AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221093078
309 pages
Éditeur : Robert Laffont (30/11/-1)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Retour d'un ministre en vue sur ses trois années passées au ministère de l’éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie. Dans ce recueil d'entretiens avec le journaliste Laurent Joffrin, Claude Allègre évoque ses souvenirs sans langue de bois, d'homme à homme.

Et le témoignage est riche : il nous plonge dans une chronique au jour le jour de l'activité d'un gouvernement et dans les affres du pouvoir. Retourné dans l'ombre, l'ex-ministre s'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LydiaB
  23 mai 2013
Claude Allègre, vous le connaissez... Ce fut le Ministre de l'Education Nationale le plus décrié, celui qui avait voulu "dégraisser le mammouth". Mais on ne touche pas impunément cette institution !

Quelques mois après son éviction, en 2000, l'ex-ministre parle. Il s'entretient avec le journaliste Laurent Joffrin sans aucune amertume. S'il ne cache pas qu'il a fait des erreurs, il révèle également le rôle qu'a pu jouer un certain syndicat pour déformer les actions qu'il voulait mener et les faire passer pour des actes dignes de Satan.

Je dois avouer que je fus, à l'époque, farouchement opposée à ce ministre. Treize ans plus tard, rien ne bouge. L'Education Nationale est toujours encroûtée dans une administration innommable, dans un jargon qu'elle seule peut comprendre... Il est certain qu'il faudrait faire quelque chose, passer à la vitesse supérieure... Allègre n'avait pas forcément tort sur toute la ligne...

Le livre est plaisant à lire car il n'y a aucun pédantisme.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4016
lecassin
  22 décembre 2011
Quatre mois après avoir quitté le poste de la rue de Grenelle, Claude Allègre parle. Il dit aujourd'hui tout ce qu'il ne pouvait pas dire en tant que membre du gouvernement ; concernant l'éducation en France, les coulisses de la vie politique, l'envers du décors de la "gauche plurielle", l'irrésistible ascension de son ami Lionel Jospin...
Sous la forme d'entretiens avec Laurent Joffrin, Claude Allégre se livre et règle ses comptes avec « le mammouth » - qu'il conviendrait mieux de nommer dinosaure - qui selon lui, et malgré la conscience professionnelle de la grande majorité des profs, paralyse toutes les initiatives et pénalise les élèves englué qu'il est dans un corporatisme suranné et un syndicalisme ultra-conservateur.
Claude allègre victime d'un complot qui a contraint Lionel Jospin, alors premier ministre, à se séparer de sa personne ? Il y croit, en tout cas.
Il reste que cet ouvrage constitue le témoignage d'un homme, certes blessé, mais qui n'en conserve pas moins une réelle faculté d'analyse, en scientifique qu'il est … Et une toute aussi réelle faculté d'indignation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLET
  15 décembre 2017
Le « Mammouth », que Claude Allègre préférerait qualifier de « Dinosaure » est en plein marasme depuis bien des décennies. Effectifs d'enseignants en constante augmentation alors que le nombre d'élève est en baisse. Eternelle revendication de « plus de moyens », c'est-à-dire de plus de postes alors que l'enseignement ne fait que se dégrader. Co-gestion avec des syndicats corporatistes et ne représentant qu'eux-mêmes. Haute administration arque-boutée sur ses privilèges. Manque d'ouverture sur le monde et sur l'entreprise. Et, entre autres, utilisation d'un jargon abscons digne du pire volapük avec ces fameux « apprenants en situation de maîtrise d'un référentiel bondissant » pour parler d'élèves jouant au ballon… Autant de chantiers titanesques, de travaux d'Hercule auquel le ministre tenta de s'atteler avec les maigres résultats que l'on connait.
« Toute vérité est bonne à dire » est un livre d'entretiens menés par le journaliste Laurent Joffrin. Claude Allègre profite de l'exercice pour expliquer sa démarche. Il aurait pu se contenter d'être un bon gros ministre sympa qui n'aurait rien fait du tout. Il s'est retroussé les manches, a affronté vaillamment le terrible SNES et a récolté une réputation détestable dans le milieu enseignant. Son bilan n'est qu'à moitié convaincant même si lui est persuadé d'avoir pleinement réussi dans sa tâche réformatrice. Il n'en demeure pas moins que le recul du temps démontre que malgré tous ces beaux efforts, les problèmes n'ont fait que croître et embellir. le livre demeure néanmoins intéressant, car le diagnostic est assez exact. Allègre ne pratique pas la langue de bois. le tableau qu'il dresse des coulisses du ministère n'a rien de rassurant quant aux pratiques des éléphants du parti socialistes avec leurs tendances, leurs courants, leurs motions et leurs intrigues, elles sont carrément dignes du panier de crabes. le lecteur comprendra mieux comment tous ces politicards purent tomber de Jospin en Hollande pour en arriver au catastrophique Hamon. Ouvrage à lire à titre de document historique sans grande tenue. Les niaiseries sur la démocratie et sur la construction européenne marquant les limites de l'exercice de vérité.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   23 mai 2013
A la fin de la visite, je dis : "Bon, c'est bien, qu'il y a beaucoup d'intervenants, c'est bien" ; et là-dessus la directrice intervient et me dit : "Mais, monsieur le Ministre, je vous rassure, l'unicité du référentiel est respectée." Ça voulait dire qu'il y avait un maître principal. Ou bien je vais visiter un collège et l'un des inspecteurs qui m'accompagnent dit aux profs : "En somme, vous appliquez une pédagogie d'isomorphisme."

L.J : Qu'est-ce que ça veut dire ?

C.A : Je n'ai pas osé poser la question, j'ai eu peur de passer pour un imbécile !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
lecassinlecassin   22 décembre 2011
C'est un volapük ! Dans l’Éducation nationale, on ne parle pas français, on parle "ednat". Une langue dont je connais désormais un peu du vocabulaire mais dont je ne maîtrise pas les subtilités. Le sommet, ce sont certains cours des IUFM. On parle par exemple du "référentiel bondissant" : c'est un ballon. Dans une leçon de pédagogie, on a pu écrire qu'il faut toujours garder en cohérence le système de coordonnées personnelles et le référentiel bondissant. Ça veut dire : en foot ou en basket, il faut savoir où est le ballon.
De même j'ai lu : "Fâché de ne pouvoir exprimer ses potentialités de manière interne, Nicolas s'investit dans l'espace extérieur." Ça veut dire : Nicolas s’embête en classe, il regarde par la fenêtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLETBVIALLET   15 décembre 2017
Il y a maintenant 1200 mises à disposition syndicales à l’Education nationale. On a créé une bureaucratie syndicale qui s’est progressivement plus soucié d’elle-même que de l’intérêt général.
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   22 décembre 2011
J'aurais pu être un bon gros ministre sympathique dont on aurait dit : "C'est un bon ministre de l’Éducation, il ne fait rien."
Commenter  J’apprécie          10
BVIALLETBVIALLET   15 décembre 2017
Les mauvais profs constituent 15% des effectifs, mais plus de 40% des instances syndicales. 
Commenter  J’apprécie          10

>France : histoire>20e siècle>Cinquième République: 1958- (87)
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox