AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacqueline Risset (Traducteur)
EAN : 9782080712189
404 pages
Éditeur : Flammarion (01/09/2004)

Note moyenne : 4/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Le coeur du grand projet, c'est Le Paradis.
Le long poème que nous nommons Divine Comédie a été conçu en fonction du Paradis, lui-même composé à la louange d'une femme, Béatrice, ici transfigurée dans une plus haute plénitude. Le Paradis de Dante, comme L'Enfer ou Le Purgatoire, surprend: aucun repos placide, mais le mouvement incessant, le vol des lumières. Le Paradis, danse de flammes, est éblouissant et dangereux. Le voyageur céleste, guidé enfin par Béatr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
exarkun1979
  10 juillet 2013
J'ai trouvé ce tome de la Divine Comédie vraiment ennuyant. S'il y avait de l'intérêt dans L'Enfer et le Purgatoire, je n'en ai pas trouvé dans le Paradis. Ma lecture était longue et très ennuyeuse. C'est vraiment là que j'ai vu que ce livre appartenait à une autre époque. Je dois avouer qu'à la fin, je lisais très vite pour me débarrasser. C'est une de mes pire lecture des dernières années.
Commenter  J’apprécie          50
Entournantlespages
  24 janvier 2015
Dante se retrouve avec sa muse Béatrice comme guide et va escalader les différents ciels du Paradis. Dans ces ciels habitent des saints, des anges, et les âmes sans pêchés. Notre narrateur continue sa marche vers Dieu et c'est vrai qu'au bout de tout ce temps, j'ai trouvé cela lassant, le temps me semblait long.
Après l'écriture reste toujours la même, aussi magnifique, mais personnellement le Paradis m'a moins touché, sûrement dû aux croyances (davantage inscrites dans ce cantica) qui ne sont pas les miennes. Je pourrais dire que j'ai lu cette intégrale au moins une fois dans ma vie, et que ça m'a apporté beaucoup d'approfondissement.
Lien : http://entournantlespages.bl..
Commenter  J’apprécie          20
ChoupieS
  09 juillet 2015
J'ai eu plus de facilité à lire ce tome que le précédent. Mais l'Enfer reste le meilleur des trois.
Il y a beaucoup de lenteur dans celui-ci.
Je pense que ce tome constitue la rédemption de Dante lui-même.
Commenter  J’apprécie          00
Nube
  16 avril 2016
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   01 avril 2012
Et que cela te soit toujours comme plomb aux pieds,
pour aller à pas lents comme un homme las,
vers le oui et le non que tu ne vois pas ;
car il est le plus bas parmi les sots
celui qui affirme et nie sans distinction,
dans l'un comme dans l'autre cas ;
car il arrive que l'opinion hâtive
penche souvent du mauvais côté,
et puis la passion ligote l'intellect.
Il quitte le rivage plus qu'en vain,
car il ne revient pas tel qu'il est parti,
qui prêche pour le vrai sans en avoir l'art.
Claires preuves de ceci sont au monde
Parménide, Mélissos, Bryssos et bien d'autres,
lesquels allaient, sans savoir où ;
ainsi firent Sabellius et Arius, et ces fous
qui furent comme des glaives pour les Écritures,
rendant tordu ce qui était droit.
Que les hommes ne soient donc pas trop assurés,
quand ils jugent, comme celui qui croit
que les blés sont mûrs avant qu'ils le soient ;
car j'ai vu d'abord tout l'hiver
l'épine se montrer rigide et farouche,
et puis porter la rose sur sa cime ;
et j'ai vu déjà bateau droit et rapide
parcourir la mer pendant toute sa route,
et périr à la fin en entrant au port.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
niouar_allaouzniouar_allaouz   07 mars 2017
XXV





Sperent in te, au-dessus de nous s’ouït, à quoi répondirent tous les chœurs ; ensuite parmi eux une lumière resplendit tellement, que si le Cancer possédait un pareil cristal, l’hiver aurait un mois d’un seul jour. Et comme se lève, et va, et entre en danse une vierge joyeuse, seulement pour faire honneur à la nouvelle épouse, et non par aucune faute; ainsi vis-je la brillante splendeur venir vers les deux, qui tournaient tels qu’une roue, comme il convenait à leur ardent amour. Elle se mêla au chant et à la mélodie ; et ma dame sur eux tint ses yeux comme une épouse silencieuse et immobile. « Cette splendeur est celui qui reposa sur la poitrine de notre Pélican » Ainsi ma Dame ; et cependant, pas plus qu’avant, sa vue ne cessa de demeurer attentive après ces paroles. Tel que celui qui regarde, s’attendant à voir le soleil s’éclipser un peu, et qui pour voir non voyant devient ; tel devins-je, regardant ce dernier feu, jusqu’à ce qu’il fut dit : « Pourquoi t’éblouis-tu pourvoir une chose qui n’a point lieu ici ? En terre, terre est mon corps, et avec les autres corps il y sera, tant que notre nombre n’égalera pas celui marqué par l’éternel décret. Avec les deux vêtements* sont dans notre cloître les deux seules lumières qui ont monté: et tu rapporteras ceci dans votre monde. »
A cette voix le mouvement de ces flammes, uni au doux mélange du son qu’émettaient les trois souffles, cessa, comme, pour éviter ou la fatigue ou un danger, les rames, qui auparavant frappaient l’eau, s’arrêtent toutes au son d’un sifflet. Ah ! combien fus-je ému en mon esprit, quand je me tournai pour voir Béatrice, de ne pouvoir la voir, bien que je fusse près d’elle, et dans le monde heureux !

*"Isaïe dit que chacune [âme] en sa terre sera revêtue d’un double vêtement, et sa terre est cette douce vie; et non ton frère beaucoup plus clairement là où il parle de blanches robes, nous manifeste cette révélation ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hupomnematahupomnemata   10 septembre 2015
Et du septième rang jusqu'en bas,
de même que jusqu'à lui se succèdent les Juives,
divisant les cheveux de la flamme;
car, selon le regard que porta la foi
dans le Christ, elles sont le mur
où se partagent les escaliers sacrés.
De ce côté où la fleur est mûre,
de toutes ses feuilles, sont assis
ceux qui crurent dans le Christ à venir;
de l'autre côté où les demi-cercles
sont coupés de vides, se tiennent ceux
qui eurent le regard sur le Christ advenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
brigetounbrigetoun   18 novembre 2009
Et celle qui voyait les pensées du doute
en mon esprit, me dit : "Les premiers cercles
t'ont montré Séraphins et Chérubins ;
ils suivent, ainsi, rapides, leurs liens d'amour
pour ressembler au point autant qu'ils peuvent ;
et ils peuvent d'autant qu'ils ont la vue plus haute....
...... chante "Hosannaah" perpétuellement,
avec trois mélodies qui sonnent en trois
ordes de joie d'où nait le terne.."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
brigetounbrigetoun   18 novembre 2009
Le facce tutte avean di fiamma viva – Tous avaient le visage de flamme vive,/ et les ailes d’or, et le reste si blanc/ que nulle neige n’arrive à ce terme./ Descendant dans la fleur, de marche en marche,/ ils offraient la paix et l’ardeur/ qu’ils prenaient par le vent de leurs ailes
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Dante Alighieri (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dante Alighieri
Introduction à la Divine Comédie (2018) Une intervention de René de Ceccatty, appuyé de Denis Podalydès à la lecture, enregistrée19 janvier 2018 à la Maison de la poésie.
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
810 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre