AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756082844
192 pages
Delcourt (23/10/2019)
3.66/5   159 notes
Résumé :
Un homme et une femme se rencontrent par hasard à une fête de mariage dans un vieil hôtel au sud de l'Italie. Chacun essaie de profiter de cette soirée pour donner un sens à leur vie.
Leur rencontre, inattendue, est celle de deux personnages un peu à la dérive au milieu d’une fête qui ne les concerne pas. Germano et Elena s’accrochent alors l’un à l’autre et se laissent guider par leur désir mutuel de donner, le temps d’une nuit, un sens à leur vie.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
3,66

sur 159 notes
5
6 avis
4
20 avis
3
6 avis
2
3 avis
1
0 avis

berni_29
  08 octobre 2020
Au départ, ce roman graphique d'Alfred, Senso, m'a laissé une impression en demi-teinte. Et puis, une fois refermé le livre, le récit est revenu dans mon esprit un peu plus tard, comme un thé qui infuse... Et depuis, je ne cesse d'y penser, non pas parce qu'il est un coup de coeur, - il ne l'est d'ailleurs pas pour moi-, mais parce que des scènes reviennent à moi comme si j'en avais vécues certaines d'entre elles, des scènes mais aussi des impressions...
Le synopsis est assez banal : un homme et une femme se rencontrent par hasard à une fête de mariage dans un vieil hôtel au sud de l'Italie. Chacun essaie de profiter de cette soirée pour donner un sens à leur vie. Dit comme cela, c'est en effet quelque chose de banal, peut-être quelque chose que vous avez déjà vécu...
Il s'appelle Germano, elle s'appelle Elena.
Pour résumer, Germano se rend à une exposition et voilà que tout dérape à son arrivée à la gare dans une ville du sud de l'Italie où il est venu assister à l'inauguration d'une exposition de photos organisée par sa fille. Personne ne l'attend à la gare, à l'hôtel, la chambre réservée est prise. Entre temps, il se fait voler sa valise. Il découvrira plus tard qu'il s'est trompé de semaine...
Germano, c'est un chien dans un jeu de quilles, c'est un éléphant dans un magasin de porcelaines, c'est un personnage étonnamment égaré dans cette histoire, qui s'étonne lui-même de ce qui lui arrive, sa gestuelle éperdue et son visage ressemblent sans cesse à un navire en plein naufrage.
À l'hôtel, il y a un mariage ce soir-là. C'est pour cela que l'hôtel est complet.
Elle s'appelle Elena, il s'appelle Germano.
Elena est invitée au mariage.
Leur rencontre, inattendue, est celle de deux personnages un peu à la dérive au milieu d'une fête qui ne les concerne pas.
Autour de l'hôtel, autour d'eux il y a un parc immense où l'imaginaire n'attend qu'eux pour s'exprimer. Ce parc ne serait rien sans eux, sans leurs hésitations, leurs tâtonnements, leur ivresse... Germano et Elena s'accrochent alors l'un à l'autre et se laissent guider par leur désir mutuel de donner, le temps d'une nuit, un sens à leur vie...
C'est une fugue presque immobile. J'ai aimé cette fugue, totalement bancale, pleine de maladresse et teintée d'ivresse, mais c'est cela qui crée aussi le chemin entre deux âmes perdues.
Cette histoire est aussi une insoumission contre l'ordre établi, un message rebelle, dissident, d'une portée écologique, message porté maladroitement comme si Germano n'en prenait pas conscience ou plutôt, oui il en prend conscience, mais c'est comme s'il ne savait pas bien le faire, manquait d'assurance, lui l'ancien producteur de groseilles biologiques, ayant fait faillite à cause de la pression des lobbyings agricoles environnants, jusqu'à ce que ceux-ci provoquent une pollution sur sa production...
Dans ce scénario dépeint sur des planches extrêmement expressives, j'y ai vu, derrière cette maladresse amoureuse, une dénonciation forte d'un modèle de société classique qui démontre ses limites.
Les dessins très expressifs m'ont émerveillé. Les personnages sont animés d'une vigueur étonnante. Certaines pages sont éblouissantes, telles de véritables peintures.
Mais l'amour est là aussi, bel et bien là ou plutôt naissant, comme si cet amour se forgeait justement sur le terreau d'un monde à la dérive, ces deux être fragiles que sont Germano et Elena se reconnaissent dans l'échec de leurs vies respectives, ils arrivent peut-être à un âge où chaque rencontre est un festin divin. Est-ce l'amour ? Peut-être pas, mais cela en prend presque déjà l'allure...
Ce que j'aime, ce sont les faux-pas des deux personnages principaux et leurs trébuchements qui mènent à l'amour, alors forcément je me suis ici régalé.
Dans nos vies, il est rassurant de lire des histoires d'anti-héros qui non seulement s'en sortent à merveille, mais en plus nous éblouissent par leurs pas de côté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
alexb27
  22 décembre 2019
Germano se rend à une exposition et se retrouve par hasard au mariage d'un vieux copain. Lors de la cérémonie, il rencontre Helena, une femme comme lui un peu paumée et à la croisée des chemins...Le dessin aux traits légers, tout en douceur, l'histoire agréable m'ont fait passé un joli moment. Rien d'inoubliable cependant. J'ai préféré come prima du même auteur.
Commenter  J’apprécie          310
blandine5674
  16 janvier 2020
Il y a des jours où j'aurais du rester couché se dit-on parfois. Parce que Germano les accumule : train avec six heures de retard, chambre d'hôtel ré attribuée, chaleur, vol de valise, etc. La poisse ! Quoique ! Une bonne détente tendre et amusante qui nous rappelle certains jours...
Commenter  J’apprécie          290
Estelleeb
  23 mars 2020
Germano est l'anti-héros par excellence, il est poissard, maladroit, timide et confus. Il entre difficilement en contact avec le monde extérieur sans provoquer, au choix : le rire ou la gêne. En contraste il y a Elena qui, malgré sa grande assurance et sa joie de vivre, cache des névroses bien profondes. Deux personnages attachants dont la rencontre semble naturelle et évidente le temps d'une nuit (ou pour la vie ?). Un scénario très prenant, avec de nombreuses péripéties, confondant presque le genre de la bande dessinée avec celui du cinéma. L'utilisation du plan séquence accroissant grandement cette sensation.
D'un point de vue graphique les dessins sont fabuleux ! Particulièrement sensible au trait graphique d'Alfred, l'utilisation de la couleur est parfaitement maitrisée et offre de très beaux décors. Mention spéciale pour les pages entières en extérieur, dénuées de bulles, qui ressemblent à de véritables peintures.
// Dans le cadre du prix de la BD Fnac - France Inter 2020
Commenter  J’apprécie          190
prune42
  10 mars 2021
En plein été, un 15 Août, Germano se rend en Italie pour voir une exposition de photographies prises par sa fille mais tout ne se passe pas comme prévu : son train a beaucoup de retard, la chambre d'hôtel qu'il croyait réservée n'est plus disponible, son sac de voyage lui a été volé... Sans le savoir, il se retrouve parmi les invités du mariage d'un ancien copain de foot, Vico. Un malentendu éclate avec le cousin de la mariée et Germano et lui en viennent aux mains. Germano rencontre aussi Elena, l'ex-femme de Vico avec qui il passe une partie de la soirée dans le parc de l'hôtel.
J'avais découvert cette BD grâce à des avis de lecteurs enthousiastes et la voyant sur les rayons de la médiathèque de ma commune, j'ai voulu la découvrir à mon tour.
Malheureusement, je n'ai pas du tout aimé cet album. Dès les premières pages, j'ai été surprise et gênée par les dessins crus de sexualité et qui reviennent plus loin dans le livre. Je n'en ai pas vu l'intérêt car il n'en est même pas question dans l'histoire et je trouve cela déplacé.
L'histoire n'a pour moi rien d'extraordinaire, je l'ai trouvée assez quelconque et le graphisme ne m'a pas non plus séduite avec ses dessins aux gros traits, pas très travaillés selon moi.
Je n'ai donc pas été transportée par cette BD, ni même géographiquement parlant, contrairement à certains lecteurs qui racontaient que cet album les avait fait voyager en Italie. Je n'ai pas été convaincue par cette lecture qui m'a bien déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (6)
Telerama   04 décembre 2019
Un homme un peu paumé se retrouve dans un hôtel complet, où se tient un mariage… Alfred emmène le héros de “Senso” sur des sentiers poétiques et peu conventionnels.
Lire la critique sur le site : Telerama
ActuaBD   26 novembre 2019
Il descend du train pour voir une expo et se retrouve au milieu d'un mariage tonitruant... Un personnage attachant et de superbes paysages pour une ode à l'hédonisme.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   04 novembre 2019
Alfred s’appuie sur la fluidité de son pinceau pour créer des planches extrêmement sensitives et faire jouer ses acteurs avec énergie et sincérité. [...] Peut-être moins profond que d’autres de ses albums, ce Senso d’Alfred s’impose néanmoins comme un livre d’une belle maturité artistique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDZoom   29 octobre 2019
Mixant avec talent et pertinence les ambiances et les explorations graphiques, Alfred met en écho, à cette théâtrale situation de départ assez amusante et digne d’une comédie « à l’italienne », des projections sur des perspectives parallèles, en se basant sur ces expériences personnelles.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   23 octobre 2019
Récit aux multiples niveaux de lecture, réalisé avec énormément de talent et d’esprit, Senso est une ode à la fragilité du moment présent et à la nécessité de savoir percevoir la présence des autres, sous oublier de la savourer, évidemment.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   09 octobre 2019
Un magnifique album intimiste qui démontre une nouvelle fois la profondeur du regard d'Alfred, et cette émotion qui transparaît dans les silences de cette sublime nuit blanche…
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
voiliervoilier   20 juin 2020
- C'est plutôt joli si on se ment un peu , ce soir non- C'est plutôt joli si on se ment un peu , ce soir non ? ça vous servirait à quoi que je vous dise qu'il y a dix que je n'ai pas réussi une seule histoire avec un homme et que je ne suis même plus certaine d'en être capable. De dire que le temps me terrifie et ce que je vois dans le miroir n'est pas là pour me rassurer... que j'ai chaque jour un peu plus la même peau que ma mère. Raconter tout ça... ça ferait un peu trop "à la dérive", pas vrai ? Ben on justement, on va pas se dire ça... Ce soir, on se ment un peu. Demain on verra.

- Je ne sais même plus à quand ça remonte, la dernière fois que je me suis senti si bien...? ça vous servirait à quoi que je vous dise qu'il y a dix que je n'ai pas réussi une seule histoire avec un homme et que je ne suis même plus certaine d'en être capable. De dire que  le temps me terrifie et ce que je vois dans le miroir n'est pas là pour me rassurer que j'ai chaque jour un eu plus la même peau que ma mère. Raconter tout ça... ça ferait un peu trop "à la dérive", pas vrai ? Ben on justement, on va pas se dire ça... Ce soir, on se ment un peu. Demain on verra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LadydedeLadydede   11 février 2020
- Non, moi je demande, aimer, être amoureux... ça veut dire quoi ?
- Je... je ne sais pas...
- BEN VOILÀ ! Moi non plus... j'en sais rien ! Et vous trouvez pas ça louche, vous ? Un truc qui occupe autant de place et dont on ne sait même pas dire ce que c'est ?
Commenter  J’apprécie          60
Erik_Erik_   25 septembre 2020
Un panorama azuré de plaines, de montagnes, de vallées : un horizon semé de villes et de villas, moiré d’ombre et de lumière…
Commenter  J’apprécie          10
LibertyBojanglesLibertyBojangles   31 décembre 2021
- Non, moi je demande, aimer, être amoureux… Ça veut dire quoi ?
– Je… Je ne sais pas…
– Moi non plus. J’en sais rien ! Et vous trouvez pas ça louche, vous ? Un truc qui occupe autant de place et dont on ne sait même pas dire ce que c’est ?
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   18 décembre 2020
De dire que le temps qui passe me terrifie, et ce que je vois dans le miroir n'est pas là pour me rassurer...
Que chaque jour un peu plus la même peau que ma mère.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Alfred (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Alfred
Les représentants
autres livres classés : rencontreVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4413 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre