AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012031064
Éditeur : Hachette Black Moon (03/06/2013)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 436 notes)
Résumé :
La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable. Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter. Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (166) Voir plus Ajouter une critique
Domi_V
10 décembre 2016
Ce post-apo dystopique pour ados, plutôt violent et sans temps morts (ou si peu) m'a fait passer un bon moment sans prise de tête. On entre de plain pied dans l'histoire palpitante, sachant maintenir le lecteur en alerte par des multiples aléas et rebondissements qui s'enchaînent.
Mais si vous cherchez un livre avec des caractères psychologiquement bien travaillés, passez votre chemin... Ici il n'y a pratiquement que de l'action ! Il y a également un début de romance mais elle reste relativement discrète. Dans cet univers où il faut se battre constamment (contre des mutants zombiesques ou plus tard contre des gangs) il n'y a guère de la place pour s'attarder sur des sentiments qui s'éveillent... à moins que, enfin à l'abri dans une nouvelle enclave, Trèfle (la fille chasseuse de monstres) et del (le garçon renfermé) trouveront un endroit où se parler et où vivre semblerait possible ? ...à suivre, très rapidement dans le 2e tome de la trilogie
Commenter  J’apprécie          338
pititecali
15 janvier 2014
Sympathique ! Une histoire de zombies peu jeunesse et pas hyper originale, mais très efficace tout de même.

Ma foi, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit là d'un livre qui se lit trèèèèès facilement ! Une histoire simple mais prenante, qu'on dévore en 2 jours pour ceux qui ne peuvent lire autant qu'ils le voudraient sur une seule journée !
Ce livre m'a été offert très généreusement par l'une des fans de la page FB du Calidoscope, Virginie, qui avait compris ma hâte de le découvrir, et ma frustration de ne pas pouvoir me l'offrir dans l'immédiat. Je l'en remercie énormément, c'est un cadeau qui déjà m'avait vraiment beaucoup touchée, pas son désintéressement et sa générosité, et en plus j'ai découvert une histoire vraiment efficace et addictive.
Bon déjà, il partait avec toutes les bonnes cartes pour avoir une bonne note, ce livre, il y a des zombiiiiiiies !! \o/ LOL
A aucun moment dans le roman n'est avancé le mot "zombie", mais clairement c'est ce que sont les créatures qui hantent le monde dévasté décrit dans Enclave.
2 jours pour avaler les 321 pages de ce roman, je crois que l'on peut dire que le livre est efficace, il tape fort, vite, et bien. Cela reste une histoire de zombies plutôt classique, avec des survivants qui s'organisent comme ils le peuvent, mais ça fonctionne très bien malgré tout.
Ses points faibles ? L'histoire est clairement orientée "jeunesse", pas hyper aprofondie, tout comme le style de l'auteure d'ailleurs. Pas simplet hein, mais bon, ça ne demande clairement pas une attention soutenue et continue, ni pour lire, ni pour comprendre. Dans ce premier tome (je sais qu'il y en a 3 pour le moment,) on ignore totalement ce qui s'est passé dans ce monde post apocalyptique pour infecter ainsi les "monstres". On démarre dans une société déjà construite, sous terre, affrontant déjà les dangers au sortir de l'enclave, une sorte de petit village souterrain. Les zombies sont donc déjà là en début de livre, on ne sait pas d'où ils viennent, ce qui les a transformés. Si dans un premier temps, ce n'est pas très important, j'aurais au moins aimé terminer ce premier tome en ayant ma réponse. Bon, l'auteure en parle ensuite dans une note à propos du roman, en fin de livre, mais ça ne fait pas partie de l'histoire, c'est dommage, je trouve. Mais peut-être ce point sera-t-il approfondi dans un prochain tome. C'est un peu le souci de bon nombre de narrations "jeunesse", on découvre l'histoire "dans la tête de..." (Trèfle en l'occurrence), avec l'écriture à la première personne du singulier, et du coup, tout ce qu'elle ne sait pas, on l'ignore également.
Ici, la petite note d'originalité par rapport aux autres livres de zombies, c'est qu'apparemment, la contagion n'est pas possible. Disons juste que tous les humains ou presque se sont d'un coup transformés en créatures affamées de chair humaine, mais ils ne semblent pas pouvoir transmettre ça par morsure, comme chez les zombies plus classiques. Les morsures peuvent entraîner la mort (par infection des blessures, hémorragie ou tout simplement parce qu'ils se font dévorer tout cru avec des fèves et un délicieux Chianti) mais pas de transformation, à priori.
En dehors de ça, Enclave reste une histoire assez attendue dans le genre, sans trop de surprises. Des monstres à éviter et à tuer (assez salement si possible) et des survivants qui s'organisent pour leur échapper/survivre/les éradiquer/les tenir à distance autant que faire se peut.
Au début du livre, la vie dans l'enclave et son organisation m'ont un peu rappelé le monde dystopique de Divergent. Pas de caste à proprement parler mais chaque personne qui survit suffisamment longtemps dans l'enclave finit par être destinée à un avenir bien précis, un genre de métier. Les géniteurs s'occupent de faire et élever les enfants, les ouvriers de fabriquer et réparer tout l'équipement utile à la survie de la communauté, et les chasseurs de traquer les monstres et assurer la protection des habitants de l'enclave. Nos deux héros, Trèfle et Del, font partie de ces derniers. Aguérris au combat, courageux, voire téméraires, ils sont là pour la castagne et ne montrent surtout jamais leurs faiblesses.
La vie dans l'enclave semble la meilleure alternative possible, plutôt que de risquer la mort en s'aventurant dans les tunnels, pourtant, la rebellion gronde dans le secret, et tout va bientôt éclater, au point que Trèfle et del vont se retrouver éxilés, et devoir se débrouiller seuls pour survivre en dehors de l'Enclave protectrice. Un nouveau monde va alors s'ouvrir à eux, aussi bien sous la terre que dans le "monde au-dessus".
J'ai bien aimé ces deux protagonistes, sans ressentir toutefois d'affection démesurée pour eux, je les ai tout de même suivis hors de l'Enclave avec plaisir.
Ce premier tome est consacré à leur survie une fois chassés de l'enclave. (je ne spoile pas là hein, c'est dans le résumé.) Ils feront évidemment des rencontres au cours de leur périple. Certaines sympas, d'autres... carrément moins.
Et voilà, on vole donc de combat en combat, de blessure sanguinolente en plaie ouverte, de gavage à base d'animaux chassés, en famines avec deux gouttes d'eau et une mini boîte de fuits au sirop en conserve pour deux... Classique disais-je, certes, mais cela ne m'a pas gênée. J'ai aimé cette histoire malgré tout.
Pourtant j'ai un peu trouvé - et c'est sans doute ce qui amène ma note à 4 coeurs au lieu de 5 - que tout aurait être pu poussé davantage. Chaque acte et ses conséquences plus fort, plus gore. Je ne peux pas dire que Ann Aguirre nous épargne le sang et les entrailles pourtant, mais cela ne m'a pas paru assez immonde, assez violent... Je ne suis pas facilement impressionnable, surtout en ce qui concerne les histoires de zombies dans lesquelles j'essaie de me spécialiser peu à peu (lol), alors peut-être cela vient-il de moi, mais cela m'a paru plutôt gentillet et adolescent, même si les combats sont crédibles et les blessures et cadavres plutôt nombreux, il a dû me manquer quelque chose.

Pour autant, j'ai vraiment beaucoup aimé suivre cette aventure jusqu'au bout, et je pense qu'elle régalera bien des adolescents/adulescents/adultes (ne rayez pas la mention inutile, tout est valable) affamés de danger et d'entrailles, comme moi, sans devenir THE référence zombiesque tout de même. Un peu la même sensation qu'après la lecture de la forêt des Damnés, que j'avais aimé aussi mais qui reste dans le zombie gentillet :D

Dans le détail ?
- La couverture : Bof. Elle ne m'a pas spécialement impressionnée, ni plu, même si je ne la qualifierais pas de "moche". Rien de spécial quoi. J'ai du mal à voir Trèfle dans l'illustration, je ne suis pas fan du montage en deux parties, les couleurs ne me plaisent pas plus que ça. Bof, donc.
- le style : Simple. Pas simplet, mais pas recherché. Ce livre est fait pour être lu à la sauce young adult. Efficace mais pas soutenu, fluide, mais sans "marque de style". Je ne retiendrai rien de spécial du style d'écriture d'Ann Aguirre, si ce n'est qu'il se lit facilement.
- Les personnages : J'ai beaucoup aimé les persos, sans m'y attacher outre mesure. Trèfle est une ado plutôt normale, courageuse mais avec ses états d'âme et ses frayeurs, elle est assez crédible dans ses comportements, j'ai trouvé. del est un jeune homme intéressant, sans être spécialement mystérieux, sulfureux, ou ténébreux, ça change lol. Il m'a plu pour son petit côté associal pas trop caricatural. Je passe vite fait sur les amis de Trèfle dans l'Enclave puisqu'on les voit peu, qui m'ont paru bien peu fidèles en amitié, mais bon, ils sont "lobotomisés" par les dirigeants de l'Enclave, les aînés, et entrainés à ne croire qu'eux, donc c'est assez compréhensible au final. Tegan et Bandit sont encore assez mystérieux pour moi, ils m'ont l'air fiables (même si j'ai trouvé le changement de comportement de Bandit un peu trop abrupte pour être définitif) et je suis curieuse de voir ce que tout ce petit monde va devenir dans le tome 2.
- L'histoire : Assez simple, comme je le disais plus haut. Sympathique sans être très originale. Pas prise de tête et prenante. Peut-être que les tomes suivants me feront prendre conscience que tout n'est pas aussi simple qu'il y paraît, je le souhaite grandement d'ailleurs, mais en tout cas, à la fin de ce tome 1 on ne se sent pas particulièrement surpris. On a suivi une belle course à la survie, ça s'arrête là. (Pour être tout à fait sincère, s'il ne s'était pas agi de mes sacro saints zombies, mon avis aurait sûrement été moins positif, au final. :p )
- L'édition : Belle qualité. Un livre costaud et beau même si la couverture ne ravit pas forcément mes pupilles, un texte aéré, et des chapitres équilibrés. Un équilibre dialogues/narration agréable, et pas de fautes/coquilles à signaler, à première vue en mode lecture en tout cas. Bref, de ce côté-là, il est parfait.

En résumé, je vous conseille ce livre pour les moments de lecture sans prise de tête, et pour vous régaler d'une agréable course poursuite contre la mort et les monstres, qui, même classique, fait toujours son petit effet.
A force de lire des livres sur les zombies, je finirai peut-être par dénicher LA perle qui deviendra MA référence, mais pour le moment, rien n'égale mon amour pour le film World War Z, ou la série tv The Walking Dead (que je dois lire aussi d'ailleurs). C'est exactement ce que je cherche d'ailleurs, de nouvelles sensations, de nouveaux flips, qui me feront aimer ces vilains antropophages encore plus, si c'est possible. Pour le moment, mes lectures manquent trop de surprise et de caractère pour y parvenir, elles me permettent juste de continuer de les aimer de la même manière.
Je dirais que pour les fans de zombies, vous serez au mieux, comme moi, contents d'avoir lu une histoire de plus sur un thème que vous appréciez particulièrement, au pire un peu déçus par son manque de piquant. Pour les débutants dans le genre, en revanche, je pense qu'Enclave sera absolument parfait.
Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Mikasa34
20 mai 2016
Un premier tome surprenant qui casse un peu les stéréotypes.
Nous sommes dans un monde post-apocalyptique, formant de petites communautés la population vit et circule dans les égouts et le métro. Ils restent dans le monde souterrain et survivent comme ils le peuvent via des règles très strictes. le monde du "dessus" , lui, n'est pas viable. On va suivre principalement Trèfle et Del, deux coéquipiers, qui ont pour missions de chasser les monstres qui rôdent dans les tunnels souterrain...
Ce livre m'a un peu fait penser à "Silo" de Hugh Howey par moment : La population vit dans un endroit confiné, les gens sont bannis à l'extérieur au moindre manquement des règles aussi petit qu'il soit, et le contrôle des naissances (si je me souviens bien). Pas de monstres en revanche dans Silo.
Comme je l'ai dit plus haut, ce 1er tome est surprenant. Faisant parti des livres étant dans l'air du temps en jeunesse et young adulte je pensais m'attendre à quelques stéréotypes du genre... Une rébellion du personnage principal, ou une élue que l'on pourrait appelé divergente, dominante ou autre..., un amour évident et facile entre les deux protagonistes principaux. Mais non, bien sûr nous avons là quelques "codes" de la dystopie ou du post-apocalyptique, ce que j'ai aimé c'est le fait que notre héroïne principale prenne une direction que je n'attendais pas finalement : Trèfle, aime sa vie dans son enclave, aime respecter les règles, ne veut pas se rebeller, même pour une cause juste elle ne fait rien. Et ça m'a surprise. de même, elle se retrouve dans sa situation (que je tairai pour ne spoiler personne) pas parce qu'elle sort du lot ou est différente, ni parce ce que quelqu'un lui en veut, mais juste par amitié, simplement. Et en ce qui concerne l'histoire d'amour et bien (oui bon on se doute bien qu'il va y avoir quelque chose) mais elle n'est pas stéréotypée non plus je trouve. Déjà elle est loin d'être omniprésente dans le récit, ensuite les personnages ont tous une fonction celle de Trèfle n'est pas de faire des bébés (certaines ont cette fonction unique) elle, c'est une chasseuse, elle est là pour tuer les monstres et aider son peuple à survivre en apportant, entre autres, des vivres. L'amour, elle ne connait pas, je ne sait même pas si elle connait le mot d'ailleurs (car le peuple d'en bas a une connaissance très restreinte), certaines sensations lui sont complètement inconnues, elle ne réalise absolument pas certaines choses, ne percute pas et n'a pas DU TOUT l'esprit de déduction dans ce domaine... J'ai trouvé ça intéressant car différent. Car j'insiste elle ne comprend vraiment rien à rien dans ce domaine! lol. Parfois on a d'ailleurs un peu envie de la secouer pour lui expliquer tel ou tel réaction. Un couple bien compliqué! (surtout pour lui. lol)
En ce qui concerne les personnages j'ai trouvé qu'ils étaient tous matures, profonds et intéressants. Ils ont un passé souvent lourd et font avec. J'ai apprécié la rencontre plus tardive d'autres personnages dans le livre également... en bref, je lirai la suite avec plaisir!
Encore 2 petits points que j'ai apprécié : j'ai trouvé original la façon dont les prénoms des personnages sont choisi. Et ce que j'apprécie aussi beaucoup c'est qu'on ne sait absolument pas comment l'histoire va évoluer et surtout où veut en venir l'auteure.
Affaire à suivre! ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
liredelivre
18 juillet 2013
Voilà de quoi relancer mon émoi pour les dystopies ! Après l'émergence du genre et ses premiers succès, je commençais à avoir peur que trop de ressemblances finissent par tuer l'originalité de ces romans. Mais, finalement, chaque auteur parvient à en faire ce qu'il veut, imposant son monde et nous laissant envisager un instant le futur... Et Ann Aguirre m'en a donné des frissons ! Parce que dans l'Enclave, seule la loi du plus fort domine.
Trèfle a grandi sous terre, dans une enclave appelée Collège. Administrée par les Aînés, les habitants de cette petite ville se divisent en quatre castes : les Aînés, les Chasseurs, les Ouvriers et les Géniteurs. Les uns gouvernent, les autres chassent, certains fabriquent et les derniers se reproduisent. Tout en bas de l'échelle, on retrouve les mômes, à peine considérés tant que personne n'a la certitude qu'ils résisteront. Espérance de vie : même pas la trentaine. Lorsqu'elle est en âge d'être baptisée, Trèfle rejoint enfin le rang des Chasseurs et se voit attribuer un coéquipier, le mystérieux Del... Son passé renferme bien des secrets, dont la jeune fille n'a pas encore idée. Et tout se passait plutôt bien, jusqu'au retour d'une de leur mission. Les deux jeunes gens sont alors exclus de l'enclave et condamnés à vivre dans les couloirs, auprès des Monstres... A moins qu'ils n'aillent Au-dessus, à la surface. Mais, est-ce vraiment possible ? Les Aînés ont assuré à tous que le dessus n'est pas vivable...
