AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Enquêtes du département V tome 9 sur 10
EAN : 9782253243922
672 pages
Le Livre de Poche (31/05/2023)
  Existe en édition audio
3.91/5   1023 notes
Résumé :
En replongeant dans une affaire non résolue datant des années 1980, Carl Mørk et l’équipe du Département V découvrent avec stupeur que depuis trente ans, un tueur particulièrement rusé choisit avec une régularité effrayante une victime et l’élimine en déguisant ce meurtre en accident ou en suicide. À chaque fois, sur le lieu du crime, un petit tas de sel. Sur fond de restrictions sanitaires dues au Covid-19, Mørk et ses acolytes se lancent dans une enquête dont ils ... >Voir plus
Que lire après SelVoir plus
L'Hypnotiseur par Kepler

Joona Linna

Lars Kepler

3.97★ (15443)

9 tomes

Une enquête de Jana Berzelius : Marquée à vie par Schepp

Jana Barzelius

Emelie Schepp

4.09★ (3368)

7 tomes

Critiques, Analyses et Avis (151) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 1023 notes
Après « Miséricorde », « Profanation », « Délivrance », « Dossier 64 », « L'effet Papillon », « Promesse », « Selfies » et « Victime 2117 », le Département V de la police criminelle de Copenhague reprend du service avec le suicide d'une femme le jour de son soixantième anniversaire. Si ce genre dossier n'est généralement pas réservé au fameux service de police chargé d'élucider les vieilles affaires non résolues, ce décès semble toutefois lié à une ancienne enquête datant des années 80, ainsi qu'à un tueur en série particulièrement méticuleux qui sévit en toute impunité depuis plusieurs décennies sans qu'aucune piste ne mène à lui… sauf qu'il laisse à chaque fois un peu de sel de cuisine sur les différentes scènes de crime déguisées en accident ou en suicide.

Après s'être brillamment frotté au passé d'Hafez el Assad, le personnage le plus attachant et le plus mystérieux de cette saga, lors du tome précédent, Jussi Adler-Olsen semble éprouver un peu de mal à démarrer cette neuvième enquête du Département V. Ce n'est qu'au moment où tout semble indiquer qu'il ne reste que quelques jours pour sauver la prochaine victime du fameux meurtrier que l'intrigue devient vraiment prenante. Ce compte à rebours met cependant trop de temps à se mettre en place, surtout que même les différents personnages semblent un peu plus insipides que d'habitude. La pandémie de COVID-19 et les restrictions sanitaires qui obligent Carl Mørck, Hafez el Assad, Rose et Gordon à plus enquêter par téléphone que sur le terrain y sont peut-être pour quelque chose ou alors c'est l'auteur qui s'essouffle un peu après avoir livré un excellent huitième tome ?

Si le neuvième dossier de ce « Cold Case » à la danoise s'avère donc légèrement moins emballant, l'intrigue de fond qui se rapprochait de Carl Mørck et de ses anciens collègues au fil des tomes prend ici une tournure pour le moins surprenante lors du cliffhanger final, annonçant un dixième volet que l'on espère explosif pour conclure cette excellente série !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
Commenter  J’apprécie          1157
Haaaa que dire ? Déjà après Victme 2117 je me demandais bien comment Jussi Adler Olsen allait redonner vie à ses personnages du Département V et bien et bien c'est en plein confinement Covid que cela se fait. Sachez que la police a maintenant de nouveaux locaux et que Carl et ses comparses du Département V ne sont plus cachés au sous-sol qui se refait un décor mais à l'étage avec les autres collègues de la police. Et bien, malgré ce que j'aurais cru, ce réaménagement ne semble pas trop les déranger...Voici que le suicide d'une femme fait ressortir des liens avec d'autres affaires et on mobilisera le Département V là-dessus. Et c'est là qu'on s'apercevra que certaines morts, suicides ou accidents, ayant eu lieu des années auparavant, ne sont peut-être pas ce que l'on croit être. Mais mais mais, ça traine. Disons donc que le poussif, la lenteur non les longueurs, l'ennui sont dûs à la pandémie qui a le dos bien large et qui excuse mon agacement.
Oui je me suis attachée aux personnages de Rose, Gordon, Assad et Carl. Oui je prenais plaisir à les retrouver. Oui j'appréciais leur humour, leur amitié, leur loyauté mais ce neuvième titre des enquêtes du département V m'a laissé sur ma faim. Un pavé de 550 pages pour persister à nous dire ce que l'on sait déjà à la moitié du livre où tout est livré très clairement. Honnêtement, j'ai pris beaucoup moins de plaisir à retrouver mes amis des dossiers non résolus de la police danoise. Il me manquait ce petit quelque chose chez chacun d'eux qui faisait leur charme, petit quelque chose probablement détruit par le sani gel, les gestes barrières, le masque, la distanciation physique et le virus. Carl est papa/gaga d'une petite fille; Assad a des problèmes familiaux, Rose est toujours aussi cinglante et Gordon prend la place qui lui revient mais , à mon humble avis, il manquait justement de Sel à la sauce.
Commenter  J’apprécie          5412
Me revoilà immergée dans les enquêtes du Département V, après un arrêt de quelques années. Et si je n'ai pas été capable de suivre la vie privée des personnages pour cause de gros trous , j'ai néamoins pris beaucoup de plaisir à les retrouver. Et quelle ne fut pas ma surprise de les voir sortir du Département V, de les voir un peu "à l'air libre", j'ai été rassurée sur la fin, Adler Olsen réservant un croche-pied à l'un des inspecteurs, histoire de bien nous inviter à voir comment il se sort de ce guêpier dans le tome prochain !
Et quelle ne fut pas ma surprise de voir le Covid et un confinement débarquer dans la vie de nos héros...

Comme d'hhhhaaaabitude, le Département V va devoir résoudre une cold case. Comme d'habitude, rapidement ils vont extraire de tous ces dossiers , un élèment troublant et récurrent : la présence d'un petit tas de sel sur le lieu d'accidents ou de suicides qui n'en sont pas vraiment .
Et si au début , on se prend (non, pas d'affection, mais) de compréhension, pour la cause défendue par "le" meurtrier qu'on comprend un peu, très vite , on se dit " Mais quel(le-s) cinglé(e-s) !

Entre bonhomie (au début), et intensité dans les derniers chapitres, je me suis surprise à dévorer les lignes, à sauter des mots pour savoir si...
Les jeux de mots (involontaires) d'Assad sont toujours aussi savoureux, l'entraide entre cette équipe est sympathique, mais le fait que l'auteur mette des (énormes) battons dans les roues du Département en visant un de ces équipiers, sent un peu trop la recette pour faire sortir le lecteur de ses gonds, et le précipiter dans une fin en forme de feux d'artifice. (Et dans le mot feux d'artfice, il y a " artifice" ). Ça m'a un peu génée , tout en étant, je le reconnais, hyper efficace pour faire accélérer mon petit coeur bien malmené dans ce thriller...

Efficace !
Commenter  J’apprécie          506
Pour ne pas déroger à mes mauvaises habitudes, voici encore un ouvrage dans lequel je me suis plongée sans avoir lu les précédents... Finalement ce vilain défaut a eu pour conséquence de me faire acheter "miséricorde" car j'ai tellement aimé ce livre que j'ai envie de dévorer toute la série dans l'ordre cette fois-ci!

Dans "Sel", on retrouve nos personnages en décembre 2020, en pleine deuxième vague du covid. Alors que tout le monde se prépare à ce que le pays soit reconfiné, un décès brutal va amener Carl Mørk et le reste du Département V à rouvrir de vieilles enquêtes non résolues où le dénominateur commun est un tas de sel de table retrouvé sur chaque scène de crime.

Ouvrage addictif, une véritable course contre la montre va alors se jouer pour les membres de l'Unité habitués à résoudre des affaires classées. Dès les premiers chapitres, nous sommes plongés dans plusieurs histoires se déroulant à plusieurs époque. Il va en naître des enquêtes passionnantes que l'on va rapidement chercher à rattacher les unes aux autres.
Je me suis rapidement attachée aux membres de l'équipe qui, même s'ils sont très différents, sont vraiment complémentaires. J'ai notamment beaucoup aimé les expressions d'Assad surtout celle où il est question de chameaux!

Même si "Sel" nous rappelle les heures assez sombres de la covid 19, je me suis régalée à écouter cet ouvrage dont la voix de Julien Chatelet se prête parfaitement au texte. Je suis contente de savoir que je vais pouvoir la retrouver lors de mon écoute des précédents tomes prévue prochainement.

Je tiens vraiment à remercier Audiolib et Netgalley France pour toujours proposer de très bons ouvrages policiers que l'on ne se lasse pas d'écouter...
Commenter  J’apprécie          382
Une nouvelle enquête du Département V ! Super, je me jette dessus.
C'est un vrai plaisir de retrouver toute l'équipe. J'ai de l'empathie pour chacun d'eux. Ils ont tous réussi à me charmer.
Certains vont trouver que l'histoire est lente et qu'il ne se passe pas grand chose. Moi, je trouve au contraire que l'auteur a bien su rendre l'immobilisme engendré par la COVID et les confinements.
Et petit plus dans ce tome, Carl a de gros problèmes insoupçonnés et Gordon est mis à l'honneur au cours de l'enquête.
En bref, j'ai beaucoup aimé ce volume, même si je n'ai pas ressenti les trépidations que m'avait provoquée la lecture des tomes précédents. C'est toujours agréable de retrouver les personnages auxquels on est attachés.
Commenter  J’apprécie          410


critiques presse (3)
LePoint
11 août 2022
La piste « tas de sel/mort suspecte », aussi incongrue qu'elle soit, mène à ce qu'on n'attendait pas. Et prête surtout à rire, même jaune, comme toujours chez Adler-Olsen, qui mêle humour acerbe, cynisme et désir de justice sociale poussé à son paroxysme… Jouissif.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeJournaldeQuebec
25 juillet 2022
C’est avec une bonne dose d’humour que l’écrivain danois Jussi Adler-Olsen nous sert le 9e et avant-dernier épisode des enquêtes du Département V.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeDevoir
19 juillet 2022
Petit malaise, disons-le tout de suite. Cette enquête du célèbre département V, dirigé par Carl Mørck, sonne… faux. Ce n’est pas l’intrigue qui est en cause, au contraire : elle est infiniment complexe, et le lecteur mettra des centaines de pages avant de saisir vraiment de quoi il est même question ici.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (116) Voir plus Ajouter une citation
C’est dans les yeux qu’on peut lire l’amour, la déception et la peur. Dans les yeux que s’expriment les pensées les plus intimes d’un être. Mais dans ceux-là, il ne lut aucun sentiment. Il ne vit qu’un regard fixe, vide et sans pitié.
Commenter  J’apprécie          10
On s'attarda assez peu sur le fait que personne n'ait eu l'idée de poursuivre cet individu relativement chétif, de sexe féminin, et de l'arrêter. Apparemment, les témoins étaient en état de choc. Un philosophe et théoricien du monde moderne affirma dans l'émission de télévision " Aftenshowet" qu'il était assez caractéristique de l'époque que même en état de choc, certaines personnes soient capables de sortir leur téléphone portable et de prendre des photos.
Commenter  J’apprécie          305
Quand vous conseillez aux plus riches d'organiser la fuite de leur argent vers des pays connus pour défendre sèvérement le secret bancaire, quand vous participez à l'exil des entreprises, quand vous aidez vos clients à payer moins d'impôts, quand vous interprêtez la loi fiscale à leur avantage, ne contribuez-vous pas, en réalité, à détruire les fondements sur lesquels est bâtie notre société , Et n'êtes-vous pas indirectement responsable du fait que ce sont les contribuables modestes qui finissent par payer la facture fiscale que vos clients auraient dû assumer ?
Commenter  J’apprécie          210
L'émission s'intitulerait « Who's Going to Die First »*, et le panel des concurrents serait illimité. Il y aurait des soldats envoyés en zone de guerre, des malades en phase terminale filmés dans un service de cancérologie. Un quartier pauvre, tout entier, dans lequel les gens vivraient dans la misère et une trop grande promiscuité, permettant au coronavirus de s'en donner à coeur joie. Dans une série comme celle-là, les candidats seraient suivis de près, on pourrait les monter les uns contre les autres, monter leurs proches les uns contre les autres, avec pour résultat de fragiliser les plus exposés. Et pour finir, on promettrait au dernier des cinq survivants une très grosse somme d'argent, assez importante pour lui permettre de vivre pour le restant de ses jours, et la rivalité entre eux prendrait de telles proportions qu'ils deviendraient incontrôlables dans leur sauvagerie. Ensuite, Unbelievable Corporation n'aurait plus qu'à trouver de nouveaux thèmes et de nouveaux candidats. Le suspense naîtrait d'une seule et même question : qui allait mourir en premier, et dans quel ordre les autres allaient-ils disparaître ?
*« Qui mourra en premier ? »
P 201
Commenter  J’apprécie          60
Carl pensa qu'on aurait pu remplir le Colisée de Rome avec les gens qui pensaient qu'ajouter la particule "von" ou "de" devant leur nom suffisait à les rendre supérieurs aux autres.
Commenter  J’apprécie          291

Videos de Jussi Adler-Olsen (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jussi Adler-Olsen
Extrait du livre audio « 7m2 » de Jussi Adler-Olsen lu par Julien Chatelet, traduit par Caroline Berg.
https://www.audiolib.fr/livre/7m2-la-dixieme-enquete-du-departement-v-9791035415068/
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus



Lecteurs (2475) Voir plus



Quiz Voir plus

Le chameau dans « Sel », de Jussi Adler-Olsen (indices gratuits)

Cet homme avait constamment des chameaux dans la ...?... Pas d'indice

poche
tête

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Sel de Jussi Adler-OlsenCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..