AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2913886655
Éditeur : Harpo & (14/01/2009)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Il y a poésie quand auteur et lecteur ont ensemble besoin l'un de l'autre et quand, la lecture finie, ils se séparent sans se quitter. Le poème sans héros (1940-1965) est l'œuvre majeure d'Anna Akhmatova. Mise en scène d'un siècle chaotique : la Russie du XXe siècle. La culture dans l'orage de l'Histoire. Il ne s'achève que nous n'ayons lié poésie et vie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  08 mai 2015
PFFFFF !…
(Pendant un long moment, j'ai pensé que je n'allais écrire que ce pfffff !… tellement cela résume bien ce que je pense et ce que j'ai à dire de cet écrit.)
Oui, c'est vrai Anna Akhmatova a vécu une période horrible : la guerre, le communisme de Staline et sa répression de plomb, les morts, les déportations, les tortures, les proches dont son fils qu'on voit tomber emportés par la folie d'une époque.
C'est vrai tout ça. C'est vrai aussi que la férule communiste, la répression d'État, le contrôle politique et la censure étant à leur maximum, il était à peu près impossible d'écrire quoi que ce soit signifiant moindrement une opposition au régime et à sa politique. Tout cela est vrai et bien connu, et on ne peut que le déplorer pour tous ceux qui ont connu cela et qui le connaissent encore dans toutes les bonnes petites dictatures de par le monde, Corée du Nord, Biélorussie, Kazakhstan et bien d'autres encore.
Mais passé ce constat, reste quand même le pfffff !… car quand un écrit vous semble pénible à lire, quasi impossible à comprendre sans une exégèse adaptée dans bon nombre de ses (éventuelles) significations, d'un intérêt somme toute limité, d'une beauté littéraire et poétique discutable et d'un potentiel politique proche du néant, il peut y avoir quelques questions à se poser.
En soi, écrire de la poésie pour dénoncer la guerre ou la tyrannie m'a toujours semblé absurde et vain. C'est un peu comme si d'un air décidé et revendicatif je prenais la décision courageuse de tisser de la dentelle pour signifier de manière claire, convaincante et faisant poids ma dissidence à un conflit.
Mais qu'est-ce qu'ils en auraient à foutre de ma dentelle ! Comme ils me la renverraient à la gueule ma dentelle, avec, en prime, un petit éclat de mortier à l'intérieur et une bastos pour le même prix, histoire de la rendre plus consistante.
Je devrais peut-être essayer avec Daesh, on ne sait jamais ? « Tenez les terroristes égorgeurs et coupeurs de têtes, je vais vous écrire un p'tit poème pour vous stipuler que je ne suis pas d'accord avec votre barbarie. Je la condamne vigoureusement et ce poème en atteste ! »
Ou pour notre brave petit Netanyahou : « Bon écoutez Tsahal, voici un sonnet pour vous afin que vous preniez conscience que les bombes au phosphore, ça fait pas de la besogne jolie, jolie sur les Palestiniens. »
« Tenez les tortionnaires du monde entier, voilà encore un beau quatrain rien que pour vous car, sans langue de bois aucune, je vous trouve méchants, méchants. Ouhou ! Sales bêtes ! Vade retro ! »
Franchement, de vous à moi, c'est débile, non ? Je comprends pleinement la démarche d'un Tynianov dans le Lieutenant Kijé, d'un Boulgakov dans le Maître Et Marguerite, d'un Soljenitsyne dans L'Archipel du Goulag ou d'un Zamiatine dans Nous autres. Mais, très sincèrement, malgré tout le respect que je vous porte, très chère Anna Akhmatova, écrire ce Poème Sans Héros, un texte aussi clair que du jus de boudin auprès duquel les messages codés de Radio Londres feraient presque office de limpidité, un texte d'une poésie que malgré tous mes efforts, je n'ai pas réussi à débusquer, là, je reste coite, un brin songeuse et au degré zéro de l'émotion, moi qui aime pourtant tellement l'émotion contenue dans ces quelques grammes de phrases, dans ces portions de mots, de sons, de chansons qu'on appelle ordinairement poésie. Alors, oui, c'est vrai, à de rares et brefs instants, il m'est arrivé de trouver une triade de vers plaisants, mais si déconnectés du reste, tombant tellement comme un cheveu sur la soupe qu'ils ne suffirent absolument pas à étancher ma soif.
Je ne pense pas qu'il soit besoin d'en dire beaucoup plus, vous aurez compris mon point de vue, qui est qu'un écrit de type témoignage aurait probablement eu beaucoup plus de portée (Anne Frank ou Primo Levi ont fait ça admirablement), mais un point de vue qui, je le répète une énième fois, n'est que mon point de vue, c'est-à-dire, bien peu de chose, mais un peu de chose assez éloigné de tout ce que j'avais pu lire au préalable sur cette poétique incomparable.
P. S. : Ce n'est pas tout à fait un hasard si je rédige cette critique aujourd'hui, 8 mai 2015, soixante-dixième anniversaire d'un armistice majeur qui a mis fin à un certain nombre de barbaries, lesquelles barbaries avaient eu le temps de moissonner beaucoup trop de poètes anonymes, pas des héros, juste des hommes, qui n'avaient rien demandé et qui sont morts pour rien, juste parce que quelques-uns, en haut lieu, en avait décidé ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          698
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   10 mai 2015
Celui qui n'a que peu de temps à vivre,
Qui ne demande à Dieu rien que la mort
Et qu'on oubliera pour toujours,
Fait les cent pas — il est plus de minuit —
Sous la fenêtre ; un réverbère impitoyable
Jette sur lui de pâles lueurs.
Voici venir — il l'attendait — rentrant chez elle,
Prenant dans l'autre sens le " Chemin de Damas ",
La belle masquée… Elle n'est pas seule !
Son compagnon n'a " ni nom, ni visage "…
Leurs adieux sont sans équivoque.

Première partie, Chapitre quatrième.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Nastasia-BNastasia-B   05 mai 2015
Enfant, déjà j'avais peur des masques.
Il me semblait toujours (et j'ignore pourquoi)
Que je ne sais quelle ombre indésirable
« Sans visage et sans nom », au milieu d'eux
S'était glissée...
Commenter  J’apprécie          430
Nastasia-BNastasia-B   07 mai 2015
Est-ce un masque, un crâne, un visage ?
Cette méchanceté de la souffrance
Seul Goya aurait su la peindre.
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-BNastasia-B   06 mai 2015
J'ai oublié vos homélies,
Puissants rhéteurs et faux prophètes,
Mais vous, vous ne m'oubliez pas.
Commenter  J’apprécie          270
Nastasia-BNastasia-B   09 mai 2015
La conscience.
A-t-elle un sens ? Existe-t-elle ?

Deuxième partie, strophe 7.
Commenter  J’apprécie          211
Videos de Anna Akhmatova (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Akhmatova
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=53384
LES AILES DE NATHAN
Roman
Catherine Cerf-Verny
Rue des écoles - Littérature
Ce roman est l'histoire de la rencontre entre Nathan et Ella, deux personnages très différents que rien ne prédisposait à se connaître. Lui, survivant de la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942, elle, beaucoup plus jeune, Parisienne, spécialiste de la Russie et auteur d'un mémoire sur la poétesse Anna Akhmatova. Nathan raconte à Ella l'histoire de sa vie. Ella, profondément touchée par son récit, finit par s'identifier à lui. Elle décide alors d'?uvrer à la Résurrection de Nathan grâce à Bach, Beethoven, Chopin, grâce à Ronsard, Nerval, Milosz, et aussi grâce à l'amour.
Catherine Cerf-Verny est professeur de russe et de Français Langue Étrangère (FLE). Elle a notamment enseigné le FLE pendant plusieurs années à des élèves étrqngers de l'École Polytechnique. Les Ailes de Nathan est son premier roman.
Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-11422-4 ? 2 mai 2017 ? 104 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
734 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre