AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723499065
Éditeur : Glénat (07/01/2015)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Une grande fresque historique et fantastique sur l'éternité de Rome

1250 av. J.-C. Alors que la guerre de Troie fait rage, des mystérieuses jumelles arrivent aux portes de la cité fortifiée. L une tient dans ses bras une magnifique idole d orichalque : le Palladium. Léonidas et Aquilon, deux officiers troyens semblant dissimuler un lourd secret, sont immédiatement séduits par la beauté trouble des jumelles. Et il ne faut pas longtemps pour que chacun ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alfaric
  02 janvier 2016
A l’heure où les études antiques étaient menacées par des bobos hispters persuadés que les vieux et les morts n’avaient plus leur place dans le monde moderne compétitif (sic), le regretté Gilles Chaillet s’était lancé dans une entreprise démesurée : sur le modèle de l’œuvre de Denys d’Halicarnasse, réaliser l’histoire totale de la ville éternelle d’Enée à Mussolini ! Cet amoureux de l’Histoire, de l’Antiquité et de Rome en particulier nous a malheureusement quittés trop tôt pour l’accomplir… Et c’est les éditions Glénat, décidément portées sur l’Histoire ces temps-ci, qui ont confié la tâche à l’expérimenté trio Eric Adam, Pierre Boisserie et Didier Convard qui ont fait du Palladium le Faucon Maltais de l’entreprise…

Troie, 1250 avant le Christ. La guerre entre les Troyens et les Achéens ne fait que débuter, et déjà s'illustrent le général Léonidas et grand prêtre Aquilon, deux larrons en foire dont la bravoure n'a d'égale que l'inconscience. Ce qu'ignorent leurs compatriotes, c'est qu'en raison du lourd secret qu'ils portent conjointement, ils ne cherchent que la mort… C'est alors que débarque dans la cité aux les jeunes soeurs Thaïs et Athénea qui confie aux Troyens une idole aux pouvoirs magique avant de vamper les deux héros de la Cité.
9 ans plus tard, malgré les avertissements de Cassandre une terrible malédiction se met à l'oeuvre… La colère des dieux s'abat sur Léonidas, Aquilon et leurs enfants aux cheveux blonds (Hélène et Hélénos) et aux cheveux noirs (Aquila et Aquilon Junior) qui gravitent autour du jeune Enée. Devenus frères ennemis, c'est en essayant de sauver la cité qu'ils vont cause sa perte !
Complots, vengeances, trahisons, viols, incestes, meurtres violents remplis de parricides et d'infanticides… Un habitué des tragédies antiques sera ici en terrain connu ! blink
Je trouve les histoires d'Eric Adam très (trop ?) froides dans leur ton, mais ici cela convient très bien au propos. Les dessins fins et réalistes de Régis Penet sont très agréables, et le travail sur les couleurs de Nicolas Bastide décidément très doué participe pleinement à l'ambiance dure, froide et parfois aux frontières du réel qui mine de rien empreinte aux péplums fantastiques du réalisateur italien Mario Bava !
J'étais parti pour mettre 5 étoiles mais j'ai trouvé que le sort d'Aquila et de ses enfants, persuadée d'être Rhea Silva avant l'heure, était too much… Déjà que les épisodes de la Chute de Troie, l'ellipse sur Didon et Enée et le flashfordward sur Rémus et Romulus étaient assez durs, là les pères fondateurs des la civilisation latine donc romaine spectateurs passifs d'une folle condamnant ses bébés et elle-même à une mort horrible, c'était à la limite du supportable… Mais cela n'enlève rien à la qualité de l'ensemble, qui s'avère de très haute tenue (à part ce putain de casque à cornes d'un chef mercenaire achéen ^^).
Pour rien gâcher le cahier réalisé par Bertrand Lançon, historien et professeur d'Histoire romain à l'université de Limoges, est une mine d'informations historiques et artistiques, en plus de rappeler que les récits ici réinterprétés étaient des lieux de mémoires primordiaux pour les Anciens…

PS : j'ai mis longtemps à poster mon avis, car je me suis fâché tout rouge devant une critique presse ci-dessous…
Une critique trop pisse-froide pour ne pas être, mais le pire c'était que le journaliste n'avait clairement rien compris au projet du défunt et regretté Gilles Chaillet… Depuis ladite critique a été remplacée par une autre trop élogieuse pour ne pas sentir la compensation. Vu qu'actuellement un produit culturel qui ne rencontre pas son public dès ses trois premiers mois d'exploitation est catalogué échec commercial, c'est vraiment de la méchanceté de ne pas laisser leur chance aux tomes 1, surtout quand ils essaient de faire quelque chose de nouveau (par contre on continue de d'extasier sur les productions des gardiens du temple de l'école belgo-belge qui tournent en rond depuis bien longtemps maintenant)... Franchement j'en ai la chaque des prescripteurs d'opinion qui jouent les fines bouches alors qu'ils n'ont ni culture ni jugeote ! (je vous reparlerai un jour de cet autre critique qui trouvaient clichée et relevant de grosses ficelles la fidèle reconstitution d'événements historiques… mdr ou vdm ?)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
BazaR
  11 novembre 2015
Un début intéressant !
Gilles Chaillet a imaginé une série au long cours retraçant l'histoire de la ville de Rome à travers les âges, en l'appuyant sur une malédiction qui pèse sur elle. Ce premier tome du premier cycle dit « antique » s'enfonce dans la légende. Il nous conte l'origine de cette malédiction, proférée longtemps avant la naissance de la ville, alors que Troie défendait âprement sa peau de pierre et de chair contre les Achéens. La malédiction apparaît liée à la statue sacrée de Pallas Athénée dite Palladion, qui selon la tradition romaine fut emportée par Énée lors de la chute des troyens et placée plus tard à Rome dans le temple de Vesta.
Les auteurs réécrivent l'histoire de la guerre de Troie dans laquelle les Dieux de l'Olympe sont effacés et les héros Achéens et Troyens (exception faite de Cassandre et d'Énée) maintenus au second plan. Au niveau divin, c'est Nyx, la Nuit, qui gère. Vue son origine qui confine à la Création, pas étonnant que les autres dieux la laisse faire ce qu'elle veut. Et elle ne rigole pas. Ce récit est sombre et aucun des trois grands tragédiens grecs ne l'aurait renié. Les éléments légendaires de la construction de Rome lus chez Tite-Live ou Virgile sont là, réinterprétés. La revisite de la guerre de Troie interfère cependant avec la « légende officielle » contée par ce porte-drapeau littéraire qu'est l'Iliade. J'ai eu un peu de mal à l'avaler, et puis j'ai haussé les épaules et je me suis laissé porter.
Le dessin de Régis Penet m'a bien plu, même s'il se révèle trop statique dans les scènes d'action. J'ai cependant été surpris par le design des guerriers achéens. Bon, probablement qu'à tort je m'attends à voir des phalanges d'hoplites se rentrer dans le lard (choix de Nicolas Jarry dans sa BD Troie ou des films hollywoodiens), mais de là à imaginer des casques munis de cornes « à la viking »…
Quelle que soit la force de cette malédiction qui va peser sur Rome, elle ne s'oppose pas à l'impact que cette ville aura sur les hommes de tout horizon à travers les âges. Peut-être même va-t-elle la favoriser. de même que dans la Genèse, une malédiction est force de création.
Une nouvelle fois, je remercie tchouk-tchouk-nougat et Alfaric pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          286
tchouk-tchouk-nougat
  24 mars 2015
La légende de Rome commence lors d'une épique guerre. Celle de Troie. Rome est lié au destin d'un prince troyen, Enée, qui laissera sa ville aux flammes pour chercher les sept collines qui accueillera son peuple survivant.
Et derrière ce destin, les dieux s'amusent ou se vengent... Les mortels recherchent à tout prix leur bénédiction, mais c'est surtout leur malédiction qu'ils recoivent...
Ce premier tome de Roma débute donc par la guerre de Troie en 1250 av JC. Une histoire tragique et machiavélique comme les aime l'histoire de la rome antique!
Une histoire rythmée qui tient en haleine. Et qui se révèle cruelle.
Un bon début pour cette série qui risque de s'avérer sombre.
Le dessin a un trait fin et délicat auquel j'ai parfois du mal à adhérer pourtant.
Commenter  J’apprécie          119
umezzu
  19 septembre 2017
Cette série réécrit l'Histoire en conférant un pouvoir infernal à une statue, le Palladium, qui permet à Troie dans un premier temps, puis à Rome de s'imposer dans le monde antique.
Ce premier tome débute au siège de Troie en 1250 avant J.-C., quand deux amis, le grand prêtre Aquillon et le général Léonidas, acceptent l'entrée dans la ville du Palladium et de deux de ses servantes, avec qui ils finissent par se marier. Dés lors leurs familles verront leur destinée liée à la magie d'essence divine que cet objet dégage.
Bon autant le dire tout de suite, le prétexte initial tient du délire fantastique et ne ravira que les plus grands fans d'ésotérisme. Par contre, l'interconnexion entre cet imaginaire et les événements de l'Illiade passe bien, car les personnages sont conformes à ce que nous en connaissons.
Le récit de la guerre de Troie reste donc cohérent et comme l'est le départ du prince Énée vers Rome.
Le dessin de Régis Penet n'est pas formidable, mais malgré tout la BD se laisse lire.
Pour une fois, je ne suis pas convaincu de l'utilité des notes finales, qui n'apportent pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Daimaaqwzsx
  04 février 2016
Roma (tome 1) raconte l'histoire de la guerre de Troie jusqu'a la fondation de Rome.
Je trouve que les idées sont bonnes, les dessins sont bien faits et que le rythme est intense mais je ne vous dévoilerait… rien...
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (5)
BulledEncre   18 septembre 2015
L’Histoire et les mythes fondateurs se mélangent dans un album tout simplement grandiose.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   09 février 2015
Ce premier opus est fort bien raconté. L'intrigue nous captive dès les premières pages jusqu'à la dernière. [...] Les dessins de La Malédiction sont confiés à Régis Penet. Ce dernier réalise un travail remarquable. Il donne de la force à son graphisme pour que le lecteur soit pris dans le récit. Il y a de très beaux passages et d'autres plus spectaculaires.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   06 février 2015
Le trait de Régis Penet est toujours aussi élégant et expressif. Sa capacité à rendre les atmosphères et les émotions enrichit le récit. Il bénéficie également du très bon travail de Nicolas Bastide aux couleurs. Les bases sont solidement et agréablement construites.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   23 janvier 2015
Portée par le trait élégant de Régis Penet (Koba, Lorenzaccio…), cette épopée mythologique narre les origines de Rome avec un style empruntant au péplum.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   21 janvier 2015
Le rythme est soutenu et les péripéties et catastrophes s'accumulent pour aller jusqu'où... Le lecteur aura tout le loisir de le découvrir sous les traits du dessinateur Régis Penet qui a accompli un remarquable travail, à l'image du scénario. Dans un album qui s'apparente particulièrement aux meilleurs péplums que le cinéma ait pu créer, on notera de surcroit un dynamisme de bon aloi, tant au scénario qu'au dessin.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   23 janvier 2015
[le grand prêtre Aquilon au général Léonidas]
- Es-tu prêt, mon ami ?
- Pour défier la mort ? TOUJOURS !
- La mort… Nous ne cessons de jouer avec elle… Mais elle se dérobe à chaque fois que nous la frôlons !
- Le jeu n’en est que plus excitant.
Commenter  J’apprécie          160
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   24 mars 2015
-Les génies protecteurs de Troie nous ont octroyé la grace de découvrir une statue d'une beauté sans pareille. A la cité qui l'honorerait, ils accorderaient la félicité pour les siècles à venir... l'éternité!
-L'éternité? Quelle ville au monde refuserait une telle faveur? S'il suffit de louer une idole pour obtenir la protection des dieux, obéissons!
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   20 janvier 2015
C’est le sang troyen qui abreuve l’avenir. Les dieux aiment bâtir leur éternité sur la chair décomposée des hommes !
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   20 janvier 2015
Petit mouchard courant
La morve au nez
Ne sera jamais
Le Prince Enée

Petit pleurnichard
Détalant comme un rat,
Ne deviendra
Jamais un soldat.
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   19 janvier 2015
[Enée] Troie est tombée… Cassandre nous avait prévenus. Nous la pensions folle ; elle était au bout du compte la plus sage d’entre nous tous…
Commenter  J’apprécie          80
Lire un extrait
autres livres classés : guerre de troieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre