AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809821154
300 pages
Éditeur : L'Archipel (08/02/2017)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Il y a deux ans, Blum a retrouvé les cinq responsables de la mort de son mari, Mark, et les a froidement éliminés un à un pour assouvir sa vengeance... Aujourd’hui, alors qu’elle a tout juste appris le décès d’une soeur jumelle, Björk, dont elle ignorait l’existence, les restes de l’une de ses cinq victimes viennent d’être exhumés. Bien vite, la police va faire le lien. La personne ayant procédé à la mise en bière du corps sera la première suspectée – à savoir Blum,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  23 juin 2018
Passons sur le titre que je trouve vraiment lourdaud car au mieux un peu racoleur, au pire trop explicite pour le lecteur qui aime découvrir comme un grand par lui-même où il met les pieds.
Pour le reste, on a la un thriller assez riche malgré ses même pas 300 pages puisque le récit se construit en plusieurs couches qui s'emboîtent :
- 1ère couche : c'est le 2ème tome des aventures de l'héroïne, Blum ( pas lu mais aucune gène pour lire celui-ci ) : dans le précédent, Vengeances, elle a froidement abattu les 5 assassins de son mari, les a dépecés et a réparti les morceaux de chacun dans des différents cercueils, facile pour elle, elle dirige une entreprise de pompes funèbres. Et paf, un de ces morceaux est retrouvé par hasard. Elle fuit avant que la police ne l'arrête.
- 2ème couche : lors de sa fuite, elle découvre qu'elle a une soeur jumelle, morte désormais, en en recherchant sa famille adoptive, là voilà réfugiée chez elle, dans la maison du titre.
- 3ème couche : sa défunte soeur a été plastinée ( procédé consistant à conserver un corps en remplaçant les liquides organisques par du silicone ) et exposée en oeuvre d'art !
Bref, ça fait beaucoup, trop parfois, mais au moins on ne s'ennuie pas ! Même si manque un poil de fluidité entre les rouages, et que c'est souvent capillo-tracté, le récit fonctionne et l'auteur distille avec talent une ambiance lourde, malsaine. L'angoisse monte à pic jusqu'au deux tiers du roman, puis retombe car on devine vite dans quelle direction cela va aller, qui est l'assassin du titre, et du coup, le suspense fait soufflet.
L'auteur a beaucoup misé sur Blum, son héroïne, très intéressante. C'est le point fort mais aussi le point faible. Voilà une sacrée nana ( comparée par certains à Lisbeth Salander, mouais, quand même pas hein ), ambiguë, amorale, une tueuse de sang froid, une vraie survivante au mental de ouf. Mais je n'ai pas réussi à la comprendre ni avoir de l'empathie pour elle. Elle semble super intelligente et pourtant, elle ne fait que des " conneries " , prenant à chaque fois les mauvaises options, ce qui est la rend assez agaçante.
Au final, un thriller divertissant, efficace, vite lu, vite oublié sans doute aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544
kateginger63
  09 juin 2018
Un univers malsain qui vous englue sur le sol pour de bon...
*
Je remercie tout particulièrement Mylène des éditions l'Archipel Suspense, qui m'a proposé ce thriller peu conventionnel.
Un choix basé sur le lieu de l'histoire. La Forêt-Noire, un hôtel perdu dans les sapins sombres. Une nostalgiepour moi, des souvenirs heureux chaque fois que justement je me balade dans ces bois, des hôtels où il fait bon se prélasser dans un sauna....
*
Oui, je sais bien que la joie, le soleil, la volupté ne sera pas de mise ici!
Un autre chroniqueur a comparé ce récit avec les agissements insensés de Dexter, le héros aux multiples visages de cette bonne série TV (si, si , vous connaissez certainement)
*
Alors, je vous mets en garde, ceci est un tome 2, une suite de "Vengeances", que je n'ai pas lu. Mais au final, ça ne m'a pas desservi puisque j'ai bien compris le fil de l'histoire. Plusieurs fois, l'auteur nous résume les faits qui ont amené cette jeune veuve, Blum, à se cacher.
*
Blum, autrichienne, thanatopracteur de son état, maman de deux filles va se retrouver embringuée malgré elle dans une affaire louche et sordide.
A plusieurs niveaux.
Son passé criminel va refaire surface tout d'un coup.
Et tout va s'enchaîner très très vite pour une révélation finale (j'avais une petite idée là-dessus)
Où il est question de plastification de corps humains (je connaissais puisque j'avais vu une exposition à ce sujet à Bâle), de zèbre, de langue boursoufflée, de scie-ruban, d'hôtel luxueux mais désert et de ...cercueils.
Je ne vous en révélerais pas plus, je m'arrête là.
*
L'intrigue est narrée par Blum. Elle y expose ses pensées, ses actes, parfois des dialogues en italique qui doutent de la réalité.
C'est un personnage très intéressant. Elle n'est ni bonne, ni mauvaise. Elle passe de l'action à l'immobilité, de l'espoir au désespoir. Toujours une ambivalence dans ses choix. Une femme sombre, aux allures de guerrière moderne, robin des bois, défendant âprement son espace vital. Une "Dexter au féminin. Oui, il est vrai qu'il y a des ressemblances certaines. On la prend en sympathie, on a vraiment envie qu'elle s'en sorte et revienne vivre auprès des êtres qui lui sont chers.
*
Je n'ai peut-être pas trop apprécié les multiples redites de son passé criminel, et les phrases courtes (ou juste un mot par ci, par là) qui déstabilisent le récit. le côté glauque n'a finalement pas trop imprégné l'histoire (ouf!). Pas de sang, juste des "images de suggestions".
Le final amène une ouverture, une suite.
Je me laisserais peut-être tenter.....
PS: attention la cabane n'est pas le sujet, comme sur la couverture du livre, ce serait plutôt un hôtel luxueux !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Boulibooks
  13 mai 2018
J'ai reçu l'édition poche de « La maison de l'assassin » de Bernard AICHNER lors d'une session SP organisée par les éditions L'Archipel suspense. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, ne connaissant ni l'auteur, ni la place du roman dans l'univers des thrillers. J'ai donc débuté ma lecture à l'aveugle. La dernière page tournée, j'ai découvert que ce roman est un tome 2, les aventures de Blum ayant commencé dans « Vengeances ». Cela ne m'a pas du tout gêné car l'auteur revient sur le passé de Blum à plusieurs reprises de manière à resituer l'histoire dans son contexte. Comme vous l'aurez compris, l'intrigue du livre repose sur le personnage atypique de Blum. Celle-ci est une jeune veuve et maman de 2 petites filles, elle se noie dans le travail (et quel travail ! elle est à la tête d'une entreprise de pompes funèbres) pour supporter l'absence de son mari Mark et les 5 crimes qu'elle a commis pour le venger. Et oui, elle comme ça Blum : écorchée vive, impulsive, pleines de verrous et de failles. Elle est sur le chemin de l'apaisement lorsqu'elle découvre par hasard dans un magasine d'art, qu'elle a une soeur jumelle. Intriguée, elle décide de mettre à sa recherche. Sa curiosité la mènera aux confins de la Forêt Noire, dans un immense hôtel désert aux faux airs de l'Overlook hôtel de « Shinning ».
Le point fort de roman est l'ambiance qui s'en dégage : angoissante, oppressante, glauque, malsaine.
L'écriture de B. AICHNER est singulière, notamment dans ses dialogues. le rythme de l'histoire est maîtrisé, soutenu, la tension monte crescendo, le doute s'installe. Qui est la victime ?qui est le bourreau ?
La fin est abrupte et laisse planer le suspense. J'ai été agréablement surprise par ce thriller pas comme les autres. Déroutant au début puis clairement addictif ensuite. Hâte de lire la suite des aventures de Blum dans un prochain opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
manue14
  10 novembre 2017
Déjà il faut savoir que ce roman est la suite de Vengeances que j'ai chroniqué il y a un peu plus d'un an. Vous pouvez lire ce roman sans avoir lu le premier livre de l'auteur mais je ne vous le conseille pas parce que vous allez être frustré concernant le début de l'histoire !
Par contre si vous n'avez pas trop de mémoire (comme c'est parfois mon cas !) et que vous avez lu « Vengeances », relire simplement le résumé vous fera vous souvenir, je pense, du roman et vous pourrez sans problème lire « La maison de l'assassin ». Ou alors vous pouvez lire les deux livres l'un à la suite de l'autre… Je vous laisse choisir la solution que vous préférez !
Ce roman est un thriller comme je les aime !
Il y a du suspense tout au long de l'histoire et l'auteur arrive à chaque fois à nous surprendre. Je me suis même demandé très souvent où il voulait nous emmener. Il tient les ficelles de ces personnages pour leur faire faire ce qu'il veut et il nous entraîne dans son univers dès les premières pages.
Les idées sont vraiment intéressantes et on a affaire à un homme complètement malade… et j'ai beaucoup aimé ça… J'avais deviné qui était le meurtrier mais sincèrement j'ai aussi été surprise par certaines révélations. Au final on a toutes les cartes en main mais on ne sait pas comment tout cela va se terminer.
Ce que j'ai trouvé un peu dommage c'est que le métier de Blum ne soit pas plus mis en valeur.
Les personnages sont intéressants et pour certains attachants. Certains sont plus mis en avant que d'autres et j'ai un peu regretté les rôles secondaires parfois oubliés…
Les descriptions sont présentes sans alourdir le texte et nous permettent tout de même de nous imaginer les situations. Pour ce qui est des protagonistes j'aurais peut-être apprécié en avoir un peu plus.
Certaines scènes m'ont un peu choquée, personnellement… ce genre de scènes n'avait selon moi pas grand intérêt dans le parcours des personnages et l'auteur aurait très bien pu les remplacer par autre chose…
Les chapitres sont assez courts, ils permettent vraiment de faire durer le suspense tout comme le style de l'auteur qui est agréable à lire. le livre se lit donc facilement et assez rapidement. du début à la fin on a vraiment envie d'en découvrir plus et de connaître la fin.
L'avant dernier chapitre, qui est selon moi la fin, m'a plu et surprise à la fois. Au final, je me demande même si l'auteur ne nous réserve pas une suite, ce qui pourrait très bien arriver puisque la fin nous laisse avec du suspense.
Le dernier chapitre de dialogue m'a semblé un peu étrange, personnellement je ne m'attendais pas à cette fin… et j'espère sincèrement pouvoir lire une suite ou un autre roman pour découvrir ce qui arrive aux personnages.
En résumé, Bernhard Aichner est un auteur que je vous conseille de découvrir si ce n'est pas encore le cas, et ce livre est tout aussi bon que le précédent !

Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Charliebbtl
  24 juin 2019
Il est important de signaler que ce roman est la suite du précédent de l'auteur intitulé "Vengeance". Pour ma part, je ne l'ai pas lu et j'aurais tendance à penser que c'est tout de même un passage obligé sinon il est difficile de comprendre la raison pour laquelle Blum se retrouve au coeur d'une enquête policière pour meurtres. Certes, ce deuxième opus peut se lire sans cette lecture préliminaire mais cela reste handicapant pour bien comprendre la psychologie plus que fragile de l'héroïne et son rapport complexe avec sa propre famille adoptive.
Un autre problème (et qui est sans doute la raison principale pour laquelle je n'ai pas vraiment adhéré à cette intrigue) reste la perversité extrême de ses personnages. Loin d'être une vierge effarouchée en matière de polars ou de thrillers, j'ai trouvé ici le principe central du roman plus que contestable. Tout d'abord, cette exposition de cadavres organisée à Vienne et qui ne semble offusquer personne. On est dans l'exhibitionnisme extrême frisant même avec l'humiliation post-mortem, le tout justifié par le personnage de Kuhn comme une expérience artistique tout à fait respectable. Pour ma part, cela me donnerait presque envie de vomir. Idem pour le personnage d'Ingmar et son goût pour la manipulation psychologique et sa fascination pour ce qui touche à la mort. Je passe sous silence la scène quasi finale se déroulant dans le laboratoire de Kuhn et touchant presque au sadisme. C'en était trop pour moi, même si je peux comprendre que certains lecteurs puissent aimer ces extrêmes.
L'ambiance au sein de cet hôtel perdu au milieu de nulle part et rappelant à Blum sans surprise "Shining" (un peu trop d'ailleurs) était pourtant intéressante afin de créer un huis clos haletant et inquiétant mais voilà, l'obsession du personnage de Blum incapable de faire la paix avec ses démons d'enfance revient constamment sur la table sans qu'on perçoive la moindre solution à son problème. Et cela durera jusqu'à la fin du roman ! Cela finit par en devenir un peu monotone et un peu ennuyeux.
Le roman se lit, là n'est pas le problème, mais cette facette psychologique omniprésente du traitement des différents personnages prend le pas sur l'intrigue sans proposer d'issues pour les personnages. Certains basculent dans la folie quand d'autres la frôlent et s'en sortent comme par miracle au dernier chapitre. Cela semble presque trop facile.
Une question se pose également : qu'advient-il du pauvre Reza ? Apparemment, Blum s'en fiche comme de l'an 40 à la fin du roman. Il se retrouve pourtant un peu dans le caca… et tout cela à cause d'elle. Serait-ce le sujet du prochain opus d'Aichner ?
Pour le style, je ne suis pas trop fan de ces blocs de dialogues qui interviennent régulièrement au milieu des blocs narratifs. Cette scission entre discours et récit ne me semble guère naturelle et n'a pas facilité ma lecture.
Pour résumer, je pense lire, un de ces jours, "Vengeance" afin d'avoir une vision plus globale de l'intrigue et mieux comprendre le personnage de Blum mais je ne suis pas certain de lire le suivant si suite il y avait.
Lien : https://mespetitsplaisirsamo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
tonpdgtonpdg   14 mars 2017
Elle dormit trois heures avant de se réveiller, tourmentée par un rêve. Assise dans son lit, elle revit les images du passé. Il lui sembla tout revivre. C’était si proche : le prêtre qui suppliait qu’elle l’épargne, qui mentait. Un des assassins de son mari. Elle lui avait coupé la tête d’un coup de hache, cette tête qui avait roulé par terre. Blum ne cessait d’entendre ce bruit, le crâne qui cognait au sol, comme la sonnerie d’un réveil qu’on n’arrive pas à éteindre. Ce secret, ce sombre secret qu’elle taisait au monde l’avait arrachée au sommeil. Blum avait cru ne pas pouvoir se sentir plus mal qu’au cours des dernières heures, mais ces images du passé vinrent brièvement masquer les événements de la soirée. Elle ne voyait plus que la tête du pasteur qu’elle avait fourrée dans un sac, son cadavre qu’elle avait éliminé. Du sang partout, un rêve qui n’en était pas un, plus douloureux encore qu’Ingmar et Alfred, que l’alcool qui faisait rage en elle. Six heures après être allée se coucher, Blum souhaitait de nouveau une fin toute simple. Être morte, parce que la vie était trop dure.
Elle voulait tout effacer, ne plus rêver, effrayée par ce passé si proche. Elle était seule. Seule avec ses actes. Seule au Solveig.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
Ça brûle tant. Tout lui fait mal. Sa gorge est une plaie, sa bouche un désert, sa langue un bout de viande desséchée. Avaler est une torture. Plus de salive, plus une goutte d’eau, rien qui puisse interrompre le processus. Elle va perdre conscience, ses organes vont flancher, ses reins, ses poumons. Son corps entier va cesser de fonctionner et elle est impuissante, elle ne peut plus se défendre, donner de coups de pied dans la porte ni griffer les murs. Elle n’a plus de force, ne sait plus depuis combien de temps elle gît ici, combien d’heures sans boire, combien de nuits depuis qu’elle a entendu la clé tourner dans la serrure. Quand le jour commence, quand il s’achève, elle l’ignore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
Chaque mot est douloureux, et pourtant elle parle. Blum veut retrouver son quotidien ; l’odeur un peu sucrée des morts, dans sa chambre froide, lui manque. Elle veut s’occuper d’eux, les laver, suturer leurs plaies, les habiller. Travailler et ne pas mourir. Leur laver les cheveux, les peigner, fermer leur bouche et les allonger dans leur cercueil. D’aussi loin qu’elle se souvienne, il en a été ainsi, toute son enfance, toute sa jeunesse ; la mort ne l’effrayait pas, l’entreprise de pompes funèbres Blum était son chez-elle, la salle de préparation sa chambre d’enfant. Tout lui était familier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
Le bonheur a cessé d’exister. Personne ne la soutient, personne ne la prend dans ses bras. Blum est seule. La bonne fée n’arrive pas, aucun vœu ne la sortira de là. Elle paie le prix de ce qu’elle a fait, elle le sait. Impuissante, elle ne peut que rester étendue là et attendre, bouger les lèvres une dernière fois avant que le silence se fasse à jamais. Avant que sa voix disparaisse. Elle donnerait tout pour continuer à parler, à vivre, mais une seule phrase jaillit encore de sa bouche, à peine audible ; la fin est proche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
manue14manue14   10 novembre 2017
Ces derniers jours, Blum n’a cessé d’observer cette femme si insouciante qui prend tant de plaisir à manger, à boire du vin, à vivre. Une bacchanale au plafond, un festin, et pour elle, une gifle. Blum contemple ce qu’elle n’aura plus jamais. Ce qui aurait pu advenir : les cerises qu’on cueille quand on en a envie, l’ombre en été quand on s’allonge dans l’herbe, sous les branches. C’est si bon. Rien qu’une fois encore. Puis elle ferme les yeux et meurt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Bernhard Aichner (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernhard Aichner
Dans cette interview sous-titrée, Bernhard Aichner se livre sur ce qui l'a poussé à écrire "Vengeances". Comment s'est-il lancé? Pourquoi a-t-il choisi une héroïne? Et surtout, a-t-on droit à la vengeance ?
Brünhilde Blum déteste son prénom. Elle déteste encore plus ses parents adoptifs, propriétaires d?une entreprise de pompes funèbres. Lors d?une croisière, Blum ? comme elle se fait appeler ? décide qu?il est temps pour eux de mourir? Elle a 24 ans.
Huit ans plus tard, elle vit avec l?homme qui le premier a répondu à l?appel de détresse lancé depuis le voilier. Mark est policier. Elle a repris et modernisé l?entreprise familiale. Ils sont les parents de deux fillettes de 3 et 5 ans. Ils sont heureux.
Un jour, Mark est tué en moto, renversé par une voiture. Tout, sauf un accident. Blum découvre que Mark enquêtait sur l?enlèvement de Dunja, une jeune Moldave, séquestrée et torturée. Décidée à se venger, Blum identifie chacun des criminels. Mais ce qu?elle va bientôt découvrir dépasse l?imaginable !
Né en 1972, Aichner a déjà été récompensé par plusieurs prix littéraires. Il a passé plus de six mois avec un croque-mort avant d?imaginer son héroïne. Dans un style épuré et précis, il offre un récit glaçant qui repose sur la personnalité énigmatique, amorale et pourtant attachante de Blum. Vengeances est le premier tome d?une trilogie.
Parution le 3 février 2016
+ Lire la suite
autres livres classés : forêt-noireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Bernhard Aichner (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La maison de l'assassin" de Bernhard Aichner.

Quel est le nom de la forêt où vit le père d'Ingmar ?

forêt blanche
forêt noire
forêt rouge

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La maison de l'assassin de Bernhard AichnerCréer un quiz sur ce livre

.. ..