AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748379985
Éditeur : Publibook (20/03/2012)

Note moyenne : 2.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
En 1989, une équipe de coureurs français, sponsorisée par l’épicerie et la brasserie du coin, s’apprête à effectuer une course sans précédent de Béziers à Moscou pour célébrer le bicentenaire de la Révolution. Son long trajet à travers l’Europe sera ponctué de drames amoureux et de rencontres saugrenues qui prendront peu à peu le pas sur l’exploit sportif à proprement parler. Les quatre hommes et les quatre femmes sont en effet loin de s’imaginer que, dans ce contex... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Myiuki
  30 mai 2013
Une petite foulée pour l'homme, …
Je suis entrée dans ce roman la tête la première, avide de découvrir un peu plus cette Histoire qui me fascine au travers de ce livre. Il faut dire que, ayant eu la chance visiter Berlin, j'étais plutôt enthousiaste à l'idée de redécouvrir ce moment historique qui l'a changée à jamais … ou plutôt qui l'a rendue à elle-même, en en profitant pour faire un petit tour d'horizon européen. Un voyage qui a su me surprendre, mais pas que …
Parlons d'abord du concept de base. Cette course de 6 000 kilomètres, entreprise par 8 coureurs anonymes pour le bicentenaire de la révolution française et qui va les conduire à parcourir les routes d'une Europe sous le joug de la guerre froide, de Béziers à Moscou. Un pari fou qui nous plonge dès le départ dans une sorte de bulle intemporelle, presque, qui nous donne l'impression, sur le bord de la route, de voir passer des extra-terrestres qui, sans le savoir, vont bouleverser la face du monde à la seule force de leurs pieds meurtris. Quel est le but de cette course ? Pourquoi ce parcours et pas un autre ? Beaucoup de questions restent sans réponse avec ce roman, pourtant, on ne se les pose pas vraiment, entraînés que nous sommes dans la foulée des coureurs. On sent leurs douleurs, leur sueur, leurs doutes, leurs moments de faiblesse, et on les accompagne le long de ses routes, de ses villages, de ses frontières qu'ils traversent, prenant ainsi conscience de la face du monde tel qu'il est vraiment, dénué de cet écran de fumée que les autorités imposent aux citoyens de l'époque. C'est un monde troublé, qui pleure, qui saigne, que nous présente ce livre. Un monde coupé en deux, qui s'entretue, qui est tiraillé dans tous les sens mais qui tente de renaître de ses cendres grâce à deux sentiments universels : l'amour et l'espoir. C'est ce message qui m'a le plus touchée avec ce livre, celui de l'entente, fragile, certes, mais possible, celui de la renaissance, de l'avenir. Ce n'est pas un roman à lire au premier degré, il va plus loin que ça, nous offrant en surimpression un autre sens. La course est un prétexte qui nous dévoile une Europe dont a beaucoup entendu parler mais sur laquelle, finalement, on ne sait pas grand-chose aujourd'hui. On soulève ici les secrets, les jeux de pouvoir, les relations internationales, c'est tout un tableau mondial que nous dessine l'auteur au gré des pays que l'on voit défiler sur la carte de l'Europe qui s'inscrit sous nos yeux.
