AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2867467586
Éditeur : Liana Lévi (08/01/2015)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 69 notes)
Résumé :
Cet ouvrage offre deux approches, l'une fictionnelle, l'autre historique d'un même fait divers. En 1946, dans les Pouilles, des ouvriers agricoles se révoltent contre l'iniquité des propriétaires fonciers. Les soeurs Porro, quatre femmes aisées, à la vie monotone, sont agressées dans leur palais par la foule de paysans en colère. Deux d'entre elles, Luisa et Carolina, périssent lynchées.
©Electre 2014
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  27 janvier 2015
Milena Agus,romancière,et Luciana Castellina,essayiste et figure de la gauche italienne,raconte tour à tour un drame réellement survenu le 7 Mars 1946 à Adriana,dans la région des Pouilles en Italie,dans un roman publié tête-bêche.
Agus raconte l'histoire des soeurs Porro se glissant dans la voix de leur unique amie(?)qui les fréquente.Les soeurs Porro,riches propriétaires terriens vivent cachées dans leur "palazzo" au coeur de la ville d'Adriana.Alors que dehors,au lendemain de la guerre,le chômage et la misère atteignent des niveaux désespérants,les soeurs y restent indifférentes,n'entendent rien de la politique,ni de la famine.Le 7 mars 1946,sur la place centrale d'Adriana se tient un meeting communiste d'ouvriers.La foule rassemblée attend le chef syndical.Un coup de feu qui part du toit du Palazzo Porro va déclencher le drame,l'irréparable.
Luciana Castellina,elle,parcoure l'histoire de ces années-là,en insérant la mort dramatique des soeurs Porro dans le contexte de ce qu'il faudrait appeler "la guerre civile dans Les Pouilles,1943-1948".Une histoire quasiment inconnue dans le reste de l'Italie.
Le roman et l'histoire sont bouleversantes,d'autant plus que le drame des soeurs Porro n'était pas unique de son temps:"les massacres dans les Pouilles étaient aussi naturels que les grosses averses,mais juste un peu plus fréquent".Mais celle des soeurs Porro apparut comme la plus terrible,la plus incompréhensible.Ce mouvement de folie collective me rappelle le livre D'Elias Canetti,"Masse et Puissance",où il pose de multiples questions:Poussée d'irrationnel?Explosion d'un fond primitif mal avoué?Resurgence d'une panique collective jamais analysé?.C'est probablement tout ca à la fois.
J'ai d'abord lu le roman,l'histoire ensuite.Je ne sais pas si c'est la meilleure façon de le lire,mais en tout cas c'est un livre trés fort,trés réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Moan
  20 janvier 2015
Ce livre original comprend deux parties.
La moitié est un roman écrit par Milena Agus , à partir d'un fait divers dans la petite ville d'Andria. Quatre femmes, les soeurs Porro, vivent dans une somptueuse demeure, d'où elles ne sortent pratiquement jamais. Elles sont riches, très riches, mais "comme il faut", elles ont de bonnes manières, ne sont pas dépensières," il faut préserver le patrimoine", suivent les règles de leur classe sociale et font des dons pour les pauvres.
Et des pauvres, dans les Pouilles, à la fin de la seconde guerre mondiale, il n'y a pratiquement que ça! Des pauvres sans avenir, qui manifestent un soir sur la place devant la demeure des soeurs Porro. Un coup de feu éclate et l'inimaginable arrive. "C'était terrible, mais ça n'a pas duré plus d'une heure".
L'autre moitié du livre, écrite par Luciana Castellani décrit le fait divers du 7 mars 1946 à Andria en moins de sept pages. Elle développe par la suite, la situation des Pouilles à la fin de la guerre, " à l'époque du débarquement des alliés en Italie du Sud et de la dissolution du partie fasciste", quand des réfugiés affamés déferlent dans la région avec la faim qui se transforme en violence. "L'histoire de la région resta à part. Ici, la paix n'était pas arrivée, ici se poursuivait une guerre civile plus cruelle que la précédente".
Ce livre , très bien écrit, a le mérite de faire connaître la situation de cette région d'Italie à la fin de la seconde guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
nilebeh
  19 octobre 2016
C'est une idée originale et intéressante : le livre se compose en fait de deux opus disposés tête bêche, qui se complètent et s'illustrent mutuellement. L'un, article de 79 pages est écrit par une journaliste italienne, communiste entre 1947 et 1969, parlementaire en Italie et au Parlement européen. Elle relate avec méticulosité et mise en perspective des faits qui se sont passés dans les Pouilles après la chute de Mussolini. Les mouvements sociaux qui opposèrent grands propriétaires et ouvriers agricoles, syndicalistes, s'accompagnèrent de violences. Un fait divers tragique se produisit sur la place de la ville d'Andria le 7 mars 1946. L'historienne analyse les faits et les replace dans leur contexte post-mussolinien,, alors que les partis politiques (PCI, PSI) et les syndicats se reconstituent.
De son côté, la romancière, Milena Angus, raconte l'épisode sanglant vu par « Elle », personnage inventé, témoin de son époque. « Elle », la rebelle, voudrait que le pape considère comme hérétique toute personne qui ne refuserait pas de devenir soldat... Elle assiste aux événements tragiques qui se produisent lors du meeting de di Vittorio, antifasciste très écouté. Trois vieilles filles vivent repliées dans leur palais historique, entre serviteurs dévoués et activités paisibles et religieuses. Elles font des dons substantiels à l'Église pour les pauvres. Mais il ne leur viendrait pas à l'idée de « donner » au syndicat, aux ouvriers. Elles suivent la tradition de leurs pères, figées dans une société et des pratiques traditionnelles, totalement étrangères à l'évolution du monde. Généreuses, bienveillantes, enfermées, elles ne peuvent imaginer ce qui va se produire quand, alors qu'une émeute naît sur la place de la ville, un coup de feu part, soi-disant du haut de leurs toits, en direction des manifestants.
Le roman, tout en s'appuyant sur le contexte social de l'époque, donne chair aux événements de ce jour de violences inutiles, en brossant le portrait de femmes inoffensives qui font les frais d'une lutte des classes renaissante.
Une idée intéressante que celle de croiser les regards portés sur une même période et les mêmes faits, celui de l'historienne et celui de la romancière engagée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kathel
  26 mars 2015
Le titre original de ce livre à double figure parle de lui-même : « Prends garde à ma faim » (traduction toute personnelle !). En 1946, l'Italie et en particulier la région des Pouilles, a du mal à se sortir de la guerre. Les ouvriers agricoles n'ont plus de travail, leurs familles meurent de faim, les propriétaires terriens retranchés dans leurs villas ne leur prêtent pas attention.
Sans doute en est-il un peu de même pour les soeurs Porro, trois vieilles filles et une quatrième qui s'est finalement mariée à l'approche de la quarantaine. Elles donnent pour les bonnes oeuvres de l'église, ont donc la conscience assez tranquille, et elles n'imaginent pas vraiment, tout à leur souci d'économie domestique, que les pauvres habitants de leur village n'ont absolument plus rien pour subsister. Elles seront victimes de cet aveuglement inoffensif.
Le principe, très original, de ce livre, est de donner la parole sur un même sujet, à deux auteurs : une romancière, Milena Agus, imagine ce que l'histoire n'a pas rapporté de la vie des soeurs Porro. Elle choisit le point de vue d'une de leurs amies. C'est peut-être ce point qui me paraît le plus discutable, et à la fois le plus intéressant, d'avoir choisi de se focaliser sur une personne que l'histoire n'a pas retenue, qui est sensiblement différente dans sa psychologie, plus délurée que les victimes, et assez naïve pour ressentir un besoin d'explication aux événements. J'imagine que cet éclairage de l'histoire porte bien la marque de Milena Agus, mais ce sera à vérifier car c'est la première fois que je lis cette auteure. J'ai suivi avec intérêt ce versant de l'histoire, celui par lequel j'ai commencé.
La deuxième face du livre comporte le texte de Luciana Castellina, une historienne qui replace la dramatique journée de mars 1946 dans son contexte historique. Bien souvent, à la fin d'un roman, je cherche à en savoir plus sur les tenants et les aboutissants exacts de faits relatés par un auteur de fiction. Pourtant, ce prolongement attendu ne m'a pas enthousiasmée outre mesure, et j'avoue l'avoir terminé en diagonale. Mon co-lecteur pour ce livre a d'ailleurs fait la même chose, alors qu'il est, plus que moi, porté sur la lecture d'essais historiques.
Finalement, j'ai été surtout intriguée par l'écriture du roman, par la manière dont on prend un fait réel pour en faire de la fiction. Je pense lire à l'occasion un autre texte de Milena Agus, pour voir si son univers me convient. Je viens de lire plusieurs romans italiens contemporains, deux dont je vous parlerai bientôt, et je compte bien continuer ainsi la découverte !
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ADAMSY
  28 août 2016
La narratrice appartient à une famille aisée et a dû faire un mariage de raison avec un homme âgé de plus de 30 ans qu'elle. A 50 ans passé, elle regrette n'avoir pas su dire non, n'avoir pu se rebeller contre ses parents et n'avoir pas connu l'amour qu'elle n'a vécu qu'en imagination. Sa révolte, elle la crie cependant aux soeurs Porro, du même milieu qu'elle, mais restées vieilles filles et ne vivant que pour Dieu, jamais ne se rebellant. La population affamée n'aura pourtant pas pitié d'elles... Un roman très court et bien écrit, retraçant la condition de la femme au début du 20ème siècle et qui permet de poser des questions. Peut-on réellement changer les choses ? Les inverser peut-être mais sans pourtant vivre dans un monde idéal...
Dans une deuxième partie du livre, on a le récit purement historique de ce qu'il s'est passé.
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (4)
Actualitte   03 février 2015
Imprégné de ce contexte particulier et assez ardu, c'est avec beaucoup d'aisance ensuite, comme une récompense, que le lecteur s'empare du récit sensible de Milena Agus et découvre l'existence des sœurs Porro à travers leur amie narratrice, créée de toutes pièces, à l'intelligence fine, empreinte de fantaisie et de liberté, exaltée, attentive et rêveuse, à l'écoute du monde qui l'environne et gronde.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress   27 janvier 2015
Ce livre étrange par sa construction, mais aussi par sa présentation, puisque les deux textes sont disposés tête-bêche, avec la même couverture sur deux fonds de couleurs distincts, est un bijou d'intelligence, qui évoque les heures de gloire du néoréalisme italien.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   21 janvier 2015
L'exercice tenté par Agus et Castellina, qui consiste à croiser les regards entre romancier et historien sur un même événement, est pleinement réussi : il ouvre les focales sur un fait divers qui devient alors un objet d'histoire, enrichi par une fiction qui en dessine les silhouettes oubliées.
Lire la critique sur le site : Telerama
Liberation   19 janvier 2015
«A moi la tragédie singulière des sœurs Porro, à Luciana le chœur de la multitude qui passe sur la terre, sur sa terre sans laisser de trace», écrit Milena Angus en exergue de ce livre fascinant, où l’histoire et le roman publiés tête-bêche se répondent.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   26 janvier 2015
Elle se querellait en pensée avec tout le monde,des disputes enragées avec cris et injures.Personne ne le savait ,puisque tout cela n'advenait qu'en son for intérieur,mais au fond elle était une grande acariâtre,chicaneuse et agressive,et souvent il lui arrivait de haïr des gens à peine croisé dans la rue,et de vouloir les rouer de coups,pour leur façon de s'habiller,ou pour un geste d'eux qu'elle trouvait intolérable.Par la suite,si elle faisait plus ample connaissance avec ces fâcheux,elle cessait de les détester et leur inventait toutes les excuses du monde.p.26
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
littlecatlittlecat   29 octobre 2016
A Vincenza, Carolina et Luisa aussi, elle aurait aimé poser des questions. Avaient-elles déjà rêvé d'amour, par exemple, et de sexe ?
Ou bien elle était la seule à être obsédée par le sexe, elle à qui ses parents avaient fait épouser un vieux, espérant accroître leur pouvoir économique et consolider leur parentèle, et qui en matière d'amour et de sexe avait dû tout imaginer.
Commenter  J’apprécie          100
ADAMSYADAMSY   28 août 2016
Et ses amies Porro ? Elles devaient bien aspirer à d'autres joies qu'à celles, si fastidieuses, de l'outre-tombe catholique. Elles avaient forcément, elles aussi, une vie secrète, grâce à laquelle elles n'étaient pas malheureuses.
Pourquoi ne s'étaient-elles pas rebellées ? En épousant un pauvre, par exemple, un journalier ! Pourquoi ne s'étaient-elles pas mélangées en faisant leur propre révolution ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lanardlanard   26 juillet 2016
Une fois elle les avait même vues rire vraiment, sans mettre la main devant leur bouche.
En ces temps de guerre, seuls les riches pouvaient se procurer du savon, les autres lavaient leur linge au moyen d'une mixture à base de cendres. Alors elle déclara que cela lui semblait injuste d'utiliser du savon qui pouvait servir aux hôpitaux, et que ses domestiques faisaient donc la lessive avec cette mixture.
Les sœurs Porro ne firent pas de commentaires, mais Stefania, puisqu'elle était la seule à pouvoir prononcer le mot "culotte", car les trois autres appelaient les culottes "les premières" et les soutiens-gorge "les seconds", osa une question: "Et les culottes aussi, avec cette mixture?"
- Tu veux savoir s'il reste des taches sur les culottes? répondit-elle pour les choquer.
- Exactement.
- Oh, les taches sur les culottes s'éclaircissent considérablement!"
Les sœurs ouvrirent de grands yeux, puis elles rirent de bon cœur qu'elles en oublièrent de se cacher la bouche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ADAMSYADAMSY   28 août 2016
C'était un fait, ainsi qu'elle le lui avait dit, elle était contre la violence. Il devait bien y avoir un moyen de construire une société plus juste sans assassiner personne. Il y a toujours un moyen. On pourrait commencer par exemple par apprendre aux enfants à détester la guerre et non l'ennemi. Bannir les films ou les livres exaltant l'héroïsme et la fureur tragique des batailles, ne pas célébrer la victoire de Vittorio Veneto. Il fallait ôter aux enfants le goût des compétitions avec vainqueurs et vaincus, amis et ennemis. Même le sport aurait dû être interdit. Il incitait à la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Milena Agus (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milena Agus
Payot - Marque Page - Milena Agus - La comtesse de Ricotta
autres livres classés : pouillesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
500 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
.. ..