AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791033908135
368 pages
Éditeur : Harper Collins (13/01/2021)
3.29/5   7 notes
Résumé :
Elles s’appellent Gabriele, Yola, Geneviève ou encore Ludmila. Huit femmes de l’ombre dont l’Histoire n’a pas retenu le nom, mais que Chloé Aeberhardt s’est employée à retrouver pendant cinq ans. De Paris à Washington en passant par Moscou et Tel-Aviv, cette enquête nous entraîne sur les pas des espionnes ayant oeuvré pour les principaux services de renseignements durant la guerre froide.
Pénétration des cercles du pouvoir occidental par les agents soviétique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Liliseron
  10 mars 2021
Aaaaaah, le monde de l'espionnage, des transfuges, des agents doubles ! En grande fan de la série « Alias », je n'ai pas pu faire autrement que de sélectionner ce livre dans la liste proposée par Babelio pour son opération Masse Critique quand je l'ai vu. Et quelle chance, je l'ai reçu ! Merci à Babelio, aux éditions Harper Collins et à l'autrice pour la découverte !
Dès les premières pages j'ai eu la bonne surprise de constater que l'autrice ne s'est pas contentée de retranscrire les témoignages récoltés mais a voulu aussi raconter toutes les difficultés rencontrées pour trouver des anciennes membres des services de renseignement et les convaincre de se laisser interviewer par une journaliste. Car Chloé Aeberhardt se lance dans l'aventure sans grand réseau, ce qui pose vite problème dans ces milieux fermés où règne la loi du silence. Pourtant, à force d'acharnement quelques portes finissent par s'entre-ouvrir. Allez chercher les pop-corn et installez-vous confortablement, les espionnes racontent !
Vous plongerez en pleine guerre froide et assisterez à des opérations de vol de documents confidentiels, des trahisons de patrie, un sauvetage de population persécutée et plus encore ! Au départ je n'imaginais pas que la réalité puisse dépasser la fiction alors qu'après lecture je me suis rendue compte que la réalité inspirait carrément la fiction.
Si l'enquête de la journaliste a le grand mérite de mettre en lumière le rôle de première importance des femmes dans ce conflit, elle évoque également en arrière-plan la manière de gérer leurs vies privées, où chacune possède sa propre tactique : Tatiana a préféré que sa fille soit élevée par sa soeur, Stella jongle du mieux qu'elle peut entre ses deux vies, Gabriele a hésité avant d'adopter le petit garçon handicapé recueilli dans un premier temps par sa soeur… en fin de compte c'est surtout cette partie du document qui contraste avec la fiction ! Vous ne verrez jamais la fille de James Bond faire sagement ses devoirs dans la pièce jouxtant celle où il travaille sous couverture… c'est pourtant ce qui est arrivé à Stella en réalité !
Toutefois, si le côté « romanesque » de ma personne a dévoré ce livre, le côté rabat-joie émettra quelques critiques.
Tout d'abord, les descriptions sont ultra-cliché ! La mamie anglaise au gilet rose qui écrit des romans d'espionnage et qui a réellement fait partie des services secrets, l'espionne russe dure comme du fer et son homme à tout faire/tueur à gages, le français portant le combo béret/trench qui donne ses rendez-vous dans des cafés, le couple américain dans sa grande maison d'architecte… ça fait beaucoup. J'ai un peu eu l'impression de lire un article de Marie-Claire en version grand format (Elle est complètement gratuite celle-là).
Deuxième reproche : les témoignages sont un peu posés là tels quels. Quelques contextualisations viennent parfois éclairer le propos, quelques menues protestations de l'autrice sur les droits de l'homme se font entendre (et encore il faut tendre l'oreille) quand les anciennes agentes partent en vrille mais le tout manque cruellement d'analyse !
Un petit dernier pour la route : ne cherchez pas les révélations, il n'y en a pas. Pour les non initiés, c'est très instructif mais si vous avez une bibliothèque pleine de documentation sur le renseignement, il ne restera que le traitement de la condition féminine à vous mettre sous la dent. Ce qui est déjà pas mal, soit dit en passant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lechristophe
  19 mars 2021
Cet ouvrage est un recueil de témoignages d'anciennes membres de divers services de renseignements mondiaux, mais écrit à la première personne. En effet, l'auteur, la journaliste de presse Chloé Aeberhardt, nous fait partager ses tribulations pour obtenir ces témoignages.
C'est de cette manière d'écrire que vient ma déception. Je m'attendais à un livre de témoignages d'espionnes (ce que laisse entendre le titre), et je me retrouve avec un travail d'enquête d'une journaliste, qui se heurte évidemment à des murs, mais qui quand même parvient de rares fois à interroger une espionne retraitée (française, britannique, américaine, ex-allemande de l'Est, ex-soviétique, israélienne).
Il ressort de ces entretiens que dans tous les services de renseignements, le sexisme avait libre cours.
Comme Chloé Aeberhardt veut montrer qu'elle connaît son sujet, elle entrecoupe son récit par quelques brèves anecdotes relatives à de célèbres cas d'espionnage (les cinq de Cambridge, l'affaire Farewell...).
En résumé, un ouvrage qui n'apprendra pas grand chose à ceux qui se sont déjà intéressés et documentés sur l'espionnage, mais qui pourrait être une porte d'entrée pour les autres.
Il manque comme souvent un cahier de photographies afin de pouvoir mettre un visage sur un nom.
Je remercie les éditions Harper Collins de m'avoir fait parvenir cet ouvrage gagné lors d'une Masse Critique de Babelio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Mathildelit
  08 mars 2021
Quand on parle d'espionnes, vous aussi vous pensez immédiatement à  Vesper Lynd ou à Mata Hari ? Alors, vous risquez d'être déçus. du moins au début.Je m'explique...
Ce livre est avant tout l'histoire d'une quête, celle de Chloé Aeberhardt. C'est d'ailleurs ce qui rend ce documentaire attachant : on suit la journaliste tout au long de son parcours, de ses réussites et de ses déconvenues. Mais si vous pensiez (naïvement) avoir accès aux arcanes des services secrets au bout de deux pages,  ce ne sera pas le cas.
En fait, je vous invite à lire cet ouvrage moins pour sa teneur documentaire que pour l'expérience que partage avec nous Chloé Aeberhardt dont j'admire la détermination.
Je termine en remerciant les éditions harper collins et l'équipe Babelio pour m'avoir envoyé ce livre dans le cadre de la masse critique non-fiction de Février.
Commenter  J’apprécie          30
EveQ
  02 avril 2021
Au cours d'un échange avec un ancien militaire de la DGSE dans le bar d'un hôtel, celui-ci évoque, comme d'autres hommes qu'elle a interrogés, les qualités d'intuition, d'observation et d'analyse psychique des femmes, qui sont utiles au renseignement. La journaliste Chloé Aeberhardt lui parle de son projet d'enquêter sur les espionnes, de comprendre leurs motivations, la spécificité de leur approche, de découvrir si le fait d'être une femme a été un avantage ou un inconvénient. Après quelques retours décourageants à ses premières requêtes, la journaliste est parvenues à aller, non sans difficultés, à la rencontre de ces femmes atypiques.
Ce livre nous permet de découvrir aussi bien le parcours du combattant de la journaliste pour rencontrer ces femmes, les faire parler, croiser les informations, que le rôle de ces espionnes engagées dans la guerre froide. L'auteur dresse le portrait de femmes très différentes, qui sont le plus souvent restées dans l'ombre malgré la complémentarité de leur apport et leur contribution dans le renseignement.
Lien : https://www.carnetsdeweekend..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
lechristophelechristophe   23 mars 2021
Michel veut parler de la grosse Jocelyne. Embauchée après la guerre en récompense de son action dans la Résistance, cette vieille fille assurait la liaison entre le personnel et la Sécurité sociale. Invariablement vêtue d’une vilaine robe maculée de taches, elle arrivait le matin et gueulait : « Salut les couilles molles ! » à la ronde, chefs de secteur et directeurs compris. Michel raconte que, chaque début d’année, elle remplissait le formulaire d’identité avec beaucoup de poésie : « Nom : Tournier. Prénom : Jocelyne. Sexe : brun et frisé. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
lechristophelechristophe   21 mars 2021
Une autre fois, le groupe de Tatiana serait intervenu dans un pays d'Afrique pour aider Paris à récupérer des otages détenus par des rebelles. "Les Français avaient essayé la voie diplomatique sans succès, se souvient-elle. Quand les négociations ne donnent rien, il faut combattre le feu par le feu. On a enlevé des membres de la famille des ravisseurs. On a fait savoir à leur représentant que chaque jour qui passerait, on allait couper la tête de dix de leurs proches. Comme le lendemain, ils n'avaient pas libéré les Français, on a tué dix personnes. Dans les deux heures qui ont suivi, les otages étaient dehors."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lechristophelechristophe   22 mars 2021
C'était un travail de fourmi. Le public qui s'émerveille des films de James Bond serait fort déçu par la lenteur du contre-espionnage. Méthode, routine, recherches d'archives, attentes, suspicions, échecs, tenue de fichiers, rédaction de synthèses, de portraits... On est bien loin des confessions sur l'oreiller de telle ou telle espionne !
Commenter  J’apprécie          10
lechristophelechristophe   20 mars 2021
Je fais suivre le mail à une amie journaliste basée à Londres, qui me confirme qu'en dépit des apparences, cela est un refus assez net. "Les Anglais ne savent pas dire non, m'explique-t-elle. Pour ne pas paraître impolis, ils préfèrent noyer le poisson, ce qui à la longue est franchement épuisant."
Commenter  J’apprécie          10
lechristophelechristophe   25 mars 2021
Madeleine se remémore le stage de formation qu'elle et d'autres épouses ont suivi avant leur départ pour Moscou. On leur a expliqué qu'une fois sur place, ils n'auraient plus de vie privée. Des micros étaient cachés dans les appartements de la Maison de France. Dans les chambres à coucher, en particulier. Mieux valait avoir une vie sexuelle épanouie, ou feindre d'en avoir une, sans quoi le KGB mettrait des "hirondelles" dans les pattes de leurs maris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Chloé Aeberhardt (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chloé Aeberhardt
Au terme de cinq années d'enquête entre Paris, Washington, Moscou et Tel-Aviv, la journaliste Chloé Aeberhardt a retrouvé la trace des espionnes des principaux services de renseignement engagés dans la guerre froide. Ces retraités de la CIA, du KGB, du MI5, de la DST ou du Mossad l'ont reçue chez elles et lui ont raconté le rôle décisif qu'elles ont joué dans le conflit Est-Ouest, de la pénétration des cercles du pouvoir occidental par les agents soviétiques à la traque des anciens nazis en Amérique du Sud en passant par l'exfiltration des juifs falachas d'Éthiopie vers Israël dans les années 1980. Loin du mythe de Mata Hari et du cliché de la séductrice qui prévaut aujourd'hui encore lorsqu'on évoque le renseignement au féminin, la réalité dévoilée au fil de ces rencontres n'en finit pas de dépasser la fiction.
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre froideVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2409 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre