AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246778011
352 pages
Éditeur : Grasset (06/03/2013)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Santa Lucia, Cap Corse, 8 août 1988. Au fond d'un caveau familial, le corps décapité d'une femme est retrouvé. Très vite, le major Serrier, surnommé « L'Enquêteur numéro un » au sein de la Brigade de recherches, retrouve son identité ; il s'agit de Gabrielle Nicolet, disparue en août 1979 alors qu'elle se trouvait en vacances en Corse avec son fils de huit ans. Que leur est-il arrivé ? Pourquoi, après avoir massacré le corps de cette jeune femme, l'assassin lui a-t-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
araucaria
  06 mai 2016
Ce roman est basé sur des faits réels qui restent tristement célèbres en Corse. L'auteur, Antoine Albertini, offre ici une enquête très rigoureuse concernant cette affaire qui est maintenant classée. Les noms des protagonistes ont été modifiés, le roman n'en est pas vraiment un, mais plus un récit, qui fait frissonner d'horreur, donne des sueurs froides et fait pénétrer le lecteur dans un monde bien glauque. Certains fonctionnaires de gendarmerie et de justice, qui ont bâclé leur travail ou tout fait pour étouffer cette affaire n'en sortent pas grandis. le lecteurs peut espérer que ces derniers n'auront pas obtenu d'avancement, mais on peut en douter, car les fonctionnaires qui ne font pas de vagues sont généralement très bien notés. Reste cette affaire criminelle qui reste impunie, qui n'a pas révélée tous ses mystères, zones d'ombre, et qui la dernière page refermée laisse le lecteur face à un énorme sentiment de malaise et de gâchis. Des personnes ont été volontairement protégées, par des personnages hauts placés pas regardants sur la vertu et l'honnêteté, et sont partis vivre au calme et dans le luxe, avec une virginité retrouvée, loin de leur crime. le silence obstiné des villageois où s'est déroulé le drame, a concouru aussi à leur offrir l'impunité et à ne pas trop entacher leur "respectabilité".
Un excellent livre. A découvrir. Un travail fouillé et de très grande qualité du journaliste Antoine Albertini.
Après cette lecture j'ai à la fois une impression de dégoût, et ressens un sentiment d'injustice... dégoût contre les assassins restés impunis, contre l'administration aveugle ou pire qui a coopéré, le pouvoir qui avait d'autres chats à fouetter... et sentiment d'injustice vis à vis du chef de recherche de gendarmerie de l'époque, mis au placard par sa hiérarchie pour avoir voulu trop consciencieusement faire son travail.
Rien que pour cet homme, il faut espérer qu'un jour une conscience s'éveillera, et qu'un citoyen mutique jusqu'à présent délivrera enfin la clé du mystère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340


critiques presse (2)
Lexpress   16 juillet 2013
Cap Corse, 1988. Le corps momifié et décapité d'une femme disparue en 1979 est découvert. La dernière enquête palpitante d'Antoine Albertini.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   29 avril 2013
Un roman double, voire triple, qui convoque trois personnages : Gabrielle Nicolet, le major Serrier et un anonyme qu’on suppose être Albertini lui-même, qu’on distingue des deux autres car il pense en italique. Ce mélange donne au roman une profondeur narrative élégante.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   05 mai 2016
Quand un gendarme de la brigade de Porto-Vecchio a entendu parler de l'affaire de Santa-Lucia dans la presse, il a décroché son combiné pour passer un coup de fil à Serrier. C'est un vieux de la vieille, en poste en Corse depuis dix-huit ans. Il s'y est marié, y a fait souche. Il connaît tout le monde et parle même un peu la langue. Serrier l'a croisé à deux ou trois reprises au cours de ses déplacements dans le sud de l'île et il a apprécié l'aisance de ce collègue débonnaire. D'ordinaire, les gendarmes ne cherchent pas à s'éterniser, même si servir en Corse permet de percevoir une double annuité, comme en campagne, comme en temps de guerre, comme autrefois dans les colonies. Celui-ci, à la différence notable de beaucoup de collègues, paraissait à l'aise, serrait des mains à qui mieux mieux, aux vieux pêcheurs, aux patrons de bar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
araucariaaraucaria   03 mai 2016
L'après-midi du 7 août 1988, le vieux Pierre-Ange Cristofari, doyen de San Ghjacintu, un minuscule hameau perché sur les hauteurs de Santa-Lucia, dans le Cap Corse, convoqua ses trois enfants autour de son lit d'agonie. Le fils et les deux filles Christofari savaient proche la fin de leur père, aussi quittèrent-ils leurs occupations pour emprunter la route du petit village où ils avaient grandi.
Commenter  J’apprécie          190
rkhettaouirkhettaoui   09 mai 2018
Depuis cet été, celui de mes treize ans, l’histoire du corps décapité de Santa-Lucia est restée tapie dans un recoin de ma mémoire. A intervalles réguliers, je l’oubliais puis la redécouvrais. Je n’en savais guère plus que ce que la presse en vait dit à l’époque : une femme disparue et retrouvée neuf ans plus tard à la faveur d’une coïncidence d’épouvante. Et puis, un jour du printemps 2007, elle est brutalement remontée à la surface de ma conscience. Elle m’a happé. M’a dévoré d’angoisse. A l’époque, mon existence suivait une courbe déclinante, brisée en plusieurs endroits par une certaine malchance et par mon entêtement à ne jamais regarder la réalité en face, à toujours me réfugier dans un fantasme de vie inatteignable. Ma carrière, jadis prometteuse, de journaliste, s’est vite réduite à une suite d’articles insignifiants, des reportages sur les centenaires aux quelques papiers consacrés à la politique locale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 mai 2018
Mon père était un continent inexploré, une contrée secrète et hostile hérissée de barbelés. Tout le monde avait son avis sur lui, saisi au hasard d’une conversation. Il n’était pas tout à fait un notable, pas tout à fait une figure de la vie locale mais cependant assez connu en ville pour que son existence suscite des commentaires – bons ou mauvais, parfois entre les deux. Mon père ne se livrait jamais, il ordonnait simplement et attendait que ses commandements soient accomplis. Il était mon dieu et je lui étais soumis, réduit au statut de victime que je combats encore aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 mai 2018
Mécaniquement, c’est simple : plus la victime paniquait, plus les hémorragies internes se diffusaient, plus le cœur pulsait pour compenser en essayant d’irriguer les organes vitaux. Il a dû se mettre à pomper de plus en plus frénétiquement. La pulpe de sang a migré à travers le réseau vasculaire et a obstrué les cavités des organes internes. Rien n’est certain mais il est possible d’envisager l’embolie graisseuse comme l’un des facteurs létaux privilégiés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Antoine Albertini (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Albertini
Podcast Parole d'écrivain - Saison 1, épisode 3
Dans cet épisode, on parle Corse, Légion Etrangère et Emile Zola. A priori, aucun lien... Et pourtant. Parole d'écrivain, troisième épisode, avec Antoine Albertini, auteur de « Banditi », chez JC Lattès. Par Sarah Masson ("Le Silence après nous"). Bonne écoute !
Merci à Grande pour le générique. Musique : A Filetta, « Sumiglia »
Retrouvez tous les épisodes du podcast dans la playlist https://www.youtube.com/playlist?list=PLsZ5K2QrWs21gOx_4qWZ3mmc_aUcIyMgx. Et découvrez pleins d'autres vidéos sur notre chaîne : https://www.youtube.com/channel/UCtoSXuhVnGTNI3wPUlSMTUg
+ Lire la suite
autres livres classés : Corse (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1975 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre