AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203186408
336 pages
Casterman (12/10/2022)
4.4/5   122 notes
Résumé :
lmaginez le son des sabots entre les tours de béton, un garçon des cités qui préfère le cheval à la moto.

Sol a une passion secrète depuis l’enfance : les chevaux. Quatre soirs par semaine, il quitte l’EHPAD où il est apprenti et tourne le dos aux tours de sa cité pour aller espionner des cours d’équitation qu’il ne peut pas se payer. Perché dans un arbre à l'orée de cet autre monde, il s’imagine cavalier, franchissant tous les obstacles de sa vie.>Voir plus
Que lire après Homère in the cityVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
4,4

sur 122 notes
5
45 avis
4
21 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un grand merci à Babelio et aux éditions Casterman...

Sol était un enfant rieur et rêveur. Jusqu'au drame, l'année de ses 7 ans. Il est alors devenu enragé. Heureusement que Tapeta, qu'il connaît depuis toujours, était là. Mais les deux garçons, turbulents, insolents, absents, ont dégoûté le corps enseignant. Aujourd'hui, à 17 ans, Sol est en CAP pour devenir assistant technique en milieu familial et collectif, homme de ménage en fait. Comme son père, Melvin, avec qui le jeune homme n'échange quasiment plus. Tapeta, lui, va devenir plombier. Mais Sol a une passion depuis tout gamin : les chevaux. Aussi, dès sa journée de stage aux Bleuets terminée, en compagnie des petits vieux qu'il ne porte pas vraiment dans son coeur, il se rend au centre équestre et, depuis son arbre où il se perche, prend des cours d'équitation, à cheval sur une branche. Et ce, quatre fois par semaine depuis 7 ans. Mais un drame et sa rencontre avec Mélissa vont le contraindre à s'ouvrir aux autres et, par là même, faire une rencontre décisive...

Comme le souligne Cécile Alix dans ses remerciements, elle s'est inspirée de personnes de son entourage ou non pour incarner les personnages de ce roman, notamment Gamart Camara, jeune homme passionné d'équitation qui s'est promené à cheval dans les rues de Montreuil. Et cela s'en ressent tant ceux-ci sont empreints de tendresse, de sincérité. Sol, pour Solomon, est un ado renfermé, mal dans sa peau, un brin asocial, qui cache une terrible blessure. Seul contact avec le monde qui l'entoure, Tapeta, son meilleur ami, qui le comprend et le soutient depuis des années. Un drame, une rencontre hasardeuse et, aussi impensable le croyait-il, Sol allait pouvoir réaliser son rêve. Porté par des personnages vraiment touchants et d'une incroyable sensibilité, ce roman est un condensé d'espoir, de vie dans tout ce qu'elle peut offrir malgré ses côtés sombres. La façon dont Sol s'ouvre au monde qui l'entoure est juste magnifique. Aussi est-on ému par l'amitié sincère et profonde entre lui et Tapeta, par la relation timide entre lui et son père, par l'attachement qu'il va éprouver envers ses petits « vioques » et surtout par l'amour qu'il voue aux chevaux et cette sensation d'être et de bien-être à leur contact. Un roman émouvant, d'une grande justesse et une plume fort agréable, parfois poétique...
Commenter  J’apprécie          526
Il ne m'a pas manqué grand-chose pour que ce roman jeunesse, lu dans le cadre du comité de Lecture ado, soit un véritable coup de coeur. Pourtant, en voyant la couverture, j'ai eu un peu peur, la trouvant peu esthétique, pour ne pas dire affreuse ! Mais dès les premières pages, j'ai su que j'allais m'attacher à Sol (diminutif de Solomon, prénom hommage à Solomon Burke) et à son ami Tatepa (anagramme de Patate détourné par auto-dérision), alias Aurélien.

Sol est en CAP assistant technique en milieu familial et collectif, autrement dit il fait le ménage, mais c'est plus politiquement correct. Actuellement il travaille en alternance au Bleuets, un Ehpad, sous l'égide d'une jeune aide-soignante, Jade. Leurs rapports sont souvent tendus, Jade lui reprochant son manque d'empathie envers les résidents. Il faut dire que Sol rêvait d'autre chose dans la vie que de nettoyer des chambres de personnes âgées, parfois sujettes à des "accidents de transit". Sol, depuis tout petit, il rêve de chevaux qui l'emmèneraient loin de la cité du Pont-aux-Chèvres, où il n'y a ni pont ni chèvre, et pour donner corps à ses fantasmes, il se perche quatre fois par semaine dans un arbre surplombant le manège du centre équestre du Cône. de là-haut, il étudie les postures des apprentis cavaliers, écoute les consignes de la coach, et surtout admire les chevaux.

Tatepa lui, son kif c'est la moto, et il participe régulièrement à des démonstrations d'acrobaties sur sa Yamaha bleue. Et il persuade Sol de venir l'admirer, sachant que c'est à peu près le seul moyen de socialiser un peu son copain si renfermé et solitaire. Sol vit avec son père dans une tour de la cité, la maman n'est plus avec eux depuis les sept ans du gamin. Et après quelques années de crises de rage incontrôlables, Il s'est enfermé dans "un buisson d'orage en nuage d'épines", comme il exprime ce qui se passe dans sa tête.

Mais deux évènements vont se produire presque simultanément, une rencontre et un accident, qui vont bouleverser plusieurs vies, dont la sienne.

J'ai souvent été émue aux larmes au cours de ma lecture, au point que mon voisin de TER s'est inquiété et m'a gentiment tendu un mouchoir. La profondeur de l'amitié entre Sol et Tatepa, leurs échanges épistolaires ou par whatsapp, l'histoire douloureuse de la famille, il se dégage de ce roman une émotion difficile à contenir. Mais il n'y a pas que du drame et de la douleur, beaucoup de positivité, de résilience et d'espoir aussi. On assiste à l'évolution de Sol, tant dans ses rapports avec les "petits vieux" à son travail que dans son ouverture aux autres. Mais n'allez pas croire qu'il s'agit d'un simple feel-good pour ados dégoulinant de bons sentiments, non, il y a dans cette histoire beaucoup d'éléments inspirés du réel, voir les remerciements en fin de volume.

Le seul bémol qui m'a empêché de mettre cinq étoiles est le vocabulaire d'un niveau un peu trop soutenu pour deux gamins en difficulté scolaire lors de leurs échanges par lettres ou messages. A mon avis, les mots employés ne sont pas vraiment ceux qu'utiliseraient des jeunes de cet âge-là entre eux. Mais à part cette petite réserve, c'est beau, ça vous donne des envies d'étoiles et de chevauchées, et entre deux larmichettes d'émotion, vous aurez envie d'arborer un grand sourire en lisant ce magnifique roman.
Commenter  J’apprécie          4728
Waouh ! Une lecture pleine d'émotions, de tendresse et d'espoir.

Solomon, 17 ans, un garçon des cités a un rêve. Un rêve qui sort vraiment de l'ordinaire. Sol, dès qu'il a fini sa journée de stage à l'EHPAD va espionner les cours d'équitation. Et ce n'est pas la monitrice qu'il observe ni les élèves. Ce sont bien les chevaux qui le font craquer. Depuis 7 ans, il grimpe dans un arbre à l'abri des regards, se tient à califourchon sur une branche et prend ainsi un cours.
Sol a vécu un drame dans son enfance. D'enfant rieur, il s'est transformé en être empli rage. Seule son amitié avec Tapeta le maintient hors de l'eau.
Mais un drame va encore bouleverser la vie de Sol. Cette fois, il va être obligé de s'ouvrir aux autres.
J'ai adoré vraiment voir la métamorphose de ce gamin. On ne peut qu'être touché par son histoire. J'ai eu envie de le prendre dans mes bras et de recoller les morceaux de son coeur brisé. J'ai adoré le voir prendre son envol, laisser son cocon pour se métamorphoser en papillon. C'est un livre touchant, sincère, plein d'espoir. Au contact de ses petits vieux, Sol va sortir de sa coquille et se rendre compte de la belle personne qu'il est.
J'ai été bouleversée par l'amitié entre Sol et Tapita. Emue aussi de voir Sol tomber amoureux. Melvin le papa de Sol est également très touchant, avançant avec des pincettes pour ne pas effrayer son gosse mais en étant toujours présent pour lui.
Je remercie du fond du coeur Babelio qui m'a proposé cette masse critique privilégiée et les éditions Casterman car ce roman a été un énorme coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          324
Voici mon retour de lecture sur Homère in the city de Cécile Alix découvert dans le cadre d'une masse critique privilégiée. Merci à babelio et aux éditions Casterman pour l'envoi :)
Sol a une passion secrète depuis l'enfance : les chevaux.
Quatre soirs par semaine, il quitte l'EHPAD où il est apprenti et tourne le dos aux tours de sa cité pour aller espionner des cours d'équitation qu'il ne peut pas se payer. Perché dans un arbre à l'orée de cet autre monde, il s'imagine cavalier, franchissant tous les obstacles de sa vie.
Mais un jour la routine de Sol est bouleversée par une rencontre, Melissa, et un accident, celui de son meilleur pote Tatepa.
Deux événements qui vont tout changer et mener Sol vers Homère, le cheval de ses rêves.
Homère in the city est un très bon roman pour ados, joliment écrit et très vivant.
Sol (de son vrai prénom Solomon, hommage à Solomon Burke) est un jeune homme de 17 ans un peu à part. Il est assez solitaire, vit dans une cité avec seulement son père. Sa maman n'est plus avec eux. Il est mal dans sa peau, travaille dans un EHPAD où il prépare un CAP d'agent d'entretien. La vie n'a pas toujours été facile avec lui. A la cité, on le laisse tranquille vu son gabarit.
Heureusement, pour s'évader de son quotidien, il lui reste ses rêves. Notamment celui d'avoir son propre cheval, car il est dingue des chevaux depuis qu'il regardait, enfant, Spirit avec sa maman. Sol adore également regarder toutes sortes de vidéo sur YouTube. Certaines de ses connaissances sont amusantes.
Par contre, il n'est pas vraiment fan des personnages âgées, sa formation lui pèse parfois..
Il n'a qu'un ami : Tatepa. Un surnom venu d'une méchanceté : Patate. Alors le jeune homme l'a remis au goût du jour : Tatepa et surtout.. il s'est également mis à faire de la muscu !
Les deux garçons se sont trouvés en CP et ne se sont jamais quittés.
Leur amitié est très touchante, ce sont deux garçons à la fois différents et complémentaires.
La routine de Sol va exploser quand son ami va avoir un accident et qu'en parallèle, il va faire une rencontre. Il va se refermer sur lui même avant de s'ouvrir aux autres..
Je n'ai dirais pas plus, pour ne surtout pas en raconter trop.
Nous suivons Sol, mais il y a également des passages épistolaires entre Sol et Tatepa ; sans oublier des échanges sur WhatsApp. J'ai aimé ces passages qui changent et apportent du dynamisme.
Toutefois, je n'ai pas été totalement convaincue par les échanges entre les deux amis. En effet, leur niveau scolaire n'est pas le meilleur qui soit pourtant ils écrivent super bien, de façon parfois poétique. Difficile à croire ;)
J'ai beaucoup aimé Homère in the city, c'est un joli livre qui m'a beaucoup touché. D'ailleurs j'ai parfois au les larmes aux yeux pendant la lecture.
J'ai apprécié le dénouement, avec certains éléments difficiles à imaginer.
Je vous le recommande et le note 4.5 étoiles.

Commenter  J’apprécie          241
Les débuts du roman paraitront un peu sec, pas les personnages, juste le fond de décor et l'acidité du texte.
On ne pouvait peut-être pas commencer par une scène dont on a l'habitude dans les récits lycéens où c'est la rentrée, où les ados se saluent et se vannent gentiment.
On en sera pas loin mais dans une version un peu désenchanté, hors de la perspective scolaire, dans une banlieue et avec des petsonnages un peu coriace à l'extérieur.
L'auteure nous invitera donc à croquer et à profiter d'une tendresse à l'intérieur des personnages qui ne nous ait pas permis de deviner avec la coquille.

Sol ( le héros) et son pote Tatepa ("Patate") ne seront plus copains avec le milieu scolaire, mais ils se seront trouvés grâce à lui, amis depuis le CP et depuis ne se sont plus quittés.
L'auteure Cécile Alix posera le pavé sur la table et on se dira d'emblée que ces jeunes héros là n'auront pas forcément grand chose pour plaire à un jeune public de lecteurs ados, en notant leur irrévérence et parfois leur agressivité contenue avec le monde des adultes du système qui devra faire d'eux quelqu'un.
Sol et Tatepa bifurqueront donc assez tôt vers la professionnalisation, vers le poste utile en attendant peut-être un jour d'avoir le déclic ou la véritable envie de se former.
Sol bougonnera souvent, n'aura pas l'attitude rêvée pour afficher un peu de discipline requise pour sa tâche en contacts avec les résidants l'EHPAD des Bleuets. Mais nous le lisons, il ne refusera rien avec son apprentissage d'agent technique, toutes les aides de service, descendre des malades d'étage en étage, laver les sols, changer les draps d'une chambre, renforcer les équipes débordées de son service ou pallier aux absences. C'est un début et l'équipe n'est pas mal, nul besoin de la tenir à distance parce que les courtoisies de société l'agacent.

L'auteure nous enverra une image très tôt, de l'enfant que fut Sol.
Et le suivre sur son caractère volontaire par la suite, nous le rendra forcément plus sympathique, plus accessible.
Nous connaitrons donc un peu ses travers, ses défauts avant de nous lancer dans son aventure pour éplucher le jeune garçon et découvrir le fruit sous la peau, des pistes prometteuses pouvant nous promettre une bonne histoire de transformation seront données aux lecteurs.
Nous douterons sincèrement que Sol puisse changer de caractère et promettre un conte de fées mais nous serons presque convaincus que quelque chose de chouette peut l'attendre, peut finir par l'adoucir, lui ouvrir de nouvelles perspectives et nous serons curieux de savoir quoi.
Comment un roman pour ados, avec un personnage en difficultés scolaires mais sérieux, qui finira par respecter enfin la valeur du travail, ne pourrait pas nous promettre un peu de bonnes vibrations et d'espoir?
L'idée sera réconfortante ( surtout pour ce jeune âge) qu'il n'est jamais trop tard de décider un peu de son chemin.
Mais il faudra pour Sol changer d'attitude, on ne dit pas toujours ce que l'on pense par fierté. Répondre aux professeurs est une chose sérieuse, répondre à ses employeurs est une chose grave.

Nous serons en attente dans l'aventure d'être touché par le garçon aimable sous le jogging deux-pièces du grand gaillard arrogant qui roulera en mobylette sans casque.
L'auteure nous confiera alors un secret: Sol adore les chevaux. Il n'en a jamais monté mais l'idée l'excite, le fascine, le fait rêver à cheval sur la branche d'arbre qui lui sert de perchoir.
Enfin, nous distinguerons là où le personnage pourrait nous emmener pour la suite avec l'émission d'un désir presque enfantin. Pour nous l'aventure va commencer.
Avec un apprentissage, une perspective de travail en poche, Sol s'autorisera t-il à s'envisager autrement?
Sol aura t-il envie de se faire plaisir, d'accomplir le fantasme d'apprendre à monter un cheval?
La perspective nous séduira en tous cas.
C'est double accroche.

"Homère in the city" tricotera du rêve modeste mais sensible.
Nul doute de constater en lisant que l'auteure Cécile Alix ne comptait tout de même pas nous raconter la descente aux enfers d'un gamin de banlieue, une voie de garage triste avec Sol.
Il existera des romans ados de la sorte, des collections même, mais Sol n'avait encore rien à se reprocher au début du roman - tandis que dans ces autres romans ados nous démarrerons d'une extrême perspective de "voie de garage". Que faire avec un ado difficile quand il ne semble plus rien de possible à faire pour l'intégrer à la société de tous les jours? -.
On le réalisera en étant attentif à l'écriture de Cécile Alix, qui n'en dira pas de trop pour tout justifier, Sol est inconscient, il n'aura pas le recul sur un caractère plein d'orgueil qui pourrait lui fermer des portes puisqu'il y avait sa famille, son Tatepa de copain, il avait encore tout à inventer pour les pages à venir.
Un drame va le pousser, l'obliger à recomposer, à profiter.
Avec la culpabilité, il va y avoir un électro-choc: les résidents, les copains, rien n'est éternelle, la vie est précieuse, trop précieuse pour que l'on puisse se payer le luxe de la snober, de la provoquer d'un geste d'honneur. Un jour, il faut grandir.
C'est un roman émouvant à sa manière et qui promet d'être un peu plus dur que ce que pourrait suggérer sa première de couverture.

Il est surprenant aussi, balançant un personnage comme Sol dans une résidence de séniors.
Le lieu d'apprentissage n'est pas commode et demandera un peu de maturité. Confronté aux affres compliquées de la vieillesse à l'EHPAD, Sol apprendra la vie et fera sourire l'équipe des soignants car cela n'envoie pas du rêve mais changer des personnes qui ne sont plus en état de le faire, c'est aussi la vie, une vie qui peut-être nous attendra un jour lointain, malgré nous dans la maladie.
Sa collègue soignante Jade prendra son métier avec patience et philosophie, cela se montrera très honorable, aussi honorable que de participer finalement à rendre les lieux propres et en ordre pour que le reste suive.

Le personnage de Sol offrira un regard bien différent du jeune ado face au 3ème âge assisté que celui du jeune Valentin du roman "Âge tendre" de Clémentine Beauvais(Sarbacane), obligé à un service civique fictif dans un EHPAD à 15 ans.
Valentin se montrera plus naïf, plus innocent mais sera collé aussi à la tâche d'animer et non pas de laver les résidents.
Sol devra apprendre à respecter ses aînés, une première, leur conserver leur dignité et ne pas juger avec dureté.
Il sera recadré et le roman commencera enfin.
C'est vraiment à découvrir.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
CNLJ
24 avril 2023
Liberté que nous retrouvons dans la langue de Cécile Alix, empreinte de vitalité, d'humanité et d'une bonne dose d'humour !
Lire la critique sur le site : CNLJ
Culturebox
17 octobre 2022
Et c’est un magnifique roman, tellement émouvant et drôle par moment.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
La fille aux 60 messages s'appelle Mélissa , elle aime les mangues , son visage
c'est l'univers en mille fois plus beau.
Je pense à toi , je pense à toi tellement.
Tu sais quoi , mon pote ? Vamos !
Accroche-toi.
Je suis là.
Commenter  J’apprécie          10
Melvin aurait voulu le presser contre lui, l'embrasser comme quand il était petit et lui dire que la douceur, même si elle n'efface pas la douleur, empêche les buissons d'épines de s'enraciner et transforme les lourds nuages d'orage en pluie.
Commenter  J’apprécie          170
Il y a plus de femmes que d'hommes aux Bleuets. Vraiment plus. C'est comme ça dans toutes les maisons de retraite. Les hommes meurent plus tôt. Peut-être parce qu'ils comprennent avant les femmes que l'espérance est un canular de la vie.
Commenter  J’apprécie          100
Quand on prête l'oreille, tout s'entend. Les silences parlent, chacun raconte une histoire personnelle.
Commenter  J’apprécie          240
Il y a des gestes de rien du tout qui signifient beaucoup.
Commenter  J’apprécie          300

Videos de Cécile Alix (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Alix
À l'occasion de la 39ème édition du festival de Montreuil, Cécile Alix vous présente son ouvrage "Guerrière" aux éditions Slalom.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2920438/cecile-alix-guerriere
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : citéVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (277) Voir plus



Quiz Voir plus

Six contre un

Qui est le premier personnage du livre ?

Julien
Alice
La mère de ludo
Ludo

10 questions
52 lecteurs ont répondu
Thème : Six contre un de Cécile AlixCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..