AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marianne Alcuforado (Traducteur)
EAN : 9782266152990
249 pages
Éditeur : Pocket (01/10/2009)

Note moyenne : 2.1/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Véritable phénomène sur Internet, le blog de Zizi se devait de passer sur papier. Devenu culte au Portugal, ce journal d'humeurs, résolument osé, se lit comme un roman. Le pseudonyme a fait couler beaucoup d'encre : homme, femme, sommité littéraire? Peu importe. L'anonymat permet tous les fantasmes. Ici, jeux sensuels, comptes rendus torrides, aphorismes crapules, érudition gaillarde s'acoquinent à loisir, jour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Luniver
  09 janvier 2013
Je ne sais pas ce que vous évoque la couverture, mais moi j'imaginais de la sensualité, de la passion. Aussi quand on apprend que ce récit est en fait la compilation d'une série d'articles publiés sur un blog à succès portugais, on ne peut qu'être surpris. Puis viennent les deux préfaces qui hurlent au génie. On en fait trop : la méfiance est de mise.
La première impression était mauvaise : vulgaire, macho, homophobe, l'auteur n'a pas grand chose pour se faire aimer. Puis petit à petit, on s'y fait et on s'habitue au personnage, qui ne s'intéresse qu'au sexe, et qualifie de « pédés » tous les hommes qui n'y pensent pas jour et nuit, c'est-à-dire tout le monde sauf lui (et encore, pas toujours : écrire un blog, c'est une activité de tapette). Une fois le style assimilé, la lecture devient plaisante : l'auteur ose tout, et aborde tous les sujets, des plus répugnants aux pastiches de poésie et d'histoire.
Et puis l'ennui arrive. La transposition d'un média à un autre ne se fait jamais sans mal. le rythme de diffusion du blog était de trois, quatre pages par jour. On peut être impertinent et drôle pendant quatre pages, mais impossible de l'être pendant 250 pages, en utilisant systématiquement les mêmes ressorts. À noter aussi les nombreuses références à la culture portugaise, qui doivent faire la joie des connaisseurs, ont tendance à perdre le lecteur non initié.
La meilleure manière de lire ces textes serait sans doute de garder le rythme du blog, et de picorer quelques pages tous les jours. Si on arrive à passer outre à la vulgarité des propos, ces petits récits amuseront beaucoup. Mais de là à parler de « chef-d'oeuvre », de « livre culte » ou de qualifier l'auteur de « Voltaire de l'érotisme »... il ne faudrait quand même pas exagérer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Davalian
  05 janvier 2015
Il aura fallu pas de moins deux challenges (ABC Critiques 2014-2015, pour la lettre X et Petits plaisirs) pour arriver au terme de cette lecture. Victime de la quatrième de couverture, je vais faire mon possible pour vous éviter de tomber dans le panneau. Ici tout est mauvais… tout ! Fuyez, allez voir ailleurs… vite ! S'il vous plait, ne perdez pas de temps pas ici !
Déjà le titre est fort mal choisi… pour être plus révélateur il aurait pu être composé de la sorte : Les élucubrations lubriques, aussi insipides qu'inintéressantes d'un obsédé sexuel misogyne, homophobe et doté d'un égo démesuré. Assurément, tout cela colle bien mieux au texte que l'idée d'un journal écrit par une main talentueuse. Il s'agit là d'un tissu de propos incohérents qui peuvent faire sourire. Certains passages sont amusants, il faut bien le reconnaître, mais ils sont généralement brefs et bien peu nombreux. le style est vulgaire, lourdingue au possible et inintéressant. Nous sommes bien loin d'un génie de l'écriture tel qu'annoncé par l'éditeur.
Le texte n'est qu'une compilation, déjà datée, de textes écrits sur un blog qui a rencontré un certain succès, sans doute lié au côté impertinent de la démarche. Aucun commentaire n'a été conservé, ce qui est vraiment dommage. Cela ne fait que renforcer le constat qu'il s'agit de la pensée d'un type non pas imbu de lui-même mais atteint du syndrome de Dieu. le souci étant que sa prose (tant par la forme que par le fond) devient très rapidement pathétique. C'est dingue ce que l'on peut s'ennuyer, hormis quelques passages ça et là (dont certaines contrefaçons littéraires plus au moins réussies).
Décevant, désolant, pathétique, tels sont les qualificatifs qui collent au mieux à ce corpus qui a le mérite d'être court. Il s'agit sans doute du seul que l'on peut lui reconnaître. A moins d'être particulièrement sensible à cette forme d'humour bien particulière. Les références faites au Portugal contemporain exigent une connaissance de l'actualité, même si les notes de bas de page sont très pertinentes et efficaces. le texte aurait pu être une manière de mettre la littérature du pays en avant. Malheureusement, il s'agit là d'un voeux pieux… ou pas !
Vous l'aurez compris : avant de vous jeter avec un grand enthousiasme (jolie la première de couverture !) sur cette lecture, prenez le temps de la réflexion et oubliez ce qu'en dit l'éditeur, sinon préparez vous à être déçus… ou frustrés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Sylvie11
  26 février 2014
J'ai beaucoup ri.
Mais ne vous fiez pas à ce que l'éditeur affurme: ce n'est pas un livre érotique. Il peut être lu par n'importe quelle jouvencelle, même par celles qui n'ont pas encore eu leurs premières règles.
Mais il y a beaucoup d'humour. je trouve qu'il vaut quand même la peine d'être lu.
Commenter  J’apprécie          30
jemimaregine
  10 juin 2018
Pas mal
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LuniverLuniver   09 janvier 2013
Chers propriétaires d'usines de soutiens-gorge et de pantalon Lycra,
S'il y avait une justice en ce monde, vous autres seriez tous enculés par des équidés de taille vénérable, et je serais l'aiguillon. Combien parmi nous ne sont pas restés bois bandé à cause d'une devanture arrogante ou d'un cul ferme, avant de découvrir, au moment d'ôter les vêtements, que tout cela n'était que miches diminuées et fesses boursouflées ? Vos produits ont trompé des milliers et des milliers de baiseurs dans le monde entier. C'est de la publicité mensongère, chers amis. Les buralistes ont déjà été baisés. Vous n'allez pas tarder à les suivre.
C'est que vous n'avez pas même la mâle droiture de placer un avertissement sur les soutiens-gorge et sur les pantalons, comme le font les mecs sur les paquets de cigarettes. Au lieu de « Provoque le cancer », vous devriez écrire : « Il peut s'agir de seins tombants », ou : « Il peut s'agir d'un pétard flasque ». Et le type est averti du risque qu'il encourt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LuniverLuniver   09 janvier 2013
J'étais allongé sur le dos, dans une de mes positions favorites car elle me permet de continuer à regarder le foot par-dessus l'épaule de ma partenaire.
Commenter  J’apprécie          110

Dans la catégorie : Pratiques sexuellesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Culture et normes de comportement>Pratiques sexuelles (242)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
303 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre