AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354086644
Éditeur : Mnémos (23/08/2018)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 147 notes)
Résumé :
Panam, dans les années 1880 : les humains ont repris depuis longtemps la main sur les Peuples Anciens. Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères, des maris jaloux, des épouses trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux... Alors Sylvo fréquente assidûment les bars et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoû... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  16 août 2018
Sylvo Sylvain est un elfe détective dans un monde d'humain. Mais il n'est pas le seul être fantastique à y résider.
D'ailleurs pour sa première enquête , une naine lui demande de filer son époux qu'elle soupçonne d'adultère. Mais malgré un job qui semble au premier abord facile , son enquête va le conduire vers des horizons obscurs.
J'ai apprécié le mélange des genres, fantasy, steampunk, policier. Sans oublier la touche d'humour qui va bien.
Le détective est stéréotypé et ce pour mon plus grand plaisir.
L'écriture de l'auteur est sympathique, et nous emmène dans un univers bien particulier, mais très plaisant. D'autant qu'il s'est un peu amusé avec les noms, comme les noms des rues Parisiennes. N'étant pas de la capitale , j'en ai reconnu quelques uns mais pas tous. Mais également avec d'autres noms communs… et là parfois c'était truculent.
j'ai également apprécié la position de l'auteur face à la nature humaine qui en prend pour son grade à cause de ses comportements et de son égoisme.

C'est grâce à Beatson ( merci !) que j'ai pu découvrir ce fameux détective, et franchement c'est une très belle découverte
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
Witchblade
  24 février 2014
Je souhaitais lire ce livre depuis longtemps et quand le tome 2 en poche a été proposé à la dernière Masse Critique, j'ai sauté sur l'occasion d'autant plus que je vais sous peu recevoir le 2 grâce à MC.
En vérité, je ne me souviens guère de résumé juste qu'il s'agit d'un mélange des genres comme je les aime et écrit par un auteur français, qui plus est. Mélange de fantasy, de steampunk et de policier, avec une pointe d'humour. Tout pour plaire donc !!
L'action se passe à Panam dans les années 1880. Dès la carte, j'ai compris que l'auteur faisait référence à Paris, ce que je n'avais pas tilté avec « Magies secrètes ». D'autant que l'auteur nous balade en ville et même en ne connaissant peu notre capitale, nous la reconnaissons facilement car il a peu changé les noms des rues et quartiers ou monuments. Les Champs E lysées deviennent Champs de la Victoire, Pigalle devient Mygale et la Tour Eiffel, la Tour des Fées. Peu de différences donc et souvent dans les mêmes sonorités.
Malgré le nombre important de descriptions, l'histoire se lit toute seule et les pages défilent très vite, le livre ne fait même pas 300 pages. Sylvo Sylvain nous décrit tout ce qu'il voit : les paysages, les personnages qu'il rencontre comme lui-même. Malheureusement, je trouve qu'il manque quand même un lexique pour certains mots qui ne sont pas expliqués dans le flot de descriptions.
À part ça, l'écriture de l'auteur est vraiment très agréable à lire, souvent des phrases courtes. de nombreux clins d'oeil ponctuent l'histoire ainsi que l'humour omniprésent de l'auteur lors des réparties de son personnage ou dans certaines descriptions. Son humour m'a d'ailleurs fait rire aux éclats plus d'une fois, que mon compagnon me prenait d'ailleurs pour une folle !!
L'auteur a donc créé tout un monde fantastique autour d'un Paris de la fin du XIXème siècle revisité. Nous pouvons y croiser des centaures taxis, des automobiles, des motos mais également des sylphes, des gobelins, des nains et des magiciens. Tout un petit monde fantasy donc au milieu d'une ville et un brin de steampunk, style que je commence à bien apprécier. Par ailleurs, j'ai oublié de préciser que notre personnage principal est un elfe exilé de sa verte Forêt en compagnie d'un pillywiggin (petite fée gardienne de la flore du folklore anglais, merci wikipédia !!). L'auteur s'est même amusé à modifier le nom des jours, des mois et des heures, tout en restant dans les mêmes sonorités pour les 2 premiers. Cela donne un univers abouti et pensé dans ses moindres détails. Seul bémol, la table des matières qui ne comporte que les numéros des chapitres et les pages. Dommage car j'aime bien lire le nom des chapitres avant de commencer une lecture, cela donne un avant-goût de celle-ci.
Suite à une banale affaire d'adultère, Sylvo Sylvain est embarqué contre son gré dans une affaire de terrorisme. Personne n'a revendiqué ces méfaits mais ils sont toujours plus violents. Qui est visé ? Les Ducs (dirigeants de ce pays) ? Règlement de comptes entre malfrats ? Personne ne le sait et la police piétine dans la choucroute, pour ne pas changer, et ce, depuis 3 mois, début des attentats. du coup, pour sauver sa peau d'elfe, Sylvo va mener l'enquête envers et contre tous puisque tout le monde, même les méchants, le prend pour un détective privé raté. Bien mal leur en a pris d'ailleurs... Par contre, j'ai des doutes sur la sincérité de la belle de Sylvo. On dit « trop belle pour être honnête », pour ma part, j'y rajouterais « trop curieuse pour être honnête ». À voir donc !!
Les choses sérieuses commencent réellement qu'à la page 200 (environ) avec la quête de survie, et accessoirement de vérité, de Sylvo par rapport à ces attentats. Nous n'avons néanmoins pas le temps de nous ennuyer durant la première partie de l'histoire car Sylvo nous entraîne dans différentes aventures en compagnie de Pixel. Et puis, l'écriture de l'auteur est tellement agréable que l'on ne voit pas le temps passer ni les pages défiler.
Comme tout bonne série policière, l'enquête menée dans ce tome se termine à le fin de celui-ci. Je n'ai donc pas moins hâte de retrouver Sylvo dans de nouvelles aventures et en apprendre un peu plus sur lui et son passé. Je tiens d'ailleurs à préciser que ce récit semble être raconté comme dans un journal (intime ou non), certains mots de Sylvo y font penser en tout cas. On ne vit pas les aventures sur le moment, cela nous est raconté bien des années après...
Comme vous l'aurez compris, ma découverte de l'univers de M. Albert a été, on ne peut plus, appréciée et je vous conseille donc de faire de même. Rappelons également qu'il s'agit là de son premier roman qui est, pour ma part, très abouti et bien réfléchi. Ce livre a donc été un énorme coup de coeur pour moi et il ne me tarde qu'une chose, recevoir enfin le tome 2 pour continuer ma lecture des aventures rocambolesques de ce détective privé raté !!
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
boudicca
  03 février 2013
Avec ses « Extraordinaires & fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé » (tout un programme...), Raphaël Albert nous entraîne dans la ville de Panam des années 1880, capitale d'un vaste royaume abritant aussi bien des humains que des elfes, nains, trolls, farfadets et autres créatures féeriques du même acabit vivant en plus ou moins bonne entente. Ou du moins était-ce le cas jusqu'à ce qu'une vague d'attentats meurtriers visant les dirigeants de Panam, les trois Ducs, secoue la capitale et vienne réveiller de vieilles rancoeurs. C'est là que notre ami Sylvo Sylvain entre en scène, elfe exilé reconverti en détective privé qui se retrouve bien malgré lui embarqué dans une enquête dangereuse et dont les enjeux dépassent tout ce à quoi il aurait pu s'attendre. On suit avec beaucoup de plaisir les aventures de ce personnage atypique qui ne manque certes pas de défauts mais dont la mélancolie et les répliques mordantes rendent rapidement sympathique. Il en va de même des personnages secondaires, du pillywiggin Pixel au journaliste Jacques Londres en passant par le jeune et enthousiaste Broons...
L'intrigue, quant à elle, n'est peut-être pas des plus complexes mais reste cohérente et intéressante jusqu'au bout. le principal attrait du roman demeure toutefois l'univers créé par Raphaël Albert qui n'est pas sans rappeler, par certains côtés, l'ouvrage d'un autre auteur français, Pierre Pevel, qui dresse le portrait d'un Paris féerique dans « Les enchantements d'Ambremer ». Ne soyez donc pas surpris de croiser au détours d'une rue des automobiles à vapeur côtoyant des centaures taxis, d'assister au déchaînement d'élémentaux tels des salamandres, golems et autres en plein coeur de la ville, ou encore de voir un farfadet haut comme trois pomme à la tête d'un gang de malfrats ou un orque débonnaire possédant curieusement un grand sens du commerce tenir une épicerie de quartier. Avec « Rue Farfadet », R. Albert signe ainsi un roman particulièrement divertissant, bourré d'humour et de références historiques ou littéraires savoureuses. A noter que ces extraordinaires et fantastiques enquêtes ne s'arrêtent pas là puisqu'un second volume, « Avant le déluge » est d'ores et déjà paru et qu'un troisième devrait (en théorie) également voir le jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          276
InstinctPolaire
  10 juillet 2013
Panam, Panam, Panam... !
Mais attention, pas çui d'la Môme hein...
Çui des Trois Ducs, çui d'L académie des technomages, çui où les pôv' gens qui peuvent pas prendre un fiacre et s'rabattent sur les centaures taxis.
Çui où y'a Rue Farfadet un des rares elfes de la ville qui crèche. Détective privé qu'il est même ouaip. Alors si M'dam' la naine-bourgeoise, elle a des doutes sur la fidélité conjugale de M'sieur l'nain-bourgeois, l'Sylvo, il farfouille... C'est p'têt' pas reluisant, mais ça paye l'oublie en mauvaise bouteille pour oublier pourquoi on a été banni de la Grande Forêt.
Mais bon Panam, en c'moment, c'est aussi un endroit où y's passe des trucs vach'ment grave. " le drame de l'Opéra Royal " comm' disait l'aut' feuille de choux là : Panamatch. On y a foutu l'feu à un bal de rupins en lâchant des salamandres magiques dans tout ces rideaux et ses frou-frous... Pi' y'a eu les sylphes et les gnomes. Attentat qu'on dit.
Et quand on est un enquêteur elfe au premières loges d'un d'ces attentats, qu'on a sa bobine dans tout les canards, on attire l'attention de personnes vach'ment haut-placées.
Alors on vous fait une offre qui s'refuse pas... Surtout quand elle est faites par un Préfet d'police en échange d'la tôle... Un peu magicien aussi. J't'en foutrai moi d'pas vouloir faire de politique.
Et tout ça pour quoi hein ? La République ? C'est pas comme si ça allait changer les choses...
J't'en foutrai moi...
On aime se promener dans ce Panam féérique de 1880, baigné par la Veine et surplombé par la Butte-Momie. On imagine sans mal des créatures imaginaires se frayant un chemin entre les fiacres et les agents de police en bicyclette à la lumière des lampes à gaz.
On s'attache au héros bohème, ce banni évoluant à la limite d'une société confite dans ses conventions qui le supporte à peine.
Un regret peut-être, la conclusion... Qui manque de... grandeur selon moi, mais bon, à vous de voir...
Une très bonne alternative au genre steampunk.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
JaneEyre
  26 janvier 2014
Aaah, voilà un livre qui me confirme que j'avais raison de m'inscrire sur Babélio! Imaginez: je me faisais ma cyber-promenade, de livres en livres, de recommandations en recommandations, quand je tome nez à nez avec Les extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain. Je lis le résumé, quelques avis, examine les étiquettes: steam... Steampunk? C'est quoi ça?
Curiosité piquée au vif, je me procure ledit livre et commence ma lecture.
Et dès les premières pages, je sens que ce livre est pour moi! Dans un vrai-faux Paris imaginaire (devenu Panam) des années 1880, nous rencontrons Sylvo, détective privé, et son acolyte Pixel. Dans les rues, les première automobiles circulent à côté des centaures, et les machines à vapeur côtoient les farfadets! le monde qui nous est offert est indéniablement réussi: c'est plein d'imagination, bien construit, dans les moindres détails. Des allusions à des lieux ou des personnages ayant existé sont semées tout au long du livre, ce qui m'a beaucoup amusée.
Le personnage principal est à mi-chemin entre Nestor Burma (comprendre: un détective privé qui bosse dans un taudis et qui porte un chapeau) et Peregrin Touque (comprendre: une sorte d'hobbit un peu feignant et qui ne refuse jamais un bon verre de gnôle)! Plein d'humour, intelligent mais feignant, volontiers alcoolique mais fidèle en amitié: vous l'aimerez à coup sûr malgré ses défauts! Et si vous ne l'aimez pas, rassurez-vous, vous aimerez forcément son ami Pixel!
Bref, voilà que notre détective se retrouve embarqué dans une affaire sordide, et il lui faudra batailler pour retrouver l'auteur d'une série d'attentat... L'histoire est bien ficelée, agréable, pleine de joyeux rebondissements! Un régal!
J'adore ce mélange des genres: on est entre le polars, le fantasy, le steampunk (oui maintenant je sais ce que c'est héhé!)! C'est inhabituel, plein de fraîcheur! Un vrai petit coup de coeur!
J'ai hâte de lire la suite, et j'espère que plusieurs autres enquêtes suivront! Je recommande vraiment!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          176
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   13 mai 2014
Cette pulsion de mort, je l'avais vue à l'œuvre un million de fois, déjà. Elle germait dans les orgueils bafoués, déclenchait les bagarres de rue, attisait la colère des émeutiers ; elle rendait fou les maris jaloux, mettait des couteaux dans les mains des cigarières rivales, poussait le souteneur à cogner plus fort que nécessaire, par plaisir ; elle mouvait jusqu'aux marmots querelleurs et cruels, apprentis bourreaux se plaisant à tourmenter le petit, le moche ou l'esseulé. Je détestais leurs rires d'enfants dans ces moments-là. J'y entendais les adultes qu'ils seraient demain : futurs bagarreurs, futurs émeutiers, futurs époux jaloux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
WitchbladeWitchblade   14 mai 2014
La xénophobie rampante des humains était vraiment absurde. Bon, il est vrai que les elfes ne tenaient pas particulièrement orques et gobelins en grande estime : nous avions été ennemis mortels, à l'aube des temps, et il en restait quelque chose, une sorte de répugnance réciproque. Mais tant de préjugés dégradants et imbéciles circulaient à leur sujet que c'en était une insulte à l'intelligence ! Les gobelins, par exemple : ils étaient tour à tour sournois, voleurs, violents, incestueux... En quelques années, ils étaient devenus la cause de tous les maux de Panam. Un beau tissu d'âneries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
BeatsonBeatson   05 mars 2017
« Je ne sais comment t’expliquer ce qui nous sépare. Elfes et humains ne vivent pas dans le même univers, ma belle, c’est tout. Pour les elfes, les humains sont… insensés. C’est le mot : insensés. Pour nous, vous êtes une race de fous furieux, un peuple girouette chez qui tout n’est que déraison. »
— C’est exactement ce que disent les hommes des elfes. Vous n’êtes que des barbares. »
Je me resservis en ouisk.
« Ah oui, c’est vrai… C’est un mot qui revient souvent dans votre bouche, à propos de vous-mêmes, civilisés. Vous êtes le rempart de la civilisation face à la barbarie. Quelle comédie ! Civilisés ! Ha !… Oh, pour ce qui est de vous gargariser de mots nobles, partage, justice, vous êtes champions, ça oui ! Mais dans le même temps, votre profusion de lois autorise le fort à écraser le faible en toute impunité. Et il le fait ! Sans honte ni remords ! Alors maintenant, imagine… L’elfe regarde les hommes et se dit, troublé : quelle étrange façon de partager les fruits de la terre ! Pourquoi celui-ci a-t-il dix fois, cent fois plus que le nécessaire, quand celui-là est démuni de tout ? Et pourquoi cet homme a-t-il privé cet autre homme de ressources ? Ce type est un dangereux malade ! Qu’attendent donc les autres pour réagir ?… Quoi ? Il a le droit de le faire ? C’est impossible, voyons ! Personne n’a le droit de priver quelqu’un de subsistance ! 
………..
Je savais bien que c’était peine perdue. Je ne peux tout bonnement pas t’expliquer la différence fondamentale entre nous, Éléonore. Chez nous, il n’y a pas d’État, pas d’argent, pas de police. Non plus que d’entreprises ou d’ouvriers. Un elfe n’entend rien à ces choses. Tout cela lui est étranger. Alors, tuer au nom d’idées aussi bizarres ! N’avoir aucun respect des choses sacrées ! Saccager la terre, salir les eaux comme un forcené qui détruirait sa propre maison ! Non, vraiment, c’est trop.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
boudiccaboudicca   02 février 2013
Chassés de leurs prairies par l'innombrable bétail de quelques riches éleveurs, les centaures des Méandres étaient de plus en plus nombreux à migrer vers la capitale. La plupart finissaient comme travailleurs de force ou portefaix sur les marchés et les chantiers. Beaucoup devenaient cento, un métier qui n'assurait pas toujours le picotin du jour. Le Panaméen n'appréciait guère ce moyen de transport. Aussi inconfortable qu'un cheval, aussi bavard qu'un homme. Tous les défauts ! Par la force des choses, le cento était devenu le taxi du pauvre. Pour une poignée de deniers, il vous emmenait n'importe où dans Panam.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
WitchbladeWitchblade   15 mai 2014
- Notre justice est peut-être expéditive, ma belle, mais nous, nous ne condamnons pas nos semblables à la misère pour mieux nous enrichir, nous ne laissons pas nos enfants mourir de faim, nous ne donnons pas dans la corruption, nous ne nous entre-tuons pas pour la terre, nous ne...
- Ça va, j'ai compris ! L'elfe est un être merveilleux, l'homme une bête immonde.
- Ça résume assez bien l'opinion de l'elfe moyen, dis-je en souriant. Reconnais que la société humaine manque singulièrement de fraternité !

(Sylvo Sylvain discutant avec son amoureuse des différences entre les elfes et les humains).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Video de Raphaël Albert (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Albert
Raphaël Albert - Les extraordinaires & fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé... .A l?occasion des Utopiales 2013 à Nantes, Raphaël Albert nous présente les deux premiers volets des extraordinaires & fantastiques aventures de Sylvo Sylvain, détective privé : « Avant le déluge » et « Rue Farfadet » publiés aux éditions Mnémos. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/albert-raphael-les-extraordinaires-fantastiques-enquetes-sylvo-sylvain-detective-prive-avant-deluge-9782354082123.html http://www.mollat.com/livres/albert-raphael-les-extraordinaires-fantastiques-enquetes-sylvo-sylvain-detective-prive-rue-farfadet-9782354082031.html Notes de musique : treasureseason, Return to Dope Mountain, Fjords ®
+ Lire la suite
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1319 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre