AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367190716
Éditeur : Tristram (14/08/2019)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s’absenter du domicile familial… et disparaît pendant plus de vingt ans.

Longtemps après l’abandon de l’enquête par la police, faute d’indices concrets — Raymond Rouane, persuadé que sa fille est toujours vivante, continue à explorer seul toutes les pistes possibles. En vain. La mère de Julie et sa sœur cadette, Selena, tentent ell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
diablotin0
  24 août 2020
Je ne m'attendais absolument pas à ce genre de roman lorsque je l'ai pris à ma médiathèque. Je ne suis pas une fan de fantastique mais je m'aperçois qu'à plusieurs reprises je me suis laissé emporter avec plaisir dans cet univers hors du commun. Mais ici, je suis très peu enthousiaste, l'écriture est alambiquée, à mon avis inutilement, les pensées alternent avec des faits, des paroles, on ne sait donc jamais ce qui est véritablement dit.
Écrire sur la façon très différente dont chacun s'arrange pour faire face à une disparition est toujours très intéressant, mais ici l'aspect fantastique dessert le roman. Je suis sans doute sévère mais c'est aussi parce que je suis allée jusqu'au bout en espérant que la fin vienne rattraper le côté "brouillon" et cela n'a pas été le cas. Je regrette que le dernier livre de mes vacances ait un goût de déception :-(
Commenter  J’apprécie          363
celinezug
  21 novembre 2019
Je termine ce livre avec un sentiment étrange, je ne saurai dire si je l'ai vraiment aimé où si ma persévérance a lui trouver un quelconque intérêt à fini par me donner l'impression que j'avais vécu une expérience littéraire singulière.
Difficile de rester concentrée dans ces incessants aller retour dans un monde parallèle, tous les codes semblent cassés, des extraits de journaux, un livre venu lui aussi de cette planète qui gravite autour de cette soeur retrouvée.
Ce n'est que sur la fin que mon intérêt a été piqué au vif et finalement je me demande encore ce que j'ai lu !
Une invitation a voir le monde imaginaire comme une réalité propre à une personne ? Une façon d'effacer l'indicible douleur d'un drame personnel que nul ne peut comprendre en se transposant dans une autre sphère ? A moins que ce ne soit qu'un livre qui invite a lâcher prise et qui au final est un sacré bouquin culotté.
Je partage au moins une chose avec cette fracture : l'incertitude !
Commenter  J’apprécie          170
Melieetleslivres
  24 janvier 2020

Mini chronique pour un excellent livre,  en fait peu connu. Je ne vais pas vous en dire beaucoup sur l'intrigue de peur de vous "spoiler", mais c'est excellemment bien écrit (traduit de l'Anglais par Bernard Sigaud) et vraiment plein de mystères et de retournements .
4e de couv :
"Le 16 juillet 1994 dans la région de Manchester, Julie Rouane, dix-sept ans, prétexte un rendez-vous avec une copine pour s'absenter du domicile familial… et disparaît pendant plus de vingt ans. Longtemps après l'abandon de l'enquête par la police, faute d'indices concrets — Raymond Rouane, persuadé que sa fille est toujours vivante, continue à explorer seul toutes les pistes possibles. En vain. La mère de Julie et sa soeur cadette, Selena, tentent elles aussi de faire front, chacune à leur manière. Puis un soir, Julie refait surface à l'improviste. Alors qu'on avait soupçonné que l'adolescente ait pu être enlevée et assassinée — un homme de la région ayant avoué plusieurs meurtres de femmes —, l'histoire que Julie raconte à Selena est tout à fait différente. Mais est-il possible de la croire ?"
L'histoire est racontée par Selena, la jeune soeur de Julie. Lorsque Julie lui téléphone, cela fait vingt ans qu'elle a "disparu". Tout le monde la croit morte, sauf leur père, qui finira par, de l'avis des proches, tomber dans la folie puis mourra d'une crise cardiaque, deux ans avant le "coup de fil". Lorsque Selena pose une ou deux questions pour démasquer celle qui l'appelle, elle tombe des nues : seule sa soeur pouvait répondre à ces questions, venant de leurs secrets d'enfance. Elles se voient dans un café, se reconnaissent, mais restent méfiantes l'une comme l'autre : si Julie est là est vivante, que s'est-il donc passé ? Mais Julie ne veut pas répondre, pas encore :"De toutes façons tu ne me croiras pas", dit-elle à Selena. "Et ne dit rien à Maman. Pas maintenant."
Selena, très perturbée, rentre chez elle où elle a conservé tous les cartons de son père, ses dossiers de recherches, des coupures de journal, et les carnets intimes de Julie qu'elle a récupérés, sans les lire, après la mort de son père.
Elle se rend compte que son père a fouillé dans toutes les directions : pédophiles, tueurs en série, hôpitaux psychiatriques, accidents, corps non identifiés, médiums, il a donné des interviews, a lu les histoires de filles restées captives des années, les syndrômes de fausse identité, les cold cases, et même les enlèvements par des extraterrestres. Elle lit aussi les journaux d'ado de Julie, sans y trouver grand chose, à part des brouillons pour des romans que voulait écrire sa soeur, fascinée qu'elle était par les "trous noirs" et les aliens.. mais rien sur un petit ami, une fugue en vue..
Peu à peu les soeurs se rencontrent, de plus en plus souvent, Julie est aide-soignante pas loin, Selena travaille en joaillerie... elles se racontent leur vie de tous les jours, puis Julie commence à raconter où elle était. Et là, c'est trop pour Selena. C'est juste inacceptable.  Incroyable. 

Chapitres entrecoupés de coupures de presse, de parties du journal de Julie recopiées, réflexions, de discussions entre les deux soeurs et la mère, Selena retrace toute leur enfance, leur famille, leur solitude. C'est remarquable, troublant, inquiétant, addictif, magnifique et précis.
Je vous le recommande, j'ai vraiment A-DO-RÉ. Et ce roman me laisse un souvenir troublant et durable...
Un conseil : passez le premier chapitre, celui du voisin, c'est absolument sans intérêt, et presque glauque...

La fracture - Nina Allan, ed Tristram, juin 2019, 403 pages




Lien : https://melieetleslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TheBookCarnival
  21 juin 2020
La fracture de Nina Allan, traduction de Bernard Sigaud, est un roman incroyable, aussi brillant qu'époustouflant. Un gros coup de coeur !
Julie Rouane a 17 ans quand elle disparaît un jour de juillet 1994. Sa mère ne prononcera plus son nom, son père continuera de croire qu'elle vit quelque part, jusqu'à ce qu'il finisse par mourir le coeur brisé par cette absence. Sa soeur cadette, Selena, essaiera de surmonter cette épreuve, de s'en tirer comme on dit, trouver un travail, une maison, ça c'est possible mais créer des liens affectifs c'est plus difficile, il y a comme un trou béant qui l'en empêche. Alors quand la raison de ce trou béant, sa soeur Julie, réapparaît vingt ans après, les repères de Selena vacillent totalement, surtout quand Julie va lui expliquer ce qui lui est arrivé...
Quel roman génial ! Voilà déjà tout simplement ce que je veux dire à propos de cette lecture d'une grande densité. Nina Allan nous livre un roman d'une grande originalité, richement construit. Elle nous emmène sur des chemins surprenants. Et, au risque de me répéter (désolée c'est l'enthousiasme qui veut ça), c'est génial. Franchement, j'ai trouvé ça osé et tellement bien pensé. À mi-chemin entre le thriller psychologique et l'objet littéraire non identifié, ce roman explore la force de nos croyances en ce qui peut paraître inexplicable. Je n'en dirais pas plus au risque d'en dire trop justement, car ce serait un réel gâchis. J'ai adoré la structure du récit, la qualité du texte, très recherché avec ces extraits de lettres, de journaux et de livres, tous imaginés par l'auteure. L'écriture aussi est travaillée et nous plonge dans l'atmosphère de mystère et de doute qui enveloppe le roman.
La fracture est un roman exceptionnel qui nous emmène sur des chemins inattendus. J'adore ce genre de livres et c'est pour ça que celui-ci rejoint les pépites de ma bibliothèque et que je souhaite à présent lire tous les autres romans de cette auteure à la créativité sans limite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lysslec
  09 octobre 2019
J'ai débuté la lecture de ce roman sans rien n'avoir lu de l'auteure auparavant ni rien savoir de son style d'écriture. La surprise n'en fut que plus agréable à la lecture de ce roman unique en son genre.
Le récit débute sur une disparition. La disparition d'une jeune fille, 17 ans, habitant à Manchester. Très vite les recherches s'organisent sans que la jeune fille ne soit retrouvée. Plus de vingt ans après, elle semble pourtant réapparaître dans la vie de sa soeur cadette avec une histoire invraisemblable pour expliquer ses vingt ans d'absence.
Ce roman de Nina Allan est très déroutant et bascule aisément d'un genre à l'autre, oscillant entre le drame familial et le récit de science-fiction. Nina Allan excelle dans l'un ou l'autre de ces genres et bien qu'on ne soit pas forcément habitués à voir se côtoyer au sein d'un même ouvrage deux thématiques très différentes, l'écriture très fluide rend le tout très naturel et particulièrement agréable à lire. L'aspect très réaliste des passages de science-fiction ajoute à l'harmonie de l'ensemble (l'auteure va jusqu'à insérer des citations de livres sur l'histoire de la planète fictive de Tristane sur laquelle se déroule une partie du récit).
J'ai été particulièrement touchée par le personnage de la plus jeune soeur, Selena, qui tente de démêler le vrai du faux dans la réapparition soudaine de sa soeur aînée. le propos général du roman tient, il me semble, dans le questionnement de la notion de vérité. L'auteure laisse le choix au lecteur de se faire sa propre opinion du drame survenu, sans donner de réponse définitive.
En bref, un excellent roman, à la fois surprenant et touchant.
Merci aux éditions Tristram pour l'envoi de ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (5)
Bibliobs   04 décembre 2019
Roman d’une rare densité, « la Fracture » emprunte, dans un style propre à l’auteur, aux rêveries topographiques de Tolkien (les descriptions de Tristane), mais ses visions démentes et fantastiques forment le décor – c’est toute la force du livre – d’une envoûtante peinture de la vie d’aujourd’hui.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   03 décembre 2019
L’auteur anglaise imagine le retour d’une adolescente disparue depuis vingt ans. Un roman brillant emprunt de philosophie et de science-fiction.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Liberation   14 octobre 2019
Le titre du roman désigne à la fois ces failles que creuse l’absence d’êtres chers, surtout lorsqu’elle est inexpliquée, et l’interstice spatio-temporel dans lequel n’importe qui peut se glisser. La romancière joue avec brio sur la perception du réel, sur les blessures familiales, et rend troublant le vertige émotionnel de ses personnages.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeMonde   10 septembre 2019
Avec La Fracture, prix British Science Fiction 2017, Nina Allan ­livre un fascinant récit alternatif, combinant plusieurs régimes d’écriture afin de fusionner réalisme et fantastique.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeSoir   02 septembre 2019
Avec « La fracture », Nina Allan explore l’altération de la réalité et de la mémoire. Un roman mystérieux, subtil et captivant.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   11 septembre 2019
« Allô ? » dit Selena. Elle pressa l’écouteur contre son oreille et guetta le sifflement familier qui confirmerait que l’appel était traité par un standard automatisé. Laurie lui avait une fois qu’elle raccrochait toujours brutalement quand elle entendait cette tonalité, qu’elle n’attendait même pas qu’on lui parle, mais Selena qui avait pitié de la personne à l’autre bout du fil, ne pouvait jamais s’y résoudre. Elle se demandait combien de fois par jour les employées du centre d’appel se faisaient insulter, en moyenne. Laurie avait déjà travaillé dans un centre d’appel. Selena aurait cru que ça la rendrait plus compatissante, mais apparemment ce n’était pas le cas.
« Selena ? »
Cette voix ! Le cœur de Selena s’emballa, comme si elle avait été surprise en train d’espionner une conversation.
L’interlocutrice n’était pas Vanja – elle le comprit immédiatement -, mais elle la reconnut tout de même, ou du moins elle le pensa. Cette voix, elle la connaissait. La voix de quelqu’un qui revient de loin, se dit-elle. Un écho montant à travers les brumes du temps, un souvenir qu’on n’arrive pas tout à fait à saisir, mais qui tourne en rond dans votre tête comme un fantôme captif. Elle.
Les vapeurs de la bière se dissipèrent presque instantanément et s’envolèrent à tire-d’aile comme une troupe d’étourneaux, laissant la surface de son esprit vulnérable et exposée, rose et à vif, telle la peau tendre, nouvellement formée, qu’on trouve sous une croûte.
Qui était-ce ? Selena savait très bien qui c’était, mais sans le savoir. Comme lorsqu’on tombe par hasard sur une connaissance en dehors d’un contexte familier et qu’on n’arrive pas – mais vraiment pas – à mettre un nom sur son visage.
Or l’interlocutrice connaissait son prénom, elle l’avait prononcé. Selena hésita. Elle appuya sa tête contre le mur près du téléphone. Elle songea à dire « faux numéro » et à raccrocher le combiné. L’idée était tentante mais, en dernière analyse, sans intérêt : cette personne – peu importe qui elle était – rappellerait, tout simplement. « Allô » répéta-t-elle. Elle espérait que la demandeuse dise autre chose, lui donne un indice.
« Selena, c’est Julie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   11 septembre 2019
Selena se lia d’amitié avec Stephen Dent l’été d’avant l’été où Julie disparut. Stephen Dent habitait sur Sandy Lane, à quatre ou cinq maisons de là où habitaient Selena, Julie et leurs parents. Il enseignait les mathématiques dans un lycée catholique, Carmel College, mais Selena ne le sut que plus tard. La première fois qu’elle vit Stephen, il descendait d’un bus. Elle le remarqua à cause de ce qu’il portait : un seau en plastique transparent avec un gros poisson orange qui nageait dedans. Selena regarda l’homme entrer dans sa maison, puis elle entra chez elle. Deux jours plus tard, elle le revit ; il achetait un paquet de nouilles chinoises précuites dans la supérette Spar en bas de Pepper Street. Selena s’y trouvait avec sa sœur Julie. Julie achetait un rouge à lèvres brillant et Selena un magazine de mode pour adolescentes, mais elles cherchaient surtout un prétexte pour sortir de la maison. L’été de Stephen Dent fut aussi l’été où les parents de Selena faillirent se séparer. Julie et Selena n’étaient pas censées le savoir, mais ce n’était pas difficile à deviner, pas tellement à cause des éclats de voix, mais surtout à cause des silences qui retombaient quand les scènes de ménage étaient terminées. Les deux sœurs supposaient que c’était leur père qui avait une liaison. Tout au long de l’hiver et du printemps, elles avaient eu de longues discussions sur l’identité de la personne avec qui il découchait, sans parvenir à la moindre conclusion définitive, et ce n’est que bien des mois plus tard qu’elles découvrirent que ce n’était pas Raymond Rouane qui était sorti du droit chemin, mais Margery.
Pour Selena, la chose la plus mémorable de cette période fut qu’elle et Julie furent à nouveau proches, presque aussi proches qu’elles l’avaient été quand elles étaient plus jeunes – elles gloussaient et chuchotaient dans les coins et trouvaient tous les prétextes imaginables pour être seules l’une avec l’autre. Selena était ravie de cette évolution, presque au point de remercier secrètement la catastrophe qui l’avait suscitée. Elle avait ressenti l’éloignement de Julie non seulement comme une perte, mais aussi comme une punition. Le retour d’affection de sa sœur était comme un miracle.
Encore que cela ne dura pas. Mais pendant la première moitié de ce dernier été elles restèrent collées comme deux sangsues, unies comme larrons en foire, comme deux conspiratrices. Les souvenirs coulaient encore à flots dans l’esprit de Selena : les odeurs du macadam cuit et des pelouses craquelées, le calme particulier de ces soirées, les lambeaux mauves de crépuscule qui se rassemblaient à l’embouchure des ruelles et au seuil des magasins lorsque la nuit commençait à tomber, les relents charbonneux des barbecues des voisins. Ni leur père, ni leur mère ne semblaient se préoccuper de l’heure à laquelle elles rentraient la nuit, ni même s’apercevoir qu’elles étaient sorties avant qu’elles soient revenues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fertiti65fertiti65   04 juillet 2020
Les montres et les bijoux exposés étaient tous dépourvus d'étiquette, et Selena se rappela ce que sa tante Miriam lui avait dit un jour : si tu as besoin de demander le prix, c'est probablement trop cher pour toi.
Commenter  J’apprécie          200
fertiti65fertiti65   05 juillet 2020
Je sentais que je piquais un fard, et que ça ne s'arrangeait pas, un vrai feu rouge, quoi, alors j'ai carrément continué de la serrer dans mes bras en espérant que la rougeur diminue et qu'elle ne remarque rien.
Commenter  J’apprécie          140
fertiti65fertiti65   05 juillet 2020
Elle ferma les yeux et imagina sa colère se déployant au-dessus d'elle comme un parachute, comme une grosse corolle rouge, comme le pavillon d'un vieux gramophone, mais en beaucoup, beaucoup plus gros.
Comme une tonitruante corne de brume.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Nina Allan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nina Allan
[PENSEZ A ACTIVER LES SOUS-TITRES]
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l'actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
Ah, les fêtes de fin d'année ! le moment idéal pour replonger en enfance. Ca tombe bien, ce mois-ci on vous emmène à la rencontre de Jeff Kinney, l'auteur jeunesse américain traduit dans plus de 60 langues, qui a vendu près de 250 millions d'exemplaires de son ‘Journal d'un dégonflé' (Seuil Jeunesse). Nous avons pu le rencontrer et lui poser quelques questions à l'occasion de son passage à Paris, où il a donné un spectacle devant des centaines d'ados surexcités. On en aussi profité, bien sûr, pour demander leur avis à quelques collégiens invités.
C'est aussi l'heure des bilans de 2019, avec non seulement le classement des 19 livres les plus populaires sur Babelio, mais aussi le top des coups de coeur de l'équipe ! On vous laisse découvrir tout ça dans cette longue vidéo…
0:15 Reportage lors du spectacle de Jeff Kinney au théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris, le lundi 9 décembre Jeff Kinney sur Babelio : https://www.babelio.com/auteur/Jeff-Kinney/57630
6:05 Les 19 livres les plus populaires de 2019 L'article avec le classement à retrouver sur le blog : https://babelio.wordpress.com/2019/12/19/ou-lon-vous-presente-les-19-livres-les-plus-populaires-de-lannee-2019/
9:04 Les coups de coeur 2019 de l'équipe de Babelio
Pierre Krause : ‘George Orwell' de Pierre Christin et Sébastien Verdier (Dargaud) https://www.babelio.com/livres/Christin-George-Orwell/1057360
Maïlys : ‘La Fracture' de Nina Allan (Tristram) https://www.babelio.com/livres/Allan-La-fracture/1153808
Nathan : ‘Cent ans' de Heike Faller et Valerio Vidali (Seuil Jeunesse et éditions du Sous-sol) https://www.babelio.com/livres/Faller-100-ans-Tout-ce-que-tu-apprendras-dans-la-vie/1162523
Nicolas : ‘Borgo Vecchio' de Giosuè Calaciura (Notabilia) https://www.babelio.com/livres/Calaciura-Borgo-Vecchio/1149501
Octavia : ‘Ceux que je suis' d'Olivier Dorchamps (Finitude) https://www.babelio.com/livres/Dorchamps-Ceux-que-je-suis/1156209
Charlotte : ‘Le Bateau de Thésée' de Toshiya Higashimoto (Vega) https://www.babelio.com/livres/Higashimoto-Le-Bateau-de-Thesee-tome-1/1143568 ‘BL Métamorphose' de Kaori Tsurutani (Ki-Oon) https://www.babelio.com/livres/Tsurutani-BL-Metamorphose-tome-1/1148072
Guillaume : ‘Number 5' de Taiyou Matsumoto (Kana) https://www.babelio.com/livres/Matsumoto-Number-5-Integrale-tome-1/1117557
Pierre Fremaux : ‘Montagnes d'une vie' de Walter Bonatti (J'ai Lu) https://www.babelio.com/livres/Bonatti-Montagnes-dune-vie/55567
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : enlèvementVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..