siècle. le plus étonnant, c'est que Peter Ackroyd réussit l'exploit de renouveler le personnage mille fois rabâché (par le cinéma notamment) du savant fou, parvenant même à nous surprendre (un peu).
Commenter  J’apprécie          60
Avant de commencer ma critique, je tiens à remercier Babelio et l'éditeur pour m'avoir donné la chance de découvrir ce livre et cet auteur au travers de l'opération "Mass Critique".

Il faut aussi savoir que je n'ai jamais lu la version originale de Frankenstein de Shelley et que peut être, si je me décide à le lire, je posterai une nouvelle critique avec ce nouveau point de vue.

Concernant le livre, il faut dire que l'histoire de Frankenstein est un vrai mythe et il y a longtemps que je voulais m'y interesser. C'est chose faites et je ne le regrette pas !

Peter Ackroyd revisite le genre avec un roman mêlant "Frankenstein" et "Biographie de Shelley". En effet, on retrouve dans ce roman les grands passages de la vie de l'auteur Mary Shelley et j'ai cru lire que cet auteur aime écrire des biographies d'où le rapprochement.

C'est ainsi magnifiquement écrit, on se balade dans une Europe (Angleterre, France, Suisse) du XIXe et on s'y croirait ! J'ai pris grand plaisir à découvrir les grands courants intellectuels et architecturaux anglais de ce siècle à travers ce livre mais ce qui m'a le plus plu et sans conteste, le coté fantastique du livre !

En effet, ce pauvre Victor Frankenstein, fou de savoir et de découverte, crée un monstre. Jusque là tout le monde connait l'histoire sauf que Ackroyd nous décrit de part la plume de Victor lui même ses sentiments et on s'attache rapidement au personnage. de plus, loin du livre originel je pense, la fin du livre et tout à fait bouleversante et je ne m'y attendais vraiment pas.

Ce n'est pas un livre qui fait peur mais surtout un livre fantastique, intellectuel et émotionnel. du mois je l'ai ressenti comme ça et vraiment chapeau à l'auteur !

Je pense bien que c'est la première fois que Mary Shelley a pu rencontré sa fameuse créature.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Je me concentrai sur la méthode de fabrication d'un être vivant, doué de sensations, qui ne serait pas encombré par les notions de classe, de société ou de confession ; ce serait l'enfant fétiche de Bysshe, pour ainsi dire, libre de toutes les mesquines tyrannies du préjugé qui entachent la société humaine.
Commenter  J’apprécie          30
Je pense sincèrement, que cette percée dans le ventre de Londres m'ôta les derniers vestiges de foi chrétienne. L'homme n'était pas la créature de Dieu.Je le pensais alors. Aujourd'hui, je le sais
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Peter Ackroyd (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Ackroyd
Avec ce conte gothique de l?Angleterre victorienne, son réalisateur nous parle des monstres humains.
Adapté du roman Dan Leno and the Limehouse Golem de Peter Ackroyd (1994), présenté au Festival de Toronto et au festival du film policier de Beaune 2017 où il a remporté le Prix du Jury spécial police, The Limehouse Golem ou Golem, le tueur de Londres sort le 23 janvier 2018 en VOD. Nous avions rencontré son réalisateur, Juan Carlos Medina, en avril dernier.
autres livres classés : électricitéVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (35) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4753 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}