Personnellement, je crois que je n'aurais pas fait long feu dans une enclave. Entre les douches froides, la vie souterraine et les Monstres. Je me demande bien ce que je serais devenue... Mais, un instant, grâce à la plume d'Ann Aguirre, j'étais, là-bas, sous-terre, dans les couloirs, affrontant les Monstres. Et j'avais juste l'impression d'étouffer. Mais il n'y pas que ça : le plus oppressant, c'est de ne pas savoir où nous sommes. Ok, l'histoire se situe sous-terre, ça je l'ai bien compris. Sauf qu'on ne sait pas tout de suite où et si tout le monde vit ainsi. Cela a créé pour moi une sacrée tension. Je voulais savoir où le monde avait sombré. C'était presque obsessionnel. Je me suis mis en quête du moindre indice, de quoi que ce soit qui pourrait me permettre de localiser géographiquement l'intrigue. Pourquoi ? Je ne sais pas, peut-être parce que je voulais être certaine que cela se passait loin de moi, comme si de cette manière cela ne pouvait pas me toucher. L'auteure joue sur ce suspens jusqu'au bout et mes nerfs ont été mis à rude épreuve avec ce petit cache-cache. Et, au final, le fait de savoir où se trouvaient les personnages n'a pas changé grand chose à mon angoisse. Où que l'on soit, on est pas à l'abri de l'apocalypse.
'Fin, il n'y a pas que ça, non plus, qui participe à l'angoisse qui nous étreint, à l'atmosphère ombrageuse du roman. Il y a une foule de secrets, une bonne dose de mensonges et une quantité de doutes et de questions. Tout du long, on ne manque pas de se questionner, tant sur l'avenir de l'enclave que sur celui de nos deux héros. Et puis, il y a une sorte d'attente, qui m'a pas mal mise à cran. Ce n'est pas un secret, le résumé le dévoile : del et Trèfle vont être exclus de l'enclave. Pendant longtemps, je n'attendais que ça, et de savoir comment les Aînés allaient procéder pour les renvoyer. J'ai attendu, attendu, encore attendu... En fait, ça m'a bluffée que cela n'arrive pas tout de suite, que l'auteure laisse le temps à son histoire et à ses personnages de se mettre en place. Et j'avais beau être impatiente comme une puce de voir cet instant arriver, je n'en ai pas moins savourer chaque page avant que cela ne se produise. Ensuite, c'était le retour à l'angoisse : ils ont été exclus, mais y survivraient-ils... Et, principalement, apprendrait-on enfin un peu plus de la vie de del ? Vous l'aurez compris, je suis une grande curieuse. Surtout en littérature ^^
Pour autant, ce n'est pas la seule fois où Ann Aguirre m'a bernée. Sa dystopie en a, en effet, fait de même... Je sais bien que dans ce genre, rien n'est tout blanc tout noir. Mais, au début, les Aînés, je les ai crus tous gentils tous mignons. Je pensais vraiment qu'ils étaient là pour assurer la protection des habitants de l'enclave et qu'ils agissaient pour leur bien. Mais mal m'en prit : les Aînés sont comme tous les dirigeants : cupides et égoïstes. Les seuls miches qui les intéressent de sauver, ce sont les leurs ! Et tant que leurs secrets sont bien gardés, ils ne mordent pas... Heureusement, Trèfle et del m'ont ouvert les yeux sur ces manipulateurs de première. D'un autre côté, quand on ne connaît rien d'autre que l'enclave, comment se douter qu'il y a quelque chose de mieux, surtout quand on ne nous laisse même pas savoir qu'il existe mieux ? Cet élément a donné beaucoup de cohérence au roman et au monde mis en place par Ann Aguirre. Puis, quand on sait que l'espérance de vie est plutôt réduite, pas étonnant qu'il n'y ait personne pour dire la vérité... Ou se souvenir de quoi que ce soit d'antérieur à la naissance des enclaves.
Oh, mais je ne vous ai toujours pas parlé des personnages... Je rectifie cela tout de suite : j'ai adoré le duo Trèfle/Del ♥ Trèfle est la narratrice de l'histoire, tout se voit selon son point de vue, ce qui est assez intéressant. D'ailleurs, c'est peut-être pour ça que je me suis laissé avoir concernant les Aînés. Elle est un pur produit 100% issu de l'enclave. Elle ne peut pas se douter que tout ce qu'elle connaît n'est qu'un tissu de mensonges... Et même lorsque la vérité éclate, son attachement à sa ville, sa patrie, n'en reste pas moins infaillible. Chose que j'ai trouvé plutôt crédible, d'ailleurs. L'enclave a beau être ce qu'elle est : une cité où seule compte la loi du plus fort, tuer ou être tué, mais elle n'était pas mauvaise en soi. Son fonctionnement était bien rodé et assurait un rôle à chacun dans la communauté... à moins d'être trop faible.... Bon, je retire ce que j'ai dit, les Aînés sont de véritables tyrans. Mais on comprend facilement pourquoi Trèfle peine à y croire. Et quand on débarque à la surface, certaines pièces du puzzle se mettent en place et on s'imagine encore mieux ce qui s'est produit avant que tout le monde n'aille sous terre, et surtout pourquoi. Quant à Del... Ses apparitions sont plutôt fugaces, bien qu'il soit toujours avec Trèfle. C'est un personnage réservé, qui se découvre au fur et à mesure du roman. Ses sentiments sont parfois assez flous, on a du mal dans les premières pages à le cerner véritablement. Mais son histoire ne manque pas de nous attendrir. Et leur duo casse des briques ! Quand ils sont tous les deux, del devient différent, il semble plus ouvert, moins sombre aussi. Must du must : leur histoire d'amour n'est pas une dominante de l'intrigue. Bien sûr, elle est là, c'est inévitable. Mais c'est très très secondaire, ce qui permet à l'action d'être au premier plan. Ne vous en déplaise, moi, j'ai beaucoup aimé.
Quant au reste des personnages, je vous laisse les découvrir. Il ne faudrait pas que j'en dise trop ;)
Une dystopie dans laquelle et en laquelle on se croit, à fond. Un premier tome prometteur, qui réserve bien des surprises et des questions. Je n'aurai que trois mots : jetez-vous dessus ! Ann Aguirre est douée, son monde superbement façonné et ses personnages ont une volonté de fer.

Encore un immense merci à mes parents de baby sitting ♥ [même s'ils ne verront probablement pas cet article...]
Maintenant, j'attends août avec impatience... pour le tome 2 !!
Lien : http://liredelivres.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Analire
28 mai 2015
Depuis le temps que j'entends parler de cette superbe saga ; je ne suis pas déçue de l'avoir débutée, car c'est un régal !
Beaucoup pourraient trouver de nombreux points communs entre Enclave et la trilogie de Suzanne Collins, Hunger Games. En effet, ces deux saga sont des dystopies, qui se passent dans un monde futuriste effroyable, sombre et cloisonné. de plus, les personnages de ces deux livres sont des jeunes personnes, qui doivent se battre pour survivre, toujours sur le qui-vive, ils développent des forces guerrières spectaculaires. Mais la ressemblance s'arrête ici.
Dans Enclave, la civilisation humaine d'aujourd'hui est réduite à néant. Seuls quelques survivants restent sous terre, dans un espace restreint, avec des rôles clés pour chaque personne : se reproduire, chercher à manger, diriger et combattre. Trèfle, elle, est une Chasseuse, chargée de récupérer la viande hors des murs de l'enclave, et de tuer les Monstres qu'elle croise. Elle est la coéquipière de Del, un jeune homme qui a atterit par hasard dans l'enclave, rejeté par les autres habitants, car il n'appartient pas vraiment à la tribut. Par des circonstances hasardeuses, del et Trèfles se retrouvent bannis de l'enclave pour "faute grave", et se retrouvent à errer dans les tunnels, comptant les jours qui les rapprochent de la mort. C'est alors que del propose de monter Au-Dessus, monde totalement inconnu pour Trèfle, apeurée.
Ce livre est extraordinaire, il m'a littéralement happée, m'obligeant à continuer coûte que coûte ma lecture. J'ai déjà lu un paquet de livres apocalyptiques, mais celui-ci à un quelque chose en plus que je ne saurais expliquer. L'atmosphère est suffocante, le paysage est décrit avec précision, ce qui rend très réaliste l'arrière-plan du récit. Ann Aguirre cherche à effrayer son lectorat, en faisant avancer son roman dans la pénombre la plus totale (sous terre, le soleil n'existe pas, tandis qu'à la surface de la Terre, les personnages font leur périple de nuit).
Peu à peu, une réelle amitié - voire plus si affinité - se créait entre Trèfle et Del, ce qui contraste avec les membres de l'enclave, qui semblent hermétiques aux sentiments. de plus, tout au long de leurs virées, ils vont faire la rencontre de personnages toutes plus différentes les unes que les autres (les Fouisseurs sous terre, qui les sauveront ; Bandit, d'abord l'ennemi de Trèfle et Del, qui finira pas devenir un allié incontournable ; Tegan, la jeune femme battante...). On peut parler d'une odyssée périlleuse à travers les ruines d'un New York détruit, au but incertain et aux chances de survie très minces.
La fin de ce premier tome m'a donné très envie de continuer cette saga. Je suis pressée que le second tome sorte en poche, pour pouvoir continuer à me plonger dans les aventures sulfureuses de ces personnages héroïques.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations & extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
MariloupMariloup23 avril 2014
_ Et si tu restais? murmura Pearl. Oh! J'aimerais tellement que tu t'installes ici, avec moi... Je suis sûre que ton père t'aurait interdit de me laisser seule!
Il y avait quelque chose qui ne sonnait pas juste, chez elle. Je ne la sentais pas du tout. Et, cette fois-ci, ce n'était pas de la jalousie. On aurait dit que la solitude l'avait rendue un peu folle...
_ Tu t'en es très bien sortie jusqu'à aujourd'hui, remarqua Del. Et je ne peux pas rester, Trèfle a besoin de moi.
Je serrais les dents. Je ne voulais pas de sa pitié! Avec Tegan à mes côtés et mes talents de Chasseuse, je m'en sortirais très bien.
_ Je n'ai fais que survivre! enchaîna-t-elle. ça ne veut pas dire que je vais bien! Je me sens tellement seule, Semyon...
_ Ne m'appelle pas comme ça! rétorqua-t-il. Semyon est mort. Je ne suis plus le même à présent. Et, pour ce qui est de Trèfle, je n'ai pas été assez clair: je refuse de vivre sans elle!
Mon cœur fit un bond dans ma poitrine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Domi_VDomi_V08 décembre 2016
Il était une fois une sorcière qui désirait tout connaître. Mais, plus une sorcière sait des choses, plus elle se cogne fort la tête quand elle rencontre un mur. Elle se nommait Watho et elle avait un loup dans l'esprit. Elle n'était pas cruelle par nature : c'était le loup qui la rendait cruelle.
Commenter  J’apprécie          200
orbeorbe07 mai 2013
Ils étaient en train d'achever le dernier Monstre. J'admirai la noirceur de Del et l'éclat des cheveux de Bandit. A la fois violents et majestueux, ils se complétaient parfaitement...comme la lune et le ciel noir.
Commenter  J’apprécie          270
MariloupMariloup23 avril 2014
_ Del, l'interrompis-je. Merci de m'avoir attendue. C'était vraiment risqué.
Il toucha ma joue avec tendresse:
_ Je serais toujours là pour toi, Trèfle. Et pas seulement quand les choses sont faciles. Tout le temps.
Un frisson me parcourut des pieds à la tête. Tout à coup, je me fichais que personne n'aime Del et que personne ne m'accepte à cause de lui. C'était un coéquipier parfait. Beaucoup de Chasseurs auraient suivi les ordres à la lettre et m'aurait abandonnée. Pas lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
milaHmilaH28 mai 2014
— Il existe une communauté, à un jour de marche d’ici. Ce ne sont pas des Monstres, mais ils ne nous ressemblent pas non plus.
— Amis ou ennemis ?
— Amis. Ils nous ont accueillis et nourris. Sans eux, Del et moi ne serions peut-être jamais revenus. On n’avait plus d’eau, et il était impossible de nous ravitailler à Nassau.
— C’est une bonne nouvelle, dit-il sans grand enthousiasme.
— Ils avaient une réserve entière remplie de reliques de toutes sortes. Fouiller là-dedans pourrait prendre des années…
— Est-ce qu’il y avait des livres ?
— Je pense, oui. Mais aussi des anciens outils technologiques, et des objets que je n’avais jamais vus de ma vie. Les Fouisseurs ne s’y intéressent pas. Ils aimeraient du poisson en échange.
— Du poisson ? demanda-t-il en s’esclaffant. Ils doivent être un peu stupides, alors !
Tout est relatif, pensai-je. Le poisson, ça se mange. Les livres, ça ne se mange pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Ann Aguirre (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ann Aguirre
Vidéo de Ann Aguirre
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

enclave

Comment s'appelait trèfle avant son batpeme ?

Fille 8
Fille 10
Fille 15
Léa

7 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : Enclave, tome 1 : Enclave de Ann AguirreCréer un quiz sur ce livre
. .