J'ai beaucoup aimé découvrir l'envers du décor de cette course, avec le côté « espionnage » rajouté par l'auteur à l'histoire vraie, initiale. Ça amène forcément un petit plus au roman, même si je l'ai trouvé très « léger » voir trop « répétitif » par moments. On se rend vite compte que, tous ces services secrets qui nous sont présentés et qui entrent en branle au début de la course pour surveiller ces fameux coureurs et comprendre leurs motivations, sont tous, plus ou moins, les mêmes et qu'ils ont tous les mêmes méthodes. J'ai été déçue par cet aspect que j'aurais peut-être aimé plus enlevé, plus imaginatif. J'ai eu le sentiment d'avoir affaire à une esquisse non renouvelée, je ne me suis pas prise au jeu. Pourtant, certaines de ses situations amènent cocasserie et drôlerie au texte, ça aurait pu être mis en lumière d'une manière plus parlante à mon avis. Cela dit, le côté « peu importe votre camp, vous êtes tous les mêmes » m'a frappée, amenant inconsciemment l'idée dans la tête du lecteur, qu'effectivement, peu importe le côté de la barrière sur lequel notre regard se porte, les luttes intestinales de pouvoir sont toujours dirigées par le même type de personnage … le problème ici, c'est que ça en devient presque lassant. On entre dans une ambiance paranoïaque à l'extrême, à coups de « je te tue, tu me tues », de volonté de soulever le lièvre sans jamais y arriver … ça aura pu être prenant mais c'est devenu carrément irréaliste à mes yeux. Trop poussé peut-être dans l'imaginaire, j'ai eu du mal à y croire. Pourtant, j'ai l'idée que c'est parfois ce qu'il y a de plus simple qui peut vraiment surprendre et mettre les experts en déroute … Allez savoir ! Malgré tout, je pense que, sans cet aspect espionnage qui entrecoupe les passages purement consacrés à la course, je me serais sans doute ennuyée pendant ma lecture. C'est la petite touche en plus du livre, celle qui amène un peu de suspens, d'action dans le récit, celle qui vous fait vibrer à certains moments en se demandant s'ils vont vraiment y arriver, mais surtout, ça vous fait essayer de répondre à la question obsédante qui ne vous quitte pas de tout le texte : qui sont-ils réellement ces coureurs ? J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié la fin du roman qui nous en dévoile un peu plus sur eux, un éclairage qui m'aurait cruellement manqué sinon.
Principalement parce que j'ai fini par m'y attacher à tous ces personnages que le lecteur apprend à côtoyer au fil du roman. On se sent fatalement proche d'eux, à s'immiscer ainsi dans leur intimité, à voir leurs relations évoluées, à les voir se surpasser pour atteindre leur but. le côté transcendant de la course est bien rendu, notamment sur la fin. Maintenant, je n'ai pas réussi à m'y impliquer plus avant pour ma part. Rien à voir avec le fait que je n'aime pas la course à la base, c'est juste que, alors qu'ils courraient, moi je restais sur le bord de la route. Même si j'ai été émue, touchée, par les personnages, je n'ai pas embarquée avec eux dans l'épopée qui se déroulait sur le bitume. C'était presque comme si défilait sous mes yeux un film muet, en noir et blanc, impossible de m'y accrocher, j'attendais patiemment les instants où la bande allait s'arrêter pour repasser au son et aux couleurs. J'ai trouvé cet aspect pourtant très réaliste, peut-être trop justement. Je vois bien que cela apporte profondeur et crédibilité au livre, rien à dire de ce côté-là, mais j'ai eu le sentiment d'un défilé de faits, purement formels, pas d'émotions, de ressentis, là-dedans. Etrange car je les ai entrevus ces crampes, ces ampoules, ces bouches asséchées par l'effort, ces souffles courts, oui, je les ai perçus, mais je n'ai pas pu me les approprier. du coup, toute cette partie qui aurait dû m'atteindre ne l'a pas fait. Heureusement, cet aspect-là a vite été rattrapé par les personnages en eux-mêmes, tendres, drôles, attachants, même si, là aussi, je reste sur ma réserve dans la majorité des cas. Il m'a manqué beaucoup de choses pour être conquise par eux à 100%, là aussi, je suis souvent restée sur la touche avec eux et certaines choses m'ont déplu. Ce qui ne m'a pas empêchée de me dire qu'ils étaient un terreau passionnant qui aurait peut-être mérité qu'on s'y arrête un peu plus … Encore une fois, peut-être est-ce dû au nombre de coureurs et à ceux qui les entourent (trop de personnages à traiter ?), ils sont dégrossis, mais la finesse est manquante. Trop de mystères tuent le mystère !
Concernant le style de l'auteur. Simple, efficace, il permet de lire ce livre rapidement, sans encombre. Ce que je pourrais lui reprocher, et là, c'est clairement mon point de vue uniquement, c'est le manque de reflet de la passion qu'il nous laisse entrevoir. Je n'ai pas été passionnée par ce que je lisais, alors que je le voulais réellement, je n'ai pas eu les larmes aux yeux à la fin, alors que j'aurais dû. Je me suis laissée porter par les mots, certes, mais à un rythme lent, très lent. J'ai assisté, de loin, au spectacle, sans arriver à moi aussi monter dans le train de la course. On nous dépeint une peinture, historique et humaine, quelque chose d'unique, de fort, or, la force justement de ce récit, je ne l'ai pas ressentie. J'ai trouvé ça extrêmement dommage car on sent bien l'impact qu'une telle course peut avoir, surtout à cette époque, sur l'homme ou la femme qui y a participé, ça vous change, vous, votre vision du monde, vos rêves et vos espoirs. J'aurais voulu que le message porté par ce livre soit plus marqué encore, qu'il s'imprime en moi, il ne l'a pas fait. Peut-être parce que je connaissais trop cette époque pour me dire que j'apprenais quelque chose de nouveau, peut-être parce que j'en attendais plus d'action, d'originalité, je ne sais pas. Mais, en lisant le résumé, j'ai eu l'idée que j'allais entrer dans le tourbillon d'une folie douce, et je n'ai pas retrouvé ce petit grain de facétie dans le texte. C'est un livre pourtant sensible, et on sent que l'humour tente de s'y faire une place (même si ce n'est pas le genre que j'affectionne que l'auteur emploie), un livre qui est censé vous embarquer dans une aventure hors norme. le style de l'auteur, pourtant bon, ne m'a pas permis d'être subjuguée par l'histoire et d'avoir envie de tourner les pages avec avidité. J'ai survolé cet ouvrage sans jamais arriver à y atterrir …
Malgré tout, c'est un livre que je conseillerais, à qui veut découvrir un peu plus les quelques mois qui ont précédé la chute du Mur de Berlin parce que l'auteur arrive très bien à nous faire ressentir le climat tendu, au bord de l'explosion, dans lequel ces coureurs évoluent. Une petite page de l'Histoire qui a le mérite de sortir du lot.
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sofynet
  31 décembre 2012
L'histoire : Sur une base de départ relativement simple (un groupe de coureur décide de parcourir Bézier-Moscou lors de l'été 1989), nous voilà embarqués dans une aventure d'une tout autre dimension. Imaginez déjà 8 coureurs, entraînes, certes, mais peut-être pas préparés à vivre aussi intensément ce relais, et qui prennent la route, par un beau matin de juillet, pour traverser une grande partie de l'Europe. Tout de suite, les personnalités vont s'affirmer : de Bertrand, le "chef", l'initiateur du projet, meneur un brin tyran, à sa femme qui rapidement ne le supporte plus et s'évade dans ses romans policiers, du joli coeur à la journaliste chevronnée bien mystérieuse, en passant par l'étudiante rêveuse et idéaliste, tous vont apprendre à se connaître et à s'aimer, ou à se détester. Ils seront secondés par un encadrement technique qui ne sera pas non plus sans faille : la kiné pas tout à fait remise de la perte de son mari, le médecin du Monde sur qui on n'est pas sur de pouvoir compter jusqu'au bout, les chauffeurs aux goûts musicaux parfois discutables, les cuisinières sans failles et les cyclistes aux chronos imperturbables. Mais la course va rapidement prendre une autre dimension, sans qu'ils ne le sachent. Les services secrets des plus grandes nations vont se poser des questions sur leur vrai but, en cet été déjà fort tourmenté à l'Est... Pourquoi Moscou ? Pourquoi en courant ? Et qui sont-ils vraiment ??? de la DGSE à la CIA, en passant par le KGB et le MI5, tous présentent des personnages hauts en couleurs, sans que les uns ne puissent rattraper les autres.... Qui aura finalement le dernier mot ? Et traverser certains pays, c'est aussi s'exposer à une certaine curiosité des habitants, pas toujours bien intentionnés.
Le roman nous entraîne vers toutes ces pistes et tisse lentement une toile de plus en plus serrée autour des sportifs, les poussant dans leur dernier retranchement. de surprises en déceptions, de joies en drames, chaque chapitre est un petit morceau de l'histoire et de l'Histoire qui se construit...
le style : Un style simple et agréable à lire. Les chapitres sont courts et se succèdent fluidement pour faire avancer l'histoire. On retrouve beaucoup d'humour dans ce texte et certains passages ou expressions ne sont pas sans rappeller le cinéma des années 60 et les auteurs tels Audiard.
Et la couverture alors ? On comprend beaucoup mieux ce qu'elle représente quand on a finit le roman.
En conclusion ? Une bonne surprise que ce roman qui a la base pouvait sembler très éloigné d'un roman policier. Cette balade au travers de l'Europe, si proche de l'ouverture des frontières, et la mise en scène de tous les enjeux que cela entraine est menée avec beaucoup d'humour et de sensibilité. La vision des services secrets mondiaux est vraiment cocasses et drôles, ne mettant pas vraiment à l'honneur les James Bond de tous bords. Les paysages sont décrits rapidement mais très justement. J'ai eu la chance de voyager dans certaines des villes cités, notamment à Berlin, en janvier 1989, et les lignes de l'auteur m'ont fait revenir en mémoire bien des souvenirs pas toujours faciles. Une belle aventure que celle racontée dans ce livre, adaptée d'une réelle course ayant eu lieu en 1989. Un bon moment de lecture.
Lien : http://sofynet2008.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
harmo20
  15 février 2013
Ce livre fait parti de l'Opération Coup de Coeur à laquelle je participe. J'avoue ne pas voir voté pour ce livre car la couverture ne m'intéresse pas tellement et le résumé non plus.
Bref, j'ai commencé ce livre sans trop savoir à quoi m'attendre, j'ai trouvé le début assez sympathique : des coureurs français qui veulent faire un petit tour d'Europe afin de parcourir 6000km. Tout ça accompagné d'espionnage. Mais très vite l'histoire m'a laissé sur le bord de la route…
L'histoire, des coureurs français qui veulent traverser les pays, ils souhaitent se rendre à Moscou pour ensuite aller à Berlin de l'Est. Il faut savoir que l'histoire se passe avant la destruction du Mur de Berlin en 1989 donc les relations entre les pays étaient très tendus. Mais le projet de Bertrand, l'homme qui a décidé de mettre en route ce projet, va vite se retrouver espionner par les autorités de tous les pays. Mais pourquoi veulent-ils courir à travers les pays ? Quel est leur but ?
J'ai apprécié de découvrir l'histoire des coureurs, surtout à la fin quand on en apprend plus sur eux. Je n'ai pas apprécié les passages des autorités car je n'y connais rien et ne sachant pas de quel pays dépendait telle ou telle autorité… Certes les voir gamberger a été assez drôle mais de ne pas savoir a été difficile. Il y a la CIA, le DGSE, le KGB et le MI5, au fil de ma lecture j'arrivais à les repérer mais il m'a fallut du temps.
Beaucoup de descriptions dans ce roman, ce qui a donné quelques longueurs que je n'ai pas très apprécié. Les chapitres sont longs comme courts mais le texte est aéré. On comprend la couverture de cet ouvrage à la fin de l'histoire.
Chaque personnage a sa propre histoire et désire participer pour une envie et des raisons personnelles. Au fil du temps on apprend à connaître leur histoire et j'ai particulièrement aimé Marie car c'est une fille très mystérieuse qui aime les aventures. Bertrand est assez spécial comme chef, il délaisse sa femme et gueule sur les autres… Isabelle, la femme de Bertrand, passe son temps libre à lire. Daphné, la fille de Marie, va avoir un coup de foudre pour un Berlinois. Que serait un roman sans une histoire d'amour ? Il y a aussi Jack, Franck… En tout, ils sont 8 coureurs, accompagnés d'une kiné, de médecins…
L'auteur nous fait part que ce projet de courir de Béziers à Moscou pour faire 6000km est une histoire vraie, elle a rajouté le coté espionnage pour donner du suspens à son ouvrage.
En conclusion, mon avis est mitigé sur cet ouvrage, des points négatifs comme des points positifs.
Lien : http://livres-films-series.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meldc
  28 janvier 2013
Autant vous le dire tout de suite, les histoires policières, ou celles qui présentent des espions, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Même au cinéma, je m'endors devant James Bond, charme britannique ou pas. Je n'étais donc sans doute pas la cliente idéale pour ce titre sous fond de guerre froide, avec ses espions qui surgissent de tous les côtés, et je l'ai commencé plusieurs fois avant de me décider à le lire.
Malheureusement, mon a priori négatif ne s'est pas vraiment résorbé durant ma lecture. J'ai eu beaucoup de mal avec le style : le livre est rédigé au présent, ce qui pourrait donner une impression de dynamisme... j'ai surtout eu du mal à déterminer quand une action s'achevait, j'avais le sentiment que les étapes se déroulaient toutes en même temps, ce qui était parfois dérangeant.
Par ailleurs, l'ouvrage présente un certain nombre de personnages, tous décrits en quelques lignes à peine. Je n'ai pas réussi à pénétrer assez dans leurs pensées ou leurs ressentis pour m'attacher à eux, même les plus sympathiques, et à part un personnage plus mystérieux que les autres, je n'avais pas vraiment envie de savoir ce qui allait leur arriver.
Quant aux personnages secondaires, savoir que l'un d'entre eux prend de la coke à chaque fois que l'on parle de lui m'a semblé un peu répétitif au bout de plusieurs occurences.
C'est d'autant plus dommage que l'histoire en elle-même n'est pas inintéressante. Il est assez amusant de voir qu'une bande de coureurs peut mettre en déroute les services secrets de plusieurs pays, sans même le savoir. Cette avalanche d'espions qui se lancent à leurs trousses et analysent leurs moindres faits et gestes en devient presque gaguesque. Il y a aussi une part de leur vie privée (notamment celle de Marie) qui entretient le suspense tout du long. Les ravages de la promiscuité sont aussi finement montrés d'une manière qui n'a rien à envier aux émissions de téléréalité. Mais je n'ai pas réussi à m'accrocher à ce livre. Peut-être parce que voir, dès le début, des coureurs qui se sont entraînés pendant des mois, ou qui ont déjà fait des marathons, s'effondrer alors qu'on ne leur demande que de courir pendant une heure par jour, ne m'a pas semblé très crédible
Lien : http://made-in-mel.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Conso-Mag
  29 août 2013
Regardant la pile de bouquins que mes supérieurs hiérarchiques, un tantinet tyranniques, m'ont refourgué, je m'aperçois qu'au milieu de l'îlot de livres blancs de la Société des Écrivains, se cache un petit livre noir. Intrigué, je m'approche, doucement, avec précaution. Je l'empoigne enfin, pas rassuré, et là surprise, c'est un polar publié via « Mon petit éditeur » .
Mon petit éditeur est une maison d'édition qui permet aux nombreux écrivains débutants d'envoyer directement leurs manuscrits sur le site internet. En cas d'accord, le livre sera alors tiré à la demande. Ah l'imprimerie numérique… Joëlle Adani a donc profité de ce système pour publier un nouveau roman : Une brèche dans le mur. Elle n'en est en effet pas à son coup d'essai, puisqu'elle avait notamment déjà écrit La Diagonale, publié chez Publibook.
Nous voici donc en présence d'un roman policier. le contexte est tout à fait original. Quatre coureurs et quatre coureuses décident de rallier Béziers à Moscou pour fêter le bicentenaire de la Révolution Française. Les plus doués l'auront compris, l'action se déroule en 1989. Les intellos ont même déjà compris le contexte : 1989, c'est la fin de la guerre froide. Ainsi, ces huit personnages vont être soupçonnés d'espionnage par les services spéciaux français, anglais et américains. L'originalité de l'intrigue et l'humour omniprésent lié à l'absurdité de certaines situations sont les points forts de ce livre.
De même, le roman débute bien et est très prenant. Cependant, au fur et à mesure que l'on progresse dans les évènements, l'histoire a tendance à s'enliser un peu. Heureusement, le dénouement de ce roman rattrape un peu ce gros défaut.
Enfin bref, une histoire basée sur des faits réels, une intrigue vraiment intéressante, un style fluide et vivant. Un bon début, une bonne fin, mais un manque en cours de récit. le tout pour une lecture qui reste agréable.
Lien : http://www.conso-mag.com/rev..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
876 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre