AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207012911X
Éditeur : Gallimard (01/04/2010)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 65 notes)
Résumé :
J'ai appris la nouvelle ce matin, en écoutant le répondeur.
Isa disait: Papa est décédé. Je me suis fait couler un café et je l'ai rappelée, puis j'ai composé le numéro d'Air France. Thierry est entré en bâillant, m'a regardée et a dit: Qu'est-ce qui se passe? J'ai répondu: Papa est mort. lsa dit: décédé. Moi je dis: mort. Je ne vois pas pourquoi je prendrais des gants. Depuis le temps que l'idée de la mort m'accompagne, je ne dirais pas qu'elle m'est devenue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  03 août 2014
"Tu es mort. Enfin."
C'est le cri de soulagement de la narratrice après l'écoute de son répondeur, un matin.
Ce père n'était pas un bourreau, aucun coup n'a accompagné ses colères et ses insultes, mais la terreur qu'il faisait régner sur ses trois enfants les a détruit à tout jamais, un huit- clos familial où pointent l'ironie et le ressentiment sur ce tyran domestique.
Nelly Alard ose enfin lui dire ce qu'elle a sur le coeur, à ce père, avec qui le dialogue était rompu depuis l'enfance!
Un beau coup de coeur, cet ouvrage! narquois, acide, nerveux, tempêtueux, intelligent, profond, plein d'humanité, de naturel, de bienveillance et de vie, digne, presque enjoué!
Le ton y est drôle,l'humour souvent noir, toujours présent,aucun pathos, pas de règlement de comptes ni de ton revanchard, comme trop souvent!
De plus, Nelly Alard, à l'intérieur de chaque chapitre enchâsse des citations de "la légende de la mort chez les Bretons Armoricains" d 'Anatole le Braz, ce qui ajoute de la beauté à la Bretagne mystérieuse et à ses rites et donne un supplément d'âme à ce récit bouleversant !
Elle dénonce le drame sans fin dont elle a été la victime, une violence des "mots", plus sournoise, plus subtile et insidieuse qui sauve les apparences car " la famille c'est sacré"...
Elle minimise la gravité de ce qu'elle subit:"il y a des gens dont le père est un serial killer ou un Nazi."
"Il y a des enfants violés ou battus. On ne va pas se lamenter."
C'est l'avis de renaissance pudique et droit d'une fille après la mort de celui qui n'a jamais su lui prodiguer la moindre bienveillance.
Une écriture pressée, urgente et enjouée qui frappe par son rythme houleux, bref,rageur et dense!
Un livre sur le deuil, très loin de la complaisance, de l'enjolivement et du pardon,une adresse à ce père totalement naturelle. L'auteur fait de la loyauté le moteur de son écriture et colle à la vérité pour vivre enfin en paix!
Un livre remarquable qui fait du bien!


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
zabeth55
  24 septembre 2013
Une semaine de la vie de la narratrice, du lundi, jour où elle apprend la mort de son père, au dimanche, jour où elle rentre à Paris après que son père ait été enterré.
Et pendant cette semaine en Bretagne, ressurgissent les souvenirs d'enfance, la violence verbale du père, la force de la fratrie.
Réquisitoire pour obtenir l'amour d'un père, hommage à la Bretagne, Nelly Allard nous offre un beau roman, sans verbiage, avec juste les mots qu'il faut pour dire l'impact du harcèlement moral et ses traces indélébiles.
Commenter  J’apprécie          210
Fleitour
  24 juillet 2015
"Moi je dis; mort je ne vois pas pourquoi je prendrai des gants", ainsi commence ce petit livre , tout petit , trop petit , tellement il est jubilatoire , drôle , caustique, enlevé et puis ce point final , ZUT quoi on voudrait avoir oublié une ou deux pages.
Si vous êtes breton Lorientais ou léonard , ce sera drôle ou la soupe à la grimace, si vous êtes parisien vous apprendrez les mots comme Poivre d'Arvor pour passer pour un breton pure souche .
Bonne lecture
Commenter  J’apprécie          151
patrick75
  18 juin 2014
Voici un livre qui « fleur » bon la Bretagne , mais la Bretagne des tempêtes venues de l'océan amenant avec elle des nuages noires de la pluies et du vent. Celle ou l'on voit des marins disparus en mer depuis des années errer certains soirs le long des jetées.
C'est une histoire de deuil et de pardon , d'images de ce père omniprésent qui hantera ses proches durant leurs vies entières. L'auteur arrive grâce à une écriture simple et fluide à restituer les émotions ressenties. L'insertion de citations d'Anatole le Braz ( la légende de la mort chez les bretons armoricains) , une sorte de récit parallèle, rajoute à l'histoire une dimension historique et spirituelle.
Commenter  J’apprécie          130
mireille.lefustec
  08 novembre 2011
Je n'ai laché ce livre qu'après le point final.(merci Fransoaz) . Ce n'est pourtant pas un récit doux et paisible.Le père était odieux et tyrannisait sa famille.
Je pense que cela tient à la grâce de l'écriture,sans violence,et au soulagement de la narratrice. Elle n'a enfin plus peur de son père et le lecteur peut aussi s'en détacher.
Le titre est emprunté au recueil des légendes de la Mort en Basse Bretagne
aussi les extraits de l'ouvrage d'Anatole le Braz,s'insèrent-ils naturellement entre les chapitres.
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   03 août 2014
Tu me traitais de putain. Pas la peine de dire le contraire, tu me disais putain, je m'en souviens, tu parles. Tu disais putain, salope, ce sont les mots que tu employais. Et pouffiasse, aussi. Ce n'est pas grave, ça ne me gênait pas vraiment, je ne savais pas ce que ça voulait dire.
Ce qui me dérangeait ce qui me faisait peur, c'était la violence de ta voix, de tes yeux. Les mots, j'y étais habituée, ils n'avaient pas de sens,
Une enfant de six ou huit ans ne peut deviner que ce ne sont pas des mots qu'un père dit à sa fille, en général. Que ce n'est pas pareil chez les autres.
De toute manière, chez les autres, on n'y va jamais, alors, comment pourrais- je savoir?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
FleitourFleitour   24 juillet 2015
par ailleurs il avait été difficile de faire saisir aux employés des pompes funèbres les subtilités du regroupement familial qui nous tenait à cœur...

Nous pouvions dormir sur nos deux oreilles , notre arrière grand-mère Cueff en B2 retrouverait son fils qui reposait actuellement en D4 et son époux en C3 , et tout ce petit monde emménagerait dans un reliquaire tout neuf qui remplacerait celui où était déjà ses parents et qui serait déposé en A2
P38
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FleitourFleitour   29 juillet 2015
Anatole le Braz dans la légende de la mort raconte un naufrage ,
et Nelly Alard revisite les croyances de ses ancêtres :
Interrogés les gens de la côte répondirent en baissant le tête qu'ils avaient bien entendu ses appels , mais que justement à cause du caractère déchirant de ses hurlements ils ils avaient cru qu'il s 'agissait des âmes des noyés du gouffre de plougrescrant Ou peut être bien du crieur de nuit qui n'est pas pour les bretons un veiller mais un esprit torturé en forme de géant, qui hante la lande et qu'il ne faut à aucun prix croiser le regard.
P122
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mustangomustango   06 mai 2010
«Tu ne nous as jamais frappés, mais tu m’as appris la peur, le doute, la sensation au fond de moi que tout se désagrège et s’effrite, la terreur constante de sentir le sol se dérober sous mes pieds. Jamais en ta présence je n’ai eu le sentiment de la terre ferme. C’était ce que tu voulais, sûrement.»
Commenter  J’apprécie          40
FleitourFleitour   27 juillet 2015
D'anorexie en boulimie, il faut croire que j'avais fini par la vomir tout entière , cette enfance qui m'était restée si longtemps sur l'estomac . J'avais un peu moins mal au cœur ,... mes cauchemars avaient cessé .
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Nelly Alard (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nelly Alard
Nelly Alard, lauréate du prix Interallié 2013
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Nelly Alard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1045 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..