AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Jean Bonnefoy (Traducteur)Robbie Stamp (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782070319015
303 pages
Gallimard (07/07/2005)
3.91/5   1767 notes
Résumé :
Comment garder tout son flegme quand on apprend dans la même journée: que sa maison va être abattue dans la minute pour laisser place à une déviation d'autoroute; que la Terre va être détruite d'ici deux minutes, se trouvant, coïncidence malheureuse, sur le tracé d'une future voie express intergalactique; que son meilleur ami, certes délicieusement décalé, est en fait un astrostoppeur natif de Bételgeuse, et s'apprête à vous entraîner aux confins de la galaxie ? Pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (182) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 1767 notes

Foxfire
  22 mai 2018
S'il y avait une coupe du monde de l'humour, les britanniques auraient de grandes chances de l'emporter. "Le guide du voyageur galactique" est encore une preuve éclatante que les anglais sont les maîtres de l'absurde et du non-sens. Il ne m'a fallu qu'une journée pour lire le 1er volume de cette trilogie en 5 tomes. Je l'ai dévoré et je me suis bien poilée.
Douglas Adams imagine plein de situations loufoques et improbables mais tout en réussissant l'exploit de proposer un récit bien mené et bien construit où toutes ces situations non-sensiques s'enchaînent les unes aux autres de façon cohérente. Je n'ai jamais eu l'impression de lire un texte fouillis, tous les éléments m'ont paru parfaitement s'imbriquer les uns dans les autres. En fait, j'ai eu l'impression que l'auteur savait parfaitement où il allait, ce qui n'est pas un mince exploit dans le registre de l'humour absurde, souvent prétexte à du n'importe quoi.
Le côté fou-fou, on le trouve dans les situations imaginées par l'auteur, dans les personnages, humains ou pas, dans les dialogues.
Il y a bien une petite baisse de régime au milieu du bouquin mais qui ne dure pas bien longtemps et n'entache en rien le plaisir de lecture. "Le guide du voyageur galactique" est drôle, très drôle même, ce qui est mieux pour une comédie. le roman ne m'a pas juste arracher quelques sourires polis. En le lisant j'avais constamment le sourire aux lèvres (ce qui peut donner l'air idiot, je préfère prévenir) et très souvent je me suis esclaffée bruyamment (ce qui peut donner l'air cinglé, je préfère prévenir).
Si vous aimez les Monty Pythons, je vous encourage à vous jeter sur ce sommet de l'humour absurde. En un livre (mais je ne vais pas m'arrêtez là) j'ai trouvé en Douglas Adams un nouveau chouchou.
Dans le registre de l'humour la fantasy a Terry Pratchett et la SF a Douglas Adams (oui, c'est bon à ce point là).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          638
Ileauxtresors
  11 juin 2021
Arthur Dent est atterré : figurez-vous que par décision administrative, sa maison est sur le point d'être rayée du paysage. Mais pourtant, ces tracasseries semblent bientôt insignifiantes au vu de l'immensité de l'univers, de l'ampleur des péripéties qui le traversent et de la position somme toute marginale de notre planète Terre, perdue aux confins inexplorés d'un bras d'une Galaxie quelconque… Arthur Dent en fera l'amère expérience. Mais pas de panique ! Il pourra heureusement compter sur son ami Ford Prefect, astrostoppeur natif de Bételgeuse, qui maîtrise la géopolitique galactique sur le bout des doigts. Et, surtout, sur son prodigieux Guide du voyageur galactique !
