AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ellen Forney (Illustrateur)Valérie Le Plouhinec (Traducteur)
ISBN : 2226180176
Éditeur : Albin Michel (15/03/2008)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 256 notes)
Résumé :
Voici les péripéties poignantes et drôles de Junior, un jeune Indien Spokane, né dans une Réserve. Rien ne lui sera épargné – il a été le bébé qui a survécu par miracle, l’enfant dont on se moque et il est désormais l’adolescent qui subit en soupirant coups de poings et coups du sort. Jusqu'au jour où cet éternel optimiste réalise qu'un déplorable avenir l’attend s’il ne quitte pas la Réserve. Admis à Reardan, une école prestigieuse surtout fréquentée par les Blancs... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (69) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  30 août 2018
Arnold, plus communément appelé Junior, accumule les petits défauts et tracas. Né avec trop de liquide céphalo-rachidien qui a nécessité une opération, il en garde des séquelles. 42 dents au lieu de 32, myope d'un oeil et presbyte de l'autre, maigre, des mains et des pieds immenses, un crâne énorme, bégaiement et zozotement. Devenu le souffre-douleur de ses camarades de la réserve indienne de Spokane, il passe beaucoup de temps dans sa chambre, à lire ou dessiner. Heureusement qu'il a Rowdy, son meilleur ami, à qui il confie ses rêves et ses peurs. Inséparables, les deux amis fréquentent le lycée de Wellpinit. Son professeur de géométrie, Mr P, remarque son potentiel et son intelligence et l'encourage fortement à quitter la réserve et son lot de misères. Ayant l'impression que la vie vient de lui mettre un coup de pied aux fesses, Junior demande à changer de lycée et intègre celui de Reardan, un établissement fréquenté par des blancs aisés...
Ce roman, presque autobiographique, met en scène Junior, un Indien Spokane qui, malgré ses handicaps, va embrasser la vie. Quittant la réserve et son ami, refusant la fatalité qui semble peser sur les membres de sa famille (ses parents sont pauvres, n'ont pas eu accès au système scolaire et boivent plus que de raison), le jeune adolescent va se confronter aux autres, surtout les Blancs, et montrer de quoi il est capable. Sans être larmoyant, sans jamais baisser les bras, Junior, alias Sherman Alexie, raconte, sur un rythme trépidant, son quotidien et ses aléas avec entrain, humour, intelligence mais aussi avec beaucoup d'émotions. Gaillard intrépide, jovial, malin et perspicace, Junior est un adolescent terriblement attachant, courageux et touchant. L'auteur porte un regard tendre sur celui qu'il était, et aborde avec habileté, subtilité et humour des thèmes tels que l'exclusion, l'amitié, l'alcoolisme, le deuil, la précarité ou encore la tolérance.

Merci pour le prêt, Cécile !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          782
Ziliz
  28 mai 2012
Une magnifique histoire d'Indiens... contemporaine et sans cowboys.

Junior/Arnold a quatorze ans. Il cumule beaucoup de handicaps : hydrocéphalie, strabisme, pieds immenses, problèmes d'élocution - ce qui suffit à en faire le souffre-douleur du coin. Indien, il vit dans une réserve où règnent misère et alcoolisme. Ses parents ne font pas exception, mais ils n'en sont pas moins attentifs à leurs deux enfants et aimants.

La cruauté et la violence sont omniprésentes dans la "tribu" (sic). Positif, volontaire, sensible et très intelligent, Arnold trouve du réconfort comme il peut : il dessine avec passion, son chien est son meilleur ami, Rowdy son copain préféré... Jusqu'à ce qu'un de ses professeurs lui ouvre les yeux sur son potentiel, élargisse ses horizons pour le moins bouchés.

Malgré ce tableau plutôt sombre, cet ouvrage est bourré d'humour et d'optimisme. Arnold porte sur lui-même un regard sans complaisance, plein d'auto-dérision. Sa force de caractère suscite respect et admiration, et le rend extrêmement attachant.

Un texte superbe, drôle, sage et émouvant, orné de dessins très éloquents toutes les 3-4 pages, souvent amusants, qui méritent que l'on s'y attarde. Un plaidoyer contre le racisme et les ségrégations. Une belle leçon de courage, de ténacité. Des réflexions subtiles sur les minorités et sur les problèmes identitaires lorsque l'on est partagé entre deux univers, différents voire opposés. Un concentré d'émotions. Bref, une merveille !

Un tout petit air de famille avec 'Le journal d'un dégonflé' pour la présentation (moins illustrée, quand même), en plus profond, moins badin.

De 12 ans à beaucoup plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
LucileMM
  04 novembre 2018
« le premier qui pleure a perdu ».
J'avoue j'ai perdu.
J'ai pleuré beaucoup.
Mais j'ai ri aussi, au moins autant.
Bienvenue dans la vie de Junior, ado indien Spokane vivant dans la réserve de Wellpinit.
Un univers à part, un avenir tout tracé, mais pas forcément dans la bonne direction.
Junior a beau aimer les siens, cela ne l'empêche pas de saisir que sa seul chance c'est de s'éloigner et en premier lieu d'intégrer l'école « des blancs ».
Avec son sens de l'humour pour seule arme, il va se lancer dans l'aventure sans jamais se décourager.
Le sujet est grave, l'enjeu majeur. Tout est abordé, sans angélisme aucun. Ça aurait pu être une lecture difficile et pourtant, il y a dans le texte de Sherman Alexie une grâce qui contient la noirceur…
Un livre bourré d'humour et de tendresse, d'une lucidité qui n'empêche pas l'espoir…
Commenter  J’apprécie          291
Eve025
  04 décembre 2015
Ce livre est un petit bijou ! J'ai ri, pleuré ...Bref j'ai passé un excellent moment !
C'est un livre pour adolescents mais il s'adresse vraiment à tout le monde.
On y suit Junior, indien vivant dans une réserve et qui décide d'échapper au destin auquel il était prédestiné et pour cela il va faire une chose folle qui lui vaudra beaucoup de mécontentement de de la part des autres indiens : il va s'inscrire dans le lycée pour blanc (riches accessoirement) qui est situé juste à la frontière de sa réserve. Et là forcément c'est le choc des cultures !
Ce livre est bourré de réflexions sur l'importance des origines mais également sur l'importance de tout faire pour poursuivre ses rêves même si cela implique quelque fois de "trahir" les personnes qui nous sont les plus proches...
Le lecture est ponctué de petits dessins car Junior se dit lui-même "cartoonist" (je l'ai lu en VO je ne sais pas quel terme il emploi en français). Dessins qui son parfois très drôles, vraiment il faut y prêter attention !
Bon ben je ne sais plus quoi dire pour vous le faire lire !
CHALLENGE ABC 2015/2016
CHALLENGE ATOUT-PRIX 2015-2016
CHALLENGE VARIETES 2015 - Un livre qui se déroule au lycée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
cecileo
  19 mai 2010
La vie de Junior avait bien mal démarré il y a 14 ans... Indien Spokane de la réserve Wellpinit , une opération du cerveau à l'âge de six mois lui a laissé une gueule cabossée : 42 dents, des yeux de traviole, une maigreur et des grands pieds qui le font ressembler à un l'majuscule, un crâne énorme à qui il doit toutes sortes de quolibets, et pour finir il zozote et bégaye.
De plus, dans sa famille comme dans toutes celles de la réserve, le frigo est souvent vide, et « un bon morceau de poulet pousserait n'importe qui à croire en l ‘existence de Dieu. »
Le refuge de Junior ?...Ses dessins, qu'il imagine « comme de tout petits petits canots de sauvetage », persuadé qui lui permettront de se faire entendre et comprendre dans le monde entier.
Malgré ses airs de « gogol », Junior est loin d'être sot, et vit mal la misère fataliste qui règne dans sa tribu . Son prof de Maths le persuade de partir « pour toujours » , de quitter ce lieu « où l'on apprend qu'à renoncer ». Junior va donc intégrer le lycée de Reardan, situé à 35 kilomètres de la Réserve, et se retrouve seul Indien parmi les Blancs. Pour ceux de la Réserve, il est maintenant un traître , alors que pour les Blancs, le seul fait d'être Indien fait de lui un tueur en puissance ...
Mais Junior se montre plein de courage, affrontant les règles de survie, qui somme toute, sont les mêmes que dans la réserve : le premier qui pleure a perdu ...
Mon avis :
Je devais le lire, mon ado ne m'a pas laissé le choix : un livre dont il me dit avoir envie de le relire alors même qu'il ne l'a pas encore terminé, cela ne se refuse pas ! ! !
Et je l'ai trouvé tout simplement formidable.
Faire d'une telle vie un roman jeunesse est un pari osé. L'auteur réussit ici à aborder des thèmes lourds tels que la ghettoïsation des minorités ethniques, l'alcoolisme, la mort. Certains passages sont forcément lourds de tristesse, mais l'autodérision du narrateur fait passer un merveilleux message d'espoir. Les dessins de l'illustratrice d'Ellen Forney jalonnent si bien cette lecture, que j'ai d'abord cru que Sherman Alexie en était lui-même l'auteur. Ici, Sherman Alexie parle de cette collaboration réussie, et de l'écriture de ce roman qui est son premier ouvrage en littérature jeunesse.
L'avis de mon Ado de 13 ans :
J'ai adoré ce livre qui traite de la discrimination raciale. Les illustrations, le plus souvent très drôles, nous aident à refouler les larmes que l'on pourrait verser devant tant de misère.
Les quelques billets qui parlent de ce roman sont relativement anciens : Cuné ne l'avait pas du tout aimé, Blabla Blibli en a apprécié l'écriture légère et pleine d'humour, Saxaoul et Clarabel ont été convaincues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 décembre 2008
Lecture jeune, n°128 - Arnold Spirit Junior, un jeune indien Spokane, est né dans une réserve. Cet adolescent de 14 ans a été littéralement « gâté » par la nature ! Il a la tête « pleine d’eau » (il est hydrocéphale) et a miraculeusement survécu à une opération lorsqu’il était nourrisson. Il en a gardé un crâne et des pieds surdimensionnés, 42 dents (« dix dents au-delà de l’humain »), un oeil myope, l’autre presbyte et est sujet à une activité convulsive qui s’exprime par des bégaiements, des zozotements ou des crises… En plus d’être considéré comme le « gogol » de la réserve, il se fait tabasser régulièrement par les gamins de son âge. Sa seule assurance-vie est son meilleur - et seul - ami, Rowdy, la brute la plus épaisse de la réserve. Pour éviter de finir « minable », comme tout bon indien Spokane, il choisit de fraterniser avec l’ennemi. Sur les conseils d’un professeur, Junior décide de quitter son lycée pour celui de Reardan, à 35 km de la réserve, fréquenté uniquement par des « blancs ».

En pactisant avec le monde des « blancs », Junior sait qu’il va devenir un traître pour sa communauté. Mais il refuse tout simplement d’être le héros d’une histoire tragique répétée à l’infini par sa tribu : « On se met à croire que si on est pauvre, c’est parce qu’on est bête et moche, c’est parce qu’on est indien. Et parce qu’on est indien, on se met à croire qu’on est destiné à être pauvre ». Junior, qui se décrit avec la plus grande honnêteté comme un raté, réussit à se faire accepter par les « racistes » de Reardan, il devient un des plus grands joueurs de l’équipe de basket et tombe amoureux de la plus belle blonde du lycée. Junior manie l’autodérision avec talent et envisage le monde qui se présente à lui avec une lucidité aussi généreuse qu’irrévérencieuse. Il appréhende sa condition sans la moindre compassion et l’humour devient son unique sortie de secours. Son optimisme et sa foi en l’avenir sont si tenaces que Junior semble parfois être masochiste ou simplement naïf.

« Fils adoptif » de Jim Harrison et James Welsh, figure majeure de la littérature amérindienne actuelle, Sherman Alexie a choisi le roman adolescent pour écrire sa « presque autobiographie ». Sherman Alexie, de mère Spokane, a grandi dans une réserve à Wellpinit et en est sorti pour faire de brillantes études. Il est également né hydrocéphale. Sous des allures de roman pour préados - le texte est parsemé de dessins accentuant le côté « comique » du personnage - ce récit s’adresse à des bons lecteurs. Il joue constamment sur un humour à prendre au second degré et une critique de la position de victime d’une communauté qui a intégré l’exclusion comme étant naturelle et justifiée. Mais au jeu du « premier qui pleure a perdu » Sherman Alexie sort gagnant. Il a reçu le National Book Award avec ce roman délicieusement drôle qui est devenu un best-seller aux États-unis.

Rozenn Muzellec
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
oceaneoceane   23 novembre 2008
Avant, je croyais que le monde se divisait en tribus. En noir et blanc, en indien et blanc. Mais je sais à présent que ce n'est pas vrai. Le monde n'est divisé qu'en deux tribus : ceux qui sont des enfoirés et ceux qui n'en sont pas.
Commenter  J’apprécie          470
ChezLoChezLo   07 avril 2011
"- Arnold ?
- Quoi ?
- Je peux te poser une grosse question ?
- Ouais, sans doute.
- Tu es pauvre ?
Je ne pouvais plus lui mentir.
- Oui, je suis pauvre.
Je pensais qu'elle allait sortir de ma vie sur-le-champ. Mais non. Au lieu de cela, elle m'a embrassé. Sur la joue. Je pense qu'on n'embrasse pas les pauvres sur les lèvres. J'ai failli lui crier dessus pour lui reprocher d'être superficielle. Mais là, je me suis rendue compte qu'elle se comportait en amie. Une vraiment bonne amie en fait. Elle se souciait de moi. Je pensais à ses seins, et elle, elle pensait à toute ma vie. C'est moi qui était superficiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
JuinJuin   31 mai 2012
- Ne bois jamais m'a-t-elle dit.
Elle m' a giflé. Une, deux, trois fois. Elle m' a giflé FORT.
- Promets-moi de ne jamais boire.
- D'accord, d'accord je te promets.
Incroyable. ma soeur se tuait par l'alcool et c'était moi qui me prenait des baffes.
Commenter  J’apprécie          230
marina53marina53   30 août 2018
Quand on perd un parent, à n'importe quel âge, je crois que cela fait aussi mal qu'à cinq ans, vous savez ? Je crois que tous autant que nous sommes, nous avons toujours cinq ans en présence ou en l'absence de nos parents.
Commenter  J’apprécie          250
lilimarylenelilimarylene   30 décembre 2010
Il a ri, a trébuché sur un piquet de tente et est allé s'écraser contre un minivan. Il s'est cogné la figure contre une vitre et s'est pris l'épaule dans le rétroviseur.
C'étais plutôt marrant, donc je me suis marré.
Erreur.
Rowdy s'est mis en colère.
Il m'a flanqué par terre et a failli me donner un coup de pied. Il a lancé sa jamabe vers moi, mais l'a retenue à la dernière seconde. Je voyais bien qu'il voulait me faire mal parce que j'avais ri. Mais je suis son ami, son meilleur ami, son seul ami. Il ne pouvait pas me faire de mal. Alors il a pris un sac-poubelle plein de bouteilles de bière vides et l'a balancé contre le minivan.
Du verre pilé partout.
Ensuite, Rowdy s'est emparé d'une pelle qui avait servi à creuser des trous pour les barbecues et il s'est attaqué au van. Histoire de le démolir.
Crac ! Boum ! Vlan !
Il a cabossé les portes, explosé les vitres, arraché les rétroviseurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Sherman Alexie (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sherman Alexie
Rencontre avec Sherman Alexie
Decouvrir une autre Amerique a travers le regard de ses ecrivains, voila ce que propose Francois Busnel, une fois par mois, avec ces 'Carnets de route'. Sept emissions de rencontres, de surprises et d'emerveillements, mais aussi d'interrogations et parfois meme de critiques impitoyables.
Episode 7. Un reve californien. De Los Angeles a San Francisco, en passant par Santa Barbara, la Californie reflete mieux qu'aucun autre Etat l'idee du reve americain. Son nom, d'abord : Californie. Lorsqu'il la decouvrit au XVIe siecle, l'explorateur Cortes la baptisa ainsi parce que California etait le nom d'une mysterieuse princesse regnant sur un royaume ou coulaient d'abondance le miel et l'or. Ou trouva-t-il son inspiration ? Dans un roman ! Decidement, le pouvoir de la litterature est bien plus grand qu'on ne le pense...
+ Lire la suite
autres livres classés : indiens d'amériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14563 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..