AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2092577085
Éditeur : Nathan (27/09/2018)

Note moyenne : 4.48/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Ça s’est fait petit à petit. A présent, voilà, le papa d’Olivia est en bas, sans trop d’espoir que ça s’arrange. Atteint d’une maladie qu’il surnomme « la tartiflette », il ne peut plus monter l’escalier de la maison. Le quotidien de toute la famille se réorganise autour de lui à mesure que son état s’aggrave. Pourtant, la vie doit continuer pour Olivia, entre fou-rires et larmes, auprès de sa maman, de son chat et surtout de son papa.

Un sujet diffic... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  17 novembre 2018
Dans notre chronique jeunesse de la semaine on voulait vous parler de "Papa est en bas", un roman de Sophie Adriansen, paru aux éditions Nathan, en septembre 2018.
Sophie Adriansen propose en effet une histoire très émouvante et poignante sur le délicat sujet de la maladie grave d'un proche vu sous les yeux d'un jeune enfant
Le père d'Olivia, 10 ans, a une malade orpheline, et personne ne semble savoir comment la guérir. Malgré son jeune âge elle comprend bien que quelque chose ne va pas chez son papa et qu'il faut faire quelque chose pour l'aider à vivre envers et malgré tout.
Un récit fort et courageux qui porte le message suivant tant qu'on n'est pas mort, on est en vie. de cette expérience personnelle ( c'est l'oncle de Sophie Andrassen qui a été victime d'une maladie oprheline), l'auteur en tire un roman certes déchirant sur la relation père/fill, qui évite l'écueil du pathos et surtout qui sait instiller pas mal d'humour sur le quotidien d'un malade et sur la nécessité .d'enchanter notre quotidien.
On l'aime si fort notre petite héroïne Olivia, toute de courage et d'abnégation et on est heureux ( et tristes en même temps) d'avoir pu partager avec elle un bout de cette terrible épreuve.
A découvrir sans plus attendre !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
antigoneCH
  19 septembre 2018
Je n'attendais pas que la sortie de romans adultes en cette rentrée littéraire. le rayon jeunesse regorge aussi de jolies nouveautés… et j'attendais cette nouveauté du jour avec impatience. Avec Sophie Adriansen, j'ai toujours la certitude que je vais aimer lire ce que je vais lire, même si il s'agit comme ici d'un petit roman recommandé à partir de 10 ans. En effet, on retrouve dans ses mots l'humour, la distance respectueuse, l'intelligence qui la caractérisent. Et puis le thème m'intéressait. Dans Papa est en bas, nous rentrons dans l'intimité d'une petite famille, sous le regard de la petite fille de la maison. Quelque chose ne va pas. Papa doit renoncer petit à petit à bien trop d'activités, les efforts sont de plus en plus difficiles. Que se passe-t-il ? Papa finira par avouer qu'il est atteint d'une maladie qu'il appelle pudiquement du joyeux terme de Tartiflette, mais dégénérative, et sans espoir. Jusqu'à ce que Papa ne puisse même plus monter les escaliers et s'installe définitivement en bas. le trio rivalise d'idées pour rendre le quotidien le plus léger possible et surtout ne pas se laisser entraîner par la morosité. Maman ne perdra presque jamais son sourire. Et l'amour inonde cette maison, ainsi qu'un grand appétit de vivre, alors pourquoi s'attrister. Crêpe partie sur le lit médicalisé. Participation au jeu des 10 000 que Papa gagne haut la main. Il s'agit d'essayer tous les nouveaux gadgets qui rentrent dans la maison, comme le monte escalier installé au début de la maladie, ou ce fauteuil qui permet à Papa de gagner des courses. Mais c'est l'occasion d'observer également combien rien n'est adapté aux personnes en condition de handicap, combien les gens sont parfois désagréables, et combien la vie peut s'avérer parfois aussi bien injuste. J'appose sur ce petit roman jeunesse un joli coup de coeur car il m'a beaucoup touché. Bien entendu, on y retrouve le ton caractéristique des romans de cet âge, un ton drôle et léger, qui permet d'ailleurs d'éviter le pathos et donne la pêche malgré le thème. Sophie Adriansen explique en fin d'ouvrage d'où provient l'idée de cette histoire, que l'expérience vécue auprès de son oncle lui a donné cette leçon : tant qu'on n'est pas mort, on est en vie. Un doux roman jeunesse qui questionne sur notre manière d'enchanter notre quotidien et montre la vie telle qu'elle est parfois, avec ses écueils, ses drames, ses espoirs et ses joies.
Lien : https://leslecturesdantigone..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
violaine124
  21 novembre 2018
Aujourd'hui en plus de vous donner mon avis sur un roman jeunesse je vais y glisser aussi du "perso".
Lorsque je lis un ouvrage jeunesse, et n'y voyez rien de péjoratif, je sais que la lecture ne sera pas longue puisque normalement les romans sont adaptés à un plus jeune lectorat que moi et j'espère donc lire plus vite qu'eux quand même.
Mais il arrive parfois que je lise des ouvrages jeunesse provoquant une immense résonnance car les auteurs jeunesse savent aussi très bien évoquer des sujets délicats et donc provoquer chez les jeunes comme les adultes des émotions fortes.
Papa est en bas fait partie de cette liste. C'est un roman où l'on découvre une jeune fille, Olivia, qui a tout pour vivre une belle vie jusqu'au jour où la tartiflette va investir sa maison bien plus que de raison.
La tartiflette c'est le nom que Olivia et sa famille ont préféré donner à cette maladie qui ronge son papa. Déjà ça permet de dédramatiser un peu le tout et ça permet aussi d'apprivoiser ce qui va arriver.
Olivia est une jeune fille courageuse et qui va beaucoup mûrir dans la période que nous traversons avec elle.
Une fois de plus, l'écriture de Sophie est totalement addictive. Elle sait manier avec brio les outils de la langue française permettant de faire passer des émotions aussi forte que le rire ou les larmes.
Je ne suis donc surement plus objective quant aux écrits de Sophie mais je m'en fiche. J'aime alors je le dis.
Et je voudrais profiter de cet avis pour passer un message. J'ai lu ce livre très rapidement et il s'est produit en moi un gros bouleversement. J'y ai vu non pas le papa de Olivia dans cette maison mais Louis, mon oncle… et j'y ai vu aussi toutes ces années où ma tante a fait pour lui; elle l'a aidé, soutenu et soigné du mieux qu'elle a pu et avec un médicament que personne d'autre qu'elle pouvait lui donner : l'amour !
J'ai été fortement émue, pour ne pas dire que j'ai pleuré… des souvenirs, des remords, des sentiments que l'on croit enfouis…
C'est un livre qui ne pèse pas lourd physiquement parlant mais émotionnellement il m'a donné une fois de plus un exemple de la fragilité de la vie et du courage qu'il faut pour la traverser parfois. Et il m'a aussi rappelé combien les aidants sont sous-estimés pour ce rôle qu'on n'a pas toujours envie d'assumer mais que l'on fait "naturellement" parce qu'il est synonyme de l'amour porté à son conjoint, son parent, son ami…
C'est un livre précieux et je remercie Sophie d'avoir écrit cet ouvrage pour la force qu'il transmet et pour le message qu'il permet de passer !
Lien : https://leslecturesdelailai...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
trust_me
  09 octobre 2018
Le papa d'Olivia est arrivé en bas. Au rez-de-chaussée. Avant, sa chambre était à l'étage. Avant, il jouait au foot, il courait, il adorait les balades en forêt, il n'avait pas besoin de tenir la rampe de l'escalier pour monter les marches. Olivia a constaté cette évolution sans trop se poser de questions, au début du moins. Et puis l'évidence lui a sauté aux yeux : son papa avait un problème. du coup elle a demandé des explications à sa mère, qui lui a tout avoué. Une maladie orpheline, dégénérative, inarrêtable. Et un quotidien chamboulé où la famille tente de tenir le cap dans la tempête. Sans nier la réalité, sans faire semblant de croire que tout va s'arranger, mais en essayant de prendre les choses comme elles viennent, sans se plaindre malgré les difficultés et l'inéluctable conclusion qui s'annonce…
Tellement difficile de parler de la maladie dans un roman jeunesse. Surtout d'une maladie incurable dont on connaît d'avance l'issue. le risque est grand de sortir les mouchoirs, de verser des torrents de larmes, de crier à l'injustice. Sophie Adriansen n'a pas choisi ce chemin et c'est tant mieux. Son Olivia est une battante d'une étonnante maturité. Une jeube fille qui ne se voile pas la face mais parvient à faire face, avec pudeur et sans colère. Difficile de trouver le point d'équilibre, de montrer sa fragilité sans misérabilisme ni chercher à la rendre trop forte par rapport à la situation, au risque de la faire passer pour insensible.
Le trio familial est touchant de solidité dans l'adversité, la résignation se fondant dans une forme de sérénité apaisante. Un très beau texte, plein de vie, qui aborde à la fois la question de la maladie et du deuil avec une justesse et une sensibilité bouleversantes.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mesechappeeslivresques
  07 mai 2019
Depuis quelques temps, le papa d'Olivia, dix ans, n'est plus le même. Il ne joue plus au foot avec elle, travaille moins et monte péniblement les marches de l'escalier.
Ses parents lui expliquent alors la maladie qui progresse peu à peu et dont la fin est inéluctable.
Mais, la fillette a décidé de tout faire pour égayer les journées de son père en dépit du fauteuil roulant et du lit dans le salon. La famille réorganise son quotidien autour de cette maladie, que l'enfant surnomme la tartiflette.
Si le sujet de ce roman jeunesse est délicat et l'émotion inévitable, le récit raconté à hauteur des yeux d'Olivia apporte de la légèreté à l'histoire et l'humour présent permet de ne pas sombrer dans le pathos.
Le trio ne s'effondrent pas, fait preuve de courage et prend le parti de profiter de tous les bons moments de la vie sans s'apitoyer sur leur sort.
Entre rires et larmes, cet excellent roman jeunesse aborde avec subtilité le douloureux sujet de la fin de vie d'un parent. Une lecture poignante, bourrée d'amour et de tendresse.
Lien : https://mesechappeeslivresqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
Ricochet   29 octobre 2018
Papa est en bas est une histoire toute en sensibilité sur une thématique douloureuse, à laquelle Sophie Adriansen apporte un regard inspiré de son propre vécu familial et empreint de sagesse.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LaprofdocLaprofdoc   18 juin 2019
Heureusement qu'on n'habite pas en ville, avec des voisins qui feraient comme nous quand on allait marcher avec papa et qu'on s'amusait à imaginer la vie des gens dans les maisons : parce que là, si on nous voyait comme ça, attablés tous les trois en plein été autour d'une tartiflette, des bavoirs à homard autour du cou et le sourire aux lèvres, on nous prendrait sûrement pour des fous !
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   17 novembre 2018
La maladie de papa n'a pas de nom. Enfin, je pense bien qu'elle en a un, et que papa et maman le connaissent mais ne veulent pas me le dire. D’après eux, la maladie est trop rare pour que cela avance à quoi ce soit. »
Commenter  J’apprécie          140
BazartBazart   17 novembre 2018


« -Ah non, excuse-moi. Tartiflette, c’est Tartiflette, une maladie qui a trouvé que j’étais tellement accueillant qu’elle a décidé de poser ses valises durablement… Tu connais mon charme légendaire ! Mais moi, je ne suis pas Tartiflette. Je suis Paul Rougemont, né dans l’Allier au siècle dernier, comptable de métier. »
Commenter  J’apprécie          00
CapitaineBaptCapitaineBapt   05 novembre 2018
La maladie de papa n'a pas de nom. Enfin, je pense bien qu'elle en a un, et que papa et maman le connaissent, mais ils ne veulent pas me le dire. D'après eux, la maladie est trop rare pour que son nom m'avance à quoi que ce soit.
Papa a donc la maladie sans nom. Sauf que lui, il a décidé de l'appeler "Tartiflette".
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Sophie Adriansen (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Adriansen
Sophie Adriansen - Lucien et Hermine, apprentis chevaliers Vol. 1 et 2
autres livres classés : maladieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

max et les poissons

de quelle couleur est le poisson ?

doré avec de l'argenté
rouge avec un peu de jaune
argenté

5 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Max et les poissons de Sophie AdriansenCréer un quiz sur ce livre
.. ..