AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266315593
240 pages
Éditeur : Pocket (06/05/2021)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 197 notes)
Résumé :
– Faut qu’on se tire d’ici.
– Et on ira où ?
– Je sais pas. T’inquiète. On trouvera.
– Et s’il revient ?
– Eh ben il reviendra.
– S’il s’en prend à tes parents ?
– C’est pas après eux qu’il en a. Qu’est-ce que Leila fout avec moi ?

J’ai tout juste dix-huit ans. Je vis chez mes parents. Je vais plus au lycée et j’ai pas de boulot. Je picole trop et je me bourre de médocs. Comment peut-elle croire que je suis ca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (83) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  01 octobre 2020
À presque 18 ans, Antoine végète chez ses parents, dans une ville de banlieue banale où il n'y a rien à faire. Ayant lâché son bac pro il y a quelques mois, il s'est tout de même inscrit à Pôle emploi, se doutant que sans diplômes, les conseillers ne risquent pas de lui proposer quelque chose de sitôt. Alors, il glande la plupart du temps, fume et trouve le temps bien long... Jusqu'à sa rencontre avec Leila, à Pôle emploi justement. Jeune maman d'un petit Gabi, Leila est enfermée dans sa vie étriquée. Son compagnon, Alex, est vigile. Mais c'est un homme violent, jaloux, qui l'empêche même de sortir avec Gabi. Alors, ce jeune homme, Antoine, c'est sa bouffée d'air frais. Aussitôt qu'ils se sont vus, ils ont très vite sympathisé puis sont devenus amants. Mais lorsque Alex s'en aperçoit, il va tout de suite trouver Antoine pour lui en coller quelques-unes, le menaçant au passage. Si les deux amants veulent lui échapper et par là même échapper à leur misérable vie, ils n'ont d'autre choix que de fuir loin de cette banlieue...
Olivier Adam donne, une nouvelle fois, vie à des âmes écorchées et perdues. Antoine, qu'un traumatisme récent a fait perdre pied (renonçant aux études, au travail), va tout faire pour sortir Leila des griffes de son compagnon. Et qu'importe la destination, ces deux-là veulent redonner un semblant de vie à leur quotidien, monotone pour Antoine et violent pour Leila. Donnant la parole aussi bien à la jeune femme via son journal qu'à l'adulescent, ce roman choral aborde intelligemment divers thèmes tels que la violence conjugale, les traumatismes (aussi bien présents que ceux de l'enfance), l'entraide, la culpabilité, le pardon, l'amour... de sa plume à la fois légère et grave, Olivier Adam dépeint des personnages très attachants, pétris d'amour et d'espoir.
Un roman à la fois sombre et lumineux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7010
Eve-Yeshe
  19 juin 2020
Leila raconte sa vie de tous les jours, ses émotions ce qu'elle pense dans un carnet que lui a offert Antoine. Tous deux se sont connus à Pôle Emploi, se sont rapprochés au cours de jeux de rôles, et sont devenus amants. Tous les deux sont des estropiés de la vie et pourtant, Antoine n'a que dix-huit ans et Leila vingt-et-un.
Leila est mariée à Alex, vigile violent verbalement et physiquement. Il était son coach au volley et il l'a embrassée, harcelée, mise dans son lit et épousée quand elle s'est retrouvée enceinte, au grand dam de ses parents. Mais monsieur avait des principes, on n'avorte pas c'est un meurtre, mais cela ne le dérange pas d'être gros pervers, doublé d'un pédophile.
Comment Leila aurait-elle pu échapper à son emprise, alors que son père a toujours fait régner la terreur à la maison, violent avec sa femme, tyran avec ses filles, à tel point que la grande soeur de Leila a fui la maison sans jamais donner de nouvelles. Elle sent bien qu'il y a quelque chose d'opaque dans cette fuite mais préfère occulter.
Elle n'a jamais le droit de sortir le dimanche, même pour promener son fils Gabi, car Alex est vautré sur le canapé à regarder les matches de foot en picolant.
De son côté, Antoine qui a des parents aimants, chez lesquels il squatte, a complètement perdu pied, car un jour « il a pris une vie sans le vouloir » mais ça le hante et il est devenu marginal, carburant au haschich.
Mais, Alex les a surpris, on ne sait pas trop comment, vu qu'il bombarde Leila de messages pour la surveiller et frappe violemment Antoine, hurlant qu'il va faire la peau à « sa pute d'épouse » et c'est la cavale. Fuite dans le Sud, la mer, son décor somptueux, dans une maison appartenant à la famille, où ils se retrouvent nez à nez avec la soeur d'Antoine avec laquelle il est fâché : Lise qui veut en finir avec la vie…
Olivier Adam nous propose une belle histoire, qui fait parfois penser à « Thelma et Louise », avec des personnages cabossés par la vie, par leurs manques affectifs et leurs actes passés qui les rattrapent et qui vont être dans l'obligation de prendre leur vie en mains et sortir de l'adulescence en ce qui concerne Antoine, ou devenus adulte trop tôt pour Leila qui, répétant un scenario familial se retrouve sous l'emprise d'un pervers. On les voit évoluer, prendre conscience de leur capacité de résilience.
Tout acte a ses conséquences exprimant très bien la loi de causalité et tout de découle ou s'inscrit dans la continuité des traumatismes antérieurs ; cela soulève une question : comment réagir en face d'un pervers, violent, pour éviter que cela se termine par un féminicide ?
L'idée de faire écrire Leila dans son carnet est très intéressante car on se rend compte qu'elle est sincère, lucide, se posant les bonnes questions. Elle est sans concession vis-à-vis d'elle-même et des autres, mais elle garde les pieds sur terre devant tous ces évènements qui s'enchaîne sur le mode loi de Murphy dite de « l'emmerdement maximum ».
J'aime bien Olivier Adam pour son côté sombre, mélancolique, souvent blasé dans ses romans et qui aborde le désir de mourir, la mort intérieure qui précède la mort physique avec beaucoup de justesse et de sensibilité. J'ai lu plusieurs de ses romans et la plupart m'ont plu, je dois dire, pour ce côté noir. Là, il s'agit d'un roman pour adultes jeunes mais qui peut toucher tous les publics.
J'ai vraiment apprécié ce roman, j'ai essayé de le faire durer car j'ai retrouvé ce qui m'avait plu dans « Les falaises » ou « Les lisières » mais une fois plongée dedans, ce fut difficile…
Un grand merci à Babelio et aux éditions Robert Laffont pour m'avoir permis grâce à cette opération masse critique jeunesse, de lire ce roman et de retrouver l'auteur que j'avais un peu délaissé ces derniers temps. Olivier Adam fait partie comme Philippe Besson, Philippe Claudel, Serge Joncour ou Jean-Philippe Blondel (entre autres et pour ne parler que des hommes et que ceux que j'ai oubliés me pardonnent!) des auteurs que j'aime retrouver sans être une groupie : quand je n'aime pas je le dis, je ne cire pas les pompes…

Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
Wyoming
  13 décembre 2020
Cinq étoiles, car j'ai vraiment apprécié cette lecture que j'ai trouvée excellente dans sa globalité. Précision quand même : les étoiles, pour ce qui me concerne, ne consistent pas à mettre sur un même niveau un très bon roman comme celui-ci et des chefs d'oeuvres tels que Les Mémoires d'Hadrien ou le Nom de la Rose. Donc, pas de confusion, néanmoins, cinq étoiles quand même car dans son registre ce roman est très bon.
Les comparaisons me paraissent devoir se réaliser dans le même registre, comme pour le vin : pas de comparaison entre rouge et blanc, ou entre Bordeaux et Bourgogne.
Les roches rouges sont un très beau texte, écrit en alternance au féminin et au masculin. Donc, un très jeune couple, dont chaque membre est déjà bien cabossé, qui ne réfléchit pas vraiment à ses actes, mais qui connaît peu à peu le grand amour, voici le principal héros du livre.
Le raconter, sûrement pas, car le dénouement, magnifique de sobriété, est à la dernière page, laissant toute perspective au lecteur. Ce qui fait la richesse de ce court roman, c'est le crescendo, en trois parties, des actes, des perceptions, des prises de conscience, des sentiments d'Antoine et Leila et de ceux qui les entourent, leurs soeurs, l'enfant de Leila et même les parents d'Antoine.
Le premier acte dans la banlieue, le deuxième dans la lumière du Var, le troisième à Gênes brièvement, et puis dans la tête des trois : Leila, Antoine, Lise. Les trois personnages sont vraiment travaillés par l'auteur qui les rend finalement très attachants. L'enfant, Gabi, très jeune, n'est pas du tout inconscient des situations qu'ils vivent, il les affronte ou s'en réjouit avec les yeux qui n'appartiennent qu'à l'enfance.
Quelquefois rapidement, d'autres avec davantage d'approfondissement, plusieurs thèmes sont abordés : drogue, avortement, accident, mariage, violence conjugale, inceste, solitude, suicide, vieillesse et d'autres encore.
L'écriture est très alerte, des phrases courtes, souvent du langage parlé, mais du style cependant et de belles images des orages de la côte d'azur, de la mer, de la vie, de l'amour.
Allez sur les roches rouges, vous les quitterez avec leur terre collée aux semelles pour un moment car ce n'est pas une lecture qu'on oublie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          553
le_Bison
  02 juillet 2020
Le corps à terre, meurtri de coups et de douleur, la gueule dans la poussière. le sang coule, sombre et visqueux. Il s'écoule tel un ruisseau assoiffé dans les sillons des roches rouges. Une poussière rouge.
Tu prends un whisky, tu as à peine l'âge et tu attends déjà la maturité de la vie. Pourtant tu vis encore chez tes parents, un poster de Kurt Cobain au-dessus du lit. Tu as laissé tomber les études, tu t'es fait virer de ton job de mécano, tu passes tes journées à fixer le plafond, allongé sur ton pieu. Tu passes tes nuits à imaginer ce plafond. La musique s'enchaîne, se déchaîne, la chaîne s'échauffe, chauffe la musique, en toi. Par moment ou par ennui, tu prends même les disques de ta mère, Cabrel et compagnie. Une fissure qui s'agrandit et se lézarde. Ton esprit ne voit pas au-delà de ce fossé creusé dans le plafond, par lequel tu voudrais t'échapper. Mais tu restes là, incapable d'aller plus loin dans cette vie poussiéreuse. Tu as merdé sur toute la ligne. Ton karma. Et tu penses à elle. Leila, ou tout autre prénom en a. Tu l'as rencontré un peu par hasard, un peu sans prévoir, des discussions anodines, belle comme une ondine. A parler musique avec elle, tu as trouvé le grand amour, celui qui restera unique.
Face au soleil, tu regardes en bas, sous ces falaises. La baie, crique de solitude baignée d'un soleil orangé. de cette hauteur, un saut dans le vide et ta vie prend son envol. Poussez-moi, sembles-tu dire, aux dieux du vent et des rivages. Tu regardes l'écume blanchir le rivage lorsque les vagues se fracassent contre les roches. Ma passion pour ces hautes falaises. Je m'assois, les yeux plongés dans le vide, vers l'horizon, verre vide. le silence et la nuit, des vies, émotion et mauvais karma. de la terre et du sang. de la poussière et du sang. Une poussière rouge. Tu te crois seul dans ce monde, sous le silence pale d'une lune masquée par l'amas de nuages orageux, aussi noirs et sombres que le pas du chat noir. Pourtant un témoin anonyme te guette, jusqu'à ce faux pas fatal. Mauvais karma, je l'ai déjà dit. Parfois, il y a des vies qui merdent sans trop savoir pourquoi ou comment. Même dans un lieu aussi magnifique que les roches rouges.
« Des fois je m'en veux tellement d'être en vie. D'avoir autant merdé. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          505
tynn
  17 juin 2020
Des vies à pleurer, coincées dans la violence conjugale, dans les ratés d'une scolarité non réussie, dans les drames personnels qui anéantissent.
Des vies où tout a merdé, qu'il faut subir jour après jour...
Olivier Adam, toujours fasciné par la tristesse des destinées, nous entraîne dans le sillage d'une cavale de jeunes adultes en galère: une mère piégée dans un mariage catastrophique, un grand/ado/loser/amoureux sans avenir traînant sa dépression, dans le contexte d'une souffrance qui a fait exploser sa propre famille.
Comme toujours, la faculté de l'auteur à exprimer sentiments et réalisme est remarquable, nous rendant les personnages touchants et provoquant notre compassion spontanée. Par une construction romanesque à deux voix alternées, son écriture minutieuse façonne des êtres denses et crédibles dans un décor de bord de mer enchanteur, avec le contre-champ d'une société froidement injuste et brutale.
On évoque ici le mauvais Karma et la culpabilité, mais aussi l'entraide, la valeur essentielle du pardon et l'amour d'un univers familial qu'on s'est choisi.
Un roman estampillé « jeune adulte » mais pas que…
J'ai beaucoup apprécié cette lecture, comme souvent avec l'univers de Olivier Adam
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   16 juillet 2020
Un roadtrip exaltant d’Olivier Adam qui mène aux "Roches rouges" le cœur battant.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (94) Voir plus Ajouter une citation
BoutonBouton   08 mai 2021
Tout le monde s’en fout. Vous savez combien de femmes meurent chaque jour sous les coups de leur mari sans que personne n’intervienne ? Et puis il leur faut des preuves. La peur, c’est pas une preuve.
Commenter  J’apprécie          10
BoutonBouton   08 mai 2021
J’ai rien à raconter. J’ai rien sur quoi écrire. Et lui il répétait : pour écrire il faut déjà écrire.
Commenter  J’apprécie          00
BoutonBouton   08 mai 2021
Du soleil qui repeint tout en douceur, se dépose sur chaque chose comme une fine poudre d’or.
Commenter  J’apprécie          00
marina53marina53   03 octobre 2020
Il m'explique tout avec patience et des petites pointes d'humour bien placées. Le principal, c'est la discrétion, il dit. Être aux petits soins et invisible à la fois. Et puis bien parler anglais. Parce qu'il y a surtout des étrangers, ici, et qu'on parle plus anglais que français. Mais les Français, il ne faut surtout pas s'aviser de s'adresser à eux en anglais, ils détestent ça, ils veulent pas qu'on les prenne pour des touristes même s'ils en sont, il y a un genre de hiérarchie dans leur esprit.
- Et comment je fais pour savoir ?
- Pour savoir quoi ?
- Ben, s'ils sont français ou pas.
- Tu les observes discretos avant d'aller les voir, tu tends l'oreille.
- Et si je les entends pas parler ?
- Tu te fies à ton instinct.
- Mon instinct.
- Ouais. Mais je vais te donner un truc : s'ils te paraissent moins élégants, moins raffinés, plus vulgaires, même s'ils sont habillés comme les autres, en général, c'est les Français.
- Ah bon.
- Crois-moi. J'ai bossé pas mal à l'étranger. Et tu peux être sûr d'un truc. Parmi les touristes, les pires, les plus bruyants, les plus chiants, les plus vulgaires, les plus prétentieux, c'est toujours les Français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
marina53marina53   01 octobre 2020
Des rangées de petits pavillons avec leurs jardins plus ou moins bien entretenus, les jouets en plastique des enfants et les balançoires, le barbecue recouvert d'une bâche, une table de ping-pong, un trampoline, un chien. Personne sur les trottoirs. Pas une bagnole. Un silence de mort que trouble parfois les aboiements d'un clebs débile. Demain tout ce beau monde partira aux aurores pour le boulot et ne rentrera qu'à la nuit tombée, dîner télé-ordi-tablette et au lit, une petite baise peut-être si c'est la fête, et comme ça jusqu'au week-end qu'ils passeront à glander à la maison et à faire tout ce qu'ils n'ont pas pu faire le reste de la semaine : les courses, les papiers, la sieste, un ciné. Des fois je me demande comment tous ces gens acceptent de vivre cette vie-là sans broncher. Comment certains, même, peuvent en rêver. En même temps je crois que personne ne leur a jamais rien proposé d'autre. Et qu'ils n'ont pas la moindre idée de ce à quoi ça pourrait ressembler, une autre vie. Ou une vie tout court.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Olivier Adam (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Adam
Payot - Marque Page - Olivier Adam - Tout peut s'oublier
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Olivier ADAM : cinéma

Quel acteur tient le rôle principal (Paul) dans l'adaptation cinéma "Des vents contraires", qui sortira à la fin de l'année 2011 ?

Romain Duris
Benoît Magimel
Olivier Sitruk
Edouard Baer

8 questions
143 lecteurs ont répondu
Thème : Olivier AdamCréer un quiz sur ce livre

.. ..