AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782709666169
300 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (18/03/2020)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Mai 2019. César Orsoni, dit l’Empereur, le « dernier parrain corse », meurt d’une piqûre d’abeille dans sa propriété de Campanella. C’est une mort inattendue pour un tel homme.
Un ancien policier devenu détective, « sans bureau ni diplôme », est chargé par un ancien militant nationaliste de retrouver la trace de Baptiste Maestracci, son oncle, un vieillard disparu de son village de haute montagne. D’ordinaire, le « privé » clandestin accepte une affaire de t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Cancie
  27 juin 2020
Le polar débute en mai 2019, avec la mort du dernier Parrain Corse Cesar Orsini, 74 ans, qualifié de Bonaparte du crime par un journaliste et qui avait étendu son empire aux dimensions du planisphère.
Notre narrateur, ex-flic, devenu détective privé, alcoolique, inconsolable depuis le départ de sa femme 5 ans plus tôt sans explication, vivotant sur de piètres enquêtes tout en ayant du flair et en étant très perspicace, est appelé à l'aide par son ami Fabien, ex militant-nationaliste, l'oncle de celui-ci Baptiste Maestracci, vivant dans un village de montagne en Corse, octogénaire, un peu simplet ayant disparu dans la nature.
Notre enquêteur va faire une découverte pour le moins surprenante. Dans le palazzu, proche de la maison de Baptiste où les chiens policiers ont perdu sa trace, il va tomber sur un cadavre momifié qui pourrait bien être là, d'après le toubib depuis une bonne quinzaine d'années. Il s'agit d'un italien, crâne fracassé, mains liées dans le dos.
Nous voilà donc partis avec lui dans sa vieille Saxo brinquebalante à sillonner la Corse, pour tenter de remonter le temps et trouver les assassins. L'enquête nous conduira même en Italie.
Ce ne sera pas une visite touristique à proprement parler puisque l'auteur va plutôt nous faire découvrir l'envers du décor de ces trente dernières années avec le nationalisme corse et ses militants qui ont défrayé les chroniques, réclamant l'indépendance de l'île, les manipulations politiques des gouvernements qui pouvaient aussi bien les poursuivre que les aider, les jalousies, les trahisons, les compromissions, la corruption, et aussi les liens avec les Brigades Rouges d'Italie qu'Antoine Albertini fait même revivre avec un gang de justicières très remonté et très performant.
Comme vous l'aurez compris, on est loin des images de cartes postales, bien que l'on soit, du moins pour ceux qui aiment la nature et l'isolement, conquis et happés par ces magnifiques paysages sauvages à l'écart des métropoles ainsi que par ces bâtisses en pierres ayant défié le temps. Gros contraste bien mis en évidence avec les villes où la puanteur règne due à une situation qu'on peut qualifier de pourrie, les décharges étant saturées. La puanteur est en quelque sorte le fil rouge de ce livre.
J'ai beaucoup apprécié ce personnage détective, ce anti-héros, à la fois désabusé, déprimé, écorché, qui n'a plus grand chose à perdre, mais qui est néanmoins lucide et réaliste, coriace, parfois cynique et qui résiste et ne manque pas de sensibilité. L'humour et l'autodérision le qualifient aussi très bien.
Action et états d'âme alliés à un suspense maintenu jusqu'au bout permettent de savourer pleinement ce roman noir, parfois glaçant, tout en approfondissant la connaissance de ces combats menés par les corses pour leur identité.
C'est, néanmoins un tableau un peu désenchanté de la Corse que nous peint Antoine Albertini, avec toutefois une petite lueur d'espoir apportée par Fred, en fin d'ouvrage, Fred, copain du narrateur et personnage très touchant.
À noter que quelques mots ou phrases en corse aussitôt traduits crédibilisent encore davantage le récit.
Je remercie Lecteurs.com qui, dans le cadre des Explorateurs
Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1002
Annette55
  10 juillet 2020
«  Un cadavre de plus ou de moins: qu'est- ce que ça pouvait bien leur
faire? » .
