AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072721984
84 pages
Gallimard (02/03/2017)
4.38/5   326 notes
Résumé :
"Je suis convaincue de l'urgence morale qu'il y a à nous atteler à imaginer ensemble une éducation différente pour nos enfants, pour tenter de créer un monde plus juste à l'égard des femmes et des hommes." À une amie qui lui demande quelques conseils pour élever selon les règles de l'art du féminisme la petite fille qu'elle vient de mettre au monde, Chimamanda Ngozi Adichie répond sous la forme d'une missive enjouée, non dénuée d'ironie, qui prend vite la tournure d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
4,38

sur 326 notes
5
39 avis
4
21 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis

Sachenka
  16 novembre 2020
Chère Ijeawale (ou un manifeste pour une éducation féministe) est un court ouvrage qui m'a agréablement surpris. Beaucoup plus que ce à quoi je m'étais attendu. En effet, Chimamanda Ngozi Adichie félicite son amie Ijeawale pour la naissance de sa fille et lui donne quelques conseils, suite à sa demande, (et, par le fait même, à tous ses lecteurs) dans la manière de l'éduquer. le mot féministe fait encore parfois sourciller mais il ne devrait pas en être ainsi. Ce petit bouquin devrait être lu par toutes les mères mais aussi par tous les pères. Par tout le monde, en fait. Ne dit-on pas que ça prend tout un village pour élever un enfant. Quand j'ai entamé ma lecture, je craignais y retrouver un certain nombre de conseils (un grand nombre?) qui s'appliquait essentiellement à l'éducation des enfants au Nigéria ou en Afrique mais il n'en est rien. Il faut croire que les stéréotypes et les enjeux (difficultés?) rencontrés par les femmes sont les mêmes partout. Surtout, que le désir que la prochaine génération de filles, de femmes, aient les mêmes privilèges. le manifeste est divisé en quinze suggestions. À commencer par : « Apprend-lui que les ‘'rôles de genre'' n'ont absolument aucun sens ». En effet, «'' Parce que tu es une fille'' ne sera jamais une bonne raison pour quoi que ce soit. » (p. 25). Aussi, « Apprends à lire à Chizalum », ou bien « Parle-lui de sexe, et commence tôt », parce que tout passe par l'éducation. le plus important serait surtout de traiter les enfants comme des êtres humains d'abord et avant tout, sans égard au sexe. Toutes ces suggestions traitent des inégalités hommes/femmes (évidemment) et de la manière de les éviter, de les enrayer mais certaines, de par l'ouverture qu'elles prônent, peuvent s'appliquer à d'autres situations d'injustices et de stéréotypes (raciaux, sexuels, etc.). Bref, une belle leçon d'amour, de tolérance et d'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Shan_Ze
  08 décembre 2018
J'avais déjà entendu parler de Chimamanda Ngozi Adichie (Americanah) et quand j'ai vu ce petit essai sous forme de lettre, j'ai eu envie de le lire. J'ai trouvé qu’Adichie avait une belle écriture, elle met les bons mots sur les bonnes idées quand elle répond à la mission de son amie Ijeawele de lui donner conseil pour l'éducation de sa fille. En quinze suggestions, elle conseille très justement son amie en lui disant de considérer d'abord sa fille comme une personne, un être humain et non comme comme une fille De faire attention à toutes les idées reçues qu'on donne aux filles dès leur plus jeune âge. Elle s'appuie sur la culture nigériane (Igbo) ainsi que celle américaine. Les deux considèrent la femme d'une façon non égalitaire dans les relations sociales. Elle explique aussi la façon d'éduquer les filles dans leurs jeux, leurs centres d'intérêts doit être identique à celles des garçons.
Ca se lit très bien et il fait réfléchir sur notre façon de voir les choses !
Commenter  J’apprécie          292
ghislainemota
  16 juin 2021
Je n'ai pas lu les nombreuses critiques de ce manifeste et donc je ne parlerai que de mon ressenti.
Je me suis aperçue en lisant cette longue lettre que j'ai élevé mes filles avec des idées féministes sans attendre les mouvements actuels.
Mais ces recommandations s'adressent à une jeune maman nigérienne qui demande des conseils. Et on s'aperçoit que les femmes de ce pays ont encore beaucoup de mal pour sortir des présupposés imposés par la pression culturelle.
En tout cas en tant que jeune maman je n'aurai pas apprécié les injonctions d'éducation qu'Adichie propose d'autant qu'elle n'était pas mère lors de cet écrit.
Elle oublie que les parents ne sont pas les seuls pour la formation d'un enfant: les connaissances extérieurs à la famille jouent un grand rôle.
Elle oublie qu'à l'adolescence l'enfant se confronte très souvent à sa famille pour trouver sa propre voie.
L'auteure ne tient pas compte du caractère de l'enfant; l'éducation est plus complexe que toutes ces suggestions.
Vous avez compris que ce livre m'a agacée.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LuMM
  11 juin 2018
Ce livre est en fait une longue lettre (et un court essai) que l'auteure adresse à une amie venant de donner naissance à une petite fille qui lui demandait conseil.
Prenant des exemples concrets de la vie de tous les jours, elle met en évidence tous ces carcans, ces habitudes, ces stéréotypes limitants que nous relayons sans même nous en rendre compte.
Mais elle ne s'arrête pas au simple constat, elle propose aussi des pistes intéressantes, des choses plutôt simples et finalement assez évidentes pour penser l'éducation de nos enfants (filles et garçons) d'une façon égalitaire.
Efficace et salutaire…
Commenter  J’apprécie          250
OverTheMoonWithBooks
  27 juillet 2017
Second essai de la nigériane Chimamanda Ngozi Adichie sur le féminisme. J'avais beaucoup aimé le précédent - Nous sommes tous féministes.
Dans cet essai-là, on retrouve beaucoup d'idées qu'elle avait déjà développées dans son précédent essai. La différence cette fois-ci est que son propos est plus structuré puisqu'il est "classé" en 15 suggestions dans une lettre à son amie Ijeawele.
Certains points étaient plus convaincants que d'autres, mais dans tous les cas cela m'a fait réfléchir sur mes pratiques et
c'est ce qu'on attend d'un essai.
Quelque soit notre vision des choses sur ce sujet, il me semble qu'il et toujours important de parler de féminisme et d'éducation des filles car malgré les droits acquis, certains clichés ont la vie dure. Et pas sûr que l'image de la femme (objet) moderne soit tellement plus enviable que la femme au foyer des décennies précédentes.
A lire pour se faire sa propre opinion !


Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (2)
LaCroix   21 avril 2017
Chimamanda Ngozi Adichie, d’une lettre adressée à son amie devenue mère, fait un manifeste d’éducation féministe. Humble, courageux et pragmatique.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LaLibreBelgique   09 mars 2017
Au-delà de sa visée - modeler une éducation différente à l’intention des enfants, ce texte est à mettre entre toutes les mains. Toutes.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
CelinemlireCelinemlire   16 mai 2022
Maintenant que je suis moi aussi mère d'une délicieuse petite fille, je réalise à quel point il est facile de donner des conseils sur la façon d'éduquer un enfant quand on n'est pas réellement confrontée soi-même à l'immense complexité de cette tâche.
(p.12)
Commenter  J’apprécie          00
LuMMLuMM   30 mai 2018
Savoir cuisiner n'est pas une compétence préinstallée dans le vagin.Cuisiner s'apprend. Cuisiner- de même que les tâches domestiques en général- est une compétence de base qu'idéalement les hommes comme les femmes devraient avoir. C'est également une compétence qui se refuse parfois aux hommes comme aux femmes.
Commenter  J’apprécie          211
musaraneusmusaraneus   24 juillet 2018
Apprend-lui qu'aimer ce n'est pas seulement donner, c'est aussi recevoir. Ce point est important car nous transmettons des injonctions subtiles aux filles : nous leur enseignons qu'une part importante de leur capacité à aimer réside dans leur faculté d'abnégation. Nous n'enseignons pas cela aux garçons. Apprends-lui que pour aimer, elle devra donner d'elle-même, sur le plan émotionnel, mais qu'elle devra aussi attendre qu'on se donne à elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   18 juillet 2017
C'est drôle - de cette façon dont les choses désespérantes sont drôles - qu'en 2016 on parle encore de cuisine comme d'une sorte de "test de mariabilité" pour les femmes. Savoir cuisiner n'est pas une compétence préinstallée dans le vagin. Cuisiner s'apprend. Cuisiner - de même que les tâches domestiques en général - est une compétence de base qu'idéalement les hommes comme les femmes devraient avoir. C'est également une compétence qui se refuse parfois aux hommes comme aux femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JumaxJumax   06 octobre 2017
Maintenant que je suis moi aussi mère d'une délicieuse petite fille, je réalise à quel point il est facile de donner des conseils sur la façon d'éduquer un enfant quand on n'est pas réellement confrontée soi-même à l'immense complexité de cette tâche.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Chimamanda Ngozi Adichie (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chimamanda Ngozi Adichie
Fashion has been both the subject of, and the vehicle for, many of Leibovitz's images, which have graced the covers and interiors of countless publications and magazines around the world. In conversation with her longtime editor at Phaidon, Deb Aaronson, Leibovitz shares stories from her ambitious fashion shoots—including looks by designers such Alexander McQueen, Yves Saint Laurent, and Rei Kawakubo—alongside tales of her encounters with a wide and diverse range of icons: from fashion designers such as Stella McCartney and Karl Lagerfeld to Kate Moss, Serena Williams, politicians Alexandria Ocasio-Cortez and Nancy Pelosi, and cultural figures—Queen Elizabeth II, Lady Gaga, and Chimamanda Ngozi Adichie—to name a few.
Starting in 1970, when Leibovitz began creating what became her ground-breaking work for Rolling Stone, to her work at Vogue and Vanity Fair in the 1980s, and through to present day, Leibovitz reflects on her career, the individuals she has photographed, the editors she has worked with, and how her distinctive approach has developed and evolved over the last half century.
Presented with indie booksellers A Cappella, Arcana: Books on the Arts, Bookhampton, Books & Books, Left Bank Books, Politics & Prose, Rizzoli Bookstore, RJ Julia Booksellers, Square Books, and Type Books.
+ Lire la suite
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

nous sommes tous des feministes

Qui est le meilleur ami de l'autrice ?

Louis
Okoloma
Kene

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Nous sommes tous des féministes (Album) de Chimamanda Ngozi AdichieCréer un quiz sur ce livre