AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281122128X
Éditeur : Milady (16/06/2017)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Une histoire aux couleurs de l'espoir par la talentueuse auteure de P.S. I Love You...

À force de traquer le scoop et de dévoiler la vie privée des gens dans les colonnes de la presse à scandale, Kitty est dans l'impasse. Sa carrière de journaliste piétine, et ses frasques lui valent une réputation désastreuse. Tout s'effondre quand elle apprend que Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Audreyaufildespages
  20 juillet 2017
Kitty est journaliste mais son travail des derniers mois ne lui a pas vraiment valut récompenses et félicitations. A cause d'elle, un homme a dû faire face à une humiliation publique aussi violente qu'injuste dont la jeune femme n'a pas mesuré les conséquences.
Décidée à se rattraper tant aux yeux du public qu'à ceux de Steve, son meilleur ami qu'elle a beaucoup déçu, elle se rend au chevet de Constance. Sa patronne et amie se meurt dans cancer mais lui révèle l'existence d'un sujet sur lequel elle doit travailler pour redorer son blason. Une liste de 100 noms. Sans explication sur ce qu'elle doit en faire.
Commence alors pour Kitty une longue et harassante enquête pour retrouver ces personnes et percer le secret de la liste. Une recherche qui permettra aussi à la jeune femme de trouver du sens à sa vie.
Je suis fan de Cecelia Ahern depuis son premier roman « P.S. I love you« , adapté en film avec l'émouvante  Hilary Swank. le récit d'une femme qui perd son mari d'une maladie alors qu'ils n'en sont encore qu'au début de leur mariage. Alors qu'elle sombre dans une grave dépression, elle se met à recevoir chaque mois une lettre de son amour perdu. Chaque missive lui donne des instructions et des défis pour lui permettre de retrouver à nouveau le chemin de la vie. Un roman d'une grande délicatesse, très émouvant, que je vous recommande. Suite à cet énorme succès, Cecelia Ahern a enchaîné durant les dix dernières années une dizaines de romans, tous aussi délicieux, avec une mention spéciale pour l'un de mes favoris « Merci pour les souvenirs« .
Par contre ce nouveau roman ne m'a pas emportée.
L'auteure a l'habitude de prendre comme personnage principal des hommes et des femmes pas spécialement « aimables »: renfermés, acariâtres, désagréables , déprimés  ou malheureux au début du récit, ceux-ci se voient transformés au fil de l'histoire. Kitty ne fait pas exception à la règle. Plutôt égoïste, butée et imbue d'elle-même, elle finira par s'ouvrir aux autres et y puiser de belles leçons de vie. Cependant, ce n'est pas cet aspect là qui m'a dérangé.
J'ai eu énormément de mal à rentrer dans l'histoire. La quête de Kitty pour retrouver au moins quelques uns des 100 noms de la liste m'a paru longue, brouillonne, incompréhensible et l'explication finale ne m'a pas vraiment convaincue. Je n'y ai pas retrouvé non plus l'humour tendre des romans précédents. Je trouve que le récit manquait d'âme et de profondeur.
En naviguant en peu sur les différents blogs et sites parlant de ce roman, je me suis aperçue que la quasi-totalité des lecteurs avaient beaucoup plus apprécié que moi ce livre. Peut être faudra-t-il que j'attende un autre moment de ma vie pour le relire et voir si j'en tire plus de satisfaction? Dans le doute et si le résumé vous séduit quand même… pourquoi ne pas tenter l'expérience de cette lecture?
Lien : http://audreyaufildespages.u..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
helvetius
  04 novembre 2017
Je ne pensais vraiment pas dire ça un jour d'un roman de Cecelia Ahern mais je suis un peu déçue par Les jours meilleurs. Je me suis très vite ennuyée en lisant ce roman et les tribulations de Kitty m'ont laissées de marbre...Mais j'ai l'impression qu'en ce moment, tous les auteurs que j'appréciais énormément il y a quelques années me laissent indifférente, cela montre bien que rien n'est immuable dans la vie !
