AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Françoise Brun (Illustrateur)
EAN : 9782867465000
64 pages
Éditeur : Liana Lévi (08/01/2009)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 180 notes)
Résumé :
Glisser dans la baignoire en changeant le rideau de douche, faire croire à un accident, confier le petit à une famille normale... Pour se délester de la pesanteur de la vie, elle s'amuse à imaginer le suicide parfait. Mais le jour où le voisin entre dans sa vie, son regard sur le monde change. Dans un Cagliari écrasé de soleil, Milena Agus met en scène des personnages hors normes, enfants en mal d'amour, adultes en quête d'un peu de douceur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  13 novembre 2020
Des odeurs de citrons charriées par le vent s'engouffrent dans les ruelles écrasées par le soleil de l'après-midi. Je déambule entre deux ombres, ombre de moi-même, en direction de la plage. le regard perdu dans mes pensées, celles qui te font dire que ta place n'est pas ici, celles qui te proposent d'en finir de la plus belle des manières, en toute discrétion. Un air de trompette s'évapore d'une fenêtre, la suavité de Paolo Fresu, un air marin, un air de Sardaigne. La voisine y apparaît, à demi-dénudée, un gros sein qui prend l'air chaud du vent. Je la regarde, son sourire, la longueur de ses cheveux qui habillerait presque sa nudité. La chaleur écrasante toujours, la sueur perlante, je continue mon chemin avec mes tristes pensées, la mine solitaire n'écoutant que le vent se distiller entre les notes de Paolo. D'ailleurs ou justement, une nouvelle pensée s'aventure entre les habituelles, je repense à son album mystique « Mare Nostrum », la voisine a de sublimes écoutes en plus de sublimes courbes.
D'ailleurs ou justement, la question est là, celle qui accapare de longues heures de silence, comment organiser son départ… Comment faire d'un acte voulu et réfléchi le suicide parfait, celui qui consiste à faire croire aux autres que ce n'est qu'un accident, histoire de ne pas peiner, histoire de ne pas dire aux proches que vous n'aviez tout simplement plus envie…
La chaleur s'estompe légèrement, un dernier verre sous les oliviers, la nuit se fait, les ombres s'agrandissent sous le regard dévoilé de la lune. Une lumière à sa fenêtre qui s'allume, je me retourne vers elle, et la vois, l'observe, la mémorise comme on mémorise un sourire intimidant, un souvenir éternel. Et si un sourire ou une lune pouvait arriver à faire changer les plus tristes pensées, comme des ondes sensuelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          568
cuisineetlectures
  24 mars 2015
Sous le soleil écrasant de Cagliari, elle fixe sans retenue le beau visage de son voisin lorsqu'elle le croise dans la rue. Mais le voisin ne la remarque même pas. le reste du temps, « Elle a[...] l'intention de consacrer son énergie à une bien meilleure idée de suicide, quelque chose que tout le monde prendrait pour un accident. » Mais un jour, le fils du voisin vient lui rendre visite et elle lui prépare un oeuf à la coque. Un petit plaisir simple, comme une renaissance…
C'est l'Ultra moderne solitude chantée par Alain Souchon, celle d'une femme quittée par son mari et désemparée face à son petit garçon handicapé qui ne parle pas, celle de deux voisins désemparés face à leurs enfants, séparés par un mur couvert de tessons de verre et envahi par la végétation. Une belle métaphore de leurs relations, si délicatement décrite. Des mots, des regards, comme une caresse… Miléna Agus a de la tendresse pour ses personnages, elle ne force jamais le trait mais va à l'essentiel, capte les fêlures et la fragilité des êtres, la douceur des échanges, les rires dans la torpeur de l'été, lorsque tout vacille dans la vie de quatre êtres en quête d'amour.
Une nouvelle sombre et joyeuse, sensuelle et morbide qui laisse un souvenir vivifiant.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
valsing
  13 avril 2018
Cette courte histoire m'a interpellée par son ambivalence. Milena Agus a choisi d'aborder des thèmes graves que sont le suicide et la maladie sur un ton très léger.
Comment dire ?
Séduction ? Deux voisin, voisine monoparentaux se rencontrent et l'alchimie (les) opère.
Attraction terrestre ? Deux forces faibles convergent et évitent « le point de non-retour ».
Une nouvelle à l'italienne simplement puissante.
Commenter  J’apprécie          514
Under_the_Moon
  24 février 2015
" le voisin, elle l'avait rencontré un jour alors qu'avec son petit elle rentrait de promenade. Il était très beau. Et ensuite, toujours à la même heure. Elle arrêtait la poussette et le fixait sans retenue. Mais lui ne les voyait pas, même quand la rue était vide.
Ainsi commence Mon voisin. Une novella de 50 pages à peine, servie par une plume chaleureuse et pleine d'humour qui nous fait voyager dans une Italie de carte postale - sur les côtes.
Au départ, j'ai pensé que ce serait une histoire comme "La lettre d'une inconnue" de Stefan Zweig, jusqu'à ce qu'apparaissent les envies suicidaires de la jeune femme. Envies qu'on ne prend pas tellement au sérieux à cause du ton détaché de l'auteur.
Mais derrière l'écriture assez légère de Milena Agus, l'auteur cache des douleurs très modernes de notre époque. Celles de la solitude, de la perte de confiance après une séparation, des bouleversements que peuvent amener une naissance dans un couple, de la peur de l'inconnu après la déception, de la féminité qu'on ne sait plus exprimer et qu'on tente de ré-apprivoiser lorsqu'on veut plaire à nouveau.
Et bien sûr, l'histoire du voisin, c'est l'histoire de beaucoup de femmes (et d'hommes) qui s'empêchent vivre pas seulement par peur de l'inconnu, mais parce qu'ils s'attendent à trop de bonheur et oublient de saisir les petits moments anodins du quotidien qui nous manquent tant lorsqu'ils disparaissent.
Un petit moment de lecture drôle et plein de tendresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
gouelan
  03 avril 2015
Sous le soleil écrasant de Cagliari, dans un décor de dunes de sable blanc et de mer transparente et calme, où même quand les nuages se font plus sombres et la mer menaçante, "Cagliari est aussi beau comme ça", une jeune femme n'a plus envie de vivre. Son voisin, lui , a peur de mourir...
Entre les deux se crée une complicité. Et si le bonheur c'était plus simple qu'on ne le pense. Ne pas songer à hier, ne pas avoir peur de souffrir à nouveau demain, ne penser qu'au bonheur présent.
" Ça semblait ne pas suffire, sans l'assurance d'un bonheur futur, et pourtant si, ça suffisait. le présent aussi suffisait. Et elle ne l'avait pas compris. "
Histoire courte qui raconte tout en douceur les douleurs de la vie, le manque d'affection, l'attente de gestes tendres, de paroles apaisantes, de doux regards, qui paraissent insignifiants, mais qui peuvent sauver une vie.
Commenter  J’apprécie          340

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
MahaDeeMahaDee   19 juillet 2017
Le voisin, elle l'avait rencontré un jour alors qu’avec son petit elle rentrait de promenade. Il était très beau. Et ensuite, toujours à la même heure. Elle arrêtait la poussette et le fixait sans retenue. Mais lui il ne les voyait pas, même quand la rue était vide.
Il habitait la maison de l'autre côté du mur, et maintenant, quand elle emmenait son fils faire un tour, elle passait toujours par là. Ensuite ils montaient par les ruelles en pente, encaissées entre les murs, et débouchaient dans la lumière aveuglante de l'Esplanade, une avenue d’où on aperçoit tout Cagliari. Ils s'installaient sous un palmier, en surplomb de leur petit immeuble décrépit, qui était le plus moche, mais le plus beau aussi, parce qu'il y avait le jardin de la maison d'en face, caché à la rue par le mur, avec sa végétation enchevêtrée qui formait un tapis sous son balcon à elle, au premier étage, la tenant comme suspendue en l'air quand elle s'y penchait.
La maison du voisin restait cachée même de là-haut, de l'Esplanade, les frondaisons des arbres recouvraient tout, et là où elle s'éclaircissaient par instants émergeaient le blanc, le rose, le jaune des arbres fruitiers. Du mur descendaient un chemin entre les tessons de bouteille, les branches de lierre et les grappes violettes des Glycines. Elle ne se lassait pas de rester là, émerveillée, espérant toujours entendre la voix de son voisin si beau. Mais seuls les oiseaux chantaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24fanfanouche24   03 mars 2015
Si un lecteur me dit qu'il a pleuré et ri en lisant une de mes histoires, je suis heureuse. Car c'est ainsi que je vois la vie, misérable et merveilleuse, et communiquer exactement ce que je sens me comble. (p. 53)
Commenter  J’apprécie          390
Under_the_MoonUnder_the_Moon   23 février 2015
Ne trouvait-elle pas affreux de souhaiter aux humains de ne pas exister, ou de casser leur pipe juste au moment où ils sont heureux, au lieu de leur souhaiter de découvrir comment vaincre les maladies, et de vivre mieux et toujours plus longtemps ? Son idée de la mort, n'était-ce pas une insulte ? A Dieu. A l'humanité tout entière. A ceux qui souffrent vraiment.
"Nous ne sommes pas en guerre, disait le voisin, nous mangeons trois fois par jour et nous ne risquons pas de sauter en l'air en sortant de chez nous parce qu'un sniper nous a pris pour cible. Vouloir mourir, ici, chez nous, c'est une insulte. Nous devons vivre le plus possible et abolir les guerres, la faim, les maladies et la mort. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gouelangouelan   03 avril 2015
" Si les autres le savent , se suicider est une méchanceté, lui dit-elle, et pour les enfants surtout c'est un héritage terrible, et puis ceux qui vous aiment ne doivent pas se sentir coupables, ni l'humanité insultée par quelqu'un qui dit que tous les efforts que les autres font pour tenir le coup sont inutiles et stupides. Voila pourquoi j'ai imaginé le suicide parfait."
Commenter  J’apprécie          160
le_Bisonle_Bison   13 novembre 2020
Une nuit où elle traînait sur le balcon et il y avait une lune qui semblait dessinée au fusain, et le vent apportait l’odeur de la mer et les arômes du jardin, elle le vit tout à coup devant elle, le voisin.
[…] Elle s’y attendait tellement peu qu’elle n’avait sur elle que sa combinaison transparente aux bretelles déchirées qui laissait un sein découvert.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Milena Agus (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milena Agus
Payot - Marque Page - Milena Agus - La comtesse de Ricotta
autres livres classés : Sardaigne (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
634 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre

.. ..