AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne-Cécile Padoux (Traducteur)
EAN : 9782070343300
512 pages
Éditeur : Gallimard (08/11/2007)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Issue d'une riche famille musulmane, Layla vient de rentrer des États-Unis, où elle étudiait, pour se marier. Un mariage arrangé auquel elle se prête, malgré la peur, pour préserver soir lourd secret : elle n'est plus vierge. Or Samir, son jeune mari si beau, si charmant, dissimule lui aussi un épisode de son passé qui l'obsède. À Madras, pendant le voyage de noces qui aurait pu leur permettre de s'accepter l'un l'autre, va surgir celui que personne n'attendait. C'e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
cmpf
  08 janvier 2020
Layla est une jeune fille indienne musulmane. Depuis longtemps sa vie est sous le signe de la duplicité. Ses parents émigrés depuis longtemps en Amérique ont divorcés à l'initiative du père qui a préféré cela à la possibilité de prendre une seconde épouse. Sa mère l'a très mal vécu, aussi lorsqu'il rentrent tous les étés en Inde à Hyderabad, pour que Layla garde ses racines, personne n'en parle. Par ailleurs bien que fréquentant école, puis université, elle est très surveillée, ne peut recevoir d'appels, ni sortir avec des amis sous peine d'être battue par son père, pourtant chirurgien cardiaque, donc éduqué.
Et cette vie de mensonge va continuer car lorsqu'on lui annonce qu'on lui a choisi un époux, elle passe une nuit avec un amoureux américain. Pas de chance, elle est enceinte et doit le cacher, malgré la cérémonie où l'on présente le linge taché de sang. Mais la duperie ne s'arrête pas encore là, celle dont elle sera victime est encore bien pire, dans une société aussi sectaire et où quoi qu'il se passe c'est toujours la femme qui est blâmée.
Finalement il est toujours question de sexe dans ce roman, dont à mon avis l'Islam ne sort pas grandi. de sexe mais aussi de démons qu'ils faut détruire grâce à des alims (sortes de sorciers) (dont l'un m'a paru plus près de l'adepte du sadisme que du soigneur).
Toutefois sont aussi évoquées les tensions entre communautés religieuses et le sentiment des musulmans d'être citoyen de seconde zone.
J'ai aimé cette histoire mais ai trouvée un peu longue la description des cinq jours de mariage.
La question que je me suis posée est quel est le lien entre cette histoire et la propre vie de l'auteur ?

Challenge ABC 2019-2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
myriampele
  25 juin 2014
C'est à mon avis une très belle peinture de la société en Inde, partagée entre Islam et hindouisme, avec, dans ce roman, la présence des Etats-Unis, où l'héroïne vit avec sa mère ( ses parents sont divorcés) et fait des études. Elle se marie cependant, Layla, avec Samir dont les parents musulmans sont très pratiquants. Et puis, dès la nuit de noces, des secrets apparaissent, et se révèlent alors des personnalités dont le destin, normalement tracé par un mariage traditionnel, n'appartient qu'à chacun d'entre eux! j'ai beaucoup appris sur ce pays fascinant mais inquiétant.
Commenter  J’apprécie          110
Lune
  11 août 2008
Très beau livre qui reçut le "Prix du Premier roman étranger "en 2005. Histoire d'une minorité dans une Inde hostile et cruelle vis-à-vis des indiens musulmans. Comme partout, en quelqu'endroit du monde, l'histoire se répète. Roman qui nous instruit amplement sur les us et coutumes d'une frange de la société indienne. Il nous révèle la place de la femme dans cette société essentiellement masculine. L'héroïne élevée aux Etats-Unis (autre problème), revenant dans son pays six mois par an y est "l'américaine" comme elle est "l'étrangère" chez l'oncle Sam. le mythe américain poursuivi par de jeunes adultes y est bien décrit. La notion de "caste" est très présente, les arrangements matrimoniaux, la conception dichotomique de la religion entre ancienne et nouvelle génération. L'histoire, au début, nous conte avec force détails toute la cérémonie d'un mariage, descriptions riches et colorées mais aussi drame de la non virginité de la fille et d'un mari dont je ne dévoilerai pas le secret. Evocation de l'histoire de la "Partition" (Inde - Pakistan), de la politique et du racisme omniprésent. Bref un livre que j'ai apprécié tant il est riche d'histoire sociale et humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Aela
  30 mars 2011
Layla, issue d'une riche famille musulmane émigrée aux Etats-Unis, vient de rentrer à Hyderabad, près de Madras, pour se marier.
Un mariage arrangé, selon la coutume, mais qui pose très vite des problèmes à première vue insurmontables: l'héroïne se plie à la coutume à contre coeur mais ne correspond pas à l'image de la femme soumise et "pure" qu'attend sa future belle-famille. Elle a vécu en Amérique, a connu la liberté et surtout, a eu une liaison avec un jeune Américain, ce qui constitue une faute impardonnable pour une femme dans cette société très religieuse aux moeurs rigides.
Son mari quant à lui, a l'air plus intéressé par la possibilité d'émigrer aux USA que représente ce mariage avec une Américaine que par les qualités intrinsèques de sa future épouse.
Une tentative de rapprochement a lieu entre les époux, même si les chances de succès sont a priori bien faibles...
Un roman captivant qui nous montre l'Inde moderne avec le poids de ses traditions. La toute puissance de la belle famille apparaît dans tout le livre. La belle-famille de la mariée gère les rapports de couple des enfants et leur laisse très peu d'intimité.
D'autre part, les relations hommes-femmes apparaissent particulièrement difficiles du fait de la séparation des sexes avant le mariage..
Enfin nous voyons aussi l'Inde religieuse marquée par des conflits violents entre les Hindous et la minorité musulmane de cette région de Madras..
Un récit authentique, écrit par une Américaine, Samina Ali, née également à Hyderabad.
Un livre plein de sentiments, de couleurs, d'émotions, de tensions...pour mieux comprendre ce pays fascinant et si différent de notre monde européen..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zofiamiu
  28 octobre 2015
Layla est une jeune femme musulmane, originaire d'Hyderabad en Inde. Depuis toujours, elle partage son temps entre les Etats-Unis et ses retours en Inde, cet été-là, elle y revient pour se marier. Un homme qu'elle n'a pas choisi mais à qui elle va devoir dire oui. Seulement, une ombre plane sur ce mariage non désiré, Layla a un secret : elle n'est plus vierge. Or le dernier jour du mariage, le walima, se conclut par une grande fête après l'affichage aux yeux de tous d'un tissu tâché de sang, prouvant la perte de la virginité de la mariée et la consommation du dit mariage. Comment va-t-elle faire ? Que va penser son nouveau mari ?
Une plongée directe dans les traditions musulmanes et l'Inde, le fonctionnement de leur société, leurs rites, leurs pensées sur les femmes et le chemin de croix de Layla pour se sortir de cette prison qu'on appelle mariage.
J'ignore si ce roman de Samina Ali est une autobiographie, ou même juste une demie-autobiographie, ce qui est certain c'est qu'il nous met face à des préoccupations que, dieu merci, je ne rencontrerais jamais. Et en lisant ce roman, très bien écrit, je me disais que j'avais bien de la chance d'être née là où je suis née, d'être entourée d'une famille libre et compréhensive et de pouvoir choisir.
Au-delà de l'immersion et du désespoir dans lequel va peu à peu tomber Layla, tout le monde veut tout savoir, tout le monde veut se mêler de ce mariage non consommé, tout le monde veut chasser les démons qui entourent Layla, mais personne ne s'occupe de son jeune époux, si charmant, qui semble lui aussi cacher quelque chose. Il ne m'était pas difficile d'imaginer le calvaire de Layla de vivre une vie contrainte et inutile. Cependant, j'ai trouvé que l'auteur s'attardait trop sur les descriptions de toute cette vie religieuse – le mariage dure 5 jours et il s'étale sur 173 pages pour un total de 498 – et manque un peu d'actions. Il y a certes quelques moments-clés mais on peut se désintéresser assez vite de l'histoire sous toutes ses descriptions de voiles, de dappatta, de prières et de Dieu. Surtout que l'on voit clairement que, quoiqu'il arrive, tout est toujours de la faute de la femme, sans aucune exception, même si l'homme est fautif.
Lien : http://revoir1printemps.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
bouclownbouclown   13 juin 2014

Un livre imprégné de tradition, de religion, d'amour, de concession. Ce livre m'a fait voyager, ému, perturbé . Les émotions sont chamboulées, les personnages du livre sont tellement profond. Tout au long du livre on souhaite que le dénouement puisse être celui que décrit Layla mais durant la lecture on pense s'y approcher et au fil des pages, les événements s’enchaînent et nous démontre que la vie est imprévisible et le destin des personnages se mêlent et s'éloignent au fur et à mesure . Très beau livre et une belle aventure. Je le conseille. Le prix qu'a remporté se livre est largement mérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AelaAela   30 mars 2011
"Ne me dis pas, Layla, que c'est la vie que tu souhaites, d'être bloquée à la maison sans rien d'autre à faire que prier, faire la cuisine, le ménage. De m'attendre toute la journée, de chauffer l'eau de mon bain. Je n'ai pas protesté jusqu'à maintenant parce que tu n'as rien d'autre à faire ici. Ca te fait passer le temps. Mais ce n'est pas une vie, Layla, pas celle que je souhaite pour nous. Et la femme que tu es ici, ce n'est pas elle que je souhaite non plus. Celle que j'ai épousée va à l'université. Elle prépare un diplôme. Elle porte des bikinis et elle... " Il passa sa langue sur ses lèvres, hésita, puis dit: "Elle prend certaines libertés."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AelaAela   30 mars 2011
Samir, mon seul accent, c'est celui du Midwest. A mon premier semestre à l'université, un bonhomme m'a accostée en m'accusant de prendre la place d'un étudiant blanc. Il a crié après moi, disant que par ma faute un étudiant serait plus tard privé d'emploi. C'est comme cela qu'on te considérera là-bas, comme quelqu'un qui prend une place appartenant de droit à quelqu'un d'autre. Qui es-tu? Que vaux-tu? Même le rêve américain a conservé des distinctions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
annelooooreanneloooore   09 octobre 2012
L'amour... pourquoi confondons-nous tous cette émotion avec ce qu'il est en réalité, une solitude désespérée, une soif ardente de contact humain.
Commenter  J’apprécie          50
artandspicesartandspices   13 mars 2014
Où que vous soyez, menez toujours une vie simple. rappelez-vous, l'homme riche n'est pas celui qui possède le plus, mais celui qui le moins de besoin.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : littérature indienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Samina Ali (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre

.. ..