AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2210961270
Éditeur : Magnard Jeunesse (08/06/2015)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Comment un « moche-et-chétif-à-lunettes » devient l'idole de sa classe en inventant un mensonge plus gros que lui.
Aristide a dix ans, il se trouve moche, maigrichon, et appréhende la rentrée des classes dans sa nouvelle école. Alors pour impressionner ceux qui se moquent de lui, il annonce qu'il viendra le lendemain avec Brutus, son chien, un molosse féroce. Seulement voilà, Aristide n'a pas de chien. Il espère bien convaincre ses parents de lui en offrir un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Delphou
  15 juin 2015
Aristide a dix ans, il vient de déménager à la campagne, il se trouve "moche" et en plus l'ophtalmologue lui annonce qu'il va porter des lunettes ! Rien ne va plus dans sa vie et le jour de la rentrée, c'est la catastrophe, Charles, le garçon à la mode (surnommé "le prince Charles"), et toute sa clique commencent à se moquer de lui dès la première récré !
Pour Aristide, la seule solution pour se défendre : mentir !
Il invente Brutus un énorme chien tour à tour molosse dangereux, ou courageux justicier ! Grâce à son chien, Aristide devient la coqueluche de l'école !
Mais bien sûr, il s'embourbe dans son mensonge... il espère convaincre ses parents de lui offrir un chien pour que son invention devienne réalité, mais ceux-ci pensent à un autre animal... Brutus finit par arriver, mais il n'aboie pas vraiment !
Que faire pour sortir de ce guêpier ? Surtout que Mélusine, la jolie voisine, a percé à jour le secret d'Aristide !
Nous avons beaucoup aimé ce premier roman jeunesse de Cécile Alix que nous commençons à connaître. On retrouve un ton plein d'humour, beaucoup de trouvailles et d'originalité, et des tournures de phrases très poétiques qui apportent une réflexion.
Le thème du mensonge est bien développé, ressenti de l'intérieur, puisque le roman est à la première personne du singulier, c'est Aristide, le menteur qui s'exprime. On trouve également le thème du complexe, du besoin de paraître, de la difficulté d'être soi-même face aux moqueries à l'école. Rien n'est lourd ou moralisateur, on glisse en douceur et en riant vers la solution : dire la vérité (mais encore une fois ici, d'une manière très originale). L'auteur parle aussi d'amitié, d'amour naissant et des relations qui se construisent peu à peu avec un animal domestique.
Le plus : un bonus à la fin où tous les mots compliqués de l'histoire sont expliqués d'une manière très humoristique et illustrés par de petites BD sympas avec des taupes !
Nous recommandons chaleureusement (lecteurs dès 9 ans) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Paradisier
  07 octobre 2015
Malgré l'avis enthousiaste de mon fils, je n'avais pas encore pris le temps de lire ce petit roman de Cécile Alix. Je ne regrette pas de l'avoir enfin fait !
Comme dit dans les précédentes critiques, Aristide démarre son année scolaire sans beaucoup de motivation, il se trouve moche (le roman commence par "je suis moche" !), il vient d'être affublé de lunettes par un docteur pour taupes (l'ophtalmo !), il est nouveau, on se moque de lui alors il ment et s'enfonce dans son mensonge.
On pourrait penser à un texte léger à cause de l'humour incroyable de l'auteur, mais c'est aussi des sujets profonds qui sont abordés. Comme comment lutter face au harcèlement scolaire, que faire de ses complexes... le handicap aussi est bien abordé avec le frère de Mélusine, la douce petite voisine, qui est sourd et muet.
L'auteur, comme elle le fait souvent (car on la suit de près chez nous !) n'hésite pas à "cultiver" son jeune lecteur en faisant référence à des films, des livres, des personnages historiques ou littéraires, tout ça sans en avoir l'air, en passant ! Et ça marche, mon fils nous a parlé de la poule au pot d'Henri IV par exemple !
Un livre débordant de drôlerie mais qui pousse à réfléchir sur les différences et le respect.
En toute fin, il y a un bonus marrant avec tous les mots difficiles de l'histoire qui sont expliqués avec humour et sous forme parfois de petite BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sahlielle
  21 février 2016
Aristide est un garçon plein d'imagination mais qui n'a aucune confiance en lui, car il se trouve laid. Et lorsqu'il change d'école, l'attendent au tournant les moqueries de la bande de caïds. Mais bientôt il monte un mensonge dont il n'arrive plus à se sortir. Au moins les harceleurs le laissent en paix.
Le récit est plein d'humour, les personnages sont attachants.
Le bonus et les définitions clôturent dans une dernière note amusante cette histoire sur l'acceptation de soi et sur le bienfait des histoires : les enfants aiment imaginer les aventures d'Aristide et de Brutus le chien, même si celui-ci est inventé.
Commenter  J’apprécie          60
cible95
  07 octobre 2015
Résumé : Pour impressionner les élèves de sa nouvelle école qui se moquent de lui, Aristide, 10 ans, menace d'amener à l'école Brutus, son chien, un molosse féroce. N'ayant pas de chien, il essaye de convaincre ses parents d'en avoir un, mais ceux-ci lui offrent un perroquet. Aristide s'enfonce alors dans ses mensonges.
Mon avis : Un bon petit roman, drôle, bien écrit et bourrés de références intéressantes (donc pas si simple). Un petit lexique en dernière page explique les mots compliqués. Couverture colorée, attrayante.
Très bien à partir de 9 / 10 ans
Commenter  J’apprécie          30
Corinne31
  16 octobre 2015
C'est une histoire réaliste bon enfant, où tout se finit bien et où l'auteur a eu la bonne idée de ne pas enferrer trop longtemps son héros dans son mensonge.
Le texte est très rythmé, l'écriture dynamique.
Les mots ou expressions compliquées sont expliqués de manière légère mais instructive à la fin de l'ouvrage.
Un livre qui peut amener les non-lecteurs de 10-11 ans à apprécier un roman.
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Ricochet   15 janvier 2016
Le thème est essentiel, inépuisable, et traité ici avec finesse et drôlerie.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
DelphouDelphou   15 juin 2015
– Vous pouvez dire ce que vous voulez, moi, demain, j’amène mon chien. Ça va vous calmer !
Effectivement, ça les calme instantanément. Celui qui a fait la blague du nénuphar s’inquiète :
– Il est gros, ton chien ?
– Oui, je réponds. Il m’arrive là.
Je place ma main au niveau de mon ventre.
– Ah ouais… c’est gros quand même. Tu l’as depuis longtemps ?
Je ne sais pas pourquoi, je dis : « huit ans. »
– Il mord ?
– Il mord.
– Il s’appelle comment ?
– Brutus.
– Et toi ? Tu t’appelles comment ?
– Aristide.
Ils me regardent comme s’ils s’apercevaient de mon existence. De ma consistance, devrais-je dire. En une phrase, j’ai pris de l’épaisseur.
Le problème, c’est que n’ai pas de chien, je n’ai jamais eu de chien, je n’ai même jamais voulu avoir de chien. Et voilà comment moi, Aristide, nouveau-et-chétif-moche-serpent-à-lunettes, je me transforme, soudain, en super menteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DelphouDelphou   15 juin 2015
À trois ans, la couleur de la peau est définie par celles des feutres. On est beige, marron, jaune ou noir. On se fiche de la forme de son nez ou de celle de ses oreilles. On a le sens du détail, mais on ne s’y attache pas. Ce qui compte, c’est l’ensemble. On aime ou on n’aime pas l’autre, dans sa globalité. C’est plus simple.
Que diront les autres demain quand ils me verront arriver, tout nouveau pas beau, avec mes oreilles battant au vent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DelphouDelphou   15 juin 2015
Mumu a dit :
– Si ça se trouve, tu vas apprendre à traire les vaches, à l’école.
Et Xavier a ajouté :
– Et à faire du fromage de chèvre qui pue.
Stan s’est cru obligé de s’emballer :
– Trop classe !
– Non, c’est pas classe, a répondu Damien d’un ton lugubre.
Commenter  J’apprécie          40
DelphouDelphou   15 juin 2015
Je souris à l’ange-rottweiler, comme si je trouvais parfaitement naturel d’être parent avec un éléphant volant. C’est la meilleure stratégie : le sourire, le silence et le regard impénétrable du cow-boy, le visage énigmatique du sioux… la western attitude.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Cécile Alix (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Alix
Payot - Marque Page - Cécile Alix - Tarzan poney méchant
autres livres classés : mensongesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Six contre un

Qui est le premier personnage du livre ?

Julien
Alice
La mère de ludo
Ludo

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Six contre un de Cécile AlixCréer un quiz sur ce livre