AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782842614201
452 pages
Éditeur : Les Editions du Rocher (25/04/2003)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Youssouf le taciturne est un roman d'amour et d'aventure, captivant et émouvant. Situé dans les villages de l'Anatolie à la veille du siècle dernier, il raconte Youssouf, orphelin recueilli par une famille, dont il va éperdument aimer la fille. La puissance de caractère de Youssouf, la détermination qu'il met dans sa passion et la droiture avec laquelle il accomplit son destin, donnent à ce roman une force particuli... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Apoapo
  05 février 2016
4ème de couverture (de cette éd. de 1977 que je crois épuisée - mais, rassurez vous, d'autres sont disponibles!):
"Trente ans après sa mort, Sabahattin ALI fait figure dans son pays de 'classique'. Il fut, dans les années trente et quarante, un des principaux artisans du renouveau des lettres turques contemporaines, proposant aux nouvelles générations le modèle d'une prose souple, limpide et émotive. Il fut également un des premiers écrivains turcs à s'intéresser aux problèmes sociaux. Observateur apitoyé, il consacra un grand nombre de ses oeuvres à la description quotidienne du menu peuple anatolien et s'attaqua avec acharnement aux vices de l'appareil bureaucratique de l'État.
Youssouf le Taciturne, publié en 1937, est une de ses oeuvres les plus achevées. Roman social, mais aussi roman d'amour, il frappe par son sentimentalisme échevelé destiné à satisfaire les exigences du public de l'époque. L'histoire de Youssouf n'est pas seulement un témoignage, c'est un véritable roman, pétri d'aventures, de passion et de poésie".
Mes commentaires:
Depuis le début de cette lecture, qui sait pourquoi, j'essaie de trouver une analogie avec quelque auteur ou ouvrage emblématique de la littérature française: j'ai pensé à Hugo et aux Misérables, j'ai pensé à quelques Balzac, et enfin - peut-être avec plus de subtilité à Madame Bovary (oui, là j'approche du mille, me semble-t-il)...
En d'autres termes: il est clair que cette littérature turque de la "période républicaine" ressemble plutôt à notre (post-)romantisme européen - avec un décalage donc d'un bon demi-siècle voire 80 ans -, aussi bien dans les thématiques que dans le style et surtout en termes de construction narrative (personnages, dialogues, descriptions, outre le plan du récit et la division des chapitres). Dans la vague de l'occidentalisation-modernisation, ce réalisme, cette (relative) "popularisation-simplification-fluidification" de la prose, l'attention portée pour la première fois à l'Anatolie et un certain regard dénonciateur sur certaines problématiques sociales (mais attention! il ne s'agit ni de Zola ni de réalisme soviétique...) surgissent à l'époque, et dans une certaine mesure ils sont bien vus par le kémalisme. Mais dans une mesure qu'Ali voudrait sans doute dépasser et enfreindre. Sa biographie très mouvementée (suspensions de l'enseignement, emprisonnement - oui, déjà! - et surtout sa fin tragique: fusillé en 1948 en tentant de traverser la frontière vers la Bulgarie, donc de franchir le rideau de fer vers l'"est"...) laissent figurer une révolte dont la profondeur ne se manifeste pas dans ce roman. Il faut dire qu'en 1937, date de sa parution, l'auteur n'a que 31 ans; et nombreuses sont les pages où sa maturité semble encore bien lointaine... Il y a donc de l'amour, y compris ses côtés franchement incestueux au moins pour nous aujourd'hui, il y a les petitesses et immoralités de la notabilité provinciale, il y a le code d'honneur atavique anatolien qui vient s'opposer à la débauche (le personnage de Youssouf, ce héros du peuple...), et la mort, bien sûr, pour finir, la mort globale qui nettoie tout... (ne vous ai-je pas déjà fait ce clin d'oeil à une certaine Emma Rouault B.?)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
silouannesilouanne   29 juillet 2014
Il s'agit tout simplement de rester là, dans ce bureau, une dizaine d'heures par jour... Cela peut sembler inutile, mais sans cela, la terre s'arrêterait de tourner... Eh oui, ça doit servir à quelque chose de se tourner les puces ! Peut-être qu'il suffirait de deux personnes pour faire tout le travail de l'administration. Mais s'il n'y avait pas toute cette foule de fonctionnaires, ça serait le chaos. Ce n'est pas le travail qu'ils font qui compte mais simplement leur présence. Evidemment, à chaque fois que tu te trouveras dans ce bureau poussiéreux tu vas te dire : "A quoi je sers ici ?" Erreur ! ... Dès lors que tu es entré dans la fonction publique, tu deviens indispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
silouannesilouanne   29 juillet 2014
Un jour, Dieu appela ses prophètes et leur demanda de définir le bonheur.
Moïse répondit que c'était d'arriver à la Terre Promise ; Jésus, que c'était de tendre la joue gauche à celui qui vous avait frappé sur la joue droite ; Bouddhâ que c'était de n'avoir aucun désir dans la vie. Quand vint le tour de Mahomet, celui-ci dit : "le bonheur c'est d'accepter la vie comme elle est... "
Commenter  J’apprécie          30
silouannesilouanne   29 juillet 2014
Ces arbres ridés, tordus, totalement déformés à force d 'être élagués tous les ans, étaient comme des lettres étranges d'une longue histoire écrite dans une langue que Youssouf semblait comprendre.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : littérature turqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tête de Turc !

De quelle pièce de Molière cette réplique est-elle extraite ? Que diable allait-il faire dans cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc à tous les diables !

Le bourgeois gentilhomme
Monsieur de Pourceaugnac
Les Fourberies de Scapin
La jalousie du barbouillé

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : turquie , turc , littérature , cinema , humour , Appréciation , évocationCréer un quiz sur ce livre