——«  Et c'est aussi simple que ça ? Tuer et passer à autre chose » ?...
Deux extraits de ce polar noir et sombre à l'humour cynique, que j'ai vraiment apprécié .
Dans un village de montagne , le 6 mai 2019 disparaît , piqué par une abeille le Dernier Parrain Corse , César Orsini dit l'Empereur ..
De sa «  vie autrefois mouvementée » , le lecteur de Corsica - Matin n'apprenait rien , sinon un article truffé d'approximatives formules ...
Dans ce contexte , un ex- flic porté sur la boisson , le désespoir fiché au coeur, en quête de son grand amour perdu, est chargé de retrouver la trace de Baptiste Maestracci, un vieillard disparu de son village de montagne, sur les hauteurs de Bastia..
De découvertes spectaculaires en cadavres oubliés : mystérieuse demeure inhabitée ,plages de la côte Sarde, cimetière de Bologne , ruelles de Bastia l'auteur nous plonge dans les dérives de filles de bonne famille vers le terrorisme d'extrême gauche , au coeur de la mouvance nationaliste, brigades rouges , exécutions, activistes italiens, caïds, trafics , femmes faussement naïves , froides , vengeresses , jusqu' aux boutistes , gueules locales , secrets corses, haines et mensonges, intimidations et menaces , fanatiques , commandos ,histoires de flingues et de came , descriptions fameuses, coulisses et ombres menaçantes, héros en quête de vérité, trucage de marchés publics , flics et gendarmes doublés et dépassés , nationalistes au pouvoir, anciens barbouzes prêts à tout pour solder leurs comptes, passé qui ne passe décidément pas, loin ,très loin de la Corse carte postale naïve , gorgée de soleil , que j'ai visitée ....
Un polar passionnant : phrases amples,, construction parfaitement maîtrisée, haletant , aux multiples rebondissements , aux personnages hauts en couleurs .
L'intrigue est riche, prenante, la narration soignée.
Je me suis un peu perdue à cause de la multitude des personnages , l'histoire et la ramification entre eux , mais je ne regrette pas ma lecture.
Il faut sans doute lire le premier roman de l'auteur : Malamorte ., avant .
Dernière Phrase : «  le ciel était clair et tranquille, un temps à me faire éclater le coeur » .
L'auteur est correspondant du Monde en Corse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
JIEMDE
  28 mai 2020
La disparition d'un vieillard dans un village de montagne sur les hauteurs de Bastia ; un ex-flic alcoolo chargé d'enquêter ; un cadavre revenu du passé… Départ assez classique de polar mais rassurez-vous avec Antoine Albertini, ça accélère fissa !
Car si le temps des nuits bleues, des guérillas nationalistes, des tractations avec l'état français, des flics et gendarmes aveugles ou dépassés, des trucages de marchés publics et autres vendettas avec les parrains bolognais est bien révolu, les comptes du passé sont loin d'être soldés et notre privé va rapidement se retrouver piégé dans d'inextricables enjeux croisés. L'époque a changé, mais pas encore pour tout le monde.
Rythmé et porté par un solide fond documentaire sur les trente dernières années de la petite et la grande histoire corse, Banditi est un polar noir efficace et réussi, qui évite les effets de manche pour laisser la part belle aux personnages : privé récurrent à l'impossible deuil amoureux, parrain vieillissant limite attendrissant, femmes fières et vengeresses, gueules locales criantes de réalisme, l'exercice est réussi haut la main !
Mais le véritable héros du livre, c'est la Corse, et Banditi est bien plus qu'un polar : c'est un grand roman d'amour… dans lequel Albertini n'a de cesse que de déclarer sa flamme à son île ! Car s'il y a bien comme un vent bizarre qui souffle sur la Corse, c'est un vent où se mélangent fiertés nostalgiques et velléités de renouveau, un vent qui transporte les effluves nauséabondes d'une grève d'éboueurs aux intentions trop évidentes, un vent qui tente de chasser les espérances si souvent déçues, mais un vent qui persiste à ramener sur l'île l'espoir de lendemains apaisés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
DianeRocch
  01 avril 2020
Une histoire haletante comme une quête de soi et qui réserve des surprises de page en page. Dans ce nouveau roman noir d'Antoine Albertini, on retrouve notre flic, anti-héros par excellence, à Bastia. Depuis Malamorte, il a parcouru du chemin et a quitté les rangs de la police pour se mettre à son compte – privé comme on dit. Ce boulot est pour lui alimentaire, enfin plutôt pour combler sa soif de boisson, repenser à son amour perdu et questionner son âme pour comprendre comment il en est arrivé là.
Un looser, en somme, terriblement attachant, obstiné et qui fait preuve de détermination et de courage lorsqu'une affaire aux mille têtes lui tombe dessus.
Difficile à résumer tant toute l'histoire du début à la fin est imbriquée, tout commence avec la mort accidentelle de César Orsini – dernier parrain corse appelé l'Empereur, puis son ami Baptiste Maestracci, un ancien militant nationaliste s'inquiète de la disparition de son oncle, cette recherche va mener notre ancien flic sur des pistes aux multiples détours, le militantisme féminin, la vengeance, des cadavres passés qui émergent laissant poindre une histoire que nombreux veulent garder secrète.
Antoine Albertini a ce talent rare de nous entraîner dans une mosaïque humaine au travers de paysages insulaires époustouflants, le maquis, le village, l'ambiance pesante de la ville, et les personnalités de personnages authentiques, le tout dans une actualité de crise des déchets, corruption et manipulations gouvernementales.
Une quête de vérité qui a son prix, rien n'est attendu et lorsqu'on débusque des secrets, on ne sait jamais à quoi s'attendre.
Ce livre est magistral, une véritable prouesse et une exploration de l'île de beauté par les coulisses, ce qu'on ne voit pas et pourtant qui sous-tend les relations et n'est parfois qu'à un cheveu d'éclater.
J'ai adoré ce livre, plein de suspens et je n'ai pas pu décrocher tant l'écriture est prenante et qu'on se prend à incarner le rôle de détective pour résoudre cette enquête réjouissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Sylvie71
  02 mai 2020
J'ai rencontré Antoine Albertini à l'édition Quai du Polar 2019 à Lyon. Auteur très sympathique 😊, qui m'a donné envie de découvrir ses romans. J'ai commencé avec « Malamorte », que j'avais beaucoup aimé et je dois dire que j'étais impatiente de lire la suite.
L'histoire débute par la mort du dernier parrain corse : César Orsini dit l'Empereur. En tant que lecteur nous voilà mis dans l'ambiance.
Nous retrouvons notre enquêteur sans nom, qui après avoir démissionné du Bureau des Homicides Simples est devenu enquêteur privé (pas de manière tout à fait légal). Il est complètement perdu dans sa vie. Il ne pense qu'à boire, et n'accepte les missions que pour se payer ses bouteilles. C'est pour moi l'anti-héros. Malgré ses défauts, et même si j'ai eu envie de lui botter les fesses, je l'ai apprécié. Il est contacté par un ancien ami nationaliste pour retrouver la trace de son oncle disparu.
Notre enquêteur a l'art et la manière de se retrouver dans des situations complexes avec des morts partout. Eh oui ils ont la gâchette facile en Corse.
L'auteur nous emmène en Corse, mais pas pour faire du tourisme. On voyage beaucoup dans ce roman, à travers les paysages magnifiques de la Corse, l'auteur nous emmène dans les coulisses où la corruption, la manipulation, la loi du silence sont les maîtres, sans oublier la place des femmes dans a société.
Malgré beaucoup d'humour, l'auteur nous dresse un roman noir et sombre.
J'ai retrouvé cet humour et ce style d'écriture qui m'avait beaucoup plu lors du précédent roman, mais je ne suis perdue un peu dans l'histoire avec la multitude des personnages et de leur ramification entre eux. le suspense est là et les rebondissements aussi mais cette multitude personnages m'a rendu ma lecture un peu pénible, et du coup j'ai eu du mal à comprendre l'intrigue. Mais attention cela peut plaire à d'autres lecteurs.
C'est un auteur et un roman que je conseille aux amateurs du genre, car nous sortons des sentiers battus, des situations habituelles tout en ayant les codes des romans policiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
CancieCancie   30 juin 2020
Des coups de billard à trois bandes, des noms qui n'étaient pas toujours les bons, des petites mains du trafic jetées en taule et les caïds qui s'en sortaient souvent. Derrière chaque histoire de flingues et de came, derrière chaque assassinat et chaque trafic se dissimulaient des mobiles planqués sous d'autres mobiles, des prête-noms, des secrets et des pièges que couvrait une couche épaisse de rancœurs et de haines, de manœuvres, de silences et de rumeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
CancieCancie   29 juin 2020
À trois heures du matin, de retour dans mon grand appartement aussi vide que mon paquet de clopes et, plus grave, que mon frigidaire, j'en avais été quitte pour me rabattre sur le bizarre, ma réserve de secours en cas de coup dur. J'ouvris un placard et choisis, parmi les excentricités accumulées au cours des années, une petite drôlerie d'alcool de pêche distillé par Annonciade, une ancienne catéchiste reconvertie dans la gnôle de contrebande auprès de laquelle je me fournissais en breuvages exotiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
CancieCancie   28 juin 2020
- le fils de ma sœur. Un champion. Dernier de la classe de la maternelle à la Terminale. Même mes excellentes relations avec le recteur ont été inutiles pour lui obtenir le bac : beaucoup trop con. Après avoir quitté l'école, il est tombé deux fois pour coups et blessures, dont la première à vingt et un ans pour avoir tabassé un handicapé moteur qui lui aurait refusé la priorité en fauteuil roulant. Sa mère est venue me supplier à genoux. J'ai fait rentrer ce petit con au service de la voirie il y a trois ans. Depuis, son responsable a dû le croiser six fois, dont cinq à la machine à café du rez-de-chaussée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
CancieCancie   29 juin 2020
Il avait fallu moins d'une heure pour voir la petite route déserte s'animer. Le premier à arriver sur place avait été le maire du village, poussé par l'instinct propre à cette espèce particulière de mammifère à écharpe tricolore qui leur permet de détecter le moindre intrus sur le territoire de leur commune à des kilomètres à la ronde.
Commenter  J’apprécie          240
Annette55Annette55   08 juillet 2020
«  La vérité est ailleurs. Pendant des années, l’Etat avait promis: plus de plasticages et on pourrait voir venir.
On avait vu.
La Région croulait sous les déchets, le crime organisé n’avait jamais été aussi puissant et un habitant sur cinq vivait sous le seuil de pauvreté .
Sur cette île, le simple fait de garder les yeux ouverts revenait à accepter le désenchantement comme un prix à payer pour pouvoir simplement respirer » ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Antoine Albertini (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Albertini
Podcast Parole d'écrivain - Saison 1, épisode 3
Dans cet épisode, on parle Corse, Légion Etrangère et Emile Zola. A priori, aucun lien... Et pourtant. Parole d'écrivain, troisième épisode, avec Antoine Albertini, auteur de « Banditi », chez JC Lattès. Par Sarah Masson ("Le Silence après nous"). Bonne écoute !
Merci à Grande pour le générique. Musique : A Filetta, « Sumiglia »
Retrouvez tous les épisodes du podcast dans la playlist https://www.youtube.com/playlist?list=PLsZ5K2QrWs21gOx_4qWZ3mmc_aUcIyMgx. Et découvrez pleins d'autres vidéos sur notre chaîne : https://www.youtube.com/channel/UCtoSXuhVnGTNI3wPUlSMTUg
+ Lire la suite
autres livres classés : Corse (France)Voir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1982 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre