AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072777925
Éditeur : Gallimard (23/08/2018)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Jmiaa, prostituée de Casablanca, vit seule avec sa fille. Femme au fort caractère et à l’esprit vif, elle n’a pas la langue dans sa poche pour décrire le monde qui l’entoure : son amoureux Chaïba, brute épaisse et sans parole, ou Halima, sa comparse dépressive qui lit le Coran entre deux clients, ou encore Mouy, sa mère à la moralité implacable qui semble tout ignorer de l’activité de sa fille. Mais voici qu’arrive une jeune femme, Chadlia, dite «Bouche de cheval», ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  26 août 2018
Un premier roman original et vivant, mais dont la seconde partie m'a un peu déçue.
C'est le journal intime d'une jeune femme marocaine de 34 ans, qui se raconte sans fard durant trois années, à travers la vie de son quartier et de son quotidien mouvementé de prostituée à Casablanca. Son destin va un jour radicalement se transformer à la faveur d'une rencontre...
Une lecture dans l'ensemble agréable, grâce au rythme enlevé et au réalisme de la plume. Le langage de l'héroïne n'est pas piqué des vers, sa force de caractère et sa franchise sont plutôt touchantes. Or, à l'instar d'autres lectrices et lecteurs, j'ai beaucoup moins adhéré à la deuxième partie du récit, répétitive et lancinante, ni à cette fin très "happy end" et entendue.
Je remercie Babelio et les éditions Gallimard de leur confiance (masse critique privilégiée).
Commenter  J’apprécie          7513
Merik
  01 août 2018
C'est Jmiaa qui tient la parole dans ce roman, elle ne la lâchera pas. Une prostituée de Casablanca parmi d'autres, à l'esprit vif et tenace. Autour d'elle gravite un petit monde haut en couleurs. Un univers de débrouille, de brutalité et de magouille, plus rarement de sentiments. La vie est vacharde par ici, on s'en sort comme on peut. On peut même monnayer les services de sa femme à ses copains, et la faire plonger. Le destin de Jmiaa prendra un autre tour avec l'arrivée d'une marocaine émigrée aux Pays-Bas.

Ce qui frappe dans un premier temps est la multitude des personnages, ça grouille de vie. Le panel y est varié, même si beaucoup végètent dans un milieu pour le moins défavorisé. Flics pourris et petits mecs brutaux, garagiste débraillé ou folle de quartier, prostituées. Les parcours de certaines d'entre elles sont saisissants. On ne naît pas prostituée. Jmiaa l'est devenue contrainte et forcée par une main masculine. Hamila l'est devenue contrainte et forcée surtout par elle-même, pour expier une faute impardonnable à ses yeux.
Il y a aussi Bouche de cheval, surnom donné par Jmiaa à la cinéaste venue repérer et comprendre le milieu. Difficile de ne pas imaginer Meryem Alaoui en lieu et place de la cinéaste, pour son roman. Difficile aussi de ne pas penser à « Much Loved », film sorti en 2015, qui divisa la société maghrébine. Mais « Much Loved » traitait d'une forme de prostitution plutôt luxueuse à Marakech. Ici l'on aguiche le client dans les ruelles paupérisées de Casa, l'on consomme sur des matelas dans des pièces sordides en retroussant les jellabas.
J'ai été emballé par l'écriture, surtout dans la première partie. Je l'ai trouvée délicate et subtile. Oui. Qu'on ne s'y trompe pas, il s'agit bien d'un personnage de pute à qui Meryem Alaoui donne la parole. Son langage est forcément crû, pour le moins fleuri. Des perles de grossièretés égrainent le récit, mais des touches subtiles de poésie, d'inventivité, une imagerie inspirée (souvent autour des animaux) évitent l'écueil d'une vulgarité trop facile. Le ton assigné à Jmiaa, fait de colère à la vindicte jaillissante, de tendresse refoulée ou de réserve parfois, lui donne corps, et surtout l'allure d'un beau personnage de littérature.
« La vérité sort de la bouche du cheval ». Elle sort peut-être bien aussi de la plume de Meryem Alaoui. En espérant que la société marocaine acceptera mieux ce roman que le film « Much Loved ».
Merci beaucoup à Babélio Masse Critique et aux Éditions Gallimard pour ce premier roman de Meryem Alaoui, que j'ai lu en avant-première avec curiosité, intérêt et plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
sandrine57
  03 août 2018
Prostituée aguerrie, Jmiaa promène ses courbes généreuses et son caractère bien trempé dans les rues de Casa, de la petite pièce où elle vit seule avec sa fille jusqu'à sa place dans l'escalier près du marché où elle alpague ses clients. le métier n'est pas facile, le quartier est populaire, les affaires se règlent vite, à même le sol, la djellaba à peine retroussée, sans états d'âme ni sentiments superflus. Pour supporter cette vie qu'elle n'a pas choisie, Jmiaa cherche l'oubli dans l'alcool, les cachets, les fous rires avec Samira sa collègue et amie, et les bras de Bouchaïb, son client préféré. Tout change lorsque Hamid, le gardien du parking, lui présente Chadlia, une marocaine qui vit au Pays-Bas. Aussitôt rebaptisée ''Bouche de cheval'' par une Jmiaa circonspecte, la jeune femme lui explique qu'elle veut tourner un film, son premier long-métrage, à Casa, sur la vie du quartier, sur une prostituée...Elle veut des conseils, elle veut du vécu, elle veut une actrice...
Gros coup de coeur pour Jmiaa, sa verve, son langage fleuri, son esprit vif et son courage. A la suite de ce personnage haut en couleurs, nous découvrons Casablanca, la société marocaine, le sort des femmes soumises à la volonté des hommes. Jmiaa est une de ces femmes qui n'a pas eu de chance mais qui prend les choses comme elles viennent, avec pragmatisme, philosophie, fatalisme. Narratrice sans concessions de sa propre vie, Jmiaa n'épargne rien ni personne, les hommes, les collègues, les ''barbus'', les fonctionnaires corrompus, les flics, les bien-pensants et les hypocrites. Si le sort ne lui a pas toujours été favorable, elle saura aussi saisir les opportunités qui s'offrent à elle et changer le cours de son destin.
Un récit plein de couleurs, de chaleur, de piment. de la misère, de la violence, mais aussi de la solidarité, de la débrouillardise et un happy end un peu facile mais qu'on ne peut qu'approuver tant on s'est attaché à Jmiaa au point de lui souhaiter le meilleur. Une lecture pétillante qui donne la pêche.
Un grand merci à Babelio et Gallimard pour cette lecture en avant-première.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
Kittiwake
  06 août 2018
C'est avec verve et fantaisie que Myriem Alaoui donne la parole à Jmiaa, que le destin guidé par des choix malheureux a mis sur le trottoir à Casablanca. Elle élève seule sa fille, sa propre mère ignore la vérité, son crétin de mari s'est fait la malle. Rien de réjouissant ni d' enviable donc . Et pourtant, rien ne la démotive , Jmiaa, ni les embrouilles avec les autres filles ou les souteneurs, ni les frasques de son chéri, qui n'a pas inventé l'eau tiède. Elle a d'ailleurs du répondant , que ce soit par la parole ou par les poings. Et puis, un jour , la roue tourne….
Dès les premières lignes on est surpris par le style haut en couleurs utilisé par la narratrice pour nous raconter son quotidien. Pas de faux semblants : elle appelle un chat un chat. Mais c'est si tonique que le sordide disparait derrière la truculence. Les portraits qu'elle dresse de son entourage sont drôles et clairvoyants.
Par ailleurs, Jmiaa emploie de nombreux mots en marocain, et fait référence à des personnalités du spectacle ou de la politique qui ne sont célèbres que localement. le lecteur est renvoyé à un glossaire, indispensable, qui met la lumière sur ce qui n'est en général pas fondamental pour l'intelligence du texte, mais lui donne sa couleur. Bien entendu, le revers de la médaille est que la lecture est coupée à chaque fois que l'on y a recours .
Malgré cet écueil, on est vite sous le charme de la pétillante jeune femme et le récit de ses aventures est captivant. C'est un voyage dans un Maroc pittoresque, coloré, à l'image du parler de Jmiaa, et jamais déprimant : pas de lamentation stérile, mais une capacité de réplique immédiate à l'adversité, même si le message est clair (pour les femmes qui auront raté l'étape fiançailles - mariage, le plus vieux métier du monde est l'une des alternatives, sinon la seule , juste pour espérer survivre).
Je remercie Babelio et les éditions Gallimard pour leur confiance.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
canel
  14 août 2018
Casablanca (Maroc), 2010*.
Pour Jmiia, prostituée de 34 ans, la plupart des femmes sont des connes, des connasses, et les hommes des bâtards, des fils de putes, des pédés (sic). Elle se prend vite la tête avec tout le monde, et quand les insultes à voix normale ne suffisent plus, elle crie et castagne - avec ses partenaires, ou ses collègues de la rue. Il faut dire que dans son milieu, la misère a beau se vivre au soleil, beaucoup de boisson et de fumette sont nécessaires pour la trouver moins pénible. Et une fois bien 'chargé', on est vite à cran.
Ce personnage de Jmiia, son franc-parler et l'animation hystérique autour d'elle ont quelque chose d'exotique, de touchant et de tragicomique. Le ton m'a un peu rappelé ceux de Faïza Guène et de Virginie Despentes, mais l'intrigue reste au premier degré, factuelle, et tourne vite en rond.
Plus j'avançais, moins les aventures de cette caricature de femme m'intéressaient. J'aurais volontiers sabré quelques dizaines de pages lors des journées répétitives de tournage, qui n'avancent ni de la queue ni de la bouche du cheval.
Et j'aurais sans doute abandonné après les cent premières pages (réussies) si j'avais su que finalement, je lisais là un remake (autobiographique ?) de...
* J'ai situé l'année grâce à la finale foot Espagne-Pays Bas – remerciements à Wiki !
___
Merci aux éditions Gallimard et à Babelio pour cette découverte en avant-première...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          356

critiques presse (6)
LaLibreBelgique   09 octobre 2018
Après avoir grandi à Casablanca, Meryem Alaoui vit aujourd’hui à New York et La vérité sort de la bouche du cheval, une des sensations de cette rentrée littéraire, est son premier roman.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Lexpress   08 octobre 2018
Étonnant ouvrage, que nous livre ici Meryem Alaoui.Son héroïne Jmiaa, prostituée de Casablanca à la langue bien pendue et à la personnalité trempée, est un personnage original et bien ficelé, qui marquera les mémoires à vif.Dans un langage gai, vif, presque enfantin dans son expression rudement naïve, Jmiaa décrit comme personne le petit monde de Casa.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeMonde   05 octobre 2018
Toutes les cases sont cochées, voilà un premier roman qui met toutes les chances de son côté : l’autre bord de la Méditer­ranée, présence-absence de l’islam, condition féminine [...]. Bref, tout pour plaire ! Trop ? Non, c’est bien quand même, c’est même très bien !
Lire la critique sur le site : LeMonde
Culturebox   06 septembre 2018
La primo-romancière déploie son récit dans une écriture foisonnante, inventive, en travaillant cette langue orale, un français de là-bas, mâtiné de mots arabes, d'expressions imagées. Une langue inventive, d'une vitalité réjouissante !
Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   28 août 2018
Écrit à la première personne comme un journal, dans une langue unique [...], ce premier roman est un ouragan, comme son personnage principal, une jeune prostituée marocaine pleine d'intelligence et de ressources au caractère bien trempé.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LePoint   22 août 2018
« La vérité sort de la bouche du cheval », premier roman de Meryem Alaoui sur les bas-fonds de la prostitution marocaine, est le coup de cœur de l'écrivain.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
saphoosaphoo   07 octobre 2018
Mais après tout, on n'a qu'une vie. A quoi ça sert de la remplir avec rien ?
Commenter  J’apprécie          140
canelcanel   13 août 2018
Moi je ne te cache pas que plusieurs fois j'ai pensé à me casser et à le planter [mon maquereau]. Et après, à chaque fois, il s'est passé un truc qui m'a fait changer d'avis. Comme ce jour, avec ce type qui avait consommé et qui pensait qu'il pouvait retourner à sa vie en sautant l'épisode 'main à la poche'. Dans ma chambre et pour régler les choses sans faire d'histoires, je lui ai dit qu'il ferait mieux d'allonger maintenant, avant de le regretter. Il a répondu en gonflant le torse :
- Ah ouais ? Et qu'est-ce que tu vas faire si je ne crache pas ?
- Tu ne veux pas savoir ce que je vais faire si tu craches pas.
- Ouais, c'est ça. Vas-y, montre-moi, il a dit après avoir relevé son pantalon.
Et il a ouvert la porte, en me regardant de haut, comme les héros dans les films américains. Moi, je lui ai envoyé un « va te faire foutre » assez mou et je suis descendue derrière lui, vite. Je ne te raconte pas comment il a fini, le héros. Avant de monter, j'avais vu Houcine adossé à une voiture en train de rigoler avec un mec [...]. Un gars à qui il manquait un bout de langue. Il paraît que c'est une nana qui la lui a coupée au rasoir. Si je te donne ces détails, ce n'est pas pour te faire peur, c'est juste pour te dire le genre de types avec lesquels il traîne, le Houcine.
Donc, l'embourbé du cerveau qui ne voulait pas payer, il est descendu sans se demander pourquoi je n'avais pas fait de scandale. Il était juste content d'être sorti de ma chambre avec la poche aussi pleine que ses bourses étaient vides. Je peux te dire que ce jour-là, le gars a regretté tous les liquides de sa vie : celui qu'il a expulsé sur mon matelas, celui qu'il a préféré garder dans sa poche et celui qui lui est sorti par les trous de nez quand Houcine et son invité l'ont chopé en face du marchand de beignets.
Et encore, il a eu de la chance parce que Houcine et son pote, ils ont laissé des temps morts pour se faire des politesses sur les morceaux de choix. Tiens, prends la cuisse, elle est bien tendre. Non, non, à toi l'honneur, tu es chez moi aujourd'hui. Le gars, il est ressorti de la fête improvisée comme un bout d'os d'un tagine de poulet. Bien rongé.
(p. 146-147)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
canelcanel   11 août 2018
[ Casablanca ]
Dans la rue, j'ai mon bout de trottoir, sur l'escalier, près du feu. C'est au croisement des deux grandes rues qui font angle avec le marché. C'est la meilleure place. Je ne suis pas seule dessus, c'est sûr, mais c'est la meilleure place.
Quand tu as de l'expérience, c'est là-bas que Houcine te met. D'abord parce que quand tu as des années de terrain derrière toi, tu mérites de moins galérer, mais surtout parce qu'il faut savoir repérer les flics. En général, on n'a pas de problèmes avec eux. Houcine les connaît bien. Et nous aussi...
Mais parfois, ils débarquent. Comme quand Anissa, la folle qui traîne souvent dans le quartier, est défoncée et qu'elle hurle à la mort en mettant dans la même phrase Dieu, sa chatte et le fils de pute qui lui a fait ça. Quand ils arrivent, tu les repères de loin. Et si tu ne les vois pas, tu le sais parce qu'il y a toujours une des filles ou Houcine qui donne le signal. On ne se sauve jamais en courant. On se planque d'abord, derrière une voiture ou une poubelle. De l'extérieur, ça doit être drôle. On est toutes accroupies, les culs serrés dans nos djellabas qui collent. Et avec juste nos têtes qui dépassent sur le côté.
(p. 15-16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
KittiwakeKittiwake   06 août 2018
Ils sont passés à l'heure du ramadan maintenant. Je ne comprends plus rien à leurs histoires. Ils ont dit qu'on allait passer à l'heure d'été pour faire des économies, on n'a pas bronché. On a même trouvé ça bien. Ensuite ils ont décidé de passer à l'heure de ramadan parce que c'est l'été. Je n'ai pas bien compris mais pourquoi pas? Le problème c'est que là, il paraît qu'après ramadan , on repassera à l'heure d'été et après l'Aïd, à l'heure d'hiver. Ils se foutent de nous ou quoi? On n'a rien d'autre à faire, nous? Règle ta montre. Dérègle ta montre! Re-règle ta montre . Il ne faut pas faire chier les gens non plus!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
montmartinmontmartin   26 juillet 2018
Le haschisch, c'est une maladie toute douce. Elle te rentre doucement dans la peau, elle est cool, souriante. Tu te sens bien avec elle. Tu as envie de te mettre dans ses bras pour qu'elle te berce comme ta mère le faisait. Et tes copains qui fument, eux aussi ils sont cool et gentils. Et vous êtes tous dans les bras de la même mère. Vous êtes tous frères et vous vous aimez. Et puis un jour, tu ne sais pas pourquoi, comme une chatte, la mère prend un de ses petits et elle le mange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Meryem Alaoui (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Meryem Alaoui
Meryem Alaoui présente son premier roman, "La vérité sort de la bouche du cheval" (Gallimard) à la librairie Livremoi à Casablanca, le 5 septembre 2018
autres livres classés : casablancaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..