AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B08L5M579C
Éditeur : Éditions des lacs (20/10/2020)

Note moyenne : 4.66/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Le 17 juin 2013, Stéphane Richard reste à la tête d'Orange, le parti socialiste essuie
une nouvelle défaite à l'élection partielle de Villeneuve-sur-Lot, et Louise Andrieu est retrouvée morte
à son domicile. Tous ceux dont la vie est ponctuée par la mort des autres encerclent ce qui était, il y a
encore une demi-heure, le corps frêle mais vivant d’une coquette dame âgée : les gendarmes et le
médecin de famille, lui aussi alerté par son ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Soukiang
  17 juillet 2018
Quand on rencontre sa moitié, le destin ou le hasard, un pas après l'autre, jour après jour, la vie prend radicalement une direction différente, tous les espoirs sont permis, des étincelles plein les yeux, les respirations s'accélèrent, découvrir enfin les joies de l'amour et de la félicité, de partager des moments intimes, de regarder dans la même direction, la confiance devient aveugle, l'amour embrase les passions, le temps est comme ralenti, les délices du plaisir se multiplient, les projets se précisent, à commencer par le mariage ...
Pour Louise, le rêve devient une réalité quand elle confirme officiellement son union avec René, pour le meilleur et pour le pire ...
Je suis très honoré et chanceux d'avoir reçu ce premier roman lors d'un concours organisé par l'auteur, trois recueils de poèmes sont déjà sortis sous sa plume.
Cette première incursion dans la fiction est une réussite dans tous les sens du terme et je vais vous expliquer pourquoi je lui attribue un coup de coeur mérité❤️
Cette histoire de Louise et René prend racine au début des années 60, le pays panse ses plaies, l'économie se développe, la nation se redresse, l'importance de situer cette époque résulte de plusieurs facteurs essentiels pour comprendre, pour se projeter dans cet après-guerre, dans cette société où les conventions sociales et les moeurs rigides font bon ménage, les places au sein du foyer sont programmés, le mari travaille, la femme qui devient mère reste à la maison, aucune tergiversation, pas de palabres, le débat est clos.
La construction et l'évolution de l'histoire vous semblera linéaire au premier abord mais tout le talent de l'auteur est d'arriver à harponner le lecteur avec des chapitres courts, à maintenir un intérêt croissant par le biais de petits poèmes en rime pour accentuer une parole, cette petite voix silencieuse qui en dit long, qui hurle du plus profond de ses entrailles, qui pleure, qui réclame, qui gémit, qui subit, qui donne sans recevoir, qui est humiliée, qui est punie, qui cherche à s'échapper, qui s'accroche désespérément aux liens sacrés du mariage, parce que cette voix, c'est aussi celle de toutes les autres ...
Une histoire qui prend alors une résonance universelle, dans une actualité toujours brûlante de nos jours, le combat continue, il ne se passe une semaine sans que les faits divers tragiques relatent des histoires sombres et tristes, la fatalité, le destin, La femme muette est une fiction mais pas que ...
La souffrance est physique, morale, à moins d'avoir une coeur de pierre, comment ne pas partager la peine de Louise, la comprendre dans son combat quotidien, dans cette lutte inégale, pour l'amour des siens, par respect de la morale chrétienne et des règles sacrées d'une société conservatrice, l'auteur ne prend pas de parti-pris, il nous expose sans ménagement les tourments d'une personne en butte d'abord contre elle-même et ensuite avec les siens.
Cette promiscuité dans le périmètre contraint et renfermé, dans cette prison mentale et pas si dorée en apparence, l'ombre et la lumière, cette atmosphère étouffante se ressent dans cette léthargie, dans cette blessure secrète et profonde, l'incapacité et l'impuissance d'affronter son courroux, jusqu'où une personne peut-elle aller par amour ? Qu'est-ce qui peut encore motiver une personnage à passer l'éponge jusqu'à la prochaine fois ?
"Un seul mensonge découvert suffit pour créer le doute sue chaque vérité exprimée"
En suivant le parcours de René et Louise, l'auteur nous invite également à revivre quelques-unes des grandes dates de l'histoire de la France, cela renforce l'authenticité des séquences dans un cadre familier, c'est une histoire aux relents de tragédie familiale et pourtant, jusqu'au bout, on a envie de croire, l'apparition miraculeuse d'une main providentielle qui viendrait remettre de l'ordre dans ce chaos, la présence des enfants comme un caisson de sécurité, la société qui suit des trajectoires diamétralement opposées dans les bouleversements politiques et socio-économiques, l'histoire vous prend aux tripes, vous donnera à vous poser des questions fondamentales sur la nature humaine, ce qui peut unir et désunir des êtres "fait pour vivre ensemble", le passage du temps, l'ère des machines pour légitimer des absences, pour faire fructifier le mensonge toujours plus loin dans la spirale des illusions, des rêves évaporés à jamais, la psychologie des personnages est poussée dans les plus bas instincts, dans des sprints empreints de douleurs cachées et de pardons impossibles, la redemption d'une personne peut-elle se payer au prix fort et par amour dévoué à l'extrême ?
L'impossible peut-il se métamorphoser en juste cause ou raison ? Des mirages de la vie vont laisser place à cette descente aux enfers et d'un couple au bord du gouffre, les alliances nouvelles et éternelles a-t-on coutume de répéter, l'effilochage charnel se veut sournoise, palpable mais sans pitié aussi, sans coussin d'oxygène pour la bonté ou la gentillesse, la société participe-t-elle également à cette mise en abîme et sans rémission ?
La pitié inspirée, le dévergondage, la pudeur du roman dans sa description implacable et presque clinique d'une survivante, d'une âme meurtrie, cette part de résilience et de situations anxiogènes comme un ultime bras d'honneur à la vie, le malheur des uns peut faire le bonheur des autres, la résistance physique et morale a ses limites tout en exposant le sujet à des ressources inespérées, des éclairs de clairvoyance ou de mise en danger d'autrui pour stigmatiser encore plus les forces à l'épreuve.
"Ils disent de suivre ton coeur, mais si celui-ci est en mille morceaux, quel morceau dois-tu suivre ?"
Se dévouer corps et âme, se libérer des griffes tentaculaires d'une existence morne et triste, l'horizon prend alors des allures d'une faille susceptible de basculer définitivement dans les abysses, la compassion en est alors démultipliée, l'outrancier se dispute à l'insidieux, à cette mise en échec d'une mariage sous haute tension dramatique, Louise trouvera-t-elle le chemin de la paix et d'avoir la capacité d'écouter encore sa voix intérieure ?
D'espérer assister à une nouvelle aube crépusculaire, à traquer sans relâche cette part infime d'espoir, de rebondir, d'étouffer l'oeuf dans le panier, de crever l'abcès, une histoire qui vous ne laissera pas indemne, sans voix, l'émotion se répercute dans le coeur, dans cette tranche de vie qui déboussole, qui laisse un arrière-goût amer à la limite du supplice, faire le deuil d'une personne est un long et vertigineux chemin de croix, de sortir des ornières ou des sillons n'est pas sans risque.
Un premier roman auto-édité qui m'a touché dans cette terrible histoire, il était une fois René et Louise, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants, peut-être ou ... pas. L'auteur a un talent fou à saisir l'essentiel, à capter l'instant précis où tout peut encore basculer d'un côté comme de l'autre, un style efficace au bénéfice d'une histoire où tout paraît, à première vue, comme le défilement d'une vie en accéléré et pourtant, au fur et à mesure de l'avancée dans le livre, vous voudriez ralentir la cadence pour continuer à vous attacher à Louise, à la suivre pour trouver sa place dans ce monde inflexible et hostile à l'expression de la femme ...muette.
Je dis bravo à l'auteur, Mathieu Albaizeta pour m'avoir littéralement fait trembler de bout en bout, oppressant, une plume qui soulève beaucoup d'espoir pour le retrouver dans un nouveau roman. Je gage qu'on n'a pas fini d'en entendre parler. A suivre.
"Tu es maître de ta vie et qu'importe ta prison, tu as les clefs" (Dalaï-Lama)
En conclusion, La femme muette de Mathieu Albaizeta est une oeuvre coup de poing, un premier roman impressionnant !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
irisrivaldi
  29 décembre 2020
Le coeur a ses raisons que la raison ignore
Dans la matinée du 17 juin 2013, Louise Andrieu est retrouvée morte à son domicile. Quels secrets dissimule le décès de celle qui, il y a quelques minutes à peine, arborait l'allure discrète d'une vieille dame coquette ?
Ce roman va répondre à cette question en reconstituant le parcours de vie de cette septuagénaire depuis sa rencontre avec son mari, dans les années 60, lors de la fête de la Saint-Jean, jusqu'à ce funeste matin de printemps.
Quand elle se marie, en 1963, au tout début de la vingtaine, Louise est une jeune femme au coeur simple et à l'âme pure. Dans sa candeur juvénile, elle n'a pas son pareil pour cueillir le bonheur de l'instant dans les petits riens de l'existence. Quand René lui demande de devenir sa femme, elle entrevoit la vie à ses côtés comme la promesse d'un bonheur sans nuages. Même si, à cette époque, un vent de liberté souffle sur un monde en pleine mutation et qu'Yves Saint Laurent emploie son talent à « donner le pouvoir aux femmes » – en tout cas côté chiffons – la société ne réserve pas le meilleur rôle au deuxième sexe… Sur le front de la libération des moeurs, René saura, quant à lui, tirer le meilleur parti des circonstances… Séducteur sûr de son charme, le bourreau des coeurs multipliera les liaisons extraconjugales tandis que Louise, non seulement muette, fermera aussi les yeux sur les écarts de conduite de son conjoint.
Lentement le monde change mais certains schémas perdurent. de l'extérieur, René se présente comme le parangon du bon père de famille, de surcroît honnête travailleur. Même s'il est le Mal incarné, les apparences sont toujours de son côté.
Ce récit poignant qui traverse plusieurs décennies décrypte les méandres d'une passion paroxystique ayant emprisonné une femme amoureuse de son mari, lequel, très vite, n'éprouve plus rien pour elle.
L'amour ne se résume pas à une rencontre riche en présages à l'aube du solstice d'été, il est ce qu'on en fait chaque jour. Au fil des pages qui se tournent toutes seules, on comprend que si Louise a dit oui à René pour le meilleur et pour le pire ; dans son rôle d'époux, ce dernier honorera la seconde partie de l'adage sans faillir. René, mirage de prince charmant mais authentique monstre de cynisme et d'égoïsme, a trouvé sa moitié, cette femme qui ne dit rien même si elle est bafouée et qui, jusqu'à son dernier souffle, fera preuve d'une abnégation effarante.
Dans la construction de l'intrigue, l'auteur capte à merveille l'air du temps en faisant coïncider l'actualité, en France et dans le reste du monde, avec les chapitres de toutes ces années qui s'égrènent dans les silences de Louise.
Avec des mots sobres et percutants, cette histoire autopsie un amour non partagé qu'on peut sans exagération qualifier de fou ; car René, ce mari en désamour, est incapable de rendre à Louise une once des sentiments qu'elle lui manifeste avec dédition. Il ne va pas seulement se montrer indifférent envers elle mais il n'exprimera en retour que mépris et cruauté.
Pour s'évader de la forteresse invisible et silencieuse qu'elle a, en un sens, construit de ses propres mains et qui sert de théâtre à son enfer domestique, Louise bâtit un monde rien qu'à elle, un univers parallèle où elle vide l'abcès de ses blessures. Ainsi, les rimes de ses poèmes qui ponctuent ce livre font écho à sa souffrance comme la voix d'une femme que personne ne pouvait entendre et dont le seul crime a été d'aimer à la folie.
Lien : http://scambiculturali.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
livrement_ka
  13 mai 2019
Titre :  LA FEMME MUETTE
Auteur : Mathieu ALBAIZETA
Editions : auto édité
Genre : roman
Nombre de pages : 109
Date : 2018 (avril)
Prix : 

Présentation physique du livre :
Un livre de moyen format comprenant un peu plus de 100 pages.
La couverture représente le visage d'une jeune femme dans l'homme.
La couverture est le miroir de l'histoire.

Résumé : 
L'histoire commence dans les années soixante et Louise est une femme heureuse. Elle se marie avec René, un homme charmant et agréable. de leur union sont nés Michel et Corinne. La famille a tout pour être heureuse avec une mère au foyer d'une gentillesse sans limite et un pére attentioné.
Des senteurs de parfums étrangers émanant de René vont bouleverser la vie de Louise et la plonger dans un mutisme déconcertant. Quand la haine remplace l'amour et que l'amour pardonne tout, entrez dans une histoire touchante et poignante. Un récit plein d'émotions qui ne laissera pas indifférent...
Vous allez finir par entrer dans le personnage de Louise et vivre toutes ses émotions avec un étrange réalisme...

Sur l'auteur et son univers cf Babélio

Nationalité : France 
Né(e) le : 17/10/1982
Biographie : 
Mathieu Albaizeta est poète et écrivain. 
Après trois livres de poésies, il se lance dans un récit sentimental "La femme muette".
site de l'auteur:
http://www.mathieualbaizeta.fr/
page Facebook:
https://www.facebook.com/pages/Mathieu-Albaizeta/1388888288047381 


AVIS
Un grand merci à l'auteur pour m'avoir adressé ce livre car je lui avais promis une chronique, via instagram.

Début du livre 
Le soleil est présent dans cette région du Sud Ouest de la France.Nous sommes au printemps et les chants des oiseaux bercent le coeur des Hommes à l'exception d'un.

Encore un roman me direz-vous ??? Et bien oui, j'ime découvrir de nouvelles choses et pouvoir donner leur chance à des auteurs méconnus et qui méritent de sortir de l'anonymat.
Comment vous présenter ce livre ? 
Une histoire qui débute au cours de l'année 1963, par la rencontre de Louise, jeune fille bien sous tout rapport et René à une fête de la Saint Jean du Village.
Un mariage et deux enfants plus tard, leur couple n'a plus rien à voir avec celui du début.
Louise, délaissée par son mari, coureur de jupons invétéré, lui laisse quand même à chaque événement bizarre le bénéfice du doute, préférant s'effacer, afin que l'adage "l'amour rend aveugle" puisse prendre toute sa signification.
Une femme qui croit à l'amour, même après des humiliations, des trahisons, des mensonges. Elle ne cesse de puiser sa force dans cet amour qu'elle porte à cet homme dont elle a fait connaissance en 1963.
Et lui, René, comment sa passion soudaine en cette même année peut-elle s'envoler de la sorte et se transformer en indifférence puis en haine, faisant de lui le bourreau qu'il est devenu.
Louise, malgré tout ce qui lui arrive, est une femme qui ne peut que forcer l'admiration de tous. elle est forte, battante, aimante avec ses enfants et d'une patience absolument extraordinaire.
Elle ne de départira jamais de sa nature timide, introvertie et terriblement douce, même face à des provocations extrêmes de René.
Je peux vous dire qu'à certains moments je bouillais au fond de moi..... Mais, Louise a une sagesse que peu de monde a, et surtout un amour infini, pur et sincère. 
Et malheureusement il n'y a qu'une seule issue à toute cette souffrance intérieure....... Je ne vous en dis pas plus....
Un classique des temps modernes !!!

Le style de l'auteur
Un style tellement original. Des chapitres courts mais qui disent l'essentiel. Et les petits vers signés A.L que j'ai adorés tellement ils reflètent l'état d'esprit de Louise. Je trouve que l'auteur a une très grand sensibilité qui se ressent tout au long du livre.
Quelques petites fautes d'orthographe à noter qui sont passées au travers de la relecture, mais qui ne déprécient en rien la valeur de ce roman.

Le genre
La longueur de ce roman n'est pas à la hauteur de sa qualité.
Un petit concentré de bonheur avec ce livre vous trouverez.

La forme de l histoire
Le texte est très très aéré et l'écriture superbement fluide; ce qui en fait une lecture terriblement agréable.

Conclusion : 
Foncez les yeux fermées et si vous êtes déçus, donnez-moi en les raisons parce que j'aurais dû mal à comprendre. !!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
evadu8672
  05 novembre 2020
Coup de coeur pour moi !
J'ai dévoré ce livre en 24h et vous allez comprendre pourquoi :
J'ai tout d'abord était interpellée par le titre. Je me suis dis que ce serait une histoire forte en émotions et le résumé a fortement consolidé cet à priori. C'est la première fois que je lis un livre portant sur ce sujet de femmes soumises par amour, j'ai été en apnée jusqu'à la fin du livre, j'ai eu du mal à mettre des mots sur ce livre, on reste bouche bée tellement tout est si réel et si bien écrit. Il m'a beaucoup travaillé, il est percutant et interpelle. Mathieu nous transporte dans l'univers de Louise, au fil de ma lecture, je voyais Louise, je vivais son histoire en temps et en heure, j'avais vraiment l'impression de vivre le livre et ce n'est pas souvent que ça arrive mais c'est plaisant de ne faire qu'un avec les personnages le temps d'une lecture. On arrive à ressentir leurs pensées, à se faire notre propre opinion et c'est super. J'ai ressenti énormément d'admiration pour Louise qui est une femme forte et qui a les épaules extrêmement solide et qui ne perd jamais espoir, elle est d'ailleurs tiraillée entre ce dernier et la peur. Elle aurait tout fait par amour, tout sacrifier, tout donné, aurait été au bout du monde pour son âme soeur et c'est comme ça qu'elle est remerciée.. Elle a, subie sa vie de 1963 à 2013 et garder le silence et de tout pardonner par amour depuis tout ce temps. L'amour peut nous aider à nous construire comme nous détruire, il peut être dévastateur tout comme source de bonheur, cela dépend de celui qui est en face et de ses intentions. Cela montre à quel point nous, les femmes, nous sommes résistantes et endurantes au fil du temps. Malgré tout, il y a des Louise qu'on connaît peut-être sans le savoir, qu'on croise aussi, certainement. Certains diront que Louise est faible. Je suis d'avis qu'on ne peut juger un couple à l'apparence ou même une personne car on ne sait jamais ce qui se passe vraiment dans l'intimité d'une relation et que les apparences sont parfois trompeuses et ne peuvent être que façade.
Ce livre m'a touché en tant que lectrice et en tant que femme. On passe par tellement d'émotions, la colère, la honte, l'espoir et la compassion.. Je le conseille à tous car c'est un livre passionnant, très bien écrits, les chapitres sont courts, le style est épuré il n'y a pas de détails et de descriptions superflues ainsi que pour marquer les esprits car encore trop de femmes et d'hommes sont victimes du harcèlement moral et dévastateur de leur conjoint. Pour certaines ces violences sont aussi physiques mais parfois, les mots blessent plus que les actes.
"𝘼𝙞𝙢𝙚𝙧 𝙖 é𝙩é 𝙨𝙤𝙣 𝙘𝙧𝙞𝙢𝙚. 𝙐𝙣 𝙘𝙧𝙞𝙢𝙚 𝙙𝙤𝙣𝙩 𝙤𝙣 𝙣'𝙚𝙨𝙩 𝙟𝙖𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙘𝙤𝙪𝙥𝙖𝙗𝙡𝙚 𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙨𝙚𝙪𝙡𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙘𝙤𝙢𝙥𝙡𝙞𝙘𝙚. 𝙋𝙚𝙪𝙩-ê𝙩𝙧𝙚 𝙢ê𝙢𝙚 𝙪𝙣 𝙘𝙧𝙞𝙢𝙚 𝙙𝙤𝙣𝙩 𝙤𝙣 𝙣'𝙚𝙨𝙩 𝙦𝙪𝙚 𝙫𝙞𝙘𝙩𝙞𝙢𝙚."
J'espère vous avoir donné envie de lire ce petit bijou !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lire_encore
  11 janvier 2021
Quel livre ! J𠆚voue avoir été très ambivalente concernant ce roman, puisque quand l𠆚uteur m𠆚 proposé de le découvrir, j𠆞n ai eu très envie et à la fois très peur. Après l𠆚voir lu, j�resse un grand merci à Mathieu, pour ce récit poignant, absolument nécessaire, véritable coup de poing au cœur et à l’âme !
Mathieu décrit avec un réalisme qui fait froid dans le dos, l𠆞mprise d’un mari pervers et la descente, silencieuse, aux enfers de Louise. Pourtant cette femme lancera plusieurs appels à l𠆚ide. Sans être écoutée, en restant seule face à sa peine et sa haine. L𠆚uteur décrit avec une justesse désarmante, les humiliations, la honte, les violences psychologiques subies par Louise de la part de celui qu𠆞lle aime à en mourir. On assiste aux différents processus que les cerveaux de Louise met en place pour y faire face : la sidération, la culpabilité, le déni, l’oubli des événements trop douloureux, la déchéance, le pardon, l�ptation de l’impensable...
Les chapitres courts et les poèmes de Louise rythment le récit et donnent encore plus d’intensité à l’histoire, comme une urgence de vivre. Ce livre n𠆚 pas de fin, car Louise est éternelle, intemporelle, représente toutes les femmes. Peut être l𠆚vez-vous croisée un jour lors de vos courses, à la boulangerie ? Peut-être est-ce votre voisine, votre amie ?
Ce récit n𠆞st pas un roman, encore moins une fiction. Puisque Louise a existé, en toutes les femmes qui ont subies et subissent encore des violences. Ce récit donne la parole à toutes ces femmes rendues muettes. Il raconte tout ce qu’on peut faire par amour... ou par désamour. Tout dépend du point de vue...
A lire ABSOLUMENT !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
evadu8672evadu8672   05 novembre 2020
"𝘼𝙞𝙢𝙚𝙧 𝙖 é𝙩é 𝙨𝙤𝙣 𝙘𝙧𝙞𝙢𝙚. 𝙐𝙣 𝙘𝙧𝙞𝙢𝙚 𝙙𝙤𝙣𝙩 𝙤𝙣 𝙣'𝙚𝙨𝙩 𝙟𝙖𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙘𝙤𝙪𝙥𝙖𝙗𝙡𝙚 𝙢𝙖𝙞𝙨 𝙨𝙚𝙪𝙡𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙘𝙤𝙢𝙥𝙡𝙞𝙘𝙚. 𝙋𝙚𝙪𝙩-ê𝙩𝙧𝙚 𝙢ê𝙢𝙚 𝙪𝙣 𝙘𝙧𝙞𝙢𝙚 𝙙𝙤𝙣𝙩 𝙤𝙣 𝙣'𝙚𝙨𝙩 𝙦𝙪𝙚 𝙫𝙞𝙘𝙩𝙞𝙢𝙚."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MinissaMinissa   01 juin 2015
Epicure avait tout compris, lui qui définissait le plaisir comme une absence de douleur. Si je partage sa définition, il reste que la perversion des humains a fait que parfois le plaisir, pour certains, n'est atteint qu'avec la douleur.
Commenter  J’apprécie          30
___Shenandoah______Shenandoah___   03 novembre 2020
Un peu plus loin, dans ce même temps, Louise n'a pas attendu son homme pour manger avec les enfants. Elle a pris la triste habitude de s'attabler sans attendre son époux. Les espoirs deviennent des déceptions. À la manière des imperceptibles goutelettes d'une très fine pluie lorsqu'il fait froid, chaque désenchantement la brûle sans qu'elle puisse identifier quelle goutte a fait le plus mal.
Commenter  J’apprécie          10
___Shenandoah______Shenandoah___   03 novembre 2020
Avant de vous quitter, je vous livre le secret qui m'a tant pesé : Le véritable bonheur grandit dans le silence d'un regard. Le malheur aussi. Et il finit par nous enterrer, sans bruit. Je vous l'écris parce que je n'ai pas su le crier.
Commenter  J’apprécie          20
itsmylife_bookitsmylife_book   01 novembre 2020
L’hiver était passé, conforme aux prédictions moroses de Louise. Glacial. Des mois durant lesquels les pâles rayons de soleil, qui se manifestaient de plus en plus tard le matin et disparaissaient de plus en plus tôt le soir, ne suffisaient pas à rompre la nuit perpétuelle dans laquelle était plongée.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Mathieu Albaizeta (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3933 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..