AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

A. Dimitrieva (Traducteur)Louis Aragon (Traducteur)
ISBN : 2070426203
Éditeur : Gallimard (15/09/2003)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 105 notes)
Résumé :
«Djamilia était vraiment très belle. Élancée, bien faite avec des cheveux raides tombant droit, de lourdes nattes drues, elle tortillait habilement son foulard blanc, le faisant descendre sur le front un rien de biais, et cela lui allait fort bien et mettait joliment en valeur la peau bronzée de son visage lisse. Quand Djamilia riait, ses yeux d'un noir tirant sur le bleu, en forme d'amande, s'allumaient... Et j'étais jaloux d'elle, comme les jeunes frères sont jalo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  05 janvier 2015
La curiosité m'a poussé a lire cette nouvelle, écrite par un auteur du Kirghizstan. Et pour le dépaysement, je dois dire que je n'ai pas été déçu. On découvre ici, une autre culture, d'autres coutumes, d'autres moeurs. le personnage principal se remémore sa jeunesse, pas vraiment facile, tous ces frères sont a la guerre et il doit travailler pour aider sa famille. Heureusement Djamilia, sa belle-soeur (femme de son frère) et la pour égailler ses journées.
Jusque la, tout va bien, au niveau de l'intrigue, je n'ai rien a redire mais c'est l'écriture, le style ou la traduction ? ou bien peut-être les trois..... La vraiment, j'ai eu beaucoup de mal. le style est vraiment très littéraire, les dialogues pas toujours bien signalés , bref j'ai du très souvent relire les phrases plusieurs fois pour bien comprendre qui parlait, pour savoir ou l'auteur voulait en venir.
124 pages de dépaysement, mais 124 pages qui demande de la patience.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          300
oiseaulire
  30 juin 2019
Cette nouvelle traduite du kirghiz par Aragon et A. Dimitrieva est présentée avec le sous-titre "La plus belle histoire d'amour du monde".
Elle est incontestablement dotée d'un grand charme.
Mais je ne suis pas suffisamment accoutumée au paysage humain qui se trouvait à l'intersection du monde soviétique et des contrées lointaines telles que le Kirghistan, où il étendit son empire, pour m'être sentie à l'aise avec cette lecture.
En effet j'y ai subi l'effet d'une double contrainte : celle de pénétrer dans l'organisation des travaux agricoles des kolkhozes, obligatoirement mixtes, où les travailleurs hommes et femmes ont une égale dignité ; et dans la société extrêmement patriarcale kirghize, non mixte, régie par un code de l'honneur strict, alors que bon nombre d'époux ont quitté le village pour aller combattre.
Ce qui fait que je me suis perdue dans des supputations et des étonnements sur telle et telle attitude de Djamilia, de son beau-frère ou de Daniiar sans pouvoir les interpréter. Que je me sois même demandé comment les interpréter montre sûrement que je ne me suis pas laissée porter par l'histoire.
Sans doute cet amour n'aurait-il pas été concevable si le communisme n'avait pas bouleversé les structures et le fonctionnement de cette société traditionnelle au point de mettre en contact quotidien des jeunes gens des deux sexes ; de dévoiler aux jeunes hommes la fierté des femmes et leur extraordinaire pugnacité au labeur ; de dévoiler aux jeunes femmes la beauté des hommes et leur humanité ; et de rendre perceptible la souffrance des femmes privées de mari.
Il est fort probable que cette situation inédite les ait bouleversés eux-même et privés de repères. Comment comprendre sans cela que, par exemple, Djamilia ait pu se sentir blessée de l'application d'un code traditionnel interdisant au mari de s'adresser à son épouse dans toute correspondance avec la famille ?
Sans doute la perte de points de repères séculaires a-t-elle rendu possible cette formidable transgression : vivre une histoire d'amour adultère.
C'est du frottement entre deux mondes incompatibles que naissent les pires violations de l'ordre établi.
L'amour de Djamilia et de Daniiar porte atteinte, s'il demeure impuni, au noyau même de la société patriarcale qu'il remet en cause dans ses fondements et sa pérennité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
zellereb
  09 avril 2017
Seit se souvient. Quand il était jeune garçon de treize ans, il fut le témoin privilégié d'une histoire d'amour dont il garda un souvenir intense. Durant la guerre, son frère était parti se battre et il devait veiller sur Djamilia son épouse. Celle-ci tomba amoureuse d'un autre homme, Daniiar, un homme réservé, parlant peu, mais chantant beaucoup...
« Or, les chansons de Daniiar m'avaient mis l'âme à l'envers ».
Non seulement ce livre nous parle de la passion amoureuse, mais il nous instruit aussi sur l'univers peu courant des kholkhozes au Khirghiztan. Peu de personnages dans ce roman. Ce sont des travailleurs, marqués par la guerre. La jeune Djamilia est assez solaire. C'est une jeune femme de tempérament sincère et joyeux, réquisitionnée pour conduire une britchka (un attelage), afin d'assurer le transfert entre la gare et les kholkhozes où vivent beaucoup de femmes et les enfants, en ces temps de guerre. Ensuite, Daniiar n'est pas moins flamboyant grâce à ses chants entêtés. de leur rencontre, émerge beaucoup de sensualité.
Un petit livre poétique préfacé par Aragon, écrit avec un style simple. Quand Daniiar chante pour Djamilia, non seulement sa musique rend son amour plus beau et plus fort, mais elle est pour lui un moyen de s'élever et de s'unir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nadejda
  07 janvier 2011
C'est grâce à Moustafette que j'ai eu envie de lire ce petit livre et je ne le regrette pas.
Le personnage de Djamilia est très attachant . Dans cette société où la femme gardienne du foyer doit rester soumise, au moins en apparence, et respectueuse des codes, elle, Djamilia garde sa fantaisie et sa liberté quel que puisse être le prix à payer. Elle a conservé quelque chose de sa spontanéité enfantine et c'est pourquoi elle est très proche de son petit beau-frère qui va découvrir le désir mais surtout la liberté de choisir sa vie que ce désir lui a donné.
Commenter  J’apprécie          201
Croquignolle
  28 novembre 2015
Après avoir dépassé la surprise d'une écriture inhabituelle, j'ai laissé la steppe kirghize me séduire, le galop de ses chevaux m'embarquer, ses paysages saisonniers m'élever et les habitants de l'aïl me séduire. L'invitation au voyage de la quatrième de couverture a tenu toutes ses promesses. Aragon ne s'est pas trompé. Djamilia est un magnifique roman d'amour aux couleurs de l'Asie Centrale. C'est un appel incessant au Vrai, à la liberté, à l'Amour et à la contemplation.
La description du chant de Danïiar a bouleversé le plus profond de mon être, l'inondant de frissons, soufflant sur lui une onde rafraîchissante et bienfaisante, remunant tripes et souvenirs pour faire émerger des larmes sereines et douces.
Quelle beauté ! Quelle force ! Quel calme ! Quelle imensité ! Quels amours ! Quelles couleurs ! Quelle région ! Quel roman !
Embarquez vous aussi, le dépaysement est assuré !
Commenter  J’apprécie          152
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
ChezLoChezLo   07 avril 2011
Le vent apportait de là-bas la senteur des pommes, les miels chauds du maïs en fleur comme un lait qu'on vient de traire, et le souffle tiède des fumiers séchés.
Longuement, s'oubliant lui-même, Danïiar chanta. Se tenant coite, la nuit d'août l'écoutait, charmée. Et jusqu'aux chevaux qui avaient voilà déjà longtemps pris un pas mesuré, comme s'ils avaient craint d'interrompre ce prodige.
Commenter  J’apprécie          120
zellerebzellereb   09 avril 2017
Elle avait arraché de sa tête son petit foulard blanc et courait vers une amie par la prairie fauchée qui s’assombrissait, écartant largement les bras. Dans le vent tremblait le bas de sa robe. Et de moi aussi soudain la tristesse s’envola (…)
Commenter  J’apprécie          80
CroquignolleCroquignolle   28 novembre 2015
Le Kourkouréou refroidi s’ensabla, une mousse vert foncé et orange poussa sur les blocs erratiques découverts avec les bancs de sable. Un tendre petit saule nu rougit aux gelées précoces, mais les peupliers conservaient encore d’épaisses feuilles jaunes.
Commenter  J’apprécie          70
AxelinouAxelinou   30 octobre 2018
Devant moi se dressaient des tableaux étonnamment familiers, qui m’étaient chers depuis l’enfance : tantôt, à cette hauteur où volent les grues au-dessus des yourtes, flottait le campement printanier des tendres nuages d’un bleu brumeux ; tantôt sur les coteaux c’était la calme lave des troupeaux de chèvres…
Commenter  J’apprécie          50
CroquignolleCroquignolle   28 novembre 2015
Djamilia était vraiment belle. Elancée, bien faite, avec des cheveux raides tombant droit, de lourdes nattes drues, elle tortillait habilement son foulard blanc, le faisant descendre sur le front un rien de biais, et cela lui allait fort bien et mettaint joliment en valeur la peau bronzée de son visage lisse. Quand Djamilia riait, ses yeux d’un noir tirant sur le bleu, en forme d’amande, s’allumaient d’une jeune ardeur, et quand elle se mettait soudaint à chanter les couplets salés de laïl, dans ses beaux yeux apparaissaient un éclair non virginal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Tchinguiz Aïtmatov (1) Voir plusAjouter une vidéo

Tchinghiz Aïtmatov : Djamilia
Olivier BARROT, présente "Djamila" de Tchinghiz Aïtmatov, (éditions Folio) depuis les bords de mer d' Odessa (Ukraine). Photo NB de l'auteur. Olivier Barrot lit un extrait de ce roman d'amour , la lecture est parfois en off sur plans de la plage, promeneurs à cheval, du livre posé sur le sable bordant la mer noire et navire en mer.
autres livres classés : KirghizistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3507 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..