AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782755635966
512 pages
Éditeur : Hugo Poche (12/10/2017)
4.41/5   468 notes
Résumé :
Hanté par son passé, sera-t-elle son avenir ?
Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d'accueil.
Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l'aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s'il ne veut pas finir en prison.
Il ne lui reste qu'une chance de se remettre dans le droit chemin et c'est dans une ultime famille d'accueil qu'elle va se jouer. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (134) Voir plus Ajouter une critique
4,41

sur 468 notes

Hamisoitil
  21 septembre 2017
Un petit moment que je n'avais pas lu de romans de cette maison d'édition. En fait, j'en avais un peu marre de toutes ces couvertures, toutes semblables, avec un mâle torse nu, toussa toussa. Je passe vite mon tour. Pis là, je découvre par hasard ce livre où le mec est tatoué, mais mieux encore, est habillé. Je me dis, tiens, tiens, allons voir de quoi ça parle. Et là, je tombe sur le synopsis qui me titille la rétine. Trop curieuse, je me lance sans me douter un seul instant que ce livre allait tout simplement me bouleverser et me mettre en colère. Oui en colère, car l'auteur aborde des sujets très difficiles à lire, à comprendre, à visualiser, et pourtant d'un réalisme qui fait froid dans le dos.
Adopted love est une histoire profondément douloureuse et terriblement injuste pour le personnage principal, quoique ... ! Mes larmes ont coulé. Mon coeur était compressé. Et la fin m'a mise dans un état pas possible. J'étais tout simplement en colère. Rarement lu un livre de cette ampleur chez Hugo roman. Respect ! Adopted Love, C'est l'histoire d'un écorché vif, détruit par la vie. Teagan a été abandonné par sa mère, sur un trottoir, à l'age de 3 mois. Voilà, comme ça, comme un sac poubelle trop encombrant qu'il faut jeter à la benne à ordures. A partir de là, l'enfant va vivre entre l'orphelinat et les familles d'accueil où il va connaitre les humiliations par le personnel (enfermement dans le placard toute la nuit), les coups, les privations de nourriture, les punitions dans la neige, en sous-vêtements, les moqueries des autres orphelins parce que sa maman l'a abandonné... Bref, des scènes terribles qui font mal au coeur. Mais Teagan, à cet age, rêve de cette mère qu'il ne connait pas et espère de tout son coeur qu'elle viendra le chercher. Hélas, maman ne viendra jamais, son coeur se brise, et lui se mure dans le silence, plus aucun son ne sort de sa bouche, jusqu'à ce que Nathalie, une assistante sociale essaie de faire le maximum pour lui. Une relation fusionnelle se met naturellement en place dès le premier regard. Une relation fusionnelle se met naturellement en place dès le premier regard. Comme une mère "normale" et son fils ; mais un fils très, très difficile à gérer. Teagan est devenu au fil du temps, un ado de seize ans ingérable, tatoué de partout, aux fréquentations douteuses, avec son meilleur pote Benito, orphelin comme lui ; entre drogue, alcool, sexe, vols de bagnole, bagarres ; Teag est une racaille avec de sacrés antécédents. Son coeur s'est lamentablement endurci ; il ne respecte rien ; s'en fout de tout ; buté à mort, et le point de non retour est proche. Alors, quand la sentence tombe par le juge des enfants, Teagan est au pied du mur. Une connerie de sa part et c'est la prison ferme. L'assistante sociale n'a pas d'autre choix pour lui éviter la prison, avec un dernier espoir, que de le placer pour un an, jusqu'à sa majorité, dans une ultime famille d'accueil ; sa dernière chance. Une famille bien différente des autres autres, qui s'en mordra les doigts, mais qui ne le laissera pas tomber...
Tout le livre est fort même si, au départ, j'avais un peu peur de tomber dans une ambiance ado-ado. Tu vois, même si ça ne fait pas de mal d'en lire de temps en temps, je ne suis clairement pas la bonne cible et pourtant, j'ai une ado de 16 ans, à la maison. Au final, cette histoire m'a chamboulée jusqu'au tréfonds de mon âme, m'a percutée en tant que mère, en tant que femme. J'avais la boule au ventre, la gorge serrée et mes larmes, punaise, mes larmes quoi, impossible de les arrêter, surtout quand l'auteur me fait découvrir par les cauchemars de Teag, le passé chaotique de l'enfant en me basculant dans ses peurs, cette frousse du placard (là, j'ai vraiment eu du mal), ses doutes, ses pleurs, ses cris. J'étais trop dégoûtée, tellement navrée pour lui, que même là, j'ai encore du mal à écrire tant l'émotion est palpable. J'avais envie de le cajoler, de le protéger, de lui essuyer ses larmes, de lui dire ça va aller. Mais non, ça ne va pas puisque toute sa vie a été un désastre. Alors je comprends sa haine. Et dans cette famille, Teag se montre encore plus buté que jamais, intenable... Pis, cette fille-là, l'aînée de sa nouvelle famille d'accueil ne le laisse pas du tout indifférent, même si elle fait également ressortir son mauvais côté, ses vieux démons, ses cauchemars, mais quelque part devient son échappatoire ; l'échappatoire de l'autre.
En conclusion :
La plume est simple, sans chichi, fluide et argotique, afin de mieux s'imprégner cette atmosphère, cette différence de classe sociale, des riches et des pauvres. Des gentils et des méchants. On n'est dans le langage des jeunes, dans le vécu des quartiers, la misère du ghetto, à New-York, jusque dans les quartiers bourgeois. Par ce livre, l'auteur met également en lumière les problèmes que rencontrent le jeune au lycée, cette difficulté à s'assumer ou à trouver sa place. Rien est facile dans cette histoire. Gros coup de coeur !
Hâte de découvrir le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
MASReading
  02 avril 2021
Je n'ai pas du tout aimé ce livre.
Je ne suis pas une grande fan des titres en anglais quand l'auteur.e est français.e.
Je ne comprends pas comment une ME a pu se dire que ce serait une bonne idée de publier un livre aussi grossophobe et psychophobe.
L'histoire en elle-même est clichée. C'est du vu, revu et rerevu.
L'idée d'être "dans la tête" du bad boy est intéressante et plutôt originale. Malheureusement, je trouve cela mal exécuté, à cause du cliché ambulant qu'est Teagan.
L'idée de faire un badboy mutique sélectif est originale. le prénom Teagan change des habituels Derek, Tyler ou Evan qu'on voit partout. (J'aime beaucoup le prénom du petit frère d'Elena, Chevy, c'est trop mignon)
Trop de répétition du surnom d'Elena, "la lionne", c'est lourd et je trouve ça ridicule.
Teagan est vraiment le cliché du mec qui ne pense qu'à ça. Il ne se passe pas deux phrases sans que Teagan ne parle de sa "queue" ou se fasse des réflexions à connotation sexuelle c'est vraiment lourd. Et tous les mecs du livre sont à peu près pareils, je trouve ça plutôt réducteur et sexiste.
Il y a des incohérences dans cette histoire. Notamment, Teagan qui dit qu'il aime les filles "avec des formes" en précisant comme Elena et il est dit et répété qu'Elena a des cuisses "fines". Si Elena a des cuisses "fines" alors elle est mince et n'a donc pas spécialement de formes. Il est même dit à un moment qu'elle a un "corps frêle" donc il faudrait savoir.
Il y a aussi de la grossophobie. Par exemple, à un moment Teagan regarde des photos de la famille qui datent un peu et en voyant Elena avant sa perte de poids voilà ce qu'il dit :
"La lionne ressemblait plus à un phacochère..." (page 239)
Rappelons qu'il est CENSÉ être amoureux d'elle... Une personne amoureuse trouve l'objet de son amour beau (surtout au début). Si Teagan ne trouve pas Elena belle dans n'importe quelle situation et à n'importe quel poids, c'est qu'il n'est pas amoureux, point.
L'auteure a donné ce genre de réflexions à Teagan pour CHAQUE personne grosse qu'il croisait.
Après la grossophobie, la psychophobie. Teagan qui parle des personnes qui souffrent de Troubles du Comportement Alimentaire (uniquement celles qui se font vomir) en disant qu'elles sont "cinglées".
"Une image de ces malades qui se font vomir me traverse l'esprit. Non, la lionne est cinglée, mais elle ne fait pas ça, quand même ?" (page 144)
"Je ne peux pas croire qu'elle fasse ce genre de trucs, ça m'écoeure." (page 144)
"Je sais maintenant que la lionne ne fait pas ce truc que font les cinglées pour maigrir..." (page 170)
Une personne qui souffre de TCA pourrait très bien lire ce livre histoire de passer un bon moment, et d'un coup on la traite de cinglée ?
C'est juste dégueulasse.
Le livre a un héros neuroatypique (c'est d'ailleurs ce qui m'a poussé à l'acheter) et il traite de "cinglées" d'autres personnes neuroatypiques ? C'est complètement absurde.
Je trouve assez paradoxal qu'un personnage qui souffre d'une neuroatypie soit psychophobe. Il aurait été plus judicieux de faire dire ce genre de choses à des personnages neurotypiques.
Par exemple, Sophie. C'est une "méchante" et ça lui ressemblerait bien de sortir un truc comme ça à Elena alors qu'elle essaye de savoir comment elle a autant maigri.
L'autre problème qui se pose ici c'est que, en plus, Teagan est le héros de l'histoire et qu'il est fait de sorte à ce qu'on l'apprécie. Les héros servent à faire passer les bons messages à travers les livres.
De plus, ces phrases ne sont en RIEN utiles dans l'histoire. C'est juste gratuit. Cadeau !
Ces personnes méritent d'être respectées comme tout le monde. Je ne vois même pas à quoi ça sert de les descendre comme ça...
AUCUNE de ces phrases ne sont utiles à l'intrigue. On pourrait les effacer que ça ne changerait rien à l'histoire.
A AUCUN moment il n'est montré que ces phrases sont répugnantes et inacceptables (par le biais d'autres personnages, par exemple).
AUCUN Trigger Warning pour nous avertir au début du livre.
AUCUN mot de l'auteure pour dénoncer ces propos dégueulasses.
Je comprends que certaines personnes soient passées à côté de ces phrases. En effet, ce genre de propos est tellement banalisé que peu de gens les remarquent.
C'est notre société qui est à blâmer, ainsi que les auteur.e.s et les maisons d'édition qui choisissent de publier ces romans tels quels.
La grossophobie et la psychophobie font des victimes.
La discrimination, peu importe envers qui elle est, fait des victimes.
Bref, je suis en train de m'énerver donc je vais changer de sujet. ^^'
Parlons des personnages.
Je les trouve mal construits. Entre Elena qui un coup est timide et l'instant d'après répond à un inconnu de façon insolente et Teagan, personnage neuroatypique, qui traite d'autres personnes neuroatypiques de "cinglées"... Bref, les personnages sont bancals.
Elena est un personnage que je n'aime pas. Elle est illogique par moment : par exemple, elle va être timide puis 5 secondes après elle ne l'est plus.
J'ai lu plusieurs avis de personnes concernées par les TCA qui ont trouvé que ceux d'Elena étaient mal amenés et mal traités. Je ne m'y connais pas assez alors je fais entièrement confiance à l'avis de ces personnes qui sont bien mieux placées pour en parler.
L'auteure aurait donc dû faire des recherches sur le sujet et faire relire son roman à des personnes concernées par les Troubles du Comportement Alimentaire puisqu'elle n'a pas l'air de savoir de quoi elle parle.
Parler d'un trouble dont on ne sait rien de plus que le strict minimum n'est VRAIMENT PAS une bonne idée.
Tout ce qu'elle fait c'est blesser les personnes concernées et leur manquer de respect juste pour donner un background triste à son héroïne.
Le délire d'Elena d'être énervée et méchante pour un rien, non. C'est ce qui m'énervait le plus chez elle.
Pour un livre qui se targue d'être axé sur la psychologie, il laisse franchement à désirer...
Bon, Teagan ça se voit bien que je le déteste. Sa psychophobie et sa grossophobie (que l'auteure ne dénonce pas, je le rappelle...) ne font que nous montrer l'ampleur de sa connerie. Son manque de respect envers les femmes (même Elena, il lui arrive même d'être violent avec elle. Je me rappelle d'une scène où il lui tire les cheveux parce qu'il veut la forcer à manger. Alors déjà physiquement c'est violent mais psychologiquement c'est pire. Forcer une personne à manger alors que cette personne a des TCA c'est juste horrible) me dégoûte. Il mate les filles comme un gros dégueulasse...
Bref, c'est qu'un chien.
Son passé larmoyant et compliqué ne m'a pas touchée du tout.
Un passé bordélique n'excuse pas d'être un sale type.
De ce fait, j'ai trouvé la relation d'Elena et Teagan toxique et abusive.
Les deux sont violents verbalement l'un envers l'autre (insultes, grossophobie de la part de Teagan, objectification de la part de Teagan,...), Teagan a été violent physiquement et psychologiquement avec Elena (lui tire les cheveux pour la forcer à manger alors qu'elle a des TCA, la projette suffisamment fort contre un mur pour qu'elle ait un bleu, il la colle et la touche alors que vu ce qu'elle a vécu elle doit être traumatisée ET qu'elle lui dit de NE PAS la toucher...), Teagan ne respecte pas Elena.
Bref, je déteste qu'on romantise ce genre de relation et c'est malheureusement ce que fait Gaïa Alexia ici car, à nouveau, elle ne dénonce pas cette relation comme étant toxique et abusive.
Benito aurait pu être le meilleur pote qui nous fait rire pendant cette lecture seulement il est beaucoup trop lourd. Il ne m'a pas arraché un sourire.
Le père d'Elena est déjà moins lourd mais c'était pas non plus...
Au final, mes persos préférés étaient Nathalie Solis et la mère d'Elena, je les ai trouvées touchantes.
L'auteure a une plume très simple, sans intérêt.
Par moments, c'est une horreur à lire (quand elle utilise à tout bout de champ les mots "garce", "queue", "bande", "putain", etc. C'est lourd, c'est laid...).
Une histoire clichée, vulgaire et bourrée de propos grossophobes et psychophobes, dotée de personnages mal construits et bancals.
Je déconseille fortement ce livre. En tant qu'auteure Gaïa Alexia a une certaine responsabilité. Par ses romans, elle peut faire passer des messages (ici elle n'en a pas fait passer de bons) c'est important de peser le poids de ses mots surtout lorsque ses romans s'adressent à un public jeune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          38
Roman_eBVB
  18 mai 2019
C'est sur la saga "Adopted Love", créée sous la forme de diptyque par Gaïa Alexia et parue chez les éditions Hugo Romance, que nous allons nous pencher aujourd'hui 😃

On y suit le quotidien de Teagan Doe, orphelin depuis son plus jeune âge, voguant de familles d'accueil en familles d'accueil. Après le petit délit de trop, la sentence est sans appel : le jeune homme va devoir se montrer exemplaire lors de son année de correctionnelle, au cours de laquelle il sera accueilli par la famille Hills. Désillusionné, Teagan peine à croire que l'expérience pourra fonctionner, d'autant plus lorsqu'il se heurte à l'aînée des enfants Hills : Elena, une jeune femme tout en caractère...

J'aimerais, juste avant de commencer, préciser que tout ce qui va suivre n'a pas pour visée de porter atteinte à l'avis divergent d'autres lecteurs qui ont aimé ou adoré ce livre, ni à l'auteure qui lui a donné vie ☝

Je ne vais pas mentir, je ne sais par où commencer. C'est par hasard que je me suis retrouvée avec ce livre entre les mains, grâce à ma fournisseuse préférée. Elle ne l'avait pas encore lu, aussi avons-nous vécu l'expérience à peu de choses près en même temps. Tout ce que je savais de cette histoire, donc, c'était qu'elle avait été bien accueillie par le public, aussi avais-je quelque espoir de pouvoir en faire autant.

Hélas... Je crois que je vais devoir faire exceptionnellement court pour les deux parties de ce review, tant je trouve peu de choses à en dire, au final. le fond de l'histoire n'était pas mauvais en soi, cela partait dans une direction intéressante et cela aurait pu avoir un réel impact émotionnel. Mais les personnages ont aboli toute notion de bouleversement d'entrée de jeu.

Teagan est un tel concentré de clichés que cela en devient presque caricatural. Comme je le répète à chaque fois qu'il en est question, les clichés ont du bon, mais il faut savoir les utiliser à son avantage et apporter une dose de renouveau pour que la recette fonctionne. Or, ce n'est définitivement pas le cas ici. le bad-boy dans toute sa splendeur, qui manque un peu de relief malgré le lourd passé qu'il traîne derrière lui, et qui est de plus atteint du syndrome du crocodile - comprenez par là qu'il menace beaucoup de passer à l'acte mais trouve toujours une bonne raison peu convaincante d'y renoncer 🤷‍♀️

Il en est de même pour Elena, véritable élément bipolaire de ce premier opus 😶 Même en connaissant la teneur des blessures qu'elle cache - et qui au passage, sont prévisibles à des kilomètres -, il est difficile de comprendre comment elle peut se comporter d'une telle façon avec le jeune homme accueilli.

Teagan et Elena se complaisent dans l'image qu'ils renvoient et enterrent les personnages secondaires dans les rôles surfaits qu'on leur a attribué. La seule qui ait su retenir un minimum mon intérêt dans tout cela, c'est Nathalie Solis, dont l'instinct maternel est sans doute la chose la plus sincère que j'ai rencontrée dans ce livre.

En somme, ce tome tourne en rond, littéralement. le jeu du "fuis-moi, je te suis, suis-moi, je te fuis" prend des proportions aberrantes et mène à des situations ubuesques, sans mentir. le peu de respect que chacun porte à l'autre m'a estomaquée bon nombre de fois. Entre l'une qui jure toutes les trois minutes et lui jette sans cesse son statut d'orphelin à la tête et le dégoût qu'il lui inspire, et l'autre - qui jure toutes les trois minutes aussi - et qui ne pense qu'avec son Calvin Klein, pour rester polie, c'est à s'arracher les cheveux...

Je ne suis pas sans savoir qu'à l'adolescence, les hormones sont en ébullition et tout le toutim, mais à ce stade, cela confine à l'obsession. Quant à cette comparaison, qui marque le summum de toutes les bêtises que j'ai pu entendre de la part de Teagan dans ce livre, j'en suis désolée, mais elle ne m'a pas fait sourire : "Coucher avec Elena, c'est comme atteindre le boss final d'un jeu vidéo, il y a des étapes avant et j'ai peur de manquer de vies". Certes, Teagan n'a que dix-sept ans et peut être maladroit dans ses propos, mais il n'en est pas à son coup d'essai en matière de comparaison douteuse et c'est franchement trop 😕

Le style de l'histoire en lui-même, au-delà du fond et des personnages, ne m'a malheureusement pas du tout accrochée. Les éléments répétitifs de langage m'ont arraché des soupirs à n'en plus finir. J'aurais été curieuse d'avoir le document en PDF pour comptabiliser le nombre de fois que les mots "lionne" et "lapin" ont pu être rédigés en quelques centaines de pages, c'est vraiment, vraiment usant au bout du compte.

Je pourrais m'arrêter point par point sur tout ce qui m'a dérangé dans cet ouvrage, mais par respect pour ceux qui ne l'ont pas encore lu et souhaiteraient garder la surprise intacte, je m'en tiendrai à cela : Adopted Love m'a fait, malheureusement, l'effet d'un de ces téléfilms de l'après-midi, prévisibles d'un bout à l'autre, mais qui ne mettent qu'une heure et quart à nous délivrer, là où il aura fallu des centaines de pages de répétitions pour venir à bout de ce tome. En sautant aux conclusions de la sorte et en ne prenant que mauvaise décision sur mauvaise décision, la fin était inéluctable.

Vous l'aurez compris, je ne parviens pas à me montrer tendre avec ce roman, pour la simple et bonne raison qu'hormis quelques punchlines plutôt amusantes, je dois bien le reconnaître, il n'a pas su faire naître une émotion positive au cours de sa lecture 😞

-----
🦁🐰
-----

Le petit mot de la fin 🖋

Ce retour sur le diptyque de la saga « Adopted Love » n’est que le fruit d’une appréciation générale de la lectrice perdue au milieu d’une foule de tant d’autres que je suis. Les remarques, positives comme négatives, qui y sont établies ne sont que le reflet de mon avis personnel sur la question et ne sauraient s’autoproclamer références en la matière ☝

N’hésitez donc jamais à ouvrir vous-mêmes ce livre pour vous en faire votre propre avis et si je ne pouvais vous donner qu’un conseil, terminez-le quoi qu’il en soit, afin d’avoir toutes les cartes en mains pour vous prononcer sur la qualité de celui-ci dans son intégralité 😉

N’oublions jamais qu’un roman dont la lecture ne nous prend que quelques heures représente en réalité des mois de travail acharné de la part de l’auteur, qui a mis une importante part de lui dedans et qui a pris le risque d’exposer son bébé au reste du monde 💚
Lien : https://everytrickinthebooks..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          910
EloDiie972
  22 septembre 2017
Hier après-midi, avant de me rendre en cours, j'étais à la BU et mon ordinateur chargeait, j'ai donc ouvert ma tablette et j'ai cliqué sur le premier livre... Je vous dis pas ma joie quand j'ai commencé à lire et que je me suis retrouver dans une spirale sans fin, un livre addictif que je ne pouvais plus lâcher puisque je l'ai terminer hier soir, ou plutôt ce matin au alentour de minuit !
Pour nous plonger dans l'histoire, la première chose que je vous dirais c'est que le point de vue est exclusivement masculin, c'est la voix de Teagan !
Teagan est un orphelin de 17 ans, ayant passé toute sa vie dans des orphelinat ou des maisons d'accueil, Un jour son agent de probation lui dis qu'il a le choix, c'est soit il passe par la case prison, car il a encore fait des siennes (Son hobby est de voler des voiture)
Soit il va dans une dernière famille d'accueil avant sa majorité ! Je pense que vous aurez devinez que Teagan a fait... le bon choix ! Habitué à être loger dans des endroits mal famés Teagan est surpris que Solis (Son agent de probation) se gare dans un quartier chic, en face d'une grande, grosse et belle maison.
Solis fait les présentations à Teagan, ce dernier n'a qu'une envie, s'enfuir en courant, ce n'est pas son monde... Lui c'est la racaille du Queens : 
Eux, des riches qui n'ont en que faire de lui ! Toutefois en rentrant un peu plus dans la maison ! Il fait la connaissance d'Elena... Et leurs rencontres ne se passe PAS BIEN DU TOUT !
Je vais vous dépeindre un peu les personnages pour vous mettre dans l'ambiance et vous expliquez POURQUOI ces deux la ne s'entende pas..
Honneur aux dames, je commence par Elena :
Elena est : Mal élevé, grognon, elle crie sur ses parents, elle est insolente avec tout le monde, elle n'arrête pas d'embêter Teagan en le traitant de tous les noms et surtout sa petite mot préféré " L'orphelin " ! Quel Gar** me direz vous... Exactement ! Normalement je n'aime pas DU TOUT les personnages comme ça, me connaissant j'aurez du levez les yeux 1 millions de fois, la détester, voir même arrêtez la lecture car elle ne lésine pas sur son vocabulaire plutôt bien fourni à mon avis.
Et bien NON j'ai aimé Elena de A à Z, au début je pensais qu'elle réagissait comme ça... Et bien surement parce quelle est pourri gâté ou je ne sais quoi... Mais non, au fut et à mesure du livre, on comprendrez qu'Elena était une gentille petit fille 6 mois plut tôt, elle était en surpoids et essuyait des moqueries à l'école, et un jour un événement (quand j'ai enfin su l'événement j'étais juste bouleverser....) va faire en sorte qu'elle se renferme sur elle même, qu'elle ne mange plus, elle n'est pas boulimique, elle ne se fait pas vomir, mais elle ne mange plus du tout ! Ce qui fait qu'elle a perdu du poids considérable !
Ces parents essaye de l'aider, en vain, ils sont désespérer et veulent retrouver leurs filles... Mais elle nie tout en bloc ! Déclarant qu'elle va bien ! 
Elena déteste Teagan, mais puisque c'est par les yeux de Teagan qu'on la voit, ce n'est que quand celui ci fouine dans ses affaires qu'il comprend qu'Elena l'aime depuis un moment, si ce n'est depuis leurs premières rencontre....
Passons à Teagan, mon nouveau Bookfriend... Hahaha :
Teagan ne parle pas... Il n'est pas muet non... d'ailleurs je le pensais car il ne s'adresse à personne avec des mots si ce n'est Solis, et ça lui a pris du temps.
Tout comme Elena vous découvrirez que c'est un traumatise lors de son enfance qui lui a volé sa voix, il a du mal à s'exprimer, les mots se bousculent dans sa tête, ils n'arrivent pas à dire ce qu'il ressens.. il ne connait que la violence.. c'est la seule manière pour lui de s'exprimer
Sa rencontre avec Elena va me bouleverse car il a trouver plus fort que lui... S'il s'enterre dans le silence Elena elle aime crier, sur lui, sur tout le monde ! Mais dès que quelqu'un (surtout les vigiles de magasins) s'en prenne à Teagan, Elena devient une vrai lionne, c'est d'ailleurs comme ça qu'il l'appelle " Ma Lionne ". Et lui s'identifie à un " Lapin " car il est à ses pied, petit animal inoffensif face au roi de la jungle, ou plutôt la reine, il se met à faire de choses qu'il n'aurait jamais fait en temps normal.
Teagan est un personnage assez complexe, on sent l'enfant blessé en lui, l'enfant qui crie, l'enfant qui se demande pourquoi il a enduré tout ça, l'enfant qui veux une famille normal avec un père et une mère qui l'aime... L'enfant qui chaque nuit se réveille en sueur en proie à ses cauchemars...
Mais dés que Teagan est entouré, il redevient la boule de colère qui le caractérise, et que je lance des doigts d'honneur par ci, des regards noirs par là, et que je bouscule les gens, ça n'arrête pas. Toutefois, au contact d'Elena, les vannes semble s'ouvrir, s'il ne parle pas pendant plus de la moitié du livre, un jour il ouvre la bouche, et c'est pour crier et injurier Elena ! Car vous l'aurez devinez, elle a encore fait des siennes.... A partir de la, il se rend compte que c'est facile de lui parler, elle est un baume pour son coeur fragile.
Là aussi, normalement, j'aurais détester un tel personnage, Mais c'est TOUT LE CONTRAIRE ! J'aime Teagan, parce que sa se sens que c'est un garçon bien, abîmé par la vie ! de plus, j'ai trouvé une photo de L'auteur ou Teagan est représenté ! Vous avez vu tant de beauté ? Je suis amoureuse je crois !
Si Teagan est autant tatoué et à ce look, c'est pour passé inaperçue, pour qu'on ne lui parle pas, pourtant ce look attire pas mal de monde je trouve, des filles... (Tu m'étonnes), des vigiles, la police, des caïds, des garçons pas très fréquentable.... La planète quoi !!! 
Bref, Donc l'histoire se poursuit, Teagan ne se sens toujours pas à l'aise avec la famille Hills, mais il reste " calme " enfin, dans la limite du possible... Il trouve la mère d'Elena gentille, mais c'est le père qui l'intrigue, en effet a part lui interdire de toucher sa fille, le père d'Elena Daniel fume et boit avec Teagan à chaque fois que celui n'est pas bien ou est de mauvaise humeur, j'étais aussi surprise que Teagan, je m'attendais à un homme froid et distant qui déteste Teagan, mais c'est tout le contraire ! Daniel semble se montrer compréhensif, mais quand Teagan a failli frapper Elena (Je ne le défend surtout pas, mais Elena lui a sorti une de ces choses, je l'aurais frappé aussi ! Parfois elle parle sans réfléchir et elle blesse beaucoup !)
Il ne se fâche pas contre Teagan et vous découvrirez tout comme moi que Daniel semble bien connaitre Teagan, depuis un moment.... J'ai donc bien aimé Daniel. 
Pour parler de la relation amoureuse.... Elle était magnifique, s'il sont tous les deux abimés, cela se voit qu'ils ont beaucoup d'amour à se donner ! Teagan découvre les fameuse lettre l'O V E et il en est tout retourné ! Il essaye de lutter au début, mais il rend les armes, Elena lui a volé sa raison... Et son coeur !
Pour le reste de l'intrigue sincèrement si je commence à parler je vais trop vous en dire, il y a donc les personnages secondaire, je vais vous laissez les découvrir.. En tout cas Adopted Love est une histoire dur et poignante avec des révélations plus saisissante les unes que les autres, triste aussi... On a mal pour nos deux personnages et on est dégoûté pour eux ! 
La fin se termine mal pour Teagan puisqu'il se retrouve à la case départ sauf qu'il n'y a pas 2 choix ! J'ai donc hâte de lire le tome 2 et retrouver La lionne et le lapin ! 
Je ne pensais pas que ce serait un coup de coeur en commençant à le lire, au hasard qui plus est... Mais je suis totalement conquise ! 
Lien : https://fiftyshadesofbooks20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gaoulette
  25 mai 2018
Félicitation pour ce premier roman Alexia Gaia. Publication de la plateforme fyctia. Une auteure en herbe qui surfe sur la vague new romance. Beaucoup de postulants, très peu d'élus. Et je ne parle pas de la plateforme. Ce n'est pas le nombre de like qui compte mais la qualité. Et au milieu des publications intempestives, peut ressortir une pépite comme Adopted Love. Je ne dénigre pas ces auteures mais pour certaines se lancent dans ce défi sans la qualité requise, savoir écrire, transmettre sans rentrer dans les clichés et le copié-collé.
Pourquoi je m'attarde sur ce prise de bec? Alexia Gaia fait partie de cette nouvelle vague mais avec son premier roman elle sort du lot et se démarque. On sent la plume, on sent la nouvelle auteure, on sent la qualité! Et en plus elle a de la suite dans les idées. Elle est une élue malgré quelques couacs....
Adopted love, c'est malheureusement une couverture qui annone le bad boy par excellence. J'insiste sur le malheureusement car le héros Teagan souffre de ce cliché (tatoué = racaille). Quand on découvre le passif et la souffrance de Teagan, on s'en veut d'avoir pensé cela de la couverture.
Qui est Teagan Doe? Un héros, une jeune homme de 17 ans orphelin, une pseudo caid, un tatoué jusqu'au bout des ongles, un jeune homme blessé par la vie, meurtri, mais si intense et fantastique, époustouflant qui avec peu de mots vous bouleverse et charme complétement. le compliment de taille débarque, j'ai pensé à Holder le héros de Colleen Hoover d'Hopeless qui est pour moi le top du top de personnage masculin! Et voila Teagan rejoint l'excellence et la perfection à mon gout d'Holder!
Teagan se retrouve du jour au lendemain dans une nouvelle famille d'accueil. Pas le choix ou sinon c'est la prison. Il va créer un petit séisme dans cette famille de bourge. Et pour l'accueillir, Elena un vrai petit dragon, un bout de femme qui explose tout sur son passage. Je vous arrête il n'y aura pas de romance à l'instanté. Un bad boy qui devient un toutou pour la belle. Alexia Gaia a travaillé ses héros pour en faire un couple atypique en apparence mais si complémentaire et ressemblant. Elle leur laisse le temps pour succomber car la ligne directive d'Alexia Gaia est la communication par n'importe quel moyen....
Un roman Young adult intense qui est axé sur la colère et le passé tragique du héros. Un roman qui se construit doucement et dévoile une famille avec ses secrets. Mais voilà, à vouloir prendre trop son temps, je m'agace et j'aimerais que l'auteure arrête de tourner en rond. Je ne parle pas d'actes mais de la relation assez complexe de Teagan et Elena. L'auteur se perd parfois dans ses longueurs alors qu'elle a de la magne pour nous concocter des scènes cocasses avec le petit frère, Benito, la mère, le père même Sophie.... Je pense que cela aurait crée un rythme non négligeable sachant qu'il fallait le temps à cette relation de se concrétiser. A vouloir trop se centrer sur les réactions incompréhensibles d'Elena, on e lasse....
Mais voilà je suis restée car Teagan a conquis mon coeur de guimauve. Félicitation à l'auteure pour ce personnage qui nous pousse à voir plus loin que le bout de notre nez. Un héros avec toutes ses complexités dont il faut écouter ses silences. Un héros où il faut cerner chaque souffle et chaque minuscule réaction....
Du très très bon boulot qui se clôture sur une scène catastrophique! On veut la suite qui ne s'annonce pas terrible. Dommage que je ne l'ai pas fait en lecture commune avec ma jumelle. Je sais qu'elle aurait kiffer Teagan... Affaire à suivre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
booksofamandinebooksofamandine   12 novembre 2021
«C’est bien plus libérateur que j’aurai pu le croire d’envoyer tout se faire foutre à la Teagan Doe. Je me sens soudain plus légère.»
Commenter  J’apprécie          30
booksofamandinebooksofamandine   12 novembre 2021
« Mec, pour tout ce qui te passe par la tête, ferme ta gueule. Dis juste à ta femme que tu l’aimes tant qu’elle est là. Parce qu’elles sont tout ce qu’on a, nous, les gosses orphelins du Queens. »
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067Ninie067   09 octobre 2017
— Monsieur Teagan Doe… Je suis vraiment attristée de vous retrouver une fois de plus sur ce banc, soupire la juge. À force de voir mon casier arriver sur son bureau, j’imagine qu’elle le connaît par cœur. — Vos seize ans étant révolus et au vu de votre récidive, vous serez jugé comme majeur responsable, continue-t-elle sans attendre de réponse de ma part. Savez-vous ce que cela signifie ? Ouais, putain ! Solis était hors d’elle hier en me l’expliquant lorsque les flics m’ont enfin laissé passer mon coup de fil. Je suis sûr que si elle avait été là, elle m’en aurait collé une. L’avocat véreux qu’elle a trouvé pour me défendre et qui sent l’alcool bon marché à des kilomètres en a repassé une couche quelques heures plus tard.
— Plus de centre de redressement, plus de punition d’enfant… Vous allez devoir faire face à vos responsabilités. C’est la prison qui vous tend les bras, cette fois. La prison ? Je ne sais pas trop ce qui explose en moi, mais c’est douloureux. Je serre les poings pour contenir la panique qui tente de jaillir de mon bide. La juge reprend, histoire d’enfoncer le clou, j’imagine : — À ce que je vois, les chefs d’accusation sont encore et toujours les mêmes. Nous connaissions déjà votre goût pour le vol de belles cylindrées, mais pas encore celui pour la marijuana retrouvée dans vos poches… Et que dire de la somme d’argent que vous portiez sur vous ? Aucune explication quant à sa provenance ? Je pose les yeux sur mes mains coincées entre mes cuisses. À quoi bon la mater plus longtemps avec son air pincé et sa tenue de guignol ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bookheartbookheart   12 août 2021
- Attendez, elle peut partir avec vous, mais lui, ce n'est pas votre fils, et comme il est mineur, un parent doit venir le chercher.
Je m'arrête net, et avant que j'ai le temps de me retourner, Elena balance dans mon dos:
- Va falloir être patient, ils ne sont pas du coin !
Je n'aurais pas dit mieux.
- Ce n'est pas grave, on va attendre que papa et maman arrivent, dit le type en me fixant droit dans les yeux. J'ai hâte de voir leurs tronches.
Si je pouvais, je lui hurlerais dessus que même moi je ne sais pas à quoi ils ressemblent et que ça me botterait bien de les attendre avec lui pour voir leur tête au moins une fois dans ma minable existence. Mais rien d'autre qu'un souffle nerveux ne sort de ma bouche ouverte.
Elena se glisse devant moi et lui fait face.
- Il n'en a pas, pauvre connard, il est pupille de l'État. Alors vous allez faire quoi ? Appeler le président pour qu'il vienne le chercher ? balance-t-elle en haussant le ton.
Je vois le père monter en pression, il changerait presque de couleur. Il doit se retenir d'en mettre une au vigile. Le type me regarde, puis fixe Elena avec les sourcils en l'air. Excédée, la lionne poursuit brusquement:
- Vous comprenez ce qu'on vous dit, le débile ? Espèce de gros l...
J'envoie ma main sur sa bouche avant qu'elle n'aille trop moins. C'est un coup à vraiment finir chez les flics, ça. Elle continue de l'insulter entre mes doigts en se débattant comme elle peut. Elle peut magique. Absolument pas sortable, mais magique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MimyyMimyy   24 mai 2021
Peut-être que c’est juste ça, être amoureux : n’être jamais sûr de rien, flipper pour un oui ou pour un non, essayer de lire dans des regards et avoir un besoin insatiable de l’autre.
Commenter  J’apprécie          120

Video de Gaia Alexia (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaia Alexia
Mélusine reçoit Gaïa Alexia, l'auteure d'Adopted Love.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux ! - Instagram : https://www.instagram.com/hugonewroma... - Facebook : https://www.facebook.com/HugoNewRomance/ - Twitter : https://twitter.com/HugoNewRomance - Snapchat : @HugoNewRomance
Si vous avez aimé cette vidéo, n?hésitez pas à vous abonner et mettre un petit pouce bleu, ça fait toujours plaisir ! La #TeamNewRomance
autres livres classés : famille d'accueilVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4243 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..