AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782757894996
128 pages
Points (19/08/2022)
4.04/5   12 notes
Résumé :
une famille, quelque part dans un quartier populaire d’Alger.
L’auteur en offre une « coupe transversale » en donnant parole à tour de rôle à chacun de ses membres, croisant ainsi les regards, les vécus individuels, les perceptions réfractées d’un quotidien fait de promiscuité, de désœuvrement, de mal-vie…
S’en dégagent la solitude tragique des êtres et leur peine à vivre, dans la révolte et le désespoir, parfaitement rendus par la structure même de l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MonBoudoirLivresQ
  16 mai 2016
J'ai acheté ce livre pour quatre raisons : son titre, son résumé, sa couverture et son auteure . Je l'ai découvert par hasard quand je faisais une petite recherche sur les plumes féminines algériennes.

*J'ai aimé ce titre !
D'habitude je n'achète pas un livre parce que son titre me plaît mais le mot "papicha" m'a interpellée.
Papicha dans le langage algérien signifie une fille coquette qui aime se faire belle, s'habiller, qui fait sa mignonne.
*J'ai été intriguée par le résumé: voyant le titre, je voulais découvrir le contenu. Je voulais absolument faire le rapport entre le titre et ce qui était dit dans le quatrième de couverture mais je n'y suis pas parvenue. Quand je suis dans cet état, je dévore le livre en peu de temps rien que pour trouver le lien.
*J'ai été séduite par la couverture: Je peux dire qu'elle est superbe! Une main, des ongles vernis et... une cigarette. J'ai crié: Ouaiii ça promet! J'aime l'audace. Je vous rappelle juste que dans mon pays, une femme qui fume est mal vue.
De quoi va parler l'auteure? Une révolte? Un ras le bol? Un florilège de questions dans ma tête
*J'ai eu un coup de foudre pour l'auteure : un titre et une couverture et je suis accro à Adimi sans la lire. Je me suis dit : Je prends tout ce que tu écriras, je m'en fous; j'ai eu un coup de foudre littéraire.
Je me rappelle que le jour où j'ai acheté le roman je devais déjeuner avec ma frangine. Résultat : un repas de muets hahahah Je lisais en dévorant ma salade. Je lui disais : Yoooo le livre déchire. Je lui lisais les passages tantôt en riant, tantôt en soupirant de tristesse. [Zahrat El Riadh si tu passes par là confirmes STP]
Je vais arrêter de parler pour me concentrer sur le roman. Alors voilà : le livre se subdivise en plusieurs chapitres. Chaque chapitre a pour titre le nom d'un des personnages. Neuf en tout : Adel , Kamel, Sarah, Yasmine, Mouna, Tarek, Hadj Youssef, Hamza. Et un épilogue qui m'a laissée sur ma faim.
Dès les premières lignes j'ai été plongée dans le sombre et l'obscure. J'étouffais.
Au fil des chapitres, je partageais le quotidien des personnages, dans le bus, à la fac, à la maison. de loin ou de près, j'ai dû côtoyer pas mal de personnes qui sont représentées par des noms dans ce roman. Je me sentais dans mon élément. Il s'agit vraiment d'une famille typiquement algérienne. j'ai reconnu un Tarek , une Yasmine et une mère.... Cette mère m'a énervée et fait de la peine à la fois. Elle voulait comme toutes les mères du monde, voir ses enfants réussir leurs études, leur vie privée,... Déçue, aigrie, elle devient distante et j'ose dire très méchante.
Adel avec ses non-dits, Yasmine et ses projets, Hadj Youssef le vicieux, Sonia la dépressive, Mouna la petite rêveuse... Tout un monde qui reflète notre société "malade".
L'auteure a eu cette bonne idée de mettre une famille entière dans le collimateur d'une société qui se base sur les préjugés et qui montre du doigt toute personne qui n'adhère pas aux sois-disant conventions.
Au bout des 155 pages, je me suis réveillée! J'ai eu envie de crier. le livre se termine pas un suicide. le suicide d'un homme. Mais qui? Adel? Hamza? J'ai repris le livre , je l'ai relu. J'en ai voulu à l'auteure. Je voulais savoir.
Quelque part, au fond de moi, je pensais à Adel. Après ce qu'il avait subi, il a dû en avoir assez des jeunes de son quartier et de leur moquerie. Puis j'ai pensé à Hamza, le fou (ou pas) dont la mort va sûrement libérer certains. J'ai fini par me dire qu'il valait mieux ne pas le découvrir.
Pour son premier roman, Kaouther Adimi a surpassé mes attentes. Une écriture captivante et fluide. le style fort et imposant contraste avec la douceur de son visage angélique. Une plume mûre et consciente.
155 pages après :je fais un standing ovation à la force de sa plume.
On pourrait sous-estimer le roman, on pensera que c'est du léger. Croyez-moi, ce petit livre a tout d'un grand... et d'une noirceur!!!!! ....je trouve pas le mot.

J'ai reposé les pieds sur terre. Ce livre est mon nouveau billet pour le terre à terre. Une claque pour moi qui rêvasse loin de la réalité sociale.
A LIRE

Mon coup de coeur:
*Yasmine : j'aime beaucoup sa façon d'"envoyer promener" le monde. Elle reflète une autre image d'elle mais au fond c'est une fille très mûre et intelligente.

Lien : http://monboudoirdelivres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
valaire
  09 juillet 2022
Dans ces portraits croisés des membres d'une famille algérienne, l'auteur nous offre une vision à la fois noire, réaliste sûrement de l'Algérie d'aujourd'hui. Chaque chapitre est consacré à un personnage des enfants, à la mère. Ils vivent dans la promiscuité, ils crient leur difficulté d'être, leur solitude. S'esquisse un tableau d'une ville dure et sévère où les enfants grandissent dans le harcèlement, dans des quartiers misérables, où même l'université n'offre guère de débouchés.
Il y a peu de moments réjouissants dans ce petit roman. L'auteur sait s'effacer pour se glisser dans la peau, les doutes, les rêves avortés, la folie aussi de chacun des personnages. C'est profondément noir et l'espoir de vivre mieux semble perdu dans cette Algérie où les difficultés noient toute possibilité de bonheur. Même cette petite papicha, Lolita, doute de son amour. Un premier roman émouvant
Commenter  J’apprécie          00
carto
  11 juillet 2022
J'ai eu le plaisir de tirer au sort ce magnifique ouvrage lors du pique-nique organisé par Babelio, et de découvrir un récit plein de sensibilité et justesse. L'autrice y décrit une génération algéroise qui oscille entre les rêves d'un avenir meilleur et le désespoir face à des réalités implacables. En effet, Kaouther Adimi dépeint sans détour comment les aspirations des uns survivent et comment celles des autres prennent fin dans une société où le calcul de l'équilibre entre la tradition et la modernité reste complexe. Les portraits sont servis par une écriture ciselée et percutante.
Commenter  J’apprécie          10
zeropointu
  03 décembre 2011
La famille de Yasmine semble quelque peut excentrique, mais ne l'est pas tant que ça. Individuellement, tout ses membres peut être, mais ils forment quand même un tout assez standard. le mauvais sort semble avoir élu domicile chez cette famille, que l'échec et le désespoir, la souffrance et la folie, semblent ...
Lien : http://djbeltounes.wordpress..
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
raniamiriamraniamiriam   21 juin 2014
Il y a dans la nuit quelque chose qui m'attire. Un silence qu'on ne peut retrouver dans le jour. Une sensation d'épaisseur et de lourdeur difficile a définir. Une impression de finitude.
Commenter  J’apprécie          100
MonBoudoirLivresQMonBoudoirLivresQ   16 mai 2016
"Les papiches crient : papicha, papicha!
Et moi je cours, les cheveux dans le vent,
Le sourire aux lèvres, les ballerines par devant,"

http://monboudoirdelivres.blogspot.com/
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Kaouther Adimi (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kaouther Adimi
C'est un terrain vague, au milieu d'un lotissement de maisons pour l'essentiel réservées à des militaires. Au fil des ans, les enfants du quartier en ont fait leur fief. Ils y jouent au football, la tête pleine de leurs rêves de gloire. Nous sommes en 2016, à Dely Brahim, une petite commune de l'ouest d'Alger, dans la cité dite du 11-Décembre. La vie est harmonieuse, malgré les jours de pluie qui transforment le terrain en surface boueuse, à peine praticable. Mais tout se dérègle quand deux généraux débarquent un matin, plans de construction à la main. Ils veulent venir s'installer là, dans de belles villas déjà dessinées. La parcelle leur appartient. C'est du moins ce que disent des papiers « officiels ».
Avec l'innocence de leurs convictions et la certitude de leurs droits, les enfants s'en prennent directement aux deux généraux, qu'ils molestent. Bientôt, une résistance s'organise, menée par Inès, Jamyl et Mahdi.
Au contraire des parents, craintifs et résignés, cette jeunesse s'insurge et refuse de plier. La tension monte, et la machine du régime se grippe.
A travers l'histoire d'un terrain vague, Kaouther Adimi explore la société algérienne d'aujourd'hui, avec ses duperies, sa corruption, ses abus de pouvoir, mais aussi ses espérances.
Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi vit désormais à Paris. Après deux premiers livres, L'Envers des autres (prix de la Vocation 2011) et Des pierres dans ma poche, elle connaît un important succès avec Nos richesses (Prix Renaudot des lycéens), paru au Seuil en 2017, évocation du légendaire libraire et éditeur Edmond Charlot.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature maghrebineVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

André Gide

Né en ...

1869
1889
1909
1929

10 questions
103 lecteurs ont répondu
Thème : André GideCréer un quiz sur ce livre