AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Fanchita Gonzalez-Batlle (Traducteur)
EAN : 9782867463303
304 pages
Éditeur : Liana Lévi (15/04/2003)
3.19/5   40 notes
Résumé :
Lorsque Maria Rosalia Inzerillo meurt le 23 septembre 1963, la ville bruisse de toutes les rumeurs. Les habitants de Roccacolomba ne sont d'accord que sur un point: «l'Amandière» avait un sale caractère. Mais qui était-elle? Une servante effrontée? Une administratrice dévouée? Une manipulatrice? Un pion de la mafia locale? Toutes les hypothèses sont possibles, car chacun a désormais son histoire à raconter sur le parcours de cette humble paysanne devenue gardienne d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
manonlitaussi
  17 avril 2021
Septembre 1963, Maria Rosalia Inzerilla dite l'Amandière meurt à 55 ans. Autour d'elle, les enfants de ses employeurs à qui elle réussit à imposer de publier l'annonce de sa mort. Mais qui est cette femme méprisée à l'origine de beaucoup de rancoeurs ? 
La nouvelle de sa mort est un événement au village. Les commérages vont bon train contre cette femme qui, on ne sait comment a réussi à prendre la main sur un domaine dans lequel elle n'était que servante et à administrer la fortune de ses employeurs. Une femme qui a même réussi à se rapprocher de la mafia.
Dans une première partie, c'est une personne ombrageuse, une méchante mégère qui est décrite à travers les commérages et le questionnement. 
Mais c'est une toute autre femme qui se révèle habilement sous la magnifique plume vibrante de l'auteure.
L'Amandière, on ne la rencontre qu'à travers le regard des autres ainsi que de leurs souvenirs. Mais même outre tombe, elle va réussir à manipuler ceux qui la méprisent. Elle a préparé ses directives et laissé des missives.   
Une histoire et une héroïne fascinante. le lecteur est tenu en haleine par un mystère   et une construction parfaitement maîtrisée qui nous fait passer de personnage en personnage. Une histoire qui avance entre présent,  lettres d'une défunte, souvenirs et cancans de village. 
Ce livre vous plonge complètement dans une ambiance, un village et  une belle galerie de personnages qui lui donne toute sa dimension. 
Et si je n'ai pas directement connue l'Amandiere, je suis tombée sous le charme de cette femme courageuse, astucieuse qui ne s'est jamais laissée démonter malgré sa position.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mireille.lefustec
  14 avril 2013
Sicile, 1963. Maria Rosalia Inzerillo, plus connue sous le nom de l'amandière, la cueilleuse d'amandes, est morte
Entrée comme domestique au service de la famille Alfalline elle finit, grâce à sa volonté,son acharnement,sa passion et son intelligence,administratrice et figure dominante du domaine.
Son histoire nous est dite par les habitants et par la famille Alfalline.
A leurs yeux, elle est un mystère. Les habitants fabulent sur la richesse qu'elle aurait accumulée. Comment ? La mafia locale ?
Certains la détestent et la maudissent,d'autres se souviennent d'elle avec gratitude
Tant il est vrai qu'elle a réussi à maintenir la propriété et à aider la famille.
On a la Sicile des nobles et des domestiques,des valeurs obsolètes et des ragots.
Beaucoup de ragots sur cette personne dont tout le monde parle et dont personne ne sait rien.
Une fresque plaisante à lire;.
Commenter  J’apprécie          70
miriam
  04 octobre 2014

L'Amandière est une forte personnalité qui se découvre pendant les trente jours suivant son décès à travers les ragots et les racontars d'un village. Servante dans une famille noble d'une petite ville elle avait acquis un statu tout à fait étonnant. de la petite fille qui ramassait les amandes pour nourrir ses parents et sa soeur tuberculeux à la femme de tête administrant les richesses de ses maîtres et distribuant pensions aux héritiers désargentés, le parcours est énigmatique. le fantôme de la mafia apparaît dès l'enterrement. L'auteur nous présente toutes les couches de la société, des nobles aux domestiques en passant par les paysans, les notables, le curé, le médecin et le notaire .
Au début j'ai été un réticente à l'écriture qui me paraissait manquer de souffle. Les personnages très nombreux me déroutaient. Au fur et à mesure, je me suis prise à l'univers de cette ville. de retour de Sicile, j'ai dévoré ce roman avec des images de petites villes que nous avons traversées

