AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2357200014
Éditeur : HC Editions (23/02/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Lettres, notes ou pigments, dans cette "tribu", tous sont artistes...
ELLE & ELLE est un échange entre une mère et sa fille. Marijosé écrit. Fred peint. On retrouve dons dans ce recueil des textes de chansons, des poèmes et même du slam, illustrés par des peintures et des croquis. Et comme pour partager davantage encore avec les autres leur complicité particulière, l'ouvrage débute par un dialogue particulièrement émouvant...

Ma fille tu es un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Dixie39
  24 mars 2015
Marijosé et Fred Alie, Mère et Fille, toutes deux femmes et mères, toutes deux artistes et vagabondes, les mots à fleur de peau, le trait de crayon et l'empattement du pinceau,
« Elle et Elle » se déclarent leur amour, se montrent les traces laissées sur la peau et le coeur de l'une sur l'autre, de l'une à l'autre se livrent les devenirs, les combats, les impuissances et les pas posés sur d'autres chemins.
« Entre chienne et louve » le dialogue s'amorce et ouvre ce livre, recueil de poésies, slams et chansons de Marijosé qui fait écho aux peintures et croquis de Fred.
J'ai dans un premier temps feuilleté le recueil sans vraiment être happée par les créations de Fred Alie. Puis, au détour des pages, on s'aperçoit que rien n'est de trop, rien n'est vain ! La fille n'est pas là pour illustrer, mettre en valeur les mots (maux) de la mère. Elle les réinvente. Elle donne à voir de son vécu à elle, des colères, des peurs et des combats, qu'elle a fait siens.
Fred et Marijosé, chacune à un moment stratégique d'un temps biologique : la maternité qui a installé ses crampons dans le coeur de l'une, la vieillesse qui installe ses prémisses dans le corps de l'autre. « C'est le temps qui passe maman le temps… » murmure de Fred qui cajole à l'oreille de Marijosé Alie.
On sent cette transition qui s'opère, cette impression d'être arrivée à cette croisée des chemins où le même fol espoir, celui de la vie, poursuit sa course folle dans des veines plus jeunes. Les rôles s'inversent doucement. Naturellement.
« après tous ces silences criés ces luttes corps à corps
ces passions brûlées mes révoltes stériles mais urgentes
(…)
après tout ça tout de suite et si tu le veux bien
je viens me réfugier au creux de tes couleurs. »
Et laisse la place à une reconnaissance toute emplie d'amour et de tendresse :
« Tant qu'on rira à pleines dents pour des bêtises... Je garde mes ailes... je sais que
ces phrases que tu me donnais quand j'en avais besoin
ont pétri en partie ce dont je suis faite aujourd'hui.
Tes mots se nichent et dansent dans mes couleurs (...)»
Mais là, ce ne sont que les prémisses. Car le vrai combat est à suivre !
Marijosé et Fred nous donnent à entendre et voir. Elles mêlent leur voix à celles de ces femmes d'au-delà des mers et le voyage auquel elles nous invitent, nous parlent de souffrance, de faim, de peur, mais aussi et toujours d'amour, d'espoir et de chants.
A no(u)s zoreils, la musique semble absente, mais au fur à mesure, elle s'immisce et s'impose dans notre lecture des chants ou du slam créoles.
Fo zo lévé pou pa pléré
Fo zo lévé pou pa mouri
(…)
Cé tan pou van
Ka toué mélancoli
Pa ni rimèd' la pinn'
Si ou pas sa pren'il
Ti souri pa ka viv
Pou raconté »
Si tu penses oublier Haïti ti payi et la faim qui fait gronder les ventres et roussir les cheveux des enfants de Cité soleil, les galettes de boue qui assèchent les bouches et font grincer les dents sans assécher les coeurs, la vieille Tomaline qui a fermé sa case sur ses rêves, et la mort qui frôle et rode mais n'arrête pas le chant dans les gorges des gens ; Si tu penses oublier tout cela, n'égare pas tes yeux entre ces pages-là !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Dixie39Dixie39   30 juillet 2015
Tomaline la jeune fille
Toute petite déjà
Demandait à la vie
2 moubins pour la bouche
2 caresses pour le corps
Et un peu d’amour aussi
Au commencement
Elle voulait grandir
Pour comprendre pourquoi
Les zikaks poussent la nuit
les serpents haient les mangoustes
Et la pluie mouille les hommes
Quand Tomaline grandit
Les mains devenues trop petites
Pour qu’elle y cache son cœur
Les seules caresses qu’elle eut
Celles d’un homme qui la bouscule
Et lui explique
Que c’est l’amour,
Et Tomaline attend
Les mains sur les étoiles
La magie de la vie
Le seul homme qu’elle a gardé
C’est un petit bout d’homme
Qui l’appelle maman
Quand Tomaline vieillit
Priant dans sa case
Pour que le monde dehors soit heureux
Son petit homme depuis longtemps
a enjambé la mer
N’est jamais revenu
Alors Tomaline lasse d’attendre
Un morceau de ciel
Contre un morceau de terre
Qui rende la vie belle
Tomaline un jour comme ça
A fermé sa case et puis ses yeux
Pour rendre la mort belle
C’est pas facile à dire
Tomaline est morte aujourd’hui
Et il n’y a personne
Pour la pleurer…

Fort-de-France, Martinique - 1988.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Dixie39Dixie39   02 avril 2015
Les gens de chez moi

Les gens de chez moi
Ont la peau tannée
A l’ivresse du vent
Au baiser du serpent

Les gens de chez moi
Ont la peau recuite
Aux braises de charbon
Aux insultes faciles
Les gens de chez moi
Ont la peau mordue
Au soleil des mitans
Où l’on signe des trêves
Qui font serrer les dents
Où l’on jette à l’ennemi
Des poignées de mains
Qui ont la générosité
De ne plus croire en rien

Les gens de chez moi
Ont la peau cousue
Sur d’étranges secrets
Qui mêlent ensemble
Le rire et l’eau
La honte et l’avoir bue
L’audace et l’avoir pue
Le sel et l’imposture
des rêves
L’urgence des ventres
Et la beauté du reste
Les gens de chez moi
Ont la peau repue
Aux repas volés
A la table d’en haut

Aux outrages des autres
Et aux « bienentendus »

Les gens de chez moi
Ont la peau saturée
Des leçons et des choses
Qui racontent les autres
Les gens de chez moi
Ont la peau de chez moi
Les gens de chez moi
Ont la peau de chez moi

Wallis et Futuna – 2006
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Dixie39Dixie39   26 mars 2015
Tombe

Tombe
Et pas succombe
Le puits fuit sans fin
Vertige
Où l’on pressent
Un possible
Un coup, un seul
Un sursaut
Et bout de chute
Se tapisse
Un croisé d’enfers
Comme une tresse serrée
Il est trop tard
Ou trop loin
Pour rebondir d’un coup,
Remonter d’un seul
C’était donc ainsi
Achille
Un talon condamné à mort
Qui s’accroche à la vie
D’un coup, un seul
Quand tout le reste
s’englue dans la tourbe
Molle de l’eternatche,
Tombe
Et pas succombe...

Nouméa, Nouvelle-Calédonie - 2007
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Dixie39Dixie39   28 mars 2015
La mort s’est installée

La mort s’est installée
Chez moi,
Dévore les murs
Traces fragiles
Aux fissures l’air
D’un souffle hâtif
Précipite le temps
En mauvais bouillon

Elle est entrée
Comme on fuit
Le fracas d’en dehors
Maquillant les arbres
Matant le silence

S’est assise tranquille
En bordure de ma couche
Je l’épie
En oblique
Elle
Embusque mes rêves
Et
Je dors l’œil ouvert
Elle
se pose sur mes cils
Je
Capitule un peu

Chaque seconde
Douce œillade
Tremblante séduction
Je t’aime tu sais
Comme on aime
Le vainqueur
Et la solitude habitée
Qui habille la gloire
Je t’aime
Tant que je vis
alors... attends

Le diamant, Martinique – 2008
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Dixie39Dixie39   30 mars 2015
Nue

Nue
Au fil d’un vieux drap sale
Au creux d’un pli
De peau pâle
A la crasse
Tenace

Est-elle morte
Ou seulement oubliée ?

Main
Paume au ciel
Doigts têtus
Tâtant les étoiles

Lèvres tordues
A l’empreinte
Du pain fait
De boue et de cendres
Amoureusement rompu
Entre bouches voraces
Derniers spasmes
D’une trop vieille enfance

Nue
Elle m’épie
Chaque nuit
A l’entrée de la lune
Me convoque au chagrin
Abîme mes rêves

Nue
au fil d’un vieux drap
sale
au creux d’un pli
de peau pâle
à la crasse
tenace
l’épaule, droite
toujours elle jette
un regard qui
tombe à mes pieds

à genoux je l’adore
et retrouve le geste
qu’elle a su
pour récolter
les petits pains de boue.

Papeete, Tahiti – 2008
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Videos de Marijosé Alie (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marijosé Alie
Marijosé Alie - le convoi .Marijosé Alie vous présente son ouvrage "Le convoi" aux éditions HC. Rentrée littéraire janvier 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/alie-marijose-convoi-9782357202504.html Notes de Musique : Godsstation by Our Last Hope Lost Hope. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : poésie contemporaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
582 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre