AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754013989
Éditeur : First (15/04/2010)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Olympia Alberti est partie sur les traces de Mère Teresa, de Rathfarnham (Irlande) à Darjeeling, en passant par Calcutta et ses bidonvilles, pour comprendre qui fut cette figure d'amour d'une grande spiritualité aussi laïque que religieuse.

Le centenaire de la naissance de Mère Teresa sera célébré en août 2010. En quoi Mère Teresa est-elle différente, si pauvre parmi les pauvres, si démunie et à la fois si étincelante?

Que sai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
brigittelascombe
  10 décembre 2012
Le royaume de sa nuit suit les traces de Mère Teresa, celle qui fut la fervente petite Albanaise Gonxha née dans une famille pieuse et aimante; celle qui devint orpheline de père,celle qui, courageuse,appelée par la foi, quitta tout pour l'Inde pour suivre le noviciat, enseigner,soigner, puis marcher "pauvre parmi les pauvres", "fragile,faible,petite" mais si forte dans son âme, pour porter l'acte d'amour et son sourire infini dans les bidonvilles de Calcutta; celle qui reçu le Prix Nobel de la paix en 1979; celle qui fut béatifiée en 2003....
Ayant interviewé dernièrement la lumineuse Olympia Alberti, sur RCF Méditerranée, au sujet de son dernier ouvrage L'or perdu de la joie, le courant est passé et nous allons début janvier approfondir ensemble dans une nouvelle émission "Une vie pour toute" le sens sacré de la joie, celui qui nimbe d'un bout à l'autre le royaume de sa nuit.
Cette biographie, suivie du journal reconstitué (comme pour L'amour dans l'âme, le journal disparu d'Etty Hillesum) est très fouillée et brosse un beau portrait de "la soeur des bidonvilles" qui s'est "mise au service de Dieu, d'un être à la densité rare, d'une missionnaire à la bonté bienveillante capable d'introspection lors de ses découragements. Des anecdotes rendent vivante cette soeur, courageuse, obstinée sûre de sa vocation, éduquant,enseignant,soignant,apaisant,accompagnant dans la mort,se donnant sans compter...faisant fit des reproches et des rumeurs et continuant à sourire malgré tout.
Le côté romancé ne m'a pas gênée,car dotée d'empathie, Olympia Alberti (la poète créative) a essayé d'imaginer à travers mots (véridiques) ce qu'est le chemin de vie d'une sainte et par quel élan le royaume de sa nuit a rejoint le divin.
Le royaume de sa vie, s'inscrit sur une page d'histoire: l'indépendance de l'Inde et les luttes pour y parvenir, d'ailleurs le Mahatma Gandhi fut un modèle pour celle qui prônait la liberté et la fraternité.
J'ai trouvé également intéressant de connaître les figures mystiques qu'admirait Mère Teresa: Charles de Foucault "l'ermite du Sahara" (autoritaire et orgueilleux qui a approché les plus humbles), Sainte Thérèse d'Avilla (assoiffée d'absolu) qui elle aussi a connu "l'extase mystique", Sainte Thérèse de Lisieux, qui elle aussi se culpabilisait de son sentiment d'abandon et voulait tout donner, Saint François d'Assise, qui lui aussi a renoncé au paraître et à l'argent.
Accompagné de photos de l'auteur, qui, passionnée de spiritualité et de mysticisme, s'est rendue en Inde pour offrir au lecteur ce témoignage enrichissant, le royaume de sa nuit vaut le détour. Il est une belle leçon de vie, une vie où la foi parfois difficile à vivre s'est tournée vers Dieu avec confiance pour s'offrir aux autres.
On ne peut qu'admirer avec humilité un tel parcours!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
MarieMay
  14 juin 2010
Lorsque j'ai décidé de participer à l'opération Masse critique, j'avais deux objectifs :
. le premier, de l'ordre du (petit) fantasme : recevoir un bouquin d'une maison d'édition pour le commenter
. le second, me tester sur la lecture et la critique obligatoires en temps limité, ce que je ne e sentais pas vraiment capable de faire. En fait si.
J'ai choisi une biographie, parce que j'adore les bio et que je n'en lis pas tant que j'aimerais. Celle-ci propose de découvrir l'histoire de mère Teresa, une sacrée femme, un personnage du siècle, quelqu'un dont j'ai beaucoup entendu parler petite, mais dont finalement je ne sais pas tant de choses.
Sauf que.
Sauf que dès les premières pages, j'ai été agacée par le style "mystique" de l'auteur.
Renseignements pris, Olympia Alberti est décrite comme une passionnée de mystique et de l'Inde. Indéniablement, sa connaissance de l'Inde est très appréciable et apporte beaucoup.
Le style mystique, en revanche, ne me semble pas indispensable mais vu le personnage dont il est question, pourquoi pas, on dira que le lectorat peut facilement verser dedans.
Passé la barrière du style, c'est donc de l'enfance que traite en premier lieu ce livre. le foyer de mère Teresa était empli d'amour, je le sais parce que l'auteur répète le mot toutes les trois lignes.
Vient ensuite le temps de la vocation, celui de son entrée dans les ordres, le temps de l'appel de Jésus. Puis un échange de courriers qui visent à nous faire comprendre la difficulté que Mère Teresa a eu à convaincre ses supérieurs de la laisser sortir du couvent. Fallait-il nous imposer toute la pénibilité de ces échanges et leur longueur dans le temps pour nous la faire comprendre ?
Enfin, un passage, extrait du journal de Mère Teresa, la donne véritablement à voir. Nous dit ce qu'elle vit concrètement. Et c'est ce que j'attendais de ce livre : savoir ce qu'elle a dû surmonter, de quoi était faite sa vie au quotidien. Or le propos du livre porte beaucoup plus sur la "nuit de la foi" de Mère Teresa, ce moment où elle a senti en elle que Jésus l'avait abandonné, et qui a duré des années.
Le titre était clair sur ce fait, moins le sous-titre "Récit d'une vie", qui porte à croire qu'il nous livrera une vision complète de sa vie. Or l'auteur bâcle littéralement les dernières années de Mère Teresa. Vous saviez, vous, qu'elle avait agit pour les malades du sida aux États-Unis ? Moi non, et j'aurais voulu en savoir plus. Mais toutes ses dernières actions sont énumérées en fin d'ouvrage, donnant l'impression qu'elles ne représentent qu'une part marginale de sa vie, et je trouve que cela crée un déséquilibre réel sur l'ensemble du bouquin.
Voilà pour la critique.
Pour ce qui ressort en revanche de l'esprit général de cette biographie, j'avoue que j'ai été touchée par cette "nuit", par ce courage que l'auteur nous donne à lire, en dépit d'une foi vacillante, d'une quête de Jésus inassouvie. Pour le coup, l'écriture mystique donne une certaine force, même si point trop n'en faut: à de nombreuses reprises, j'ai trouvé que l'auteur se faisait plaisir en partant dans des considérations un peu trop redondantes alors qu'on a compris de quoi il retournait depuis belle lurette. Mais reconnaissons-lui ça, elle y arrive. Elle parvient à faire passer cet espoir incroyable que portait Mère Teresa alors même qu'elle n'avait plus qu'elle sur qui compter. Comme cela est décrit dans le livre, cette "nuit de la foi" est "classique" chez les grands mystiques, un peu comme si Jésus leur donnait une conviction incroyable au départ, pour les porter, et qu'il les laissait ensuite continuer à croire et à oeuvrer, mais sans plus jamais se montrer à eux.
En conclusion, j'ai bien aimé cette lecture, malgré ces quelques travers qui alourdissent le propos. Je suis assez tentée de me pencher sur l'ouvrage autobiographique cité plusieurs fois : "Viens, sois ma lumière".
Voici donc une lecture à recommander aux plus spirituels d'entre nous, ou à ceux qui voudraient avoir un aperçu parlant de ce que peut signifier "avoir la foi" et vivre d'amour.

Lien : http://mayiii.blogspot.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fleur
  07 juillet 2010
Le centième anniversaire de sa naissance au mois d'août prochain, sera l'occasion de se plonger ou se replonger dans les traces remarquables de cette femme très humble, qui a su donner sa vie aux pauvres.
A travers cette biographie, Olympia Alberti a voulu comprendre et faire partager à ses lecteurs, qui fut cette grande figure du vingtième siècle: "pour comprendre, pour apprendre, pour aimer" dit-elle.
Elle retrace ainsi le parcours et les doutes de celle qui s'est faite pauvre parmi les pauvres.
J'ai appris beaucoup sur cette femme exceptionnelle que nous connaissons bien sûr tous de nom.
J'ai apprécié découvrir l'Inde tout au long de son histoire. Une Inde certes meurtrie par les conflits lors de l'indépendance et la mort de Gandhi, une Inde pauvre mais une Inde tout de même belle, qui sait se satisfaire de peu pour son bonheur.
La seule chose que je reprocherai à cette biographie, ce n'est pas tant le fait que l'écriture soit romancée mais c'est surtout le style souvent très répétitif de l'auteur. J'aurai aimé qu'il y ait moins de redondances et que la fin de sa vie soit davantage développée car j'ai trouvé pour le coup celle-ci beaucoup trop rapide! C'est dommage car ce récit aurait pu être vraiment très bien...
Il faut souligner également que l'écriture d'Olympia Alberti est aussi bercée par le mystique. Ce qui peut sans doute parfois laisser de marbre certaines personnes qui ne seraient pas enclin à la religion catholique.
Néanmoins c'est un beau récit. Mere Teresa devrait être un modèle pour nous tous!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
edelwe
  23 juin 2010
Un livre très intéressant, malgré un style parfois un peu agaçant. Agaçant par sa lourdeur, ses répétitions. Alors que certains passages, certaines phrases sont magnifiques. A vous mettre les larmes aux yeux.
De Mère Teresa, je ne connaissais pas grand chose. Son aide aux lépreux. Sa bonté pour les pauvres. Son courage exemplaire. C'est avec plaisir que j'ai découvert son enfance, son arrivée en Inde et sa vocation. Son lien avec Dieu. Et c'est avec admiration que j'ai découvert sa ténacité, son abnégation lors de sa nuit intérieure. Alors qu'elle ne ressentait plus la présence de Dieu (même si elle a toujours gardé la foi), elle a toujours continué. Gardé le sourire malgré sa terrible souffrance.
Alors, oui, le style d'Olympia Alberti est parfois énervant, mais on sort de ce livre tout remué. J'en ai encore les larmes aux yeux. Quelle vie! Quelle courage! Que d'amour pour l'espèce humaine.
Même pour ceux qui ne croit pas en Dieu, ce livre me paraît passionnant. Passionnant parce qu'on découvre un autre visage de l'Inde. Un autre visage qui donne envie de mieux connaître ce pays. Passionnant parce qu'avant d'être une religieuse, Mère Teresa est un être qui a placé toute sa confiance dans l'Amour. Une femme qui a voulu redonner une place à ceux qui souffre. Un être vivant tel qu'on en voit peu et dont on a tant besoin. Besoin pour que le monde soit moins laid.
J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre mais je ne regrette pas ma lecture. Je n'ai qu'une envie : en savoir plus sur cette femme d'exception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   10 décembre 2012
Ne vous laissez jamais décourager par l'échec,si vous avez fait de votre mieux.

Mère Teresa
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombebrigittelascombe   10 décembre 2012
Ne cherchez pas Dieu dans les pays lointains;Il n'est pas là.Il est près de vous,Il est en vous.

Mère Térésa
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   10 décembre 2012
Le pire malheur est le manque d'amour et de charité,la terrible indifférence avec son voisin.

Mère Térésa
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   10 décembre 2012
Savoir se réjouir en toute occasion,c'est déjà aimer.Vous me comprenez?

Mère Térésa
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   10 décembre 2012
La mesure d'aimer, c'est d'aimer sans mesure.

Saint Augustin
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Olympia Alberti (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olympia Alberti
Le désir de l'ange - Olympia Alberti - Entretien auteur 1/3 : l'intrigue du roman .Olympia Alberti, auteur du "Désir de l'ange" nous raconte l'intrigue de son dernier roman. L'ouvrage "Quand l?amour s?empare de ceux qui n?auraient jamais dû s?aimer? Un roman de l?intimité, de la recherche intérieure et de l?épreuve." Mus, un jeune Marocain, émigre en Nouvelle-Calédonie avec deux amis pour ouvrir un restaurant. L?amour guide sa vie, mais il ne peut être comblé : celui qu?il aime, Ralph, un juif passionné de lecture qui vit à Paris, n?éprouve pour lui qu?une forte amitié. Jour après jour, Mus lui écrit des lettres, déposant sur le papier son amour qui le consume. À Nouméa, il fait la rencontre de Varé, jeune pêcheur canaque, les corps s?embrasent mais le coeur ne suit pas? C?est une grâce que les amours contrariées et difficiles aient beaucoup à nous apprendre sur nous-mêmes, dans un monde où le sentiment suprême se brade dans la facilité, le refus de l?effort et tourne le dos à la somptueuse philosophie de Rilke : « Qu?une chose soit diffi cile doit nous être une raison de plus de nous y tenir. Il est bon aussi d?aimer, car l?amour est difficile. » Ce roman épistolaire est celui de l?intimité et de la recherche intérieure, de l?épreuve et de la profondeur que développe en nous tout amour véritable. L'auteur Olympia Alberti, qui vit à Nice, a publié plus d?une trentaine d?ouvrages (romans, poèmes, nouvelles, essais, biographies...). Elle a reçu un prix de l?Académie française pour l?ensemble de son oeuvre poétique, le prix Thyde Monnier de la SGDL pour Rilke, sans domicile fixe, et le prix Émile Faguet de l?Académie française pour Giono, le grand western. Parmi ses derniers ouvrages, citons Le royaume de sa nuit. Mère Teresa, le récit d?une vie (2010), L?Amour dans l?âme, le journal disparu d?Etty Hillesum (2011), L?Or perdu de la joie (2012) et Les Mots de tous les jours (Le Passeur, 2013). Pour en savoir plus : http://www.le-passeur-editeur.com/les-livres/littérature/le-désir de-de-l-ange/ A savoir : Olympia Alberti est également l'auteur du recueil de poèmes "Divines empreintes" : http://www.le-passeur-editeur.com/les-livres/litt%C3%A9rature/divines-empreintes/
+ Lire la suite
>Religion>Histoire et géographie de l'église>Les ordres religieux dans l'histoire de l'Eglise (94)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le surnom des écrivains

Quel écrivain surnommait-on «pique la lune» lorsqu’il était petit ?

Guillaume Apollinaire
Antoine de Saint-Exupéry
Jules Verne

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature françaiseCréer un quiz sur ce livre