AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781503938038
394 pages
AmazonCrossing (06/12/2016)
3.71/5   55 notes
Résumé :
Depuis des années, Alice vit dans le mensonge, affichant un bonheur conjugal et familial parfait, bien loin de la réalité. Elle n’est restée avec son mari que pour protéger ses enfants et ces derniers se sont pourtant éloignés d’elle. Son fils aîné, banquier brillant et ambitieux, s’est installé près de chez ses parents mais sa jeune épouse s’évertue à tenir Alice à distance. Quant à son autre fils, qu’elle n’a jamais réussi à cerner, il a choisi de parcourir le mon... >Voir plus
Que lire après L'autre filsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 55 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Mariée depuis 50 ans à Ken, un homme irascible et violent qui bien qu'adouci avec l'âge ne lui rend toujours pas la vie facile, Alice fait le bilan de sa vie à l'aube de la septantaine.
Depuis que sa meilleure amie Tod s'est enfin décidée à quitter son mari, Alice se prend elle aussi à rêver de liberté. La nouvelle crée une brèche. Alice est bouleversée, elle s'interroge, se raisonne, se révolte car derrière le vernis brillant de sa vie familiale idéale se cache la souffrance d'une femme battue.
Peut-elle compter sur ses 2 fils Tim et Matt pour l'encourager à briser ses chaînes ?

Tim qui a fait carrière dans la finance, a tout pour être heureux. Marié à une superbe femme russe qui lui a donné deux beaux enfants, il s'est enlisé dans une quête permanente de reconnaissance sociale et de richesse. Mais derrière sa réussite tapageuse et son train de vie luxueux, Tim est resté un petit garçon effrayé et faible.

Quant à Matt, son fils cadet, il coule une vie paisible en France auprès de sa belle-famille et n'a pas revu les siens depuis des années. Malgré la bienveillance dont l'entoure sa famille d'adoption, Matt reste marqué par son enfance traumatisante passée à l'ombre de la folie de son père, il y a des choses qui ne s'oublient pas.

Alice arrivera-t-elle à changer de vie et surtout sa façon de « voir la vie », elle qui ne perçoit les choses que de manière terne et négative. A sa décharge, des décennies en tant qu'épouse soumise à la tyrannie de sa brute de mari l'ont anesthésiée de tous sentiments. Le changement viendra peut-être de son « autre fils ».

Nick Alexander nous livre un portrait très touchant de personnages attachants. Au gré des chapitres, on peut vivre le récit à travers les yeux des différents protagonistes.

Dès les premières lignes, on se prend d'emblée d'empathie pour Alice. On soutient son combat intérieur pour renier des convictions ancrées depuis si longtemps, son courage et sa volonté de changer de vie forcent l'admiration.

Un roman bouleversant qui fait ressentir au lecteur des émotions sincères et des réflexions intenses sur la vie, sur les décisions qu'on a prises ou pas, de projections de « ce qui aurait pu être » et surtout de « ce qui peut être encore changé » pour peu qu'on en ait encore le courage et quel que soit l'âge. On s'identifie aux personnages car il n'est jamais trop tard pour prendre un nouveau départ.
Je remercie Babelio et Amazon Crossing pour cette découverte coup de coeur !


Commenter  J’apprécie          50
Au vu des appréciations majoritairement positives lues sur un site de commerce électronique américain, spécialisé initialement dans la vente de livres, « l'autre fils » de Nick Alexander s'est imposé à moi car je cherchais un roman contemporain avec un résumé aguicheur, ne nécessitant pas trop de réflexion.
Sa magnifique couverture et les posts dédiés sur Instagram ont fini de me séduire.
Je me lançais donc dans cette oeuvre avec de l'envie, du plaisir mais sans trop savoir à quoi m'attendre car je ne suis pas familière de la littérature anglo-saxonne. Comme je ne m'interdis jamais de découvrir de nouveaux auteurs et donc, parfois, des styles différents, je me suis dit pourquoi pas ?
Cette première expérience achevée, j'admets que j'éprouve un sentiment ambivalent. A savoir, j'ai aimé et en même temps pas aimé.
Grâce à cette chronique, je vais tenter de vous expliquer les raisons qui font que j'en suis arrivée à cette conclusion.
La base de cet opus que je qualifierai de psychologique est assez simple puisqu'elle tourne autour d'un personnage central empêtrée dans une situation familiale dysfonctionnelle.
Lorsque nous ouvrons ce bouquin, Alice, septuagénaire, mariée à Ken depuis près de cinquante ans, affiche un bonheur conjugal et familial feint. Elle essaye de surnager dans un quotidien morose et artificiel, prise en étau entre la brutalité de son époux et l'absence de considération de ses deux fils.
Durant ces décennies, elle a refusé de quitter le domicile en luttant contre cette violence domestique tout en élevant deux enfants très différents : L'un, Tim, est un homme riche, marié et père de deux jeunes garçons. Matt, l'autre fils, est un solitaire, difficile à cerner, qui a choisi de parcourir le monde.
A la mort d'un ami, sur la route qui la conduit aux funérailles, elle s'interroge sur le sens de cette vie passée et actuelle : était-elle dans le vrai quand elle a opté pour cette pseudo-stabilité familiale ? Sa progéniture a-t-elle été véritablement protégée ? est-elle heureuse maintenant ? Ce bonheur de façade a-t-il vraiment servi ou n'a-t-il été qu'un leurre ?
Au fil du texte, nous allons nous rendre compte que ces questions ne vont pas cesser de la tarauder, bien au contraire, puisque, confrontée au divorce de sa meilleure amie, Alice commence à ouvrir les yeux, à percevoir une solution. Pourra-t-elle suivre le même chemin et partir également ? Arrivera-t-elle, seule, à subvenir à ses besoins ? En d'autres termes, un jour, verra-t-elle enfin le bout du tunnel ? Connaitra-t-elle une paisible existence ?
Par crainte de trop en dévoiler, je m'arrête là. Je vous laisse le plaisir de tourner, à votre tour, les pages pour y découvrir les tenants et aboutissants et aboutir à la vérité.
Ce roman aborde sans fausse pudeur la violence conjugale. N.A. décrit avec une fluidité et un réalisme absolu les scènes de furie qui ont lieu dans ces ménages une fois « la porte fermée ». Nous sommes confrontés aux conséquences physiques, morales, comportementales qui en découlent et qui touchent tous les membres du foyer.
Lecture agréable à lire avec une plume simple, bien écrite, facile à suivre.
Histoire qui a eu du mal à m'enthousiasmer au départ. J'y ai perçu de la lenteur, du ronronnement, de l'inaction, une absence de revirements. Je me suis même demandée quel était son intérêt 🤔
J'ai persévéré et… surprise ! La partie finale « L'autre fils » est prenante, très intéressante. J'ai été charmée par la leçon de positivisme.
Dans cette section, consacrée à Matt, j'ai lu avec avidité. Nous le côtoyons au plus près apprenant tout de sa personnalité, de sa conception de vie, de ses espérances. Nous rencontrons également des individus importants pour lui. Vous n'en serez pas plus, mystère ! Sachez seulement que l'amour, la sérénité, la positive attitude sont présentes pour notre plus grand bonheur.
Je trouve dommage que ce tiers n'ai pas été davantage développé. J'aurai préféré rentrer plus en profondeur dans la vie de ce monsieur que dans celle de son frère, par exemple.
J'ai apprécié le fait de se familiariser rapidement avec les personnages. Par des dialogues ainsi que des situations assez réelles, nous nous immergeons totalement dans l'intrique avec la sensation d'être un proche à part entière.
La construction littéraire concernant ces protagonistes est habile : A travers des parties propres, chaque acteur tient à un moment donné le rôle principal, si j'ose m'exprimer ainsi. Nous pouvons ainsi faire plus ample connaissance, voir s'attacher à eux.
Ainsi, j'ai peu été attirée par Alice. Je l'ai trouvée froide, râleuse, critique. Je lui accorde cependant toute mon estime pour le courage dont elle fait preuve.
Je n'ai pas eu d'empathie particulière pour Tim et sa femme. Ils sont distants, matérialistes. Imbus d'eux-mêmes.
Ken ne mérite pas que je m'arrête sur lui.
Matt m'a convaincu. Il est touchant et attendrissant.
J'ai adoré Bruno. Jeune homme gracieux, bien éduqué, sincère, pragmatique.
L'épilogue m'a scotchée. A mon sens, il manque un chapitre. Peut-être pour autoriser chacun à s'inventer sa propre suite ?
En définitive, je vous dirai que malgré ses défauts, ce récit se laisse découvrir. Vous connaîtrez un bon moment sans, pour autant, que celui-ci vous marque indubitablement. A lire tout de même !
Je déplore un épilogue expédié, bâclé, qui me laisse sur ma faim.
Cela dit, je félicite notre écrivain pour avoir eu la bonne idée d'écrire la dernière tranche consacrée à Matt. Par là, ma note s'élève à trois étoiles sur cinq.



Lien : https://www.instagram.com/li..
Commenter  J’apprécie          00
Alice et Ken pourraient être des grands-parents comblés. Ils ont deux fils, Tim et Matt, et deux petits-enfants. A ce moment de l'existence, où l'on est supposé profiter d'une retraite bien méritée et prendre le temps de vivre, Alice fait le point. Durant toute sa vie elle a dû faire face à un mari colérique, bipolaire, misogyne violent, supporter les coups, calmer ses humeurs excessives, faire bonne figure en société.
Tim a probablement hérité du caractère battant de son père. Il a un excellent travail, une bonne situation financière qui lui permet de mener une existence confortable, à l'abri de tout souci matériel, laissant à Natalya, son épouse, une liberté financière et une reconnaissance sociale qu'elle apprécie.
A l'inverse, Matt a choisi de s'expatrier. Sa conception du bonheur est à l'opposé de celle de Tim. Il s'est installé dans le sud de la France, où il mène une existence plutôt frugale, un mode de vie parfaitement assumé, loin de toutes contraintes extérieures.
Pour faire le point sur sa vie, Alice suit les conseils de son amie, Dot. Elle quitte son mari et part rejoindre son autre fils, Matt. C'est l'occasion de remettre en question ses principes et de corriger les erreurs du passé.

Avec un thème sous-jacent sérieux, L'autre fils est un roman délicieux, touchant à bien des égards.
J'ai particulièrement aimé la manière d'introduire les personnages. Avec une psychologie recherchée et une personnalité complexe, ils deviennent attachants. C'est un peu comme si on les connaissait personnellement, comme si on se retrouvait en partie en eux. La belle-mère fouineuse en Alice, la belle-fille ingrate en Natalya, … Nous connaissons tous un Tim, un Matt, ou un Ken quelque part. Malgré tous leurs défauts, on ne peut qu'avoir de l'empathie pour chacun des personnages, sauf peut-être Ken, précisément à cause de leurs fautes (nous sommes tous humains après tout), et parce que nous voyons leur détermination à corriger les erreurs du passé.
Commenter  J’apprécie          40
Dans l'autre fils, on fait la connaissance d'Alice, femme d'une soixantaine d'années qui vit avec son mari Ken. On s'aperçoit rapidement qu'Alice n'est pas heureuse en ménage et qu'elle se voile la face. En effet, elle n'a jamais osé quitter son mari. Elle a subi un mari violent, mais elle est restée pour protéger ses enfants, Tim et Matt. Ces enfants qui aujourd'hui vivent leur vie. Tim, marié à une jeune femme russe et papa de 2 garçons, ne pense qu'à prospérer dans la vie,jamais satisfait et voulant toujours plus. Et Matt, qui a toujours été un solitaire et qui vit en France, envoyant de temps en temps une carte postale. Mais lorsque que Dorothy, sa meilleure amie quitte son mari, Alice entrevoit alors une lueur d'espoir. Aura-t-elle la force de quitter Ken ? Pourra-t-elle vivre seule ? Commence alors une grosse remise en question pour Alice qui se demande si ses enfants sont réellement heureux.

Je m'arrête là pour l'histoire, parce que je ne voudrai pas trop vous en dévoiler. C'est un livre que j'ai littéralement dévoré et qui m'a fait ressentir tellement d'émotions. Je me suis laissée happer par cette histoire. On s'attache à tous les personnages, malgré leur défaut. On pourrait qualifier Alice de lâche parce qu'elle n'a jamais osé franchir le pas. Mais en même temps, on parvient parfaitement à comprendre son attitude. Elle a subi les coups, elle a vu ses enfants se faire taper dessus. Et pourtant elle est restée avec cet homme. Sa vie est triste et monotone, elle ne trouve refuge que dans la lecture qui lui permet de s'évader de son quotidien. Elle passe son temps à faire semblant. Quant à Tim, même si son comportement est parfois agaçant, ce qu'il a vécu étant enfant permet de le comprendre. Et que dire de Matt, l'autre fils ? Un jeune quadragénaire qui a réussi tant bien que mal à se construire malgré les traumatismes de l'enfance qu'il a vécu.

Nick Alexander nous livre là un livre sur la vie. L'histoire d'une vie, avec des passages touchants et émouvants. Ce livre m'a ému profondément tellement les sentiments décrits sont profonds. La plume de Nick Alexander est douce et précise. On suit progressivement Alice dans sa remise en question et on a tellement envie qu'enfin elle se libère de l'emprise de son mari, qu'elle vive pour elle. Pour moi ce livre, est une ode à l'amour, aux sentiments et à la différence.

Lien : http://aubazaardeslivres.blo..
Commenter  J’apprécie          50
Roman contemporain qui nous narre une histoire humaine, d'une grande sensibilité, très réaliste de la vie quotidienne d'Alice. Personnellement elle m'a renvoyée à du vécu, avec ses interrogations que l'on peut avoir à un stade de sa vie dans lequel on la remet parfois en questions.
Ici, certaines sont importantes comme : repartir à zéro malgré son âge... oser affronter ses démons et accepter d'assumer ses erreurs. Ceux sont celles d'Alice qui avance année après année en subissant la violence conjugale jusqu'à atteindre un point de non retour.
L'auteur y aborde la complexité des relations familiales, brosse le portrait psychologique de personnages avec justesse. Les réactions sont crédibles et mettent en exergue notre propre interprétation face à des comportements extérieurs, pas forcement en adéquation avec ce qu'il en est vraiment. Nick Alexander nous le fera toucher du doigt en nous faisant pénétrer dans trois quotidiens différents, celui d'Alice et de ses fils.
Dans la première partie nous suivons donc, Alice, ses pensées, ses réactions, ses attentes vis à vis de ses enfants, ses regrets, la manière dont elle perçoit sa belle-fille. Dans la deuxième nous pénétrons dans l'univers de Tim et de sa femme Natalya, une autre génération, celle d'un fils avec ses aspirations avec ses propres attentes, dont certaines vis à vis de ses parents, celle de Nat et les siennes, ses sentiments à l'égard de sa belle-mère. La dernière concerne l'autre fils, celui qui n'est jamais rentré dans le moule, celui qui a fuit cette famille dysfonctionnelle, celui qui s'est braqué, le fils en échec, celui qui a raté sa vie, d'après sa mère, bien évidemment. Dans cette dernière partie nous retrouverons Alice, face à une situation a laquelle elle doit faire face en plus de la sienne propre.
La majeure partie du roman aborde la problématique des relations humaines, de l'éducation, des choix de vie, des non-dits, des attentes personnelles et du manque de communication.
Le récit se lit aisément, la plume est fluide, la traduction bonne, hormis sur deux accords verbaux qui m'ont fait tiquer. La construction littéraire, pour un récit à la troisième personne, est un peu déconcertante chaque acteur tient à un moment donné le rôle principal, en quelque sorte, alors que je m'attendais à une histoire centrée sur Alice. le rythme est plutôt lent, et j'ai un peu peiné à entrer dans l'histoire et à éprouver de l'empathie pour Alice et Tim. Seul Matt a su me toucher. L'allusion à Joe, m'a déconcertée et je n'ai pas trouvé dans l'épilogue la réponse à ma question sur sa véritable identité sexuelle. J'en appelle à ceux et celles qui l'ont lu pour échanger à ce sujet.

Les points forts :

La plume
La leçon de vie pleine d'espoir
Le réalisme
La psychologie des personnages
Bémols

Pas assez rythmé
Lien : http://missneferlectures.ekl..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Oui, on peut rêver jusqu'à la fin d'un revirement inattendu qui procure au lecteur le frisson tant espéré, la jouissive échappatoire.
Le même postulat s'applique à la vie. Jusqu'au bout, l'espoir subsiste. C'est la raison pour laquelle on ne renonce pas à la vie tant que la vie elle-même ne nous a pas abandonnés.
Commenter  J’apprécie          10
Elle se fait un point d’honneur à terminer chaque livre entamé, tant que cela est humainement possible ; selon elle en effet, il est permis d’espérer jusqu’à la dernière page. Oui, on peut rêver jusqu’à la fin d’un revirement inattendu qui procure au lecteur le frisson tant espéré, la jouissive échappatoire.
Commenter  J’apprécie          10
Le problème, c'est qu'elle ne s'est jamais donné la peine de se fixer un but dans la vie.Si elle avait pris le temps , elle aurait au moins eu la satisfaction d'en avoir atteint quelques uns.
Commenter  J’apprécie          20
Chaque personne croisée dans la rue, l'employé de la Poste, les collègues de travail, tous occupent une place spéciale dans le coeur de quelqu'un.
Chaque être humain, à un moment donné de son existence, bouleverse profondément la vie de celles et ceux qui l'entourent.
Commenter  J’apprécie          10
Il lui avait fallu se rendre à l’évidence : aussi profonde, aussi sincère soit-elle, une amitié ne vaut pas grand-chose dans la grande balance de la vie, quand il s’agit de comparer sa valeur à celle d’un train de vie plus confortable, d’une grande maison avec piscine et d’une belle promotion. Il n’y a rien d’anormal à perdre des amis au fil du temps : on se fâche avec certains, on s’éloigne de quelques-uns. D’autres encore meurent. Mais voir sa meilleure amie déménager à l’autre bout du monde, eh bien, c’est plutôt dur à encaisser.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (131) Voir plus



Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
1040 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

{* *}