AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226329370
40 pages
Éditeur : Albin Michel Jeunesse (09/11/2016)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Dans une maison de vacances, un garçon " tue des martiens " … Monde virtuel du jeu électronique, ennui et pluie sont les compagnons de ses journées. Lorsqu'il sort, il part explorer la nature d'un œil bougon et laisse tomber sa console au fond de l'étang. Que va-t-il faire, privé de sa seule distraction ? Son désespoir ne dure pas. Peu à peu, il découvre autour de lui une nature magique, qu'il voit ou imagine animée de regards et de signes, d'une vie fourmillante et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
letilleul
  10 juin 2017
" Un jour de rien" est un album qui comporte tout ce que la litterature jeunesse peut apporter à l'enfant de plus abouti. Il interroge sur la question du "loisirs", du temps libre. Dans notre société "hyper connectée", faire la redécouverte de loisirs hors écrans devient une aventure ! La magie du graphisme et des illustrations ouvre alors au champs de l'exploration et de la découverte de la nature. Et l'enfant vient ici rappeler à l'adulte sont besoin de partager de simples moments de bonheur !
Terriblement contemporain dans les expériences de vie en famille aujourd'hui, cet album est à glisser dans toutes les chaumières pour les vacances avec les bonnes résolutions de digital détox !
Lien : http://www.liresousletilleul..
Commenter  J’apprécie          340
dedanso
  28 mars 2018
Un grand jour de rien est un gros coup de coeur. Mon fils de 6 ans et moi-même l'avons sélectionné pour le Prix OCCE 41.
Béatrice Alemagna parle ici avec son coeur de ces petits riens qui peuvent embellir une journée lorsque l'on veut bien se déconnecter du monde : observer la nature, dévaler une colline enherbée, s'émerveiller devant de petits cailloux brillants, s'ébaubir devant un défilé d'escargots, respirer l'air de la forêt à pleins poumons... Dit comme ça, ça peut paraître enfantin et superflu, moi je trouve surtout que c'est essentiel et que l'on en retire de gros bénéfices (une sensation de plénitude absolue en premier lieu).
J'aime le fait que l'album véhicule plusieurs messages : sur les trésors que la nature nous offre, sur les bienfaits de l'ennui, du silence et de la solitude, et enfin sur les motivations des personnes qui nous entourent, qui peuvent parfois paraître obscures à qui n'essaie pas de les comprendre.
Cette invitation à l'exploration et à l'introspection est habilement mise en images. L'utilisation des couleurs d'un automne pluvieux nous plonge directement dans le silence et la beauté de la forêt qui devient parfois fantasmagorique sous les crayons de couleurs et les pastels de l'illustratrice. Le collage de quelques éléments un peu vieillots dans les illustrations contribue à bercer le lecteur dans une petite bulle forestière un brin mélancolique.
Béatrice Alemagna offre à son lecteur un album très riche, qui mets les sens en éveil avec de tout petits riens. Un texte poétique, des illustrations magiques pour une invitation au bonheur simple, à la découverte de soi et du monde qui nous entoure (nature et être humains). Une petite pépite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Saiwhisper
  09 décembre 2017
Cet album fut une jolie découverte ! En lisant le résumé, j'ai cru avoir affaire à une lecture similaire de « Qu'est-ce que je m'ennuie » de Christine Naumann-Villemin et François Soutif néanmoins, ce ne fut pas le cas, car cette histoire est bien plus mélancolique et moins dans l'humour. Ici, on ne suit pas un uniquement garçon qui s'ennuie pour un rien : il a sa console portable. Apparemment, celle-ci semble être la seule et unique occupation de ses vacances à la campagne. Il faut dire que le fait que sa mère passe ses journées à écrire ou travailler n'aide pas à se distraire… Dehors, la pluie tombe avec violence et les bourrasques plient les branches des arbres… Malheureusement pour notre jeune héros, sa mère (elle-même accro à son ordinateur) lui confisque son unique source de divertissement… Ni une ni deux, le petit attend qu'elle ait le dos tourné pour la reprendre et s'échapper dehors. Pas de chance : le destin joue des siennes et la console tombe dans l'eau… Comment faire sans écran ? Comment s'occuper lorsque l'on est tout seul ? C'est à ce moment-là que le lecteur, par l'intermédiaire du jeune héros, va réaliser que le bonheur est fait de choses simples. Il ne faut pas grand chose pour s'amuser et il y a tant à observer ! L'enfant va ouvrir les yeux sur ce qu'il se passe autour de lui et va profiter de la nature (escargots, bestioles, terre, champignons, etc.). le message est efficace.
Ce récit soulève également une question à laquelle il est difficile de répondre : qu'est-il advenu du père de famille ? Est-il mort ? Les parents ont-ils divorcé ? le fait qu'on parle de lui comme quelqu'un n'étant plus présent… J'aurais tendance à imaginer le pire, mais il ne me semble que rien est sûr… Quoi qu'il en soit, ce sera certainement l'une des interrogations des lecteurs, car la narration y fait référence à plusieurs reprises… Les illustrations douces et enchanteresses dégagent également beaucoup de mélancolie. C'est sans doute dû aux contrastes chaud/froid de la forêt, au temps pluvieux et au décor de la maison assez sombre. Sans oublier la fin qui laisse le lecteur songeur… On a là un bel album qui aborde plusieurs thématiques essentielles à l'enfant (loisirs/occupation/ennui, famille, vie quotidienne, jeux vidéo/écrans/tablettes, nature, sensations, partage/échange).

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
Under_the_Moon
  11 mars 2019
Dans une maison à la campagne, un petit garçon, en vacances avec sa maman s'ennuie. Il pense à son papa, sa mère lui reproche son manque d'énergie. Son passe-temps préféré : sa console. Jusqu'au jour où...
Un bel album qui décrit l'émerveillement du petit garçon qui retrouve des sensations, le goût du jeu au contact de la nature qui lui a "volé" sa console.
Le jeu d'oppositions entre paroles et silences est très bien vu et ne pourra être commenté dans une classe.
Commenter  J’apprécie          190
RazKiss
  22 janvier 2018
L'ennui est nécessaire à l'être humain, en particulier aux enfants ! C'est ce que nous démontre Beatrice Alemagna avec "Un grand jour de rien".
Un petit garçon et sa mère se rendent pour la deuxième fois dans leur maison de vacances, au bord d'une forêt. Comme d'habitude, le temps est à la pluie. Pendant que, dans un silence pesant, la mère écrit sur son ordinateur, son fils joue à tuer des martiens sur sa console portable. Après une petite altercation, le garçon s'éclipse à l'extérieur. Par mégarde, sa console tombe au fond d'un étang. Mince, c'était sa seule et unique source d'occupation... Et voilà que notre jeune héros découvre tous les mystères et toutes les richesses de la nature !
J'aime beaucoup l'atmosphère de cet album, même si elle n'est pas particulièrement légère (couleurs sombres, interrogation par rapport au père,...). le texte est poétique, on entre facilement dans le petit univers de la maison de vacances et ses environs. le style employé par Beatrice Alemagna pour les illustrations est assez libre : le pantalon du héros est parfois coloré, parfois pas ; le canapé du salon change d'une page à l'autre, etc.
C'est un bel album à lire pendant les "jours de rien", même si je le trouve un brin moralisateur (pas besoin de perdre sa console pour profiter de l'extérieur, hein) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Ricochet   02 février 2017
Un album reposant autant que revigorant, à conseiller à tous (enfants et adultes) en guise de bonne résolution.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
letilleulletilleul   10 juin 2017
Nous y étions.
Pour la deuxième fois.
Ma mère et moi dans la même maison de vacances.
La même forêt et la même pluie.
Chaque jour, ma mère écrivait en silence, et moi, je tuais des Martiens.
Commenter  J’apprécie          240
SaiwhisperSaiwhisper   01 décembre 2017
Du coup, j'empruntai un sentier.
Là, des dizaines de champignons me rappelèrent une odeur :
celle de la cave de papy, où, petit, je cachais les choses précieuses.
J'avais oublié...
Commenter  J’apprécie          40
beamag87beamag87   28 décembre 2016
Et maintenant, qu'allais-je faire sans mon jeu?
Les gouttes cognaient comme des pierres dans mon dos.
J''étais un arbre perdu dans la tempête.
Commenter  J’apprécie          50
bibliobrest_albumbibliobrest_album   12 mai 2017
Pour la première fois, on écoutait le même silence
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Beatrice Alemagna (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Beatrice Alemagna
Ricochet (http://www.ricochet-jeunes.org) est le site de référence dédié à la littérature jeunesse francophone. Il est géré par l'Institut suisse Jeunesse et Médias ISJM.
Le 15 de chaque mois, Ricochet vous propose une chronique filmée autour d'un titre de littérature jeunesse. Ces « Feuilles de chaîne » sont réalisées par le cahier de lecture de Nathan.
Pour ce sixième épisode, nous vous emmenons à la découverte de Les choses qui s'en vont, de Beatrice Alemagna (Hélium, 2019).
autres livres classés : natureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1162 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

.. ..