AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Wild_One


Wild_One
14 septembre 2017

Leurs coeurs battent pour lutter contre la mort d'une nation réduite au silence. Leurs âmes sont lourdes de regrets et nostalgiques d'un passé qu'ils ne connaissent qu'à travers les récits des anciens de leur tribu. Leur réserve prend peu à peu des allures de mouroir. le mal blanc s'insinue lentement au sein de ce peuple sans âge nourri de croyances. La haine, la violence et le mépris s'installent jusque dans les nattes que certains nouent encore sans doute plus par habitude que respect des coutumes. La misère est partout. Elle alimente les foyers quand les repas se font rares. Elle étreint le quotidien des plus désoeuvrés. Vieux et jeunes succombent aux incantations de l'alcool pour endurer l'indigence et l'acculturation.
Les pow wow ont perdu de leur superbe et la transe causée par les tambours ne célèbre plus la culture indienne, détrônée par un besoin impérieux d'ivresse. La bière et le whisky ont terni la fierté des hommes et balayé leur dignité. Et les esprits cachent leur honte devant les soûlards aux pantalons trempés de pisse gisant inertes sur les trottoirs. le temps de l'indien est révolu. Il a été absorbé, façonné et détruit par l'homme blanc. Et bientôt leurs légendes transmises depuis des générations ne trouveront plus oreille qui veuille les entendre. La souffrance d'être né indien, de partager le sang des opprimés et l'histoire d'une population ancestrale dans une société résolument moderne sera dispersée aux quatre vents.
Dans Phoenix Arizona, Sherman Alexie crie la douleur de ses frères amérindiens. D'origine spokane, l'écrivain évoque à travers les portraits et les déboires d'indiens d'Amérique du Nord le quotidien d'une réserve. A travers sa jeunesse à la fois impétueuse et désabusée, à l'orée de deux civilisations auxquelles elle ne peut s'identifier réellement, l'auteur exprime la plainte sourde d'une minorité. Et pendant que cette génération s'abîme dans l'alcool et la découverte de substances illicites, consciente d'appartenir à la race des vaincus, leurs aînés meurent dans l'oubli et la décrépitude la plus outrancière.
C'est un constat amer qu'Alexie balance à la gueule du lecteur où l'écriture extrêmement musicale et empreinte de poésie diffuse une tristesse incommensurable. Un recueil douloureux dans lequel les émotions se bousculent. Puissant et mélancolique, Phoenix Arizona est pareil à une maison d'enfance dont on franchit le seuil après le décès du dernier habitant. Pleine d'odeurs, chargée de souvenirs et dont seul le tic-tac infernal d'une pendule ramène à la vie. On ressent ici l'identité du peuple indien, sa majesté et son aura mais la conscience d'une ère révolue est hélas indéniable. le son du tambour des pow wow se meurt, étouffé par le bruit des moteurs et les racines amérindiennes sont noyées sous des litres d'alcool.
Commenter  J’apprécie          130



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (13)voir plus