AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2359450190
Éditeur : Myriapode (17/01/2013)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Il n'était tout simplement pas comme elle.
Il ne serait jamais son frère, c'était aussi simple que cela.
On ne pouvait se décréter frère et soeur par volonté commune ou désir profond, ni même décision unilatérale, et encore moins parce qu'on avait reçu un bout de papier l'affirmant.

Louisa, la trentaine dynamique et urbaine, n'a jamais connu son père. Par une chaude journée d'avril, elle apprend la mort de celui-ci et découvre dans la fo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LiliGalipette
  07 avril 2013
« On ne choisit pas sa famille… », dit la chanson. À 30 ans, Louisa apprend la mort du père qu'elle n'a jamais vu et l'existence d'un frère jamais soupçonnée. Et il y a cet héritage sous condition, qui ne sera versé que si Louisa vit un mois avec Matthias, son frère. La jeune femme quitte alors Paris pour Lougeac, village perdu du centre de la France, pour rencontrer un parfait inconnu. Et s'il n'y avait que ça : Louisa est métisse, fille d'une Peule ramenée d'Afrique par un séducteur aventureux et évaporé. Et Matthias n'est pas le jeune frère qu'elle s'attendait à rencontrer, mais un cinquantenaire taiseux et bourru. Alors, vivre un mois dans un environnement hostile auprès d'un homme mutique, cela vaut-il la peine, même pour un héritage colossal ? « Et la vie commune […] pouvait n'être que le rapprochement de deux solitudes qui, bien qu'additionnées, ne se départaient nullement de leur essence. » (p. 67)
Devant la difficulté de créer un lien fraternel, Louisa se demande si la solitude et l'absence de famille n'étaient pas préférables puisque l'état civil et le sang ne suffisent pas à faire d'elle et Matthias une soeur et un frère. « Si la fraternité était une valeur qui rapprochait les êtres, si les proches amis s'en réclamaient entre eux, être frère et soeur pour de bon était un état de fait qui n'avait guère à voir avec les affinités. » (p. 91) L'amour et la confiance demandent du temps, mais Louisa n'a qu'un mois, dans un monde qu'elle ne connaît. « Et si Matthias, simplement, ne savait pas plus s'y prendre avec elle qu'elle ne savait s'y prendre avec lui ? » (p. 94) Et un jour, la pluie se met à tomber et le frère vient à la rencontre de la soeur. Pas de miracle ou d'épiphanie, seulement deux êtres qui se choisissent et qui se reconnaissent comme frère et soeur. Tout ça grâce à une condition suspensive qui est une demande de pardon adressée d'outre-tombe par un homme qui n'a pas su avoir une famille. le testament est une amende honorable, le seul et ultime cadeau d'un père à ses deux enfants solitaires et abandonnés.
J'ai toujours adoré mon frère, notre gémellité y étant probablement pour beaucoup, mais mes petites soeurs (Surtout une… Pardon, poulette…), j'ai dû apprendre à les aimer. Alors, ce titre au futur, ce lien en devenir et à construire, je l'ai parfaitement compris, je l'ai fait mien. Entre Louisa et Matthias, pas de retrouvailles, mais plutôt des trouvailles, comme un trésor que l'on ne soupçonnait pas et que l'on déterre par hasard en cherchant les racines d'un arbre presque mort. Bien qu'issus de la même branche, Louisa et Matthias n'étaient pas assurés que la greffe prenne. Et pourtant, au frère qu'elle n'a jamais eu, Louisa peut enfin dire « Je t'aime ».
Si j'ai aimé ce roman ? Oui, passionnément, bouleversée à chaque page devant les hésitations de Louisa et les peurs muettes de Matthias. Une bande-son n'a pas cessé de tourner dans ma tête durant la lecture, celle de Maxime le Forestier (vous l'aviez reconnu, non ?) qui a si bien su chanter la famille et les liens d'amour. Vous avez des frères, des soeurs ? Vous les aimez ? Vous les détestez ? Vous en vouliez ? Lisez ce roman, il est pour vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
LillyMaya
  18 juin 2014
Je pensais que ce livre me plairait, et même si je n'ai pas détesté...il y a un petit quelque chose qui ne m'a pas convaincu. Je ne sais pas trop l'expliquer.
Attention, les réflexions dans cet ouvrage sont intéressantes, les thématiques abordées le sont de façon pertinentes...racisme, relations fraternelles, relations humaines...
J'essaye d'expliquer ici, mon ressenti, mais attention je dévoile des éléments du livre...


Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   16 juillet 2013
Depuis quand n'avait-elle pas sauté de joie en reconnaissant une écriture sur une enveloppe ? Quand elle était plus jeune, soit elle les déchirait fébrilement pour lire leur contenu très vite, comme s'il s'agissait de ne pas vivre un instant de plus sans la présence à ses côtés du signataire de la lettre dont la prose se faisait l'intermédiaire, soit elle les réservait pour plus tard, comme un cadeau précieux, pour jouir le plus longtemps possible de l'idée qu'elle avait de belles choses à y découvrir et surtout que quelqu'un, ailleurs, avait pensé à elle et couché des mots sur le papier à son unique attention. (p.12)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LiliGalipetteLiliGalipette   07 avril 2013
« Et si Matthias, simplement, ne savait pas plus s’y prendre avec elle qu’elle ne savait s’y prendre avec lui ? » (p. 94)
Commenter  J’apprécie          150
LiliGalipetteLiliGalipette   07 avril 2013
« Elle avait choisi pour unique confidente son amie Carole, celle qu’elle considérait précisément comme une sœur parce qu’il avait bien fallu s’en trouver une autour de soi pour compenser la cruelle absence de fratrie. » (p. 25)
Commenter  J’apprécie          30
LiliGalipetteLiliGalipette   07 avril 2013
Si la fraternité était une valeur qui rapprochait les êtres, si les proches amis s’en réclamaient entre eux, être frère et sœur pour de bon était un état de fait qui n’avait guère à voir avec les affinités. » (p. 91)
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   07 avril 2013
« Et la vie commune […] pouvait n’être que le rapprochement de deux solitudes qui, bien qu’additionnées, ne se départaient nullement de leur essence. » (p. 67)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sophie Adriansen (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Adriansen
Sophie Adriansen - Lucien et Hermine, apprentis chevaliers Vol. 1 et 2
autres livres classés : amour fraternelVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

max et les poissons

de quelle couleur est le poisson ?

doré avec de l'argenté
rouge avec un peu de jaune
argenté

5 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Max et les poissons de Sophie AdriansenCréer un quiz sur ce livre