Douglas Adams réalise un tour de force : imaginer une intrigue complètement farfelue mais néanmoins captivante, un space opera façon Monty Pythons qui parodie avec autant de virtuosité le genre de la science-fiction que celui des guides et autres traités scientifiques. Une vraie gourmandise pour qui goûte (comme nous) la loufoquerie, les raisonnements par l'absurde et l'humour anglais. L'occasion de croiser un vaisseau spatial jaune fluo, une précieuse serviette de bain, un robot dépressif et un architecte alien spécialisé dans la conception de fjords. Et de découvrir au passage LA réponse à la « grande question de la Vie, de l'Univers et du Reste » ! C'est rafraîchissant et drôlissime notamment grâce aux clins d'oeil satiriques aux questions de pouvoir, de bureaucratie et de métaphysique.
L'histoire n'est pas du tout en reste – elle fit d'ailleurs un carton lors de sa diffusion initiale sous forme de feuilleton radiophonique, en 1978. La mise à distance des petites problématiques humaines, par décentrages successifs par rapport à la Terre, nourrit une intrigue dont les vertigineuses ramifications se dessinent sous nos yeux ébahis. Les virages narratifs les plus improbables, eux-mêmes, sont articulés de façon à devenir plausibles – dans un univers infini, toutes les éventualités ne sont-elles pas possibles ?
Un roman-culte qui réjouit sans se prendre au sérieux. Dans lequel toute la famille est entrée avec délice : nous ne manquerons pas de lire la suite, notamment pour savoir qui tire réellement les fils de la politique galactique !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          525
Crazynath
  30 janvier 2020
Si je ne participai pas au Challenge BBC, je pense que ce livre ne serait jamais tombé entre mes petites mains… En effet, même si j'aime la science-fiction et l'humour anglais, j'ai pourtant de sérieuses lacunes dans ces domaines : non, même si je connais leur nom, je n'ai jamais vu Les Monty Python... Et non, je n'ai jamais lu un livre de Terry Pratchett, auteur qui est lui aussi connu pour faire dans le genre décalé…Donc, questions références avant d'aborder ce livre, je n'en avais pas spécialement, car je pense qu'être une fan de Star Trek ne suffit pas…
De plus, je ne savais même pas qu'il y avait eu un film du même nom, à croire que j'habite sur une autre planète !!
Clairement, j'ai rarement lu un bouquin aussi décalé, enfin je dirais carrément déjanté !
J'avoue que j'ai bien adhéré au début de ma lecture et qu'il y a même certaines reparties qui m'ont bien fait glousser sur mon canapé… Principalement celles d'un certains commandant vogon, qui sont à se bidonner (selon mes petits critères personnels)… Et franchement, qu'est-ce que je ne donnerais pas pour avoir moi aussi un Babelfish pour comprendre toutes les langues de l'univers (enfin les terriennes me suffiraient, merci !)
Bref, j'ai bien adhéré à ce livre jusque vers sa moitié qui a accusé une petite perte de régime et qui alors a bien failli me perdre en route… Cela n'a pas été le cas, mais par moments la lecture m'a parue un peu laborieuse et je n'ai pas retrouvé le plaisir lié à la première partie…
Ce livre est le 1er d'une série de cinq…Pour l'instant, je reconnais avoir moyennement envie de les lire, mais qui sait…
En conclusion, je dirais que je dois certainement avoir quelques gouttes de sang klingon dans les veines, car question humour, on ne peut pas dire qu'ils soient très ouverts ceux là….

Challenge BBC
Challenge Mauvais Genres 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4513
Fifrildi
  24 août 2019
« La S.-F. revue et corrigée par les Monty Python… et Tex Avery. » (S. Barets)
Je n'ai jamais vu le film mais j'ai regardé la bande annonce avant de commencer ma lecture et je dois avouer que cela m'a donné très envie de le regarder. En attendant de mettre la main dessus, je me suis lancée dans cette « trilogie en cinq volumes ».
Pour faire court (il y a déjà 126 critiques), je me suis régalée ! J'ai adoré l'histoire, les personnages (particulièrement Arthur Dent et Marvin), le ton, l'humour et l'ironie.
D'après ce que j'ai lu sur le site https://voyageurgalactique.com/ les deux premiers tomes doivent se lire ensemble car ils « forment le socle ». Je ne vais donc enchaîner avec Le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde.
Voilà, je n'ai pas plus d'inspiration ce matin… je n'ai pas encore pris mon thé.


Challenge défis de l'imaginaire 2019
Les élus de l'IMAGINAIRE 2019
Commenter  J’apprécie          414
Roggy
  01 août 2022
En lisant le Guide du voyageur galactique j'ai eu l'impression de découvrir un grimoire ancien, enluminé, un parchemin prophétique dont les pages seraient une peau vivante, pulsant et changeant d'aspect au fil de la lecture.
Ce roman absurde et satirique possède en bonus un humour britannique complètement délirant, si bien maîtrisé par le scénariste britannique.
Douglas Adam tricote à mots serrés des termes abracadabrants, des délires poétiques et donne vie à des personnages absurdes.
Ce grand classique décape définitivement les codes parfois très policés de la science-fiction.
Ce guide inclassable, sans aucune logique et avec des coups de théâtre tombés de nulle part, emprunte essentiellement ses grandes thématiques à la science-fiction et à la fantasy, ainsi qu'à l'absurde pour finalement nous parler de notre réel, de notre monde et de ses incertitudes, de nous-mêmes et de nos peurs.
En caricaturant avec tact et une vision futuriste très juste, l'auteur anglais fait transcender l'anecdotique pour atteindre l'universel, évoquant la véritable absurdité des choses, de toutes les questions métaphysiques que nous nous évertuons à nous poser, tout en envoyant quelques messages cachés permettant une plus grande identification avec les menaces qui pèsent sur notre planète actuellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (172) Voir plus Ajouter une citation
RoggyRoggy   02 août 2022
N’est-il pas suffisant de contempler un jardin si magnifique, sans avoir à croire en plus que des fées l’habitent ?
Commenter  J’apprécie          120
gouelangouelan   11 mai 2015
- Enfin, dit Ford en s’accroupissant, plein de frissons auprès du robot, pourquoi rester couché ainsi, le nez dans la poussière ?
- C'est un moyen très efficace de se sentir au plus bas, expliqua Marvin. Et ne faites donc pas semblant de vouloir me faire la conversation. je sais fort bien que vous me détestez.
- Mais non.
- Mais si. tout le monde me déteste. C'est dans l'ordre de l'univers. Je n'ai qu'à parler à quelqu'un et on se met à me détester. Même les robots me détestent. Si vous voulez bien maintenant m'ignorer, je pense que je pourrais sans doute m'éclipser.
Il se mit laborieusement sur pied et se tint résolument dans la direction opposée.
" Ce vaisseau me détestait, lança-t-il, découragé, en indiquant l'astrocar de la police.
- ce vaisseau ? dit Ford, soudain très excité. Que lui est-il arrivé ? Vous le savez ?
- Il me détestait parce que je lui ai parlé.
- Vous lui avez parlé ! S'exclama Ford. Comment ça, vous lui avez parlé ?
- Facile : j'étais déprimé, je m'ennuyais tellement que je suis allé me brancher sur ses prises d'interface extérieure.Et puis, j'ai longuement parlé à l'ordinateur, en lui expliquant mes vues sur l'univers, expliqua Marvin.
- Et que s'est-il passé ? insista Ford.
- Il s'est suicidé", dit Marvin, en regagnant à pas lourds le Cœur-en-Or.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
YumeYume   17 juillet 2010
Il est important de signaler que soudain et contre toute probabilité, un cachalot s'était matérialisé à plusieurs kilomètres au-dessus de la surface d'une planète étrangère. Et vu qu'une telle position se révèle difficilement tenable pour un cachalot, la pauvre innocente créature eu fort peu de temps pour assimiler son identité. Voici donc l'ensemble de ses pensées pendant qu'il tombait.

Waaaaouuh hèèè ! Que s'passe-t-il ? Qui suis-je ? Pourquoi suis-je ici ? Quel est le but de ma vie ? Euh.. Que veux-je dire par "qui suis-je" ? Bon, allez, du calme, re-saisissons-nous..
Wouhouu !! Quelle intéressante sensation ! Qu'est-ce que c'est ? Un genre de picotement dans mon... Bon, je suppose que j'ferais mieux de commencer par trouver des noms pour les choses.. euh.. appelons ça une queue ! Oui, queue ! Et qu'est-ce que ce siflement rugissant qui passe en trombe devant c'que j'vais tout à coup baptiser ma tête. Le vent ? Est-ce un nom bien choisi ? On fera avec.. Oui tout cela est tellement excitant, la tête m'en tourne à l'avance. A moins que ce n'soit le vent !? Y'a un sacré vent maintenant, non ? Et qu'est-ce que c'est que cette chose qui me fonce très vite dessus tout à coup ? Si grosse, si plate, si ronde... Il lui faut un nom avec le son "ol" ! Molle, drôle, sol.. Oui "sol", c'est ça, "sol" ! Voilà un bon nom, "sol" ! J'me demande si on va être copains tous les deux. Bonjour, sol !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
BartimeusBartimeus   02 mars 2011
"Je refuse de prouver que j'existe, dit Dieu, car prouver c'est renier la foi et sans foi, je ne suis plus rien.
- Pourtant, remarque l'Homme, le Babelfish en dit long sur le sujet, non ? Son évolution ne saurait être le seul fruit du hasard. Il prouve votre existence et donc, selon votre propre théorie, vous n'existez pas, C.Q.F.D.
- Sapristi, s'exclame Dieu. C'est que je n'avais pas pensé à ça ! " et sur-le-champ il disparaît dans une bouffée de logique.
"Bah c'était facile", dit l'Homme puis - en guise de rappel - il se met à prouver sur sa lancée que le noir est blanc et finit écrasé sur le premier passage pour piétons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          511
gouelangouelan   11 mai 2015
L'une des choses que Ford avait eu le plus de mal à comprendre chez les humains était leur manie de perpétuellement dire et répéter les plus plates évidences, genre :"Quelle belle journée" ou : "Comme vous êtes grand"... Au début Ford avait bâti une théorie pour expliquer ce comportement bizarre : peut-être que si les humains cessaient d'agiter les lèvres, leur bouche risquait de s'ankyloser. Après quelques mois de réflexion et d'observation, il abandonna cette théorie au profit d'une autre : s'ils cessaient d'agiter les lèvres, leur cerveau se mettait à travailler. Au bout d'un moment, il la laissa également tomber, la jugeant d'un cynisme rédhibitoire et conclut en fin de compte qu'il aimait bien les humains après tout; mais il ne laissait pas d'être désespérément affligé par la terrifiante étendue de leur ignorance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320

Videos de Douglas Adams (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Douglas Adams
Les littératures de l'imaginaire peuvent parfois intimider les lectrices et les lecteurs qui auraient peur de s'y perdre. C'est pourquoi la librairie Point Virgule vous propose cette semaine une sélection de romans drôles et accessibles pour découvrir le fantastique ou la science fiction.
- Le club des punks contre l'apocalypse zombie, Karim Berrouka, Actu SF, 29,90€ - Le guide du voyageur galactique, Douglas Adams, Folio SF, 8,10€ - Days, James Lovegrove, Bragelonne, 7,90€ - Neverwhere, Neil Gaiman, J'ai Lu, 8,10€
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La grande question sur la vie, l'univers et le reste

Quelle est la réponse à la grande question sur la vie, l'univers et le reste ?

Un peu plus à l'ouest
La réponse est contenue dans la question
Try and be nice to people, avoid eating fat, read a good book every now and then, get some walking in, and try and li...
42

1 questions
470 lecteurs ont répondu
Thème : H2G2, tome 1 : Le Guide du voyageur galactique de Douglas AdamsCréer un quiz sur ce livre