Lien : http://miriampanigel.blog.le..
Commenter  J’apprécie          110
Colchik
  08 novembre 2017
Ce roman se situe en Sicile, à Roccacolomba, en 1963. Maria Rosalia Inzerillo meurt d'un cancer à l'âge de cinquante-cinq ans. Appelée par tous l'Amandière, car enfant elle ramassait les amandes à la campagne, elle a été la fidèle et dévouée gouvernante des Alfalippe, une famille de notables qui a dilapidé avec insouciance sa fortune. le peu qui en reste est dû aux efforts acharnés de leur « administratrice » qui a tout fait pour leur épargner la ruine.
Chacun a une bonne raison de haïr l'Amandière. le petit personnel des familles aristocratiques de la ville se souvient de son attitude hautaine, de sa froideur. Les métayers n'ont pas oublié sa dureté, la main de fer avec laquelle elle administrait les terres des Alfalippe. Les vendeurs ambulants, les employés, les commerçants évoquent son caractère intraitable, mais aussi sa servilité à l'égard de ses employeurs. Quant aux enfants Alfalippe, ils détestent celle qui régentait tout dans la maison de Maître Orazio.
Pourquoi cette vieille fille veut-elle une telle publicité à sa mort ? Pourquoi a-t-elle organisé des funérailles où presque tout ce qui compte en ville va devoir s'y rendre, comme pour un dernier hommage à celle qui n'était qu'une miséreuse, placée comme bonne à peine sortie de l'enfance ? Et pourquoi don Vicenzo Ancona a-t-il paru à l'église, glaçant les sangs de père Arena ?
Le secret de Maria Rosalia Inzerillo est aussi celui de don Vicenzo. Ce dernier, autrefois régisseur fictif des terres des princes di Brogli, mais surtout chef de la mafia, a croisé deux fois la route de Mandi : la première fois quand son fils a violé la fillette de treize ans qui ramassait les amandes dans les arbres et, vingt ans plus tard, quand elle lui a demandé de placer son argent et de la faire fructifier.
Mais, le véritable secret de l'Amandière est bien plus simple qu'il n'y paraît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ladybooksss
  09 avril 2021
23 septembre 1963. Roccacolomba est en effervescence. Maria Rosalia Inzerillo dite l'Amandière (qui autrefois ramassait les amandes) vient de décéder à l'âge de 53 ans. La serve était une figure populaire. Elle était au service de la famille Alfallipe depuis plus de quarante ans. Adriana Alfallipe, veuve d'Orazio, est inconsolable. Cette dernière habitait avec sa domestique depuis la mort de son époux et avait en elle une confiance aveugle. Tout le contraire de ses trois enfants qui ne supportaient pas la domestique…
En apprenant la mort de Maria (aussi surnommée Mandi) Gianni, Lilla et Carmella se rendent au chevet de leur mère. Ils se sont déplacés dans un seul but: que le testament de l'Amandière soit enfin dévoilé et qu'ils récupèrent enfin leur part d'héritage. Car il faut dire que la domestique était devenue l'administratrice des biens des Alfallipe et que les trois enfants n'avaient pas touchés tout leur argent. Croyant enfin découvrir le montant de leur legs, les frères et soeurs Alfallipe se retrouvent consternés lorsque ils apprennent que Mandi a écrit son avis nécrologique et leur ordonne de le publier tel quel, première consigne pour voir le testament. Comment peut-elle encore se permettre de se croire supérieure et de jouer avec leurs nerfs? le début d'un long jeu de piste commence…
Je dissocie vraiment deux parties dans ce roman. La première suit le décès de l'Amandière. Pendant plusieurs jours, les habitants de Roccacolomba apprennent la mort de Maria et se remémore des souvenirs. Tantôt ange, tantôt démon, Mandi ne laissait pas indifférente. Et pourtant, rares sont ceux qui l'ont vraiment connue…
Les premières pages du récit m'ont alors ennuyée. J'assistais à des racontars qui pour moi n'apportaient rien au récit. Je voulais absolument savoir si Mandi avait laissé un testament aux trois enfants. Et ces cancans ne m'intéressaient absolument pas. À tort, je l'ai compris après…
Car une fois l'enterrement passé, on assiste à une vraie enquête. Sur le testament mais aussi sur Maria. Il est alors très difficile de savoir qui était vraiment cette domestique. Était-elle vraiment fidèle à ses maîtres et entièrement dévouée? Ou les a-t-elle volés? Faisait-elle partie de la mafia? Était-elle la maîtresse d'Adriana ou celle d'Orazio? Les pronostics vont bon train et ce jusqu'aux dernières pages!
Et j'ai vraiment aimé ce revirement de situation car le rythme de ce roman monte crescendo. Si j'ai trouvé les premières ennuyeuses voire inintéressantes, j'ai terminé en ayant adoré ce récit! Car l'histoire de l'Amandière est très touchante. de simple domestique, elle est devenue administratrice de biens de l'une des familles les plus puissantes de Sicile. Elle est devenue respectée et savait tenir la dragée haute aux hommes. C'est peut-être bien là l'une de ses forces et un trait de caractère qui dérange…
Je conseille?
« L'Amandière » m'a beaucoup surprise. J'ai fini par adorer ce roman qui a su me captiver. Et ce n'était pas gagné! J'ai déploré un début long et une multitude de personnages qui ne rendent pas la lecture facile! J'ai découvert une femme blessée, mais qui a su se relever et a fait de cette faiblesse une véritable force. L'Amandière fascinait, intriguait, dérangeait. le parcours de la vie de cette femme est incroyable et très inhabituel! L'auteure nous retrace la vie d'une exception sicilienne avec ce récit dont le rythme et le fond gagnent en intensité jusque l'éclosion finale. Évadez-vous au coeur des traditions siciliennes et faites connaissance avec la vraie Maria.
Lien : https://ladybookss.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
mireille.lefustecmireille.lefustec   15 avril 2013
Le docteur Mendico se sentit subitement très fatigué ,les jambes endolories et des fourmis dans les bras. Il était resté plus d'une heure dans la même position ,les mains de l'Amandière serrées dans les siennes ,lui caressant les doigts en un mouvement circulaire et délicat ,incessant. Il souleva la main droite ,laissant la gauche à plat sur le drap sur lequel étaient posées celle encore tièdes de la défunte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NikozNikoz   23 novembre 2017
- Vous ne seriez pas en train de tenter de vous approprier la correspondance d'autrui?
Commenter  J’apprécie          30

>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
637 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre