AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221215176
Éditeur : R-jeunes adultes (23/08/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.75/5 (sur 195 notes)
Résumé :
Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »
Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (108) Voir plus Ajouter une critique
Sociolitte
  04 juillet 2018
Léa a laissé sa famille liquéfiée par sa disparition, « fracassée contre le mur de la peur et du chagrin ». La retrouver va-t-il pouvoir tous les sauver ?
En Bretagne, non loin de Saint-Malo, Antoine, le narrateur, ses parents et sa soeur revenue de « l'enfer » entament une reconstruction auprès d'une mer tumultueuse, qui seule semble les apaiser.
L'adolescence et ses premiers émois, mais aussi ses premiers drames. le secret de Léa est bien gardé pour cet amour inconditionnel qu'elle éprouve en secret.
Le mystère plane et nous entraîne dans la tête de ces jeunes adultes épris d'amour et d'espoir. de jolis moments et une intrigue qui prend.
Mais si « la mer les as sauvés de la folie », la conclusion du roman m'aura fait trébucher et tomber dans une simple flaque... Dommage.
Lu en juin 2018.
Mon article sur Fnac.com/Le conseil des libraires :
Lien : https://www.fnac.com/Pour-ce..
Commenter  J’apprécie          1020
marina53
  03 janvier 2019
Ayant quitté Paris, c'est sur la côte d'Émeraude, à Saint Lunaire, que la famille d'Antoine s'est installée. Espérant y puiser du calme et de la tranquillité, ne se doutant pas un seul instant que leur vie allait s'en trouver terriblement bouleversée... Car cela fait des mois maintenant que l'aînée, Léa, a disparu. L'enquête n'avance pas, aucun indice. Personne ne sait où elle est, si elle est partie de son plein gré, si encore elle est vivante ou morte. Ce drame a fait vaciller le couple que formaient les parents d'Antoine. Installée dans un appartement, la maman s'est également trouvé un nouvel amant. le papa, lui, journaliste dans un quotidien local, tente tant bien que mal de garder la tête hors de l'eau. Antoine, lui, c'est sur son surf qu'il puise son énergie. Quand, soudain, Léa refait surface, leur vie va de nouveau tanguer...
Une balade le long de la plage de Longchamp, admirer la mer se fracasser sur les rochers la pointe du Décollé, sentir les embruns... ça vous tente ? Parce que si le paysage, la faune et la flore sont d'une beauté remarquable sur la côte d'Émeraude, ce roman, lui, nous plonge plutôt dans une atmosphère plombante et sombre. Après une disparition inquiétante et traumatisante (fugue ? kidnapping ?) et un retour inespéré de Léa, toute la petite famille va devoir surmonter des épreuves, imaginer l'impensable et tenter de se reconstruire, après avoir fait naufrage. Ce roman young adult se révèle finalement une agréable surprise. Même si le sujet n'est pas original, Olivier Adam réussit à instaurer une ambiance inquiétante et donne vie à ses personnages mais aussi à ces paysages bretons. Il traite avec justesse des différentes étapes que la famille va traverser, revient sur des éléments-clés du passé. Un sujet plutôt bien traité, émouvant et servi par une plume délicate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
Kittiwake
  20 août 2018
Depuis leur déménagement sur la côte bretonne, rien ne va plus pour, la famille d'Antoine, le narrateur. Les parents se déchirent jusqu'à la séparation, le lycée est un endroit plutôt hostile où il n'a pas vraiment d'amis, mais plus que tout, sa soeur Léa a disparu après une soirée passée dans un festival de musique. Ballotée entre le doute et l'espoir, la famille est plus que jamais pertubée, jusqu'au jour où Léa refait surface. Mais comme l'annonce la quatrième de couverture, selon les dires du père :
«  On l'a retrouvée. Merde alors. On l'a retrouvée. C'en est fini de ce cauchemar. » Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour mais nous n'en avions pas terminé.
Olivier Adam dit avoir visé un public jeune, en donnant la parole à un ado, en se glissant dans la peau d'un garçon de 15 ans.C'est de ce point de vue assez réussi , et l'on retrouve derrière l'intrigue toutes les préoccupations des ados de notre époque, y compris lorsque c'est Léa qui s'exprime , à travers les lettres qu'elle adresse à un mystérieux correspondant (ce que cachent ces messages est cependant vite clair, malgré les efforts de camouflage).
Par ailleurs, c'est encore l'auteur qui le dit, le fait de s'adresser à des jeunes n'est pas synonyme d'une intrigue au rabais. le récit doit pouvoir être apprécié aussi par un lectorat plus mature.
Et là, quelque chose ne fonctionne pas. N'ayant pas compris avant de commencer la lecture qu'il s'agissait une fiction « jeune adulte » (on pourrait reparler de ce que cache ce ciblage), j'ai ressenti une impression de superficiel, d'un abord psychologique sommaire des personnages. Et puis ce que promettait l'intrigue , le cauchemar annoncé ressemble tout de même un peu à un pétard mouillé.
Cela reste une lecture agréable, car le style d'écriture d'Olivier Adam est une garantie de satisfaction. Et l'on apprécie aussi de se retrouver en Bretagne, même si la région est dans ce roman l'objet de toutes les rancoeurs pour le narrateur.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Ziliz
  28 novembre 2018
Saints Lunaire, Briac et Malo, oyats, embruns, plage, surf... souriez, vous êtes en Bretagne !
Adolescence compliquée, fille rebelle, père alcoolo-dépressif, mère hystéro-tyrannique... grincez des dents, vous êtes chez Olivier Adam.
Voilà un roman classé en 'young adult', et ça semblait agacer un chouïa son auteur quand il en parlait avant sa sortie - moins de ventes à la clef ?
C'est bien écrit, agréable à lire, efficace, captivant, riche en suspense même si on voit les 'surprises' arriver de très loin, a fortiori si on a lu plusieurs ouvrages sur ces sujets.
Mais je n'ai rien trouvé d'original, et en compilant les idées maîtresses de quelques romans lus récemment , je retrouve ces ingrédients dans ce naufrage familial.
Ce n'est pas la première fois que j'ai ce sentiment de déjà-lu avec cet auteur. Mais jusqu'alors, j'avais l'impression qu'il reprenait plus ou moins ses propres recettes.
Quoi qu'il en soit, et malgré cette couverture kitsch, je conseille aux grands adolescents, à partir de 15 ans, et à leurs parents :
« Je repense à ce que C. m'a dit un soir [...] en parlant de ses propres parents. A quel point ils se révélaient complexes et tortueux à mesure qu'on grandissait. A quel point ils se révélaient obscurs, prompts à tous les arrangement possibles, aux mensonges, aux dissimulations, aux rancoeurs rentrées, aux dénis, aux compromis. »
C'est pour ça que les ados peuvent être si cruels ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
babel95
  03 septembre 2018
Mais qu'est-ce qui vous fait tenir, vous rattache à la vie, vous dit qu'il faut espérer, encore et encore, envers et contre tous ceux qui vous disent que tout est perdu…
Journaliste et professeur, les parents d'Antoine et de Léa ont choisi de quitter Paris et de s'installer en Bretagne, à Saint-Lunaire, dans les environs de Saint-Malo. Lors d'un festival de musique où elle s'est rendue avec son oncle, Léa disparaît brusquement…. Pendant de long mois sa famille vit un cauchemar, les parents finissent par se séparer. Antoine continue de vivre avec son père qui sombre lentement, jusqu'au jour où un coup de fil du commissariat annonce que Léa vient d'être retrouvée vivante. Pour autant, le cauchemar n'est pas terminé. Séquestrée, livrée à un à un pervers, Léa a vécu des mois d'enfer. Les retrouvailles avec ses parents et son frère sont difficiles, la guérison s'annonce longue, sera-t-elle vraiment possible ?
Mais qu'est-ce qui fait tenir Antoine, qui se décrit lui-même comme un ado sans grande originalité, un peu casanier, qui aime les jeux vidéo, la musique, les mangas, ne s'investit pas plus que nécessaire dans son travail scolaire, et a découvert le plaisir du surf après la disparition de sa soeur. Antoine qui n'a jamais douté du retour de Léa, va attendre encore et encore la guérison de sa soeur, avec patience, faisant preuve d'intuition, et se révélant d'une étonnante maturité alors que les adultes, ses parents, la psychologue, se sentent désarmés…
Je viens de terminer la lecture du dernier roman d'Olivier Adam, La tête sous l'eau. D'Olivier Adam, je connaissais Je vais bien, ne t'en fais pas, et Un coeur régulier. J'aime sa façon de traiter le thème de la disparition, de l'absence. La tête sous l'eau m'a beaucoup plu, j'ai découvert un roman particulièrement bien écrit, structuré, qui fait la part belle à l'émotion, qui met en scène des personnages forts. A travers le personnage d'Antoine j'ai mesuré l'attente, la souffrance de l'ado, l'amour qu'il porte à sa soeur. J'ai découvert la Bretagne, des paysages, le surf, une vie simple qui peut basculer mais qui peut aussi se reconstruire. J'ai beaucoup aimé un style impeccable, j'ai apprécié l'optimisme et la joie de vivre, alors même que les thèmes étaient difficiles, qui tranchent avec la tristesse de bon nombre de romans actuels.
Un vrai plaisir de lecture, une belle découverte de rentrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344

critiques presse (1)
Actualitte   22 août 2018
Olivier Adam nous plonge dans un roman fluide, liquide, où nous, lecteurs, sommes happés dans l’ambiance lourde et mélancolique de cette station balnéaire hors saison vide de ses saisonniers et de sa douce odeur de vacances.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   26 novembre 2018
Elle avait laissé à Paris tous ses amis, peut-être même son mec, si elle en avait un. Sans compter sa petite vie, qu'elle aimait par-dessus tout. Son lycée. Les cafés, les cinés, les concerts, ses librairies préférées, ses boutiques favorites. Bref, Léa était furieuse et aussi longtemps qu'elle a été parmi nous elle n'a pas cessé de tirer la gueule, ses écouteurs dans les oreilles en permanence, de parler aux parents comme à des chiens, de s'enfermer dans sa chambre et de passer son temps rivée à son portable et à ses anciennes copines via WhatsApp. A l'entendre, les parents avaient gâché sa vie.
(p. 13)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
SociolitteSociolitte   03 juillet 2018
Elle était ma mère, après tout. Elle lisait en moi comme dans un livre. Du moins c’est ce qu’elle aimait croire et dire.

Page 21, Robert Laffont, 2018.
Commenter  J’apprécie          660
Olivia-AOlivia-A   22 juillet 2018
Elle est là, trois marches en contrebas. A fixer l'eau, assise en boule, ses bras encerclant ses jambes ramenées contre le torse. Ses longs cheveux soulevés par la brise cachent son visage. Elle se balance d'avant en arrière comme on cherche à se bercer. Je fais signe aux parents et ils me rejoignent. Nous nous approchons d'elle. Nous asseyons à ses côtés. D'un geste lent elle écarte ses cheveux de son visage. Elle pleure, de ces mêmes larmes continues et calmes qu'à l'hôpital. Puis elle reprend sa position initiale, le menton posé sur le genoux. A nouveau elle se balance, les yeux rivés sur les eaux montantes qui effacent un à un les récifs, dévorent à grandes lampées d'eau salée l'or du sable. Mes parents saisissent chacun une de ses mains. Elle ne les retire pas. N'esquisse aucun geste de recul. Ils restent longtemps ainsi, scrutant les flots et les îlots au loin, le ballet des cormorans, des sternes, des goélands, le passage des voiliers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
babel95babel95   02 septembre 2018
Depuis des mois, tout est tellement silencieux et prostré. La maison s'est vidée peu à peu. D'abord Léa et ça, il a fallu s'y résoudre d'une manière ou l'autre. S'accommoder à l'idée que même si nous étions détruits, morts à l'intérieur, la Terre ne s'était pas arrêtée de tourner pour autant, tout ne s'était pas effondré autour de nous. Que nous n'avions pas été immédiatement réduits en poussière et propulsés dans le noir infini de l'univers. Qu'il nous fallait continuer à respirer malgré tout. Nous nourrir. Nous lever le matin. Survivre. Jour après jour. Puis ma mère a pris un appartement et nous sommes restés seuls tous les deux, un père et un fils en tête à tête dans la maison remplie d'absence. Un père et son fils au milieu des cendres. Hébétés. Hagards. Presque des fantômes. Egarés dans les limbes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
babel95babel95   02 septembre 2018
Les vagues sont hautes ce soir. Elles me frappent, me rouent de coups, s'abattent sur moi avec toute la brutalité nécessaire. A cet instant c'est exactement ce que j'attends d'elles. Qu'elles m'assomment. Me foutent la tête sous l'eau. Me passent au Kärcher. Me nettoient de fond en comble. Et finissent par m'effacer tout à fait. Remis à neuf, essoré, liquidé.
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Olivier Adam (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Adam
Pourquoi faut-il venir à Livre Paris 2019 ? Réponses en trois questions à Sébastien Fresneau, directeur de Livre Paris, et Gauthier Morax, responsable de la programmation.
Livre Paris invite l'Europe avec une scène spécialement dédiée à la culture européenne. 2019 est une année décisive pour l'avenir de l'Europe, à deux mois des élections européennes.
Erri de Luca, Orhan Pamuk, Peter Sloterdijk, Hubert Védrine ou encore Javier Cercas : de grands noms de la culture européenne nous font l'honneur de leur présence à Livre Paris 2019 !
Retrouvez également vos auteurs préférés pendant 4 jours de débats, de conférence et d'échanges sur 9 scènes différentes : Nicolas Mathieu, François Begaudeau, Olivier Guez, Raphaëlle Giordano, Jérôme Ferrari, Joann Sfar, Bernard Werber, Olivier Adam, Morgane Ortin, Blet Buckler, Antoine Jacquier et bien d'autres. Plus de 3500 auteurs présents !
https://www.livreparis.com
+ Lire la suite
autres livres classés : disparitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Olivier ADAM : cinéma

Quel acteur tient le rôle principal (Paul) dans l'adaptation cinéma "Des vents contraires", qui sortira à la fin de l'année 2011 ?

Romain Duris
Benoît Magimel
Olivier Sitruk
Edouard Baer

8 questions
132 lecteurs ont répondu
Thème : Olivier AdamCréer un quiz sur ce livre
.. ..