AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226438775
Éditeur : Albin Michel (04/09/2019)
3.33/5   118 notes
Résumé :
La nuit tombe sur Stockholm. En quittant le Parlement après une séance houleuse pour rejoindre la voiture qui l’attend, le ministre de la Justice disparaît. Cette même nuit, à Tibberup, un petit village au nord du Danemark, la femme d’un célèbre présentateur est violée et assassinée chez elle. Bientôt d’autres corps, mutilés, sont retrouvés de part et d’autre du détroit d’Öresund. Chargés de l’enquête, l’inspecteur suédois Fabian Risk et son homologue danoise Dunja ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
3,33

sur 118 notes

ange77
  05 septembre 2019
Avant tout...
Je remercie Babelio, pour l'opération de Masse Critique privilégiée, ainsi que les éditions Albin Michel, pour l'envoi du nouveau Stephan Ahnhem.
On dit de cet auteur qu'il est la nouvelle star du polar suédois (rien de moins...), avec déjà quatre romans à son actif. La neuvième tombe est son deuxième traduit en français, ainsi que celui avec lequel je le découvre.
« Imaginez un mélange de Silence des agneaux et Seven, et ajoutez-y une dose d'angoisse à la suédoise. »
Voilà qui est pourtant tentant et prometteur de prime abord...
...mais qu'en est-il en réalité ?
Je ne saurais y répondre en toute franchise car je n'ai pas réussi à finir ce petit pavé de plus de 600 pages, et j'invoque à ma décharge le 3ème droit du lecteur (voir Les dix droits du lecteur de Daniel Pennac) ; celui de ne pas finir un livre.
Je tente en revanche de m'en expliquer :
Malgré des chapitres relativement courts, ce qui participe généralement à une bonne dynamique de lecture, je dois avouer que j'ai eu beaucoup de difficultés à avancer sereinement dans cette histoire, divisée entre deux enquêtes, dont on se doute qu'elles finiront par se rejoindre, l'une en Suède l'autre au Danemark.
Beaucoup de personnages - aux noms complexes, tant à prononcer qu'à retenir... - se mêlent dans un imbroglio sanglant.
Ce qui m'a particulièrement perturbé, c'est qu'aucune note ne vient indiquer au lecteur à aucun moment où il se trouve (sommes-nous dans la première enquête ou dans la seconde ? À Stockholm ou à Copenhague ?) - évidement, les noms des protagonistes marquaient en effet les lieus comme des balises, mais comme je l'ai signalé, ceux-ci étaient malheureusement loin d'être simple à se souvenir... Cela m'a donc personnellement beaucoup gênée dans ma lecture.
Pourtant j'ai déjà lu plusieurs romans signés d'écrivains dit nordiques, mais c'est la première fois que j'ai eu autant de mal avec la dénomination des héros.
Nombre d'incohérences sont également venues saper mon plaisir, comme par exemple cette enquêtrice enceinte de jumeaux jusqu'aux dents qui se la joue super woman.
Mais, c'est un roman... libre donc à l'auteur de faire comme bon lui semble.
Et libre à moi de ne pas apprécier. Raison pour laquelle je ne peux le noter.
Une autre fois, peut-être...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
missmolko1
  18 juin 2019
Abandon page 351/551 (et j'ai péniblement lutté pour en arriver là !)
J'avais envie de découvrir Stefan Ahnhem et quand j'ai vu ce titre chez mon libraire, j'ai foncé tête baissée. Il faut dire que le résumé était prometteur et le fait d'avoir une enquête sur deux pays entre la Suède et le Danemark m'a fait un peu penser à la série TV Bron.
Mais ici, trop de personnages, de la noirceur, des enquêtes à rallonge dont on ne voit pas le bout, l'alternance des personnages dans les différents chapitres fait qu'on perd le fil conducteur et qu'on se met à confondre tout le monde.
Je n'ai réussi à m'attacher a aucun des personnages et je dois dire que certains m'ont vraiment agacé : Fabien, par exemple, et son mariage qui bat de l'aile et qui a l'air totalement indifférent à cette situation ou encore Dunja, qui n'a même pas réalisé que sa relation avec son compagnon n'était pas tout à fait normale. Pourtant ces deux-là sont flic et sont sensés mener des enquêtes, déduire des choses….
Bref, je ne conseille absolument pas ce roman, il y a tellement de bons polars et thrillers scandinaves qu'il serait dommage de perdre son temps avec celui-ci. Je reste malgré tout surprise de toutes les bonnes critiques que je peux lire sur l'autre roman de l'auteur « Hors cadre » que j'avais très envie de découvrir mais après ma mésaventure avec ce roman, je ne suis pas certaine d'avoir toujours envie de tenter l'expérience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          364
Wolkaiw
  08 août 2019
Je remercie Babelio pour l'organisation de cette Masse Critique ainsi que Albin Michel pour l'envoi du livre. Il s'agit d'une épreuve non corrigée, le livre sortira le 4 septembre en librairie.
Prêt pour une virée entre le Danemark et la Suède ? Alors, n'ayez crainte et embarquez pour un vol de 660 pages et une affaire aussi glaçante que terrifiante. le récit s'ouvre sur un prologue très surprenant, mystérieux et assez sombre… Une lettre, c'est tout ce que l'auteur nous donne, une lettre qui voyage mais dont on ignore le contenu… Une ombre plane déjà, on ne soupçonne ni son importance ni sa réelle nature. C'est une bouteille jetée à la mer, qui sait sur quelle rive elle finira sa traversée ?
Des meurtres, encore et encore. Des meurtres à la pelle, à ne plus savoir qu'en faire. En Suède, au Danemark ? Un lien existe-t-il ? Qui est derrière tout cela ? Chaque pays enquête, à sa manière, selon ses propres méthodes. Membres découpés, disparitions, un certain chaos règne à l'approche des fêtes de Noël. Je n'ai pas ressenti l'agitation propre à cette période, c'est surtout la peur et l'angoisse qui dominaient, la crainte de découvrir une nouvelle victime atrocement mutilée. Dans les bureaux de police, les enquêteurs fulminent et explorent toutes les pistes, envisagent tous les motifs. L'auteur a fait le choix de changer régulièrement de points de vue ; on suit aussi bien les enquêteurs danois que suédois ainsi que quelques victimes. On tente, au même titre que les représentants de l'ordre, de coller les pièces du puzzle, de les rassembler dans un immense brainstorming.
Bien que le livre soit long (plutôt très long même), les chapitres sont courts et instaurent un certain rythme, une cadence plutôt soutenue qui permet de ne pas se lasser. le procédé est intelligent mais ici, les trop nombreux personnages sèment la confusion. Je mélangeais les noms et les prénoms, les enquêteurs suédois et les danois, le nom des victimes et des suspects. Je me perdais entre les meurtres, les enquêtes et les pistes, nageant en plein brouillard. Insérer des indications de lieux aurait pu être utile afin de se repérer plus facilement dans l'espace, j'aurais ainsi pu davantage visualiser et les enquêtes et les victimes. Ce n'est que vers les deux tiers du livre que je suis parvenu à identifier clairement le rôle de chacun, c'est dire !
Les enquêtes ont lieu parallèlement les unes aux autres, on attend, on guette le point de rencontre aussi bien que celui de rupture. Sans cesse d ans l'expectative, traquant les moindres indices. Et si les affaires ne convergeaient jamais ? Et si l'auteur se jouait de nous ? Tout est possible et j'ai envisagé chaque hypothèse. Je voyais des liens se créer et se défaire le chapitre d'après, j'entr'apercevais des similitudes qui volaient en éclats en quelques phrases. Je ne savais clairement pas sur quel pied danser, me donnant l'impression d'être une marionnette unijambiste tentant de progresser tant bien que mal. Un fil rouge semble tout relier mais de multiples intrigues se chevauchent, on voit aussi bien apparaître des problématiques personnelles que politiques. C'est un gigantesque ensemble dans lequel chaque élément est étroitement connecté aux autres.
Les meurtres sont d'une rare violence et laissent chaque fois les policiers plutôt perplexes. On assiste non pas à une traque ni même à une course contre la montre mais plutôt à une chasse à l'homme, une chasse aux sorcières qui s'intensifie au fil des pages. le rythme n'est pas spécialement soutenu mais vient un moment où tout s'accélère et prend une cadence endiablée avant que tout retombe comme un soufflé. Il y a des accélérations et des ralentissements, des sprints et des moments dont l'allure est calquée sur celle d'un marathon. Plusieurs phases sont notamment perceptibles, celles durant lesquelles la réflexion domine, on cherche à comprendre le pourquoi du comment, on regroupe tous les éléments et on analyse chaque information, puis il y a des phases d'actions avec des meurtres, des arrestations etc.
Bien que les personnages soient très nombreux, je dois admettre qu'ils sont plutôt bien construits. J'ai particulièrement aimé suivre certains d'entre eux, parmi lesquels : Malin, Fabian ainsi que Nova. Chacun possède ses propres forces et faiblesses, une vie familiale et professionnelle bien chargée. Nul n'est infaillible et c'est très appréciable. L'auteur ne tombe pas – à mes yeux – dans la caricature facile des membres de la police. On est ici dans une approche un peu plus personnalisée, un univers dans lequel chacun peut s'exprimer librement. Toutefois, il est assez regrettable que certains pans entiers de la vie des personnages occupent une place assez conséquente dans l'histoire pour être balayé d'un revers de main une fois la fin en vue… On nous bassine avec quelques couples, avec les soucis qu'ils rencontrent et leur famille pour finalement… finalement pas grand-chose. C'est un poil frustrant, surtout quand on sait que l'histoire prend le temps de se mettre en place, que l'on découvre progressivement les personnages et leur environnement… J'ai presque envie de dire : tout ça pour ça ?
Oui, tout ça pour ça… J'avoue à contre-coeur que la fin ne m'a malheureusement pas convaincue. L'univers est riche, complexe, soulève de très nombreuses problématiques et brouille plus d'une piste, pour nous laisser sur des scènes plutôt décevantes menant à la fin… Autant l'ensemble du récit m'a captivé et cela fait vraiment du bien d'être animée par une telle volonté de lire et de comprendre, autant j'y suis allée à reculons pour la lecture des derniers chapitres. Il y a des scènes que je n'ai vraiment pas comprise, je n'ai compris ni leur sens ni leur utilité… me laissant plus que sceptique. de nombreuses mystères demeurent une fois la dernière page tournée, d'une certaine manière cela nous laisse le plaisir d'imaginer ce qu'il en est vraiment, de mesurer la portée de certains actes, mais d'un autre côté je suis extrêmement frustrée. Qu'en est-il de tous ces personnages ? de tous ces indices que l'on n'exploite pas ? de tous ces non-dits… L'épilogue apporte son lot de réponses et sème encore plus le trouble…
Je me suis demandé, à plusieurs reprises, si le prologue allait trouver un écho dans l'histoire L'écho en question apparaît bel et bien mais assez tardivement, lorsque l'on commence à presque oublier la teneur du passage. Il s'agit pourtant d'un élément crucial qui a guidé ma lecture. Je guettais les passages s'y rapportant… Comme je cherchais à comprendre le pourquoi du titre. La réponse se fait attendre mais je l'ai, pour le coup, trouvé tout à fait convaincante. Je pense pouvoir dire que la traduction du livre est bonne, j'ai trouvé la plume très fluide et l'histoire se lit vite et bien, et ce malgré son épaisseur !
En définitive, La neuvième tombe fut une bonne lecture qui m' a permis de renouer avec les policiers. Je suis heureuse d'être venue plutôt rapidement à bout de ce pavé ! Ahnhem Stefan signe ici un récit intense et glaçant dans lequel de multiples intrigues s'enchevêtrent. Entre meurtres sanglants et voyage entre le Danemark et la Suède, nous suivons de nombreux points de vue qui rythment l'histoire. On se perd avec les noms des personnages pour mieux se retrouver dans les ramifications qu'emprunte l'enquête. du début à la presque fin, j'ai été absorbée par les retournements de situations et les réflexions menées. le final ne m'a pas totalement convaincue mais je garde tout de même un très bon souvenir de cette longue lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Elodieuniverse
  04 septembre 2019
C'est une lecture mitigée pour moi. Certains éléments sont géniaux et d'autres moins, je m'explique:
J'ai adoré l'ambiance, le froid, la neige typiques aux thrillers nordiques. J'ai au fil des pages toujours voulu savoir le fin mot de l'histoire. La fin "ouverte" ne m'a pas dérangée car elle appelle, à mon sens, une suite et je serais ravie de retrouver les inspecteurs. Les chapitres sont courts et donnent du rythme au livre.
Il y a beaucoup beaucoup de meurtres (Trop?) et on se demande sans cesse le point commun. Il faut être bien concentré pour suivre tous ces événements. Il y a également beaucoup de personnages et j'ai parfois eu du mal à m'y retrouver. L'intrigue est dense, ramifiée et demande aussi de la concentration. Je pense que le tout aurait pu être allégé.
Donc voilà, j'ai aimé l'intrigue, les personnages de Donja et Fabian mais j'ai trouvé l'ensemble trop dans la lourdeur et pesant. (surtout que c'est un bon pavé...) (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          300
Derfuchs
  16 août 2019
Double enquête dans deux pays différents, l'une en Suède, Stockholm et l'autre à Copenhague, Danemark.
De part et d'autre on recherche un coupable de meurtres avec dépeçage dont le modus operandi est le même.
La police criminelle, la "crim" s'en charge dans les deux cas.
En suède il y a urgence à retrouver le coupable des faits car le ministre de l'intérieur a disparu alors qu'il quittait le parlement. Les "flics" sont sur les dents d'autant que leur patron est un copain dudit ministre, lequel a, à une époque, dirigé la crim.
L'équipe en Suède est composée de Fabian Risk et de Malin Rehnberg, qui comme son nom ne le dit pas est une femme.
Du côté danois c'est Dunja Hougaard qui s'y colle. Une femme également.
Bon on cherche, on cherche, on trouve, on se trompe, peut-être, peut-être pas car, sans se consulter les deux boss, chacun de leur côté, réfutent cette idée lumineuse.
Au bout de 600 pages et des... on trouvera, fatalement, le lecteur y a bien droit, lui qui s'est usé les yeux et ses petites cellules grises à essayer d'aider, de son mieux, ces braves policiers.
Alors dire que c'est un polar folichon ne serait pas tout à fait exact. Il y a des longueurs et ces longueurs sont longues, c'est le moins que l'on puisse dire. Et puis ces auteurs qui se sentent obligés de décrire là où passent les gens qui se déplacent, comme si le lecteur savait, précisément où se trouve le café du commerce à Stockholm. On quitte la machingatan pour la trucgatan, on continue pour arriver chosegatan en face du monument aux morts. Bon j'aurai au moins appris que rue ça se dit gatan en suédois (pas vrai,je le savais déjà). de plus comme il y a un nombre incalculable de personnages, avec des noms scandinaves, ce brave lecteur, il va virer fou à force!
Bref c'est pas le meilleur cru des bouquins scandinaves, il y a bien, bien mieux.
Ahnhem termine bon nombres de ses 118 chapitres en laissant planer le suspense et, personnellement, je trouve que cela fait Pierre Bellemarre, sur Europe1, dans les années 1980, pour laisser passer une page de pub. Enfin on n'écrit plus comme ça. Cela fait auteur qui se donne le temps de penser à ce qu'il va écrire plus tard. Je n'aime pas du tout.
Pour les égyptologues, tout laisse à penser que l'auteur s'est inspiré du mythe d'Osiris. Je n'en dit pas plus.
Merci à Babelio pour cette Masse Critique et aux Editions Albin Michel pour m'avoir fait parvenir le livre.

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235


critiques presse (2)
LeDevoir   14 octobre 2019
Si ce livre n’était pas truffé de passages sanglants et apparemment gratuits, on le recommanderait sans hésiter à tous ceux qui souhaitent raconter une histoire tordue. Vivement la suite.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LaPresse   23 septembre 2019
L’atmosphère noire et froide, typiquement scandinave, le suspense et le rythme de l’intrigue en font un excellent thriller.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
ange77ange77   08 août 2019
(...)
- Non, pitié, pas un cinglé ! Il est sorti d’HP ou quoi ?
- Depuis trois ans et quatre mois.
- Remis à neuf, je suppose, soupira Malin en secouant la tête. Comme si quelques médicaments et une thérapie pouvaient guérir quelqu’un qui est capable de faire une chose pareille.
- T’as raison, acquiesça Tomas. Dans les autres domaines de la médecine, on est obligé d’accepter qu’un tétraplégique le reste jusqu’à la fin de ses jours. Mais en matière de psychiatrie, ce n’est pas pareil. Ils sont tous capables de guérir avec un petit traitement, quelle que soit la paralysie du bulbe dont ils souffraient au départ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ange77ange77   31 juillet 2019
Beaucoup seront horrifiés par ce que j’ai fait. Certains y verront une vengeance pour les injustices commises. D’autres croiront à un jeu insensé ayant pour but de ridiculiser le système et de prouver jusqu’où on peut aller. Mais la plupart s’accorderont de façon touchante à dire que seul un être profondément dérangé a pu commettre de tels actes.
Aucun d’eux n’aura raison...
Commenter  J’apprécie          180
missmolko1missmolko1   19 mai 2019
'Let's get right down to business,' said Furhage, looking them both in the eyes. 'Something, let's call it a situation, has come up which may actually turn out to be a non-situation - an insignificant little trifle.'
Fabian glanced at Edelman, who looked as perplexed as he felt.
'Melvin Stenberg here is responsible for personal security and can tell us more,' Furhage continued, before nodding towards the man with a blue tie.
'At 3:24 p.m. today, about an hour after question time in parliament concluded, Carl-Eric Grimås walked out the west door of the parliament building, where a car was waiting for him. According to our driver, Grimås never showed up and hasn't been seen since.'
'Wait a minute, do you mean that the Minister for Justice is missing?' said Edelman.
Stenberg adjusted his tie and nodded curtly.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
WyomingWyoming   20 octobre 2019
Dunja ne se servait jamais de la machine. Non pas pour se soustraire aux remarques de Sleizner mais parce qu'elle était loin de trouver ce café aussi bon que ce que ses collègues s'accordaient à le dire et surtout parce que, pour elle, le fait que la moitié du monde occidental accepte d'entrer dans une secte qui les obligeait à acheter leur café dans des boutiques situées exclusivement dans les quartiers chics de la ville tenait du lavage de cerveau et restait un mystère. Quant à l'incidence des capsules d'aluminium sur l'environnement, elle n'osait même pas y penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
missmolko1missmolko1   14 mai 2019
Many people will be horrified by the things I've done. Some will see them as revenge for all the injustices that have been committed; others as an unlikely game to trick the system and show how far one person can go. But the vast majority will believe that these are the actions of an extremely sick person.
All of them will be wrong.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Stefan Ahnhem (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Ahnhem
Après une course folle, une BMW plonge dans les eaux de la gare maritime d'Helsingborg. L'enquète révèle que la victime est une star nationale des technologies de l'information et que son corps a été congelé à -18°... Mais que s'est-il passé ? Retrouvez le nouveau thriller de Stefan Ahnhem dès à présent en librairie !
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2215 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre