AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781542046275
AmazonCrossing (24/10/2017)
3.97/5   33 notes
Résumé :
Une fresque familiale émouvante, une histoire de fratrie, de résilience et d'espoir.Victoria et Penny ont beau être s?urs, tout les sépare. Tandis que la première mène une existence confortable dans un quartier chic de Londres, la seconde peine à joindre les deux bouts. À l'occasion d'un week-end en famille, les souvenirs du terrible réveillon de Noël 1975 remontent à la surface, et Penny ? qui était âgée d'à peine 5 ans à l'époque ? comprend qu'on ne lui a pas tout... >Voir plus
Que lire après Une bouteille de larmesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 33 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Que s'est-il donc passé en cette nuit de Noel?
*
Un roman contemporain parlant de fresque familiale, de secrets bien enfouis. 432 pages. Oui, ça me plaît!
Le début est assez lent (plus d'une fois, j'ai posé le livre pour me plonger dans un autre) mais je suis revenue dans cette famille dysfonctionnelle car, oui, finalement, elle est si attachante. Et des secrets il y en a. Des non-dits, des aigreurs, des diffamations, des cachotteries, et cette tristesse....
*
La première partie installe les vies quotidiennes de deux familles des deux soeurs. Un souvenir lointain est évoqué, certes, mais tellement enfoui que je n'y ai pas pris garde. Les problèmes du moment sont tellement mis en avant que le reste est secondaire (ah l'inconscient familial !).
Je me suis même demandé pourquoi ce titre "une bouteille de larmes".... (c'est d'ailleurs là que j'ai posé le livre en pensant que ça allait encore être une redite de thèmes toujours surexploités dans la littérature) .
MAIS....oui, il y a un "mais" .
*
J'ai senti une tension entre les 2 soeurs (moi-même j'ai une soeur, alors oui, peut-être que ça a fait une résonance, hein:).
Et là, j'ai scotché mon attention, Et la suite m'a tenu en haleine jusqu'au final.
Les personnages sont rongés de l'intérieur. Des émotions si négatives comme la jalousie, la rancoeur, la différence entre frères & soeurs, la difficulté de se comprendre .
Des dialogues percutants, vifs, qui font mouche à chaque fois.
Des drames l'un à la suite de l'autre. Heureusement que les beaux paysages marins de l'Angleterre sont présents pour nous faire respirer un peu d'air iodé et frais sinon on s'intoxiquerait en même temps que les personnages.
*
(attention spoil) J'ai particulièrement apprécié Bertie, le jeune adolescent aux abois dans sa quête d'identité sexuelle. Encore une fois, l'auteur nous laisse deviner les souffrances, les préjugés, les non-dits sur l'homosexualité.
*
Pareil pour Marge, la matriarche. Celle que j'ai détesté dès le début. Puis l'auteur a réussi à nous la rendre petit à petit plus fragile, plus sensible.
*
En fait, toute cette galerie de personnages est décrite avec beaucoup de subtilité, de sentiments très humains -donc imparfaits . C'est là toute la richesse de la psychologie familiale puisque tout est SI VRAI .
La fin est majestueuse et pourtant si terrible, si traumatique.
Toute cette histoire familiale est puissante, destructrice et si humaine. L'auteur a un vrai talent de conteur pour nous amener jusqu'aux révélations. Chapeau Nick !
*
Challenge "pioche dans ma PAL mai 2018" , @bbpoussy m'a choisi ce roman.
*
Commenter  J’apprécie          291
****
Que s'est-il passé ce Noël 1975 ? Un secret si lourd à porter qu'il impacte deux soeurs et leur mère, mais aussi les conjoints et enfants de celles-ci. Des blessures non soignées qui se traînent sur toute une vie et qui ne permettent pas à ces 3 femmes de profiter les unes des autres. Reproches, regrets, rejets même... Alors que ce trio pourrait constituer un havre de paix et de sérénités, un endroit sur où se ressourcer, il n'est que tensions et chagrins... Comment vont-elles s'en sortir, avancer, s'épanouir ?

J'ai découvert ce roman sans savoir à quoi m'attendre et ce fut une très belle découverte !! L'écriture est fluide et agréable, les personnages se dessinent par petites touches tout au long du récit et même si on sent dès le départ les tensions qui existent dans cette famille, on avance avec plaisir et étonnement au fil des pages.
Penny et Victoria sont deux soeurs attachantes malgré leur caractère froid et leur dispute incessante. Elles nous touchent par leur mal être. Les personnages secondaires sont également poignant et on se plait à être parmi eux.
Une très belle réussite !!

Merci à NetGalley et aux éditions AmazonCrossing pour le partage de ce roman...
Commenter  J’apprécie          272
Millième chronique en ligne, qui va vous présenter un roman que j'ai adoré : Une bouteille de larmes de Nick Alexander.
J'ai eu la chance de le recevoir par Net Galley et Amazon Publishing France.
J'adore les histoires mettant en scène des fratries, et j'apprécie aussi quand il y a des secrets de famille.
J'ai été servi par ce roman ci :)
Le Noël 1975 a changé pour toujours la vie de Penny, à peine cinq ans à l'époque, et sa grande soeur de 8 ans : Victoria.
Ce jour là, un drame est arrivé à leur grand frère, et leur oncle Cécil s'est fâché avec leur mère, Marge.
40 ans plus tard, les deux filles sont devenues adultes, elles se sont mariées et ont eu un ou deux enfants. Mais les secrets de famille sont toujours là, et il y a énormément de non-dits entre les deux femmes.
Penny est psychologue, elle est mariée avec un artiste peintre et ils ont deux enfants, une fille et un garçon.
Victoria quand à elle est également mariée, son mari a très bien réussi et ils ont un fils : Bertie.
En apparence tout va bien pour les deux soeurs, en apparence... Or, nous savons tous que les apparences peuvent être trompeuses...
Marge, leur maman, aime mettre de l'huile sur le feu et il n'en faut pas beaucoup pour fâcher les deux soeurs, dont les rapports sont très compliqués.
Et survient un événement qui risque bien de faire éclater le secret de ce Noël 1975 au grand jour !
J'ai vraiment adoré ce roman, il est très bien ficelé. L'histoire se tient de la première à la dernière page. Il y a énormément de rebondissements.
J'avais deviné un des secrets de ce Noël 1975, mais pas tout, et le final m'a surprise ! Ce qui devient rare avec ce genre de roman mais là il y a une chose que je n'avais pas pu deviner.
Les personnages m'ont beaucoup plu, même Marge, la grand-mère.
Avec une petite préférence pour un des personnages secondaires pas si secondaire que ça au final : Bertie, le fils de Victoria et Martin. C'est un adolescent de 15 ans touchant, à qui on a envie de dire que ce qui lui arrive c'est rien, c'est pas grave.
Je dois avouer que j'ai eu un coup de coeur pour Une bouteille de larmes. C'est un très beau livre, et je lui donne avec un immense plaisir 5 étoiles.
Commenter  J’apprécie          101
Une saga familiale addictive qui m'a tenue en haleine jusqu'au bout !
Quelle histoire, quelle fin, que d'émotions, d'évènements inattendus… Dire que j'ai apprécié ma lecture serait un euphémisme.
Une fois commencé, impossible de me détacher de cette histoire, pour autant commune, mais si bien racontée.
Les personnages tout d'abord, m'ont vraiment touchée ! Ils sont si vrais, si authentiques, tellement imparfaits, qu'on ne peut que se les approprier et se demander à qui les associer dans nos vies respectives. Que c'est plaisant de lire une histoire simple, sans édulcorations inutiles, pleine de vices, de faux-semblants, de jugements, sans en faire trop une histoire vraie tout simplement.
Penny d'abord est une femme merveilleuse. Malgré ses défauts, elle fait de son mieux, avec beaucoup de bienveillance, de bonté et malgré sa froideur apparente, sa carapace ne berne personne, c'est une belle âme. Une femme forte, qui gère tout d'une main de maître et j'ai éprouvé énormément de sympathie et d'admiration envers elle. C'est certainement mon personnage préféré de cette saga et je reste encore bouleversée, quelques heures après ma lecture, par cette femme d'apparence ordinaire, qui a tout de quelqu'un d'extraordinaire.
Victoria également m'a beaucoup émue. Plus froide encore que sa soeur, plus distante, mais aussi plus mystérieuse, elle m'a touchée. Ses manies, ses paroles, ses gestes, tout en elle est fait pour qu'on ne l'apprécie pas et pourtant elle aussi fait de son mieux avec le fardeau qu'elle porte jour après jour.
J'ai beaucoup aimé Bertie également, le fils de Victoria, qui permet à l'auteur de nous faire passer un beau message, quant à l'indifférence qui règne parfois entre les membres d'une même famille. Un message qui s'adresse à tous et qui nous permet de nous remettre en question, en tant que personne, dans une société impersonnelle et qui tend à devenir totalement anonyme.
L'histoire est prenante, intéressante et elle soulève de nombreuses questions. de nombreuses valeurs y sont abordées et elles nous démontrent le lien de causalité entre une société ancienne, basée sur des apparences, sur des non-dits et une société évolutive qui n'est pas mieux pour autant. Je me suis pris une claque de vérité à travers une histoire commune, d'une famille en souffrance, qui a tut sa douleur pendant trop longtemps et j'ai adoré !
La tension qui règne dans cette famille est palpable, presque pesante et nous pousse à vouloir en savoir toujours plus sur chacun des personnages. Les pages se tournent avec une grande facilité, pas parce que les rebondissements sont nombreux et futiles, mais parce qu'on a envie de toucher la sensibilité de chacun, de savoir où nous mène cette atmosphère si particulière. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et malgré le grand nombre de pages et le peu de temps que j'ai eu pour le lire, j'ai savouré chaque instant, repoussant la terrible vérité qui s'apprête à provoquer un ouragan sur cette famille en reconstruction.
La plume de l'auteur est très accessible. le style est fluide, sans longueurs, avec à l'image de certains thrillers, une façon énigmatique de présenter les évènements. Il nous accroche, il nous tient, puis nous fait tomber et il recommence.
Les sujets abordés sont très variés, mais j'ai surtout retenu l'impact que peut avoir une enfance sur la construction d'une personne. le raisonnement qu'induit ce livre va bien au-delà de la simple lecture divertissante, il nous incite à nous poser les bonnes questions, au bon moment, avec toujours en tête, cet aspect de relations humaines, primordiales à notre santé mentale.
Un immense merci aux Editions Amazon Publishing de m'avoir donné la chance de le découvrir ! Un vrai coup de coeur !
Lien : http://lilyn.fr/2017/10/24/u..
Commenter  J’apprécie          31
Une bouteille de larmes nous livre une histoire de famille particulièrement conflictuelle.

On suit Penny, quarantenaire et mère de deux ados qui fait son possible pour joindre les deux bouts. Ce n'est pas sur son mari qu'elle pourra compter pour renflouer leur compte en banque, et pour cause : c'est un artiste en manque d'inspi.
De son côté, Vicky, la soeur aînée de Penny, est dans une tout autre situation : mère au foyer, elle n'a pas à s'inquiéter des dépenses puisque son mari gagne une fortune.
Entre les deux soeurs, leur mère pourrie jusqu'à la moelle qui s'éclate à les monter l'une contre l'autre, qui n'hésite pas à médire de la première pour conforter la seconde tout en l'accablant et inversement.

Mais derrière ces dysfonctionnements se cachent un lourd secret, un drame et une trahison qui se sont joués quarante ans plus tôt. Il s'agit du coeur de l'intrigue : que s'est-il passé lors de ce fameux Noël ? Qu'est-ce qui a pu être assez grave pour voler en éclat cette famille et briser ses membres ?

La révélation se fait attendre, et j'admets que c'est terriblement frustrant. L'auteur s'amuse à évoquer brièvement "ce qu'il s'est passé" en ces termes, et ça m'a mise en rogne de ne pas savoir. Je me suis posée beaucoup de questions, et la révélation de ce qu'il s'est réellement passé m'avait effleurée à quelques reprises, sans que je sois capable de mettre le doigt dessus avec certitude avant l'approche de la découverte du pot-au-roses. Qui est horrible et qui explique tant de choses.

J'ai trouvé les personnages plutôt attachants, surtout Bertie. En revanche j'ai détesté Marge, la mère, qui fait tout pour. Au début, je n'aimais pas du tout Vicky alors que j'appréciais beaucoup Penny. Mais plus le roman avançait, plus la tendance s'est inversée : je comprenais Vicky et je trouvais Penny insupportablement bornée et égoïste.

Les personnages secondaires sont aussi très attachants, surtout Will et Ben, bien qu'ils soient stéréotypés et présents quand il faut (ça arrangeait bien l'auteur).

Des thématiques fortes et d'actualité sont abordées : l'immigration, l'égalité des genres ou encore le mal-être adolescent.

En définitive j'ai bien apprécié cette lecture, malgré des personnages parfois (souvent ?) têtes à claque.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Chaque fois que vous plongez dans vos souvenirs, chaque fois que vous vous autorisez à éprouver du chagrin et chaque fois que vous pleurez, la bouteille se vide un peu. Et elle devient alors un peu moins lourde à porter.
Commenter  J’apprécie          50
Si les femmes dirigeaient le monde à la place des hommes, la ménopause ne serait plus un sujet tabou et elles seraient toutes mieux armées pour vivre ce grand changement.
En l’occurrence, à l’exception des blagues narquoises sur les bouffées de chaleur (si seulement il ne s’agissait que de ça !), rien ne l’avait préparée à l’ampleur des bouleversements liés à la ménopause. Pour elle, pas une bouffée de chaleur en vue mais un chambardement total de presque toutes ses fonctions corporelles, la sensation de se dessécher à la manière de ces poissons vendus sur les étals des marchés asiatiques.
Commenter  J’apprécie          10
Chaque personne porte en elle des souffrances et des drames qui lui sont propres. La notion de relativité n'existe pas dans le royaume de l'inconscient.
Commenter  J’apprécie          30
J’ai pris conscience de pas mal de choses pendant que je marchais. Je n’avais pas eu beaucoup le temps de réfléchir ces derniers mois, avec le boulot, Bertie et tout le reste, et j’ai eu l’impression d’ouvrir les yeux sur plein de choses, sur moi-même, sur nous. C’est comme si on… comme si on s’était endormis, toi et moi. On vieillit ensemble et on ne fait que ça alors qu’on devrait au contraire profiter de la vie. On devrait tenter de nouvelles expériences, s’amuser, prendre du bon temps. Parce qu’une chose est sûre : on finira tous par mourir.
Commenter  J’apprécie          00
Bien sûr, il est encore capable de peindre ce genre de tableaux. Il n’a rien perdu de son savoir-faire quand il s’agit de mélanger les couleurs, de reproduire une perspective, de créer de la texture. C’est juste l’idée qui manque, le déclic. Et sans une nouvelle idée géniale, à la fois drôle et décalée, il sait qu’il ne sera plus jamais dans le coup. Le monde de l’art a subi de profondes transformations dans les années soixante : il ne suffit plus d’être un bon exécutant désormais. Il faut être intelligent, drôle et branché, avec ça.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : MénopauseVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (111) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature LGBT Young Adult

Comment s'appelle le premier roman de Benjamin Alire Saenz !?

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers
L'insaisissable logique de ma vie
Autoboyographie
Sous le même ciel

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeune adulte , lgbt , lgbtq+Créer un quiz sur ce livre

{* *}