AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781092145350
Éditeur : Mirobole (02/04/2015)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Dans une librairie de Prague, un homme trouve un livre écrit dans un alphabet inconnu et l’emporte chez lui ; bientôt l’ouvrage lui ouvre les portes d’un univers magique et dangereux. À mesure qu’il s’enfonce dans les méandres de cette autre ville, il découvre des cérémonies baroques, des coutumes étranges et des créatures fascinantes ; derrière la paisible Prague des touristes, des cafés se muent en jungles, des passages secrets s’ouvrent sous les pieds et des vagu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
encoredunoir
  05 mai 2015
« Les gestes grâce auxquels nous délimitons notre espace perdraient bien vite leur assurance si nous savions que les formes que nous touchons avec tant de certitude ne sont souvent qu'une enveloppe dissimulant les ténèbres qui emplissent le terrier d'animaux bizarres. Mais soyons certains que viendra l'heure où la mince surface des choses crèvera et, que par les trous, des yeux curieux de lémuriens nous observeront. »
S'il parle ainsi, c'est que le narrateur, après l'achat chez un bouquiniste de Prague d'un livre écrit dans un alphabet inconnu, découvre que sous la surface des choses se dissimule une autre ville. Une autre ville et une autre vie, un lieu peuplé d'étranges créatures, où l'on sculpte les nuages, où des tigres blancs errent, où des lâchers de poissons dans les rues enneigées pour le plaisir de les chasser avec des chiens sont organisés, où des lits deviennent des continents et les draps des montagnes sur lesquelles skient des gens en sous-vêtements. Poussé par la curiosité, fasciné par les frontières mouvantes qu'il se met à découvrir dans la ville, le narrateur s'enfonce peu à peu dans ce monde étrange, merveilleux et effrayant, au risque, peut-être de s'y perdre.
Étrange et séduisant, L'autre ville, récit onirique et fantastique baigné de surréalisme est un voyage aussi déstabilisant que stimulant. Évoquant un immense cadavre exquis auquel on aurait fait participer Lautréamont et Lovecraft, ce roman intelligent tour à tour angoissant, amusant ou stupéfiant se lit avec délectation. Objet d'Art autant que réflexion sur le langage, le sens de la vie ou la notion de réalité, il est une mine. le genre d'ouvrage dans lequel on se plaît à revenir picorer régulièrement après l'avoir lu.
« J'entendis le maître demander à la petite fille :
-Parle moi de la naissance des déclinaisons. Je t'écoute.
L'élève se mit à réciter d'une voix hésitante :
-Au départ, les terminaisons servaient à invoquer les démons. Chacune des manières dont les hommes désignaient les choses avait son démon protecteur. Et le nom des choses permettait d'invoquer le nom des démons.
-C'est exact. Et maintenant, dis-nous comment ces invocations démoniaques ont pu devenir de simples désinences.
-Des femmes étrangères sont arrivées, accompagnées de chacals aveugles et passant par les escaliers glacés…
-Tu confonds avec la naissance du plus-que-parfait, l'interrompit l'enseignant. As-tu oublié ? »

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Xian_Moriarty
  18 janvier 2016
Un roman étrange que j'ai bien aimé, si ce n'est le dernier chapitre.
Un ouvrage bizarre. Bizarre peut-être parce que je n'ai jamais rien lu de ce genre. Une accroche le décrit comme texte surréaliste et, effectivement, je pense que c'est le mot.
Nous suivons un homme qui, après avoir trouvé un livre à l'écriture indéchiffrable, découvre une « autre ville » « cachée », par des voiles invisibles, superposée à la ville de Prague. Et cet autre monde est totalement délirant, à la limite de l'illogisme et, parfois, se contredit presque. Cependant, cette « autre ville » possède ses croyances, ses habitants et ses dangers...
Le style de l'auteur est très agréable et je le trouve presque « naïf », mais cela lui donne peut-être tout son côté surréaliste. le personnage principal ne réagit pas forcément comme nous nous réagirions face à de tels phénomènes. Il y a beaucoup de poésie dans l'écriture.
Ceci dit, les phrases sont parfois assez longues et il arrive qu'on s'y perde un peu : mais n'est-ce pas le but de cette « autre ville », nous perdre un peu dans d'étrange méandre peuplé de requin et de raie volante ?
J'ai beaucoup apprécié cette lecture. Même si elle parait peut-être complexe, je lui ai trouvé une légèreté agréable, son imaginaire m'a séduite et j'ai apprécié me retrouver à Prague (mais si j'avoue que j'aurai aimé une carte ; je connais un peu la capitale tchèque, mais pas assez pour visualiser complètement les rues et les quartiers)
Pourtant, le dernier chapitre m'a un peu déçu. En effet, dans ce dernier, j'ai trouvé que l'auteur interprétait trop l'aventure de son héros et il part dans un discours trop philosophique, parfois un peu lourd.

Un livre que j'ai beaucoup apprécié, mais avec un final pesant.
Je suis quand même ravie, car j'ai lu mon premier livre surréaliste et j'ai ainsi pu découvrir un ouvrage de la maison d'éditions Mirobole dont j'entends beaucoup de bien un peu partout.
Ce titre n'est peut-être pas à conseiller à tous le monde dans le sens où l'aspect surréalisme pourrait ne pas être apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
katicha
  04 août 2020
Je crois bien que c'est la chose la plus déroutante que j'aie lue de ma vie entière.
Disons que si Borges et Boulgakov avaient eu un fils, il aurait pu écrire ce truc.
Cet OVNI.
Cette poésie en prose.
Cette aventure bizarroïde, surréaliste, ce bouquin décomposé, recomposé, onirique et brutal à la fois.
Pourtant, tout commençait tranquillement, comme un roman gothique de l'autre siècle, un récit tranquille dans lequel le narrateur tombe sur un objet ancien, l'achète et le rapporte chez lui. Cet objet, en l'occurrence, c'est un livre, rédigé dans un alphabet exotique et inconnu. Un petit livre mauve, orné de gravures, et dont les pages luisent faiblement lorsqu'on l'ouvre dans l'obscurité ...
Un livre incompréhensible, dont le héros cherche l'origine sans se décourager, même si les obstacles s'amoncellent lorsqu'il approche de la vérité, même si chacun cherche à l'écarter de cette quête.
Un livre qui l'emmènera dans un monde mystérieux, où les mots sont les mêmes mais ne signifient plus la même chose, où l'on voit voler des requins dans les rues de Prague, où l'on brûle des machine à écrire en d'étranges messes noires, où des filles en tenue de plongée vous poursuivent dans les forêts en feu, où les statues de Prague abritent un élevage de rennes... un monde redoutable et envoûtant, pour le peu qu'on arrive à en voir, saisir, comprendre.
Car là est tout le paradoxe de ce livre: tout comme le héros, on n'y comprend rien.... Oui, on arrive à suivre son aventure, on saisit bien les rebondissements, le mystère qui s'épaissit; et soudain entre deux scènes d'action, les mots sont bien ceux de notre langue (entre parenthèses, le traducteur est un champion) , mais ils s'alignent dans des phrases qui ne nous parlent pas, ou qui suggèrent des images complètement biscornues, impossibles à concevoir dans notre réalité ...
Un livre, donc à réserver à ceux et celles qui aiment remettre en question leurs certitudes, qui aiment parfois le son des mots plus que leur sens, et qui seront heureux de se perdre dans "l'autre ville", une Prague en négatif ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MotsIndigo
  08 juillet 2015
Je ne vais pas vous mentir, j'ai mis du temps à démarrer ce livre. J'ai du lire les vingt premières pages il y a quelques semaines sans vraiment accrocher, sans rien comprendre en fait. Et puis pour le week-end à 1000, j'ai décidé de le reprendre. Pour bien faire, j'ai recommencé (quand je dis que je n'avais rien compris, c'est pas une hyperbole). Allez savoir pourquoi, ce n'était peut-être pas le bon jour la première fois, car malgré l'environnement bruyant (j'étais dans le tram...), j'ai plongé la tête la première dedans et je n'en suis ressortie qu'après avoir lu le dernier mot.
Michal Ajvaz nous happe totalement dans son autre ville. On oscille entre surréalisme, merveilleux, fantastique et absurde tout au long du livre pour un résultat presque onirique et terriblement séduisant.
Le personnage principal, qui est également le narrateur, n'est pas vraiment approfondi. On ne connait en effet ni son nom, ni son âge ou sa profession (on ne sait d'ailleurs par s'il en a une). On pourrait déplorer ce choix, mais j'ai trouvé que cela permettait de s'identifier pleinement et de vivre par procuration sa découverte de l'autre ville.
L'écriture de l'auteur est très simple et se suit très bien. Malgré tous les évènements de l'autre ville, qui n'ont aucun sens dans notre vision du monde, on n'est jamais perdu. On ne comprend pas tout ce qu'il s'y passe non plus, mais on en comprend rapidement la logique (c'est qu'il n'y en a pas). le roman est très imagé, presque de façon cinématographique (mais une adaptation gâcherait tout, alors chut !). La façon dont le personnage plonge dans cet univers presque sans hésitation... J'avais l'impression de toujours le voir sourire, même dans les pires moments !
Le seul bémol que je pourrais mettre à ce livre serait la fin, que j'ai trouvé un peu plate par rapport au reste de l'histoire. Mais rien que pour tout le voyage pour arriver à cette fin je le conseille à tous les curieux, comme le disait mon libraire. Je pense d'ailleurs me tourner un peu vers cette maison d'édition, que je ne connaissais pas. D'abord parce que leurs couvertures claquent, et puis, ayant visité rapidement leur site, ils ont l'air de publier d'autres auteurs du même genre, sortant des sentiers battus, qui me plairaient bien, alors vous en reverrez peut-être ici !
Lien : http://motsindigo.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcel
  11 janvier 2018
C'est un roman déroutant. Tout d'abord, on ne sait rigoureusement rien du narrateur, un homme de Prague aimant les livres. Il ne mène pas réellement une enquête sur l'autre ville, mais semble plutôt se laisser guider par le hasard de ce qui se présente à lui, approfondissement progressivement sa connaissance. de fait on se rend compte que de nombreux habitants de Prague sont au courant qu'il y a quelque chose, mais préfèrent ne pas le savoir.
Quant à la ville… Elle s'ouvre dans les anomalies de notre monde, derrière une porte au fond d'un couloir, en suivant les rails d'un tramway, au fond d'une écluse, dans un train abandonné sur les voies et à l'intérieur des statues qui ornent les places de Prague. Son dieu est un jeune homme attaqué par un tigre, mais sa mythologie s'appuie sur de nombreux combats contre des animaux. En l'occurrence, le motif de la lutte contre le requin revient à de nombreuses reprises, y compris de façon amusante. L'autre ville fait peur, à la fois dans sa façon d'être présente juste sous nos pas et dans l'épaisseur de nos murs et dans ses pratiques barbares.
J'ai ressenti diverses impressions au cours de ma lecture. Bien sûr, la création de cet univers parallèle est réussie. Toutefois je trouve que la quête du narrateur manque de motivation et d'une direction claire. On a la sensation que les nuits aux aventures incompréhensibles se succèdent sans suite et cela manque d'accroche. Mais il faut reconnaître que ce procédé rend les choses d'autant plus mystérieuses, en laissant supposer que l'autre ville coexiste avec Prague en permanence.
