AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2931008036
Éditeur : 180° éditions (17/12/2018)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :
L'inspecteur Gleizner mène l'enquête sur le destin brisé de trois femmes !1940 : Emilie a 14 ans quand la Seconde Guerre mondiale vient bouleverser ses rêves d'adolescente. 1961 : Jeanne a 18 ans lorsque sa vie vole en éclats.2006 : Marylou a 40 ans au moment où deux drames font basculer son existence et lui rappellent son douloureux passé.Quel lien unit ces trois femmes ? Qui donc a intérêt à déterrer les vieux démons ? L'inspecteur Gleizner... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
nathavh
  09 février 2019
C'est le deuxième roman de mon compatriote Jean-Louis Aerts, prof de français et latin, historien de formation, et on le sent dans l'écriture de ses romans. ♥ Il s'agit de la suite et fin d'une belle saga, le premier tome était "Un siècle de mensonges" paru en mai 2016. (Mon billet se trouve ici)

Pour rappel, dans le premier tome, Marylou, jeune pigiste était contactée par un richissime homme d'affaires américain, Dantiedov, qui souhaitait qu'elle écrive sa biographie. Avec lui, on a voyagé sur un siècle à New York, Syracuse et ailleurs retraçant quelques grands moments de l'Histoire. C'était aussi l'occasion pour Marylou de se pencher sur ses origines.
C'était un gros coup de coeur . Je vous conseille de commencer par celui-là mais si ce n'est pas le cas, pas d'inquiétude. J'avais, je l'avoue, un peu peur d'avoir oublié le début de cette saga mais l'auteur nous la remet habilement en mémoire, restituant les éléments essentiels.
Dans "Un demi-siècle de mensonges", l'action se situe cinq ans plus tard. La biographie écrite devrait voir le jour car Marylou est déterminée à la publier après la disparition de son aïeul. Son grand-père renversé par une voiture, un accident ou un assassinat ? C'est la question que se pose l'inspecteur Gleizner qui enquête sur les circonstances de ce décès.
De nouveaux personnages apparaissent, on fait des allers-retours dans le temps, la grande Histoire se mêle à nouveau à la petite histoire - exposition universelle de 58 à Bruxelles, incendie du magasin Innovation, pouponnière de Wégimont -. On découvre toujours la Belgique en voyageant de Redu à Couvin en passant par Floreffe.
C'est construit comme un thriller, je l'ai dévoré, ne pouvant pas lâcher ce roman. L'écriture est simple, sans fioritures, allant à l'essentiel. Elle est captivante et addictive, de courts chapitres permettent au lecteur de rassembler les éléments du puzzle qui se compose peu à peu.
Les rebondissements sont multiples et nombreux, l'auteur nous retourne littéralement jusqu'à la dernière page. C'est magnifiquement construit et réalisé. J'ai été bluffée.
Merci Jean-Louis Aerts pour ce pur moment de bonheur, vous l'avez compris c'est un immense coup de coeur.
Le souci après une lecture intense comme celle-ci, sera le choix du prochain qui risque de me sembler bien fade.
Foncez amis lecteurs, c'est du bon, c'est du belge.
Ma note : ♥♥♥♥♥♥


Lien : https://nathavh49.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
supernova7
  01 mars 2019
Un roman sur trois époques, des secrets et une malédiction familiale, tout est réuni pour nous offrir un roman addictif ! Aux histoires d'Emilie pendant la Guerre en 1940 et de Jeanne qui voit sa vie basculer dans les années 60 est intimement liée celle de Marylou de nos jours. L'auteur jongle habilement entre les époques et tisse doucement sa toile en nous dévoilant par petites touches les liens très étroits entre les personnages. Chaque fois que l'on quitte un personnage, on n'a qu'une envie : le retrouver quelques pages plus loin ! Les pièces du puzzle s'imbriquent petit à petit et, au début, on ne se rend pas compte de l'étendue des mensonges, des ramifications familiales et des proportions que chaque histoire personnelle va prendre. Il s'agit ici d'un tour de force de la part de l'auteur de ne pas perdre le lecteur dans cet imbroglio familial, un arbre généalogique est d'ailleurs présent au début du livre pour vous aider à vous y repérer. À la fin, tout s'emboîte parfaitement et on reste ébahi devant tant de perfidie.
Tout comme pour les autres romans de ce prix, Un demi-siècle de mensonges est écrit par un auteur belge et cela se sent. de Bruxelles à Redu en passant par Gedinne, on parcourt la Belgique dans l'espace mais aussi dans le temps. En effet, l'auteur évoque plusieurs événements qui ont marqué le pays : l'utilisation du château de Wégimont comme Lebensborn dans les années 40, l'Exposition Universelle en 1958, l'incendie de l'Innovation en 1967. J'apprécie particulièrement cela car je peux retrouver des lieux connus et m'immerger davantage dans le roman et ce, d'autant plus que l'auteur s'est révélé bien documenté sur chaque sujet et chaque lieu. Il évoque également la catastrophe de Malpasset en 1959 ou encore les attentats du 11 septembre. Une malédiction semble s'être abattue sur la famille de Marylou dont les membres sont bizarrement impliqués dans toutes ces catastrophes. Hasard, complot ou destinée funeste ? Telle est la question qui nous taraude et nous retourne le cerveau tout au long de ce roman.
À travers un demi-siècle de mensonges, de manipulations et de non-dits, l'auteur nous balade au sens propre et au sens figuré entre les unités de temps et de lieu de manière à nous surprendre à chaque chapitre de façon remarquable. le rythme est soutenu et ne s'essouffle pas, le roman monte plutôt en puissance jusqu'au feu d'artifice final. Je n'ai pas pu poser le livre dans les cinquante dernières pages tant je voulais connaître la fin tout en restant concentré pour ne pas perdre le fil des révélations qui se succèdent rapidement ! Ce n'est pas un thriller mais il se lit comme tel et le suspense est bien présent à travers l'enquête de l'inspecteur Gleizner.
Je me suis vite rendu compte qu'il s'agissait d'une suite car quelques notes de bas de page nous rappellent les événements du roman précédent, Un siècle de mensonges, déjà présent dans la sélection 2016 du Prix. Même si cela m'a perturbé tout au début, cela ne m'a pas gêné dans la lecture mais je pense tout de même qu'il est préférable de les lire dans l'ordre afin de mieux comprendre les liens entre les personnages.
Bref, ce roman fait partie de mes coups de coeur de la sélection pour le prix Club et je suis ravie d'avoir pu découvrir un auteur talentueux de chez nous. Je n'aurais probablement jamais été vers ce roman sans ma participation au prix et c'est précisément pour cela que j'aime tant être juré.
Lien : https://thetwinbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
hbrcth
  12 juin 2019
Un roman comme une pelote de laine à dénouer autour de Marylou et du meurtre de son grand-père. Les fils sont plus qu'emmêlés et au fur et à mesure qu'on les dénouera, l'histoire de la descendance de Dantiedov nous emmènera de Bruxelles à New-York, en passant par Gedinne, Redu, Couvin…, et sera jalonnée de faits divers ayant marqué la fin du 20ème siècle (inondation d'une vallée en France, incendie de l'Inno, incendie d'une discothèque, attentat des tours jumelles…).
Le rythme est soutenu et on se laisse emporter avec aisance dans le détricotage des secrets de famille. La lecture est plaisante. Cependant, elle vaut surtout pour l'intrigue alambiquée car le style, même s'il est fluide, est un peu plat et reste superficiel. Les personnages manquent de profondeur et à mon sens, l'équilibre entre bonne intrigue et résonnance introspective manque dans ce roman.
J'en ressors avec l'impression d'avoir lu un roman à la manière d'Agatha Christie mais malheureusement, la lecture ne me laissera pas un souvenir impérissable.
Bref, un roman agréable à lire mais qui laisse une impression de creux, de manque de profondeur, un peu trop léger même si l'intrigue est touffue, car l'intrigue à elle seule ne suffit pas pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nahe
  23 avril 2019
Marilou, Emilie, Louise: trois femmes que tout sépare à commencer par les époques. Pourtant l'inspecteur Gleisner s'interroge et ne néglige aucun fait pour expliquer les incidents qui émaillent la vie de Marilou, à commencer par l'accident de voiture qui a coûté la vie à son grand père. Il n'en faut pas davantage pour entraîner le lecteur dans une aventure passionnante, mélange de roman policier, de saga familiale et de reconstitution historique moderne. La première partie est évoquée dans un siècle de mensonges, du même auteur.
Autour de Marilou, le mystère est dense et les aventures s'enchaînent, de rebondissements en éclaircissements. le temps et les distances semblent avoir disparus, ballottant allègrement les personnages. Héros que l'auteur n'hésite pas à malmener, les livrant aux griffes de l'Histoire et d'une sombre vengeance animée par les ressentiments de personnages un brin machiavéliques.
Sur un plan pratique, l'intrigue emmène les héros à sillonner la Belgique, je dirais, géographiquement et historiquement, redonnant vie par exemple à la Belgique Joyeuse et à l'Expo 58. Cela confère au roman une touche savoureuse qui, personnellement, m'a beaucoup plu.

Lien : https://nahe-lit.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
beatriceferonbeatriceferon   15 juillet 2019
Dans l'existence, il y a des jours par dizaines, qui s'enfilent comme des perles sur le collier de la monotonie.
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   09 février 2019
Le devoir de mémoire ! Le devoir de mémoire, madame Voinet ! Le même argument qui pousse des milliers de victimes de la Shoah à sillonner le monde. L'individu doit passer à autre chose, mais la collectivité a le devoir de se souvenir, toujours ! La société est la gardienne de la mémoire du monde.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   09 février 2019
Écrire est un acte égoïste de survie, un exutoire utilisé par l'écrivain pour ne pas sombrer dans la bêtise humaine, une bouée qui l'empêche de se noyer dans l'océan de haine que l'homme déverse jour après jour sur cette terre qu'il méprise.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   09 février 2019
Tu vois, soupira Émilie, tant que les hommes se nourriront de vengeance, la paix sera impossible. Ton Hitler et mon père sont pareils. Il faudrait faire une table rase du passé et reconstruire un monde uni.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh   09 février 2019
Dans la vie, il faut savoir ce qu'on veut. Si tu sais ce que tu veux, tu deviendras un loup, sinon, tu resteras un petit agneau tout doux, qui se fait bouffer tout cru, comme dans les fables de La Fontaine.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Jean-Louis Aerts (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre