AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226800161X
Éditeur : Les Editions du Rocher (20/07/2016)

Note moyenne : 4.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
D'un de ses romans, Djamilia, Aragon avait dit que c'était "la plus belle histoire d'amour du monde". De Adieu Goulsary, on peut dire que c'est la plus belle histoire d'amour entre un homme et un cheval. Tchinguiz Aïtmatov (1928-2008), un des plus grands écrivains de l'ère soviétique (prix Lénine, l'équivalent russe du Nobel) est d'origine kirghize. Son grand-père, berger nomade, a sans doute beaucoup inspiré le personnage central de ce roman, dont le véritable héro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bobby_The_Rasta_Lama
  29 mai 2019
"... et le reste est la rouille et la poussière d'étoile."
(V. Nabokov)
Mon chemin vers Aïtmatov a été long, et ses livres se couvraient lentement de poussière dans la bibliothèque paternelle.
Lauréat du "Prix Lénine", sur lequel les critiques littéraires chantent les mélodies orphéennes, et cette histoire d'amitié d'un vieil homme et d'un cheval, considérée comme son Olympe littéraire... Bref, longtemps je me disais que ça ne vaudra même pas une taffe de la "papirosa Belomorkanal" éventée.
Tchinguiz, ami, je me repens !
Kirghizistan...
Le pays où les divinités terrifiantes vous regardent depuis les hauteurs des montagnes, et où la misère est la même qu'il y a cent ans. Les petits bergers y chantent des chansons sur le passé et sur la liberté avec une étrange voix de gorge, et à travers la surface d'Yssyk-Koul on peut apercevoir le centre de la Terre.
C'est dans ce monde-là, que Tanabaï Bekasov revient après la guerre, pour s'occuper de chevaux dans la montagne.
Et il rencontre Goulsary : un cheval doré, rond comme une miche de pain, pour lequel n'importe quel cavalier aguerri se laisserait mettre en pièces pendant le buzkashi. L'équidé qui marche si droit, que si on mettait un bac d'eau sur son dos, pas une seule goutte ne tomberait à côté. Personne à part Tanabaï n'a le droit de monter Goulsary.
Mais le cheval est confisqué dans la plus joyeuse camaraderie par le chef de kolkhoze, et le vieil homme reste seul. Il a bien femme et enfants, mais une partie de sa vie a disparu au loin, sur le dos de Goulsary.
L'enfer de la collectivisation, l'absurdité du régime qui veut faire croire que les poires poussent sur les pommiers - tout ça c'est du pain trop dur à avaler même pour les hommes forts de la trempe de Tanabaï. Le moulin de l'époque a happé l'homme et son cheval, broyé coeur, cerveau et muscles, pour n'en laisser que des os.
Le temps passe, et Tanabaï voit le chef de kolkhoze :
" On t'a trouvé un cheval, vieux. Ses meilleures années sont passées, mais pour ton travail il est encore bon."
Tanabaï revoit Goulsary, et son coeur tremble de tristesse :
" Tu vois, nous sommes à nouveau ensemble, à nouveau nous marcherons côte à côte..."
Mais sur le chemin de retour, Tanabaï va comprendre que Goulsary est si usé qu'il ne finira jamais le trajet.
Aïtmatov est très critique envers le pays où il a vécu; le pays qui savait détruire ses gens comme aucun autre. Même si on avait peut-être tendance à les mettre tous dans le même sac, en tant que "Soviets".
C'est une histoire de deux amis qui courent au devant vers la liberté. Le sous-ton est incroyablement mythique, comme si on lisait une vieille légende. La mort de Goulsary n'est pas seulement la mort d'un animal; elle met fin à la jeunesse, au bonheur et à l'espoir. Le meilleur est parti, celui qui à autrefois représenté le jour comme la nuit.
Ce n'était pas un "au revoir" ordinaire, mais un dernier "adieu" à quelqu'un qui avait toute notre âme. Sans espoir d'une autre rencontre, sauf au Ciel ou dans l'Enfer, si toutefois ils existent...
Adieu cheval doré, adieu la vie, adieu Goulsary. Prochchaï.
Il n'y a pas longtemps, je me demandais ce que je vais lire après avoir tranché le dernier Marquez. Maintenant je sais. Je vais lire Aïtmatov.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5240
andreeferron
  22 mars 2014
La plus belle histoire d'amour entre un homme et un cheval.
Une histoire pleine de tendresse et de vérité.Poignante, douloureuse, bouleversante, l'histoire que nous livre ici Tchinguiz Aîtmatov, nous révèle magnifiquement la relation intime et vraie qui,au fond de la steppe, unit deux Kirghiz :Tanabaî, un berger,et Goulsary, sa monture.Deux êtres rebelles et fiers, pour qui les entraves à la liberté ne sont pas celles de l'amour, mais celles du système auquel ils sont pris au piège.

Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AchilleviAchillevi   18 mars 2017
Goulsary, immobile, a laissé aller la tête contre le sol. La vie l'abandonne lentement. Quelque chose gargouille, râle dans sa gorge, ses yeux se dilatent puis s'éteignent, regardent la flamme sans ciller, et ses jambes deviennent raides comme du bois.
Tanabaï fais ses adieux à son amblier et lui dit ses dernières paroles :
"Tu fus un grand coursier, Goulsary. Tu fus mon ami, Goulsary. Tu emportes mes meilleures années avec toi, Goulsary. Je ne t'oublierai jamais, Goulsary. Et déjà j'évoque ton souvenir, car tu es en train de mourir, mon beau coursier, Goulsary. Nous nous retrouverons, un jour, dans l'autre monde. Mais là-bas je n'entendrai plus le bruit de tes sabots. Car là-bas, il n'y a pas de routes, pas de terre, pas d'herbe, pas de vie. Mais tant que je serai vivant, tu le demeureras aussi, parce que je ne t'oublierai pas, Goulsary. Et la battue de tes sabots résonnera à mes oreilles comme la chanson la pliés aimée..."
Voilà ce que pense le vieux Tanabaï, tout attristé de voir que le temps s'est envolé, aussi rapide que le trot de l'amblier. Qu'ils ont vieilli si étrangement vite. Peut-être est-il encore trop tôt pour Tanabaï de se considérer comme un vieillard. Mais l'homme ne vieillit pas tant de vieillesse, pas tant à cause de l'âge, que parce qu'il prend conscience d'être devenu vieux, voit que son temps a fui, qu'il ne lui reste plus qu'à attendre sa fin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Video de Tchinguiz Aïtmatov (1) Voir plusAjouter une vidéo

Tchinghiz Aïtmatov : Djamilia
Olivier BARROT, présente "Djamila" de Tchinghiz Aïtmatov, (éditions Folio) depuis les bords de mer d' Odessa (Ukraine). Photo NB de l'auteur. Olivier Barrot lit un extrait de ce roman d'amour , la lecture est parfois en off sur plans de la plage, promeneurs à cheval, du livre posé sur le sable bordant la mer noire et navire en mer.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3378 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre