AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264007117
Éditeur : 10-18 (01/09/1985)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Extrait : Pour lui payer les 17 fr. 50, frais de notre match, je lui donnai un louis et, comme elle se disposait à me rendre la monnaie, je lui offris gracieusement (car elle me plaît beaucoup, cette petite) : « Gardez le tout, mademoiselle, ce sera pour votre dot. » ? Et vous avez prononcé dot, sans faire sonner le t ? ? Dame, oui, comme vous m'avez indiqué pour flot, pot, etc. ? Alors, je m'explique tout ! La petite aura compris que vous lui donniez de l'argent po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BVIALLET
  18 août 2013
Il suffirait que la Reine d'Angleterre épouse le jeune roi d'Espagne pour que soit résolu la question de Gibraltar... Pour éviter la guerre, l'empereur d'Allemagne pourrait remettre l'Alsace-Lorraine aux Polonais pendant que le Tsar de toutes les Russies offrirait la Pologne aux Alsaciens-Lorrains... On devrait mettre en place des bains de pieds dans tous les compartiments des wagons de chemin de fer, cela permettrait de faire des économies d'énergie grâce à la chaleur récupérée... La meilleure façon de s'amuser au théâtre ? Se placer au balcon et faire tomber des gouttes d'eau sur le crâne d'un chauve ou dans l'échancrure d'une dame à forte poitrine... Si, en suivant une coutume africaine, on brûlait la belle-mère quand on mariait la fille, on serait à peu près certain que le mariage y retrouverait « sa vieille vogue d'autrefois »...
Ces quelques exemples juste pour donner une idée de la loufoquerie et de l'humour déjanté de cet ouvrage du début de l'autre siècle. Des textes courts, percutants, ironiques, grinçants et parfois même poétiques. Allais use avec maestria de toutes sortes de registres comme la fable, le conte, la nouvelle, le canular, la blague de potache, le fait divers ou l'article de journal, mais toujours de manière détournée et surprenante. le lecteur a l'impression que l'auteur prend un malin plaisir à détourner les codes, à bousculer les idées reçues. Usant d'un comique grinçant, le poète iconoclaste met en scène, de façon insolite, les traits humains les plus grotesques.. Il était tellement en avance sur son temps (il prédit la fin du pétrole et de toutes les énergies fossiles et préconise l'utilisation étendue de l'énergie animale en exploitant les souris et les grenouilles !) qu'il reste d'une grande modernité sans parler du plaisir que l'on peut trouver à le lire aujourd'hui encore.
Lien : http://etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
muller77muller77   04 septembre 2020
Du coup, M. Duzinc décida qu’il n’irait pas à son bureau ce jour-là.
Père ! il allait être père !
Au déjeuner, sauta le bouchon du mousseux Léon Laurent.
Et au dîner aussi.
À la santé du petit !
Ou de la petite !
La grossesse de madame Duzinc se présenta aussi bien que les plus favorisés phénomènes de ce genre.
Comme toutes ses congénères, Mme Duzinc eut des envies.
Quelques-unes étranges.
Par exemple, celle de déguster l’odieuse ratatouille de confitures de fraises mélangées à des tripes à la mode de Caen.
Ce mets n’était pas d’un très joli ton.
Et de plus étranges, encore !
Renouveler tout leur mobilier, leur mobilier clair, qu’on remplacerait par un en ébène.
Un mobilier en ébène !
Voilà qui serait gai !
M. Duzinc, net, refusa !
La belle-mère de M. Duzinc eut beau représenter à M. Duzinc tout le danger qui peut résulter d’une non exécutée envie, M. Duzinc tint bon.
Un mobilier en ébène !
Jamais de la vie !
La pauvre petite Mme Duzinc pleura toutes les larmes de son corps.
Et puis arriva ce qui devait arriver.
Au bout du temps requis, Mme Duzinc mit au monde un enfant noir.
Un enfant d’un très beau noir.
Je dois, pour l’honneur de la vérité, finir par où j’aurais dû commencer.
Mme Duzinc, neuf mois avant la naissance du surprenant baby, avait cru devoir partager la couche d’un jeune attaché à la légation d’Haïti.
Cette histoire de mobilier d’ébène n’était qu’une frime.
Habile, d’ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SZRAMOWOSZRAMOWO   20 mai 2015
Au galop de son petit cheval arabe, il arrive sur le front du régiment, met la main à son shako et, d’une voix de tonnerre, gueule : « Bonjour, mes enfants ! »
Alors, sans quitter le port d’armes, deux mille mains gauches s’abattent sur deux mille cuisses gauches, produisant deux mille claques formidables.
Le geste se termine en forme de basane ; mais quelle basane mon empereur ! et combien inoubliable !
En même temps, deux mille voix répondent : « Zut ! hé ! vieux daim ! »
Et le plus terrible, c’est que les hommes employèrent, en leur clameur, des expressions autrement vives que zut et que daim.
Raphaël Shoomard ne nous raconta pas ce qu’il advint ensuite ; mais j’ai tout lieu de penser que l’infortuné colonel n’alla pas plus avant dans son essai d’acclimatation des mœurs militaires russes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SZRAMOWOSZRAMOWO   20 mai 2015
Le Loup n’eut garde de manquer à sa parole : vers sept heures, sept heures et demie, il pénétrait dans la tanière du magistrat suprême.
Le Lion, comme en façon de familiarité gentille, lui mit sa forte patte sur l’échine, et :
– Eh bien, mon vieux Loup, digéras-tu à ta convenance ?
– On ne saurait imaginer mieux, mon Lord.
– Alors, à mon tour.
Le Loup, à ce moment, vit que le Lion ne badinait pas, et il devint blanc comme un linge.
– Quoi ! vous allez me manger ?
– Non, je vais me gêner ! Car j’ai une faim de Loup, si j’ose m’exprimer ainsi.
– Mais alors, pourquoi n’avez-vous pas, ce matin, dévoré le Chacal, puisque lui était dans son tort ?
– Dans son tort ou non, le Chacal vivant exhale une odeur qui me coupe l’appétit.
– Et moi, pourquoi avoir attendu jusqu’à ce soir, puisque vous me teniez ce matin en votre pouvoir ?
– Ce matin, tu étais trop maigre, mon pauvre ami.
Et, passant à l’action, le Lion mangea le Loup, dans des conditions exceptionnelles de prestesse et de bonne humeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
InescobabInescobab   04 octobre 2019
Soyez chacals ou soyez loups,
Les juges sont plus forts que vous.
Écoutez-moi (la chose est sûre),
Méfiez-vous d'la magistrature !
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Alphonse Allais (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alphonse Allais
Charlie Chaplin voyait en lui "le plus grand acteur au monde". Il hante de sa présence les films de Dreyer, Carmé, Renoir, Vigo, Guitry... Michel Simon, monstre sacré du cinéma et du théâtre au XXe siècle, avait aussi une passion secrète : son jardin de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis).
En 1965, il faisait visiter à la télévision française sa propriété de plusieurs hectares, qui avait appartenue jadis à l'écrivain Alphonse Allais. Il y partage ses réflexions visionnaires sur la nécessité de la protection de la nature, les effets des pesticides et une imminente extinction des espèces animales.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤16Michel Simon6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fonce Alphonse !

Je m'appelle Alphonse, j'en suis sûr, aussi sûr que deux et deux font .............?...........

trois
quatre
cinq
six

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Alphonse AllaisCréer un quiz sur ce livre