La plume de Cecelia Ahern est toujours aussi agréable à lire, les personnages sont touchants, l'histoire est belle et émouvante, les ingrédients qui ont fait le succès de l'auteure sont tous réunis pour nous donner une jolie leçon de vie...et c'est justement ce qui m'a le plus ennuyée durant cette lecture, je n'ai finalement eu aucunes surprises et il n'y a pas vraiment de rebondissements. En voulant honorer la mémoire de son amie Constance un brin loufoque, Kitty, la reporter journaliste en plein scandale retourne aux sources, elle retrouve les bases de son métier et redécouvre le plaisir et l'envie de rencontrer des gens, d'apprendre à les connaitre et comprendre ce qui fait d'eux des êtres exceptionnels, malgré une vie qui peut sembler des plus banales. Mais voilà, c'est toujours un peu la même chose, j'ai eu l'impression de tourner en rond durant cette lecture et de lire une nouvelle version des autres livres feel-good que l'on peut trouver en rayon actuellement, rien de bien nouveau, rien d'original si ce n'est résoudre le mystère de cette fameuse liste de cent noms laissée par Constance et découvrir les vies de ces cent personnes, ou du moins, de six d'entre elles...
Bref, une petite déception mais rien de méchant, j'ai quand même apprécié cette lecture même si j'en attendait un peu plus de la part de Cecelia Ahern qui reste fidèle à son style...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Adralex
  06 novembre 2017
Les premiers mots qui me viennent à l'esprit après cette lecture sont "beauté et simplicité".
J'ai aimé lire ce roman que j'ai trouvé facile d'accès et à certains moments très poétique, notamment avec la présence des papillons qui sont un fil conducteur du roman.
Les personnages du roman sont intéressants, ils ont chacun leur complexité et malgré le peu de temps que Kitty passe avec certains d'entre eux, nous avons l'impression de bien les connaître. le personnage de Constance en particulier est attachant. J'ai aimé sa façon de penser et sa vision des choses. Peut-être est-ce parce que c'est au travers des aventures de Kitty que nous découvrons Constance et qu'elle constitue une figure de modèle pour elle que nous l'apprécions autant. C'est peut-être aussi en raison de cette fameuse liste de cent noms laissée qu'elle est rendue plus énigmatique puisque, comme Kitty, le lecteur se retrouve dans la même situation, à essayer de trouver avec quelle logique Constance a constitué cette liste et quelle aurait été sa démarche pour écrire son article.
Finalement, c'est une évidence qui nous est révélée :
En revanche, j'ai été gênée à de nombreuses reprises par les "coquilles" présentes dans le texte. J'en ai dénombré neuf dans le roman. Il s'agit la plupart du temps de l'emploi d'un mot pour un autre (proche graphiquement) ou encore d'une confusion entre les personnages.
Par exemple, page 51 : "Kitty n'avait pas été particulièrement brillé (au lieu de "brillante")" ou encore page 92 "répondit-il (au lieu de "elle") sur un ton qui laissait penser qu'elle en voulait à tous les habitants de Oldtown".
Ces erreurs ont dévalué mon appréciation de ce roman, même si je l'ai trouvé, sur la fin, très beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Elenwe
  05 septembre 2017
« Les jours meilleurs » nouveau roman de l'auteure de PS : I love you, nous conte l'histoire de Kitty, une jeune journaliste tellement dévouée à son travail qu'elle va oublier qui elle est vraiment, jusqu'à commettre la pire des erreurs qui puissent arriver dans la carrière d'une journaliste. Une erreur qui va détruire sa carrière mais aussi la vie de la personne touchée par l'erreur qu'elle a faite. Nous commettons tous des erreurs à un moment ou a un autre dans notre vie. Nous sommes humains. Nous ne pouvons être infaillible ni parfait. Certaines erreurs auront des conséquences désastreuses. Autant pour la personne qui la commise que celle qui la subis. Parfois nos propres erreurs peuvent toucher d'autre personne, détruire leur vie autant que la nôtre. Et après ? Comment peut on faire pour nous relever ? Pour continuer à avancer quand tout le monde nous pointe du doigt, nous insulte ?
Alors que sa famille et ses amis lui tournent tous le dos au fur et à mesure, Kitty se rend au chevet de la personne qui lui a tout appris, de son mentor, Constance Dubois. Atteinte d'un cancer, elle vit ses derniers instants. Sur son lit de mort, elle confie à la jeune femme l'idée d'un article qu'elle aurait voulu écrire pour le journal Etcetera. Constance lui donne une liste de cents noms trouvé au hasard dans un annuaire, liste sur laquelle elle voulait se baser pour écrire ce fameux article. Kitty doit en quelques jours rencontrer toutes ses personnes, trouver un lien entre chacune elles pour pouvoir écrire son article qui sera publié dans une édition spéciale à l'honneur de Constance Dubois. Et c'est à partir de ce moment là, que la journaliste va se lancer dans une course folle enfin de pouvoir rencontrer le plus possible de personne pour pouvoir écrire cet article en l'honneur de son amie
J'ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l'histoire, cela pour plusieurs raisons. D'abord à cause du personnage principal, de Kitty. Elle m'a énervé dès le début du livre. Je l'ai trouvé tellement antipathique et insupportable, se plaignant sans cesse en disant que sa carrière était foutue sans jamais penser une seule seconde qu'à cause d'elle, la vie de quelqu'un d'autre avait été bousillé. Elle ne voyait que son petit nombril, et non le mal qu'elle avait fait autour d'elle. Ce n'était pas que de sa faute, nous faisons tous des erreurs, mais il faut les assumer. Et j'ai eu l'impression qu'elle ne le faisait pas. Ensuite, j'ai trouvé que Cecilia Ahern dessinait un mauvais portrait des journalistes, les mettant pour la plupart tous dans le même panier. A aucun moment nous rencontrons un journaliste qui n'est pas prêt a tout pour sa carrière ou qui ne se soucie que du profit. Dans ce livre, l'auteure a totalement dévalorisé ces personnes qui nous tienne au courant de ce qui se passe dans le monde. Et j'ai eu beaucoup de mal avec la vision qu'elle a de ces personnes la. Et enfin, j'ai trouvé que Cecilia Ahern a rajouté quelque chose qui était pour moi pas du tout obligé et un peu inutile entre Kitty et un des personnages du livre. Cette histoire d'amour ne m'a fais ni chaud ni froid, et selon moi, elle n'apporte rien de plus à l'histoire.
En somme, la trame de l'histoire était bonne, voire très bonne et c'est cela qui m'a plu et qui permet au livre de ne pas avoir une plus mauvaise note. J'ai aimé me poser des questions sur les liens qui pouvaient réunir cent personnes. J'ai aimé chercher avec Kitty ce qui pouvait relier toutes ces personnes. Qu'est ce qu'on en commun cent personnes pris au hasard dans la population ? Et même si je n'ai pas apprécié le personnage de Kitty au début du livre, grâce aux personnages qu'elle va rencontrer et grâce à son meilleur ami Steve, elle va petit à petit changer et devenir la journaliste qu'elle était au début de sa carrière. Steve qui va oser lui dire ce que tout le monde pense tout bas, Steve qui va lui permettre de se remettre en question autant au niveau vie privée que vie professionnelle. J'ai apprécié la Kitty de la fin du livre et j'ai aimé la façon dont Cecilia Ahern a fait évoluer son personnage. Au niveau des personnes qu'elle va rencontrer, j'ai adoré Birdie, la grand-mère qu'on aimerait tous avoir, j'ai aimé sa force et sa témérité. le point fort de ce roman, c'est avant tout les personnages secondaires, les personnes qui figurent sur cette liste de cent noms. Par contre la fin du livre m'a déçu, dans le sens où on reste sur notre faim. J'aurais voulu savoir ce que Kitty et un certain personnage aller se dire, connaître leur discussion.
En somme, Les jours meilleurs est un livre feel-good, un livre qui se laisse lire sans aucun problème et surtout qui nous permet de rencontrer des personnages secondaires merveilleux. Ce que j'ai préféré le plus c'est de me poser des questions sur les personnages ainsi que de connaître leur histoire. Juste pour cela, je vous invite à le lire. Mention spéciale aux éditions J'ai lu, qui nous ont offert une couverture magnifique et totalement dans le thème.
Elenwë

Lien : http://lune-et-plume.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
atouchofbluemarine
  03 juillet 2017
One Hundred Names est un roman écrit par Cecilia Ahern, l'auteur du livre culte PS I love you. Ce livre adapté en film avec Gerard Butler à l'affiche fait partie intégrante de mon adolescence tellement j'en ai pleuré. Je mets donc Cecilia Ahern sur une sorte de piédestal de la romance.
J'ai donc lu One Hundred Names dans sa version originale dans le cadre de mon challenge « The british Month ». Si vous ne vous sentez pas d'attaquer pour la VO, sachez que le livre sort en français le 16 juin premier sous le titre « les jours meilleurs ». Je trouve que le titre anglophone est plus approprié au contenu de l'histoire mais « les jours meilleurs » est tout à fait en thème avec l'ambiance et l'héroïne.
One Hundred Names… oui 100 noms. Une liste contenant 100 personnes. Voilà la mission de Kitty, une journaliste désavouée qui vit une salle période tant dans sa vie privé que professionnelle. Elle a pris une mauvaise décision dans le cadre de son job et cela a causé la ruine d'un homme devant des millions de spectateurs. Pauvre Kitty… elle qui vit maintenant un enfer à la maison doit également faire face au décès de son amie et mentor, Constance Dubois. Seule lueur d'espoir dans son quotidien, cette liste que son amie a laissé dans le cadre d'un article qu'elle comptait écrire pour le journal Etcetera. Seulement, la liste n'est accompagnée d'aucun document annexe. Aucune indication ni lien entre ces personnes. Aucune idée de ce qui pourrait les lier. Et pour rajouter un peu d'huile sur le feu, Kitty n'a que quelques jours pour interroger ces personnes et écrire son article qui paraitra dans l'édition spéciale. Une mission qui s'avère impossible…
Heureusement, Kitty connaissait bien son amie. C'est elle qui l'a engagée alors qu'elle n'était qu'une étudiante toute motivée. C'est elle qui a toujours cru en ses capacités. Et puis, la vie de Kitty est tellement exécrable en ce moment, elle est tombée tellement loin qu'elle ne peut que remonter… Avec un peu d'espoir et beaucoup de courage, Kitty va tenter de réaliser la mission qui lui a été confiée. Sa liste à la main, la voilà partie à la conquête de jours meilleurs.
Un livre qui m'a terriblement plu et que j'ai lu sans difficulté dans sa langue originale. le style est fluide et l'héroïne attendrissante. On sent le style de l'auteur et l'envie de procurer une sensation de bien-être au lecteur. Il a fallu attendre jusqu'à la dernière page pour enfin découvrir le coeur de cette histoire. Et c'était tout simplement magique. Beau. Un vrai petit chef d'oeuvre qui m'a presque donné la larme à l'oeil. Un récit qui parle d'espoir, de simplicité et de beauté. Mais aussi de l'extraordinaire qui réside dans la vie de tous les jours. Un roman feel-good contemporain qui prouve que chacun à sa propre histoire à raconter. Un vrai plaisir à lire !
Lien : https://atouchofbluemarine.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Stef62Stef62   12 septembre 2017
Je faisais ma prière tous les soirs, c’était aussi machinal que de me brosser les dents. Je croyais en Dieu autant que dans les bactéries. C’était un truc utilisé par les adultes pour faire peur aux mômes, une habitude, un truc à faire. Je ne croyais pas en Dieu à six ans quand on a enterré ma mère, ni à sept quand j’ai fait ma première communion, ni à douze quand j’ai fait ma confirmation. Je ne croyais pas en Lui quand j’étais dans Sa maison et que je Lui ai promis d’être fidèle à mon épouse, mais, poursuivit-il en posant son regard plein de larmes sur Kitty, je L’ai remercié le jour où ma fille est née.

Pourquoi j’ai fait ça ? Pourquoi remercier quelqu’un en qui je ne crois pas ? C’est pourtant ce que j’ai fait. Sans réfléchir. Comme si c’était naturel. Puis les nuits sans sommeil ont commencé et je L’ai de nouveau oublié. De temps en temps, quand elle tombait malade, qu’elle avait de la fièvre, qu’elle se cognait la tête et qu’il fallait l’amener à l’hôpital pour la faire recoudre, je me souvenais de Son existence. Mais dès qu’elle arrêtait de pleurer et qu’elle retrouvait ce sourire radieux qui illuminait mon univers, je L’oubliais de nouveau. Ce n’est qu’une semaine après sa disparition, quand on a démarré la campagne de recherches, que je me suis souvenu de Son existence. J’ai commencé à prier. Tous les matins, en me réveillant, je priais pour que ce jour qui débutait soit celui de son retour. Puis c’est devenu plus fréquent. Je priais tout le temps. Ensuite je me suis mis à aller à l’église. Tous les jours. Je pensais aussi souvent à Lui qu’à elle. […] Mais quand on a retrouvé son corps martyrisé, j’ai non seulement cessé de croire en Lui, mais j’ai cru si fortement en sa non-existence que j’étais désolée, voire agacé, par ceux qui croyaient. […]

– Vous ne croyez pas en Dieu.

– Je n’y croyais pas. Puis je me suis à croire et Il m’a laissé tomber et j’ai passé sept ans à Le haïr, à haïr l’idée même de Son existence. Mais c’est comme Le remercier, pas vrai ? Comment haïr quelqu’un si on ne croit pas qu’il existe ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2017
Il faut trouver de la pub qui me permette de parler de ce en quoi consiste vraiment l’acte d’offrir, à quel point c’est précieux et unique, particulièrement à cette époque où les gens en bavent. Ça n’a rien à voir avec l’argent qu’on met dedans – on ne fait plus de somptueux présents –, mais avec l’intention derrière, comment le cadeau peut remonter le moral de celui qui le reçoit, comment on se sent aimé grâce à un simple geste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2017
En école de journalisme, on nous apprend qu’il faut s’extraire du sujet pour rester objectif, mais, en réalité, il faut être au cœur de l’histoire pour la comprendre et pour aider le public à s’identifier, sinon l’histoire perd son souffle et un robot pourrait la raconter.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2017
Personne ne sait ce que les lecteurs veulent lire, entendre ou voir. Mais c’est parce qu’eux-mêmes l’ignorent : ils ne le découvrent qu’après. C’est ça, l’originalité. Trouver quelque chose de neuf, sans faire du réchauffé pour nourrir un marché.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2017
Elle était consciente de la banalité embarrassante de sa vie et sentait que ses réponses simples n’avaient pas inspiré la femme qui lui avait consacré une heure entière, même si cette dernière avait tout fait pour la persuader du contraire.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Cecelia Ahern (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cecelia Ahern
LOVE, ROSIE BANDE ANNONCE
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Merci pour les souvenirs de Cécélia Ahern

Quel accident bouleverse la vie et détruit le mariage de Joyce ?

La disparition de son mari
Une transfusion sanguine suite à la perte de son bébé lors d'une chute
La mort brutale de son père
La rencontre avec Justin

13 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Merci pour les souvenirs de Cecelia AhernCréer un quiz sur ce livre
. .