Et la langue est très… Il faut s'accrocher un peu. Lorsque les récits concernent l'autre ville, il semble que les morceaux de phrase s'emboîtent les uns aux autres, sans jamais s'arrêter. C'est qu'il s'agit de mimer l'agencement des lieux qui s'ouvrent les uns dans les autres. le narrateur ne parviendra jamais au centre de la ville, chaque centre étant une nouvelle périphérie. Il faut d'ailleurs reconnaître que certains passages théoriques sont un peu lourds.
Une lecture déconcertante.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
encoredunoirencoredunoir   05 mai 2015
J’entendis le maître demander à la petite fille :
-Parle moi de la naissance des déclinaisons. Je t’écoute.
L’élève se mit à réciter d’une voix hésitante :
-Au départ, les terminaisons servaient à invoquer les démons. Chacune des manières dont les hommes désignaient les choses avait son démon protecteur. Et le nom des choses permettait d’invoquer le nom des démons.
-C’est exact. Et maintenant, dis-nous comment ces invocations démoniaques ont pu devenir de simples désinences.
-Des femmes étrangères sont arrivées, accompagnées de chacals aveugles et passant par les escaliers glacés…
-Tu confonds avec la naissance du plus-que-parfait, l’interrompit l’enseignant. As-tu oublié ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
encoredunoirencoredunoir   05 mai 2015
Les gestes grâce auxquels nous délimitons notre espace perdraient bien vite leur assurance si nous savions que les formes que nous touchons avec tant de certitude ne sont souvent qu’une enveloppe dissimulant les ténèbres qui emplissent le terrier d’animaux bizarres. Mais soyons certains que viendra l’heure où la mince surface des choses crèvera et, que par les trous, des yeux curieux de lémuriens nous observeront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   11 janvier 2018
Vous verrez que, touchés par ce souffle, les contours de nos édifices se désagrègent en temples barbares qui rayonnent d’une splendeur immonde et reluisent d’un or vil et oublié. Ce venin ronge jusqu’aux mots dont nous usons et les transforme en antiques sons de forêt vierge chargés d’angoisse, en musique solitaire de statues. La vie se résume alors à un rôle incompréhensible dans la représentation sans fin d’un mythe obscène qui raconte l’agonie d’un jeune dieu dans la jungle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MotsIndigoMotsIndigo   08 juillet 2015
Pourquoi n'emploie-t-il pas une autre machine à écrire ? Parce qu'elles ont toutes disparues : certaines ont été emportées par des nuées de sauterelles jusque dans le Caucase (il a été prouvé que la force conjointe de milliers de sauterelles peuvent soulever de terre un cheval et le transporter sur des kilomètres), d'autres sont utilisées lors de nouvelles pratiques perverses qui font fureur dans les villes, d'autres enfin sont changées en une lumière blanche qui illumine la statue d'un ange magnifique et bestial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PigmaePigmae   06 septembre 2016
Très bien, j'admets que je ne trouverai le centre que quand j'aurai cessé de le chercher. Mais ça ne pourrait arriver que si, disons, j'essayais consciemment d'oublier ce centre, ou bien s'il quittait de lui-même le champ de mes préoccupations. Et dans le premier cas, l'effort que je déploierais pour ne pas penser au centre ne serait finalement qu'une nouvelle manifestation de cette recherche, qui serait donc vouée à l'échec; quant au second cas, il me parait tout à fait exclu que je cesse tout à coup de penser au centre : ma vie a perdu toute cohérence, elle est devenue un agrégat de fragments aléatoires, et ces éclats brisés aux bords coupants, qui pointent dans tous les sens, se plantent sans arrêt dans ma peau; chaque seconde est un nouveau début sans rien pour le soutenir et par lequel un monde inconnu, auquel je ne suis absolument pas préparé, se précipite sur moi de l'obscurité; bref, je ne vois pas comment je pourrais oublier le centre perdu alors que toutes mes plaies en appellent à une unité qui émane de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Michal Ajvaz (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16517 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre