AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Carmen Durand (Autre)Claude Durand (Traducteur)
ISBN : 2253041750
Éditeur : Le Livre de Poche (01/05/1987)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 153 notes)
Résumé :
Irène, fille de bourgeois, est la maîtresse de son fiancé de toujours, le beau capitaine Gustavo Morante. Journaliste, elle noue avec Francisco, fils d'émigrants rescapés de la guerre civile espagnole, qui travaille avec elle comme photographe, une relation d'amitié complice. Mais Irène et Francisco vont se trouver incidemment à l'origine de la révélation d'un de ces massacres politiques dont abondent les annales des dictatures d'Amérique du Sud. La répression se to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
andman
  09 mars 2014
La dictature militaire a sévi dans la quasi-totalité des pays sud-américains durant la seconde moitié du XXe siècle.
Coopérèrent à un terrorisme d'Etat à grande échelle : Banzer Suárez en Bolivie, Bordaberry en Uruguay, Pinochet au Chili, Stroessner au Paraguay, Videla en Argentine (liste non exhaustive).
Une entente secrète entre ces tyrans visant à éliminer les opposants, appelée opération Condor, a maintenu pendant des décennies l'Amérique du Sud toute entière sous un régime de terreur.
La principale puissance nord-américaine, préoccupée à déplacer ses pièces sur l'échiquier de la Guerre Froide, s'est longtemps accommodée de ces régimes sanguinaires qui abhorraient les idéaux communistes.
D'amour et d'ombre”, publié par Isabel Allende en 1984, se déroule dans l'un de ces pays où l'arbitraire fait loi. Laissant à dessein planer le doute sur l'identité du pays où se déroule le roman, l'auteure chilienne met en lumière le drame de tout un continent.
Comment ne pas penser à ces femmes, le visage encadré par l'emblématique foulard blanc portant l'inscription "apparition en vie des disparus", qui chaque jeudi défilaient dans le centre de Buenos Aires, les portraits de leurs proches suspendus autour du cou ? Ces Mères de la place de Mai ont eu l'audace, en 1977, de se mobiliser devant la Casa Rosada, le Palais présidentiel occupé alors par les militaires, au plus fort de la répression. Elles sont devenues aux yeux du monde le symbole de la résistance à l'oppression des peuples.
Dans tous ces pays, des femmes et des hommes ont refusé le joug de la dictature, souvent au péril de leur vie. La journaliste Irène Alcántara de Beltrán et le photographe Francisco Leal, les personnages principaux “D'amour et d'ombre”, sont dans le sillage de ces êtres d'exception.
Alors qu'ils recherchent une adolescente enlevée en pleine nuit par des militaires, Irène et Francisco découvrent un charnier humain dans une mine désaffectée. Ils réalisent immédiatement qu'ils ont entre les mains la preuve des atrocités de la junte au pouvoir et que leur vie à tous les deux est à un tournant.
Ces jeunes gens ne sont pas issus du même milieu social mais partagent une même conception de la liberté et de la justice. Conscients des risques encourus, ils choisissent néanmoins de divulguer les horribles clichés par le truchement d'une sommité ecclésiastique de confiance.
La passion fusionnelle qui au fil des chapitres grandit entre la belle Irène et le dévoué Francisco triomphera-t-elle d'une adversité sans cesse à leurs trousses ?
L'écriture d'Isabel Allende est toute en fluidité et la noirceur de l'intrigue est quelque peu atténuée par les touches d'humour glissées ici et là.
Les antécédents familiaux d'Irène et de Francisco, longuement décrits, permettent au lecteur de cerner au plus près les traits de caractère de la bourgeoise rebelle et du prolétaire psychologue.
De nombreux personnages secondaires gravitent autour des deux héros et apportent de la densité à leur histoire, émouvante de bout en bout.
D'amour et d'ombre” est le témoignage poignant d'une chilienne marquée dans sa jeunesse par l'histoire bien sombre de son pays, période aussi noire que les lunettes de ce sinistre général paradant au milieu de ses troupes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
missmolko1
  28 septembre 2014
Quatrième lecture de mon challenge le tour du monde, j'ai donc fait escale cette fois au Chili avec Isabel Allende. D'amour et d'ombre a été pour moi un vrai coup de coeur. C'est une lecture très prenante et dont on ne sort pas indemne. L'auteur parle des dictatures sud-américaine et nous offre ici un triste témoignage. Elle nous montre les luttes et les combats du peuple.
La première partie du roman est la pour présenter les personnages et mettre en place l'intrigue. On y rencontre une multitude de personnages et l'on se demande ou l'auteur veut nous emmener. Mais une fois que commence la seconde partie, toutes les pièces du puzzles s'emboîtent et l'intrigue commence vraiment. Les deux personnages principaux sont Irene, jeune journaliste issu de la bourgeoisie et Francisco qui l'accompagne comme photographe dans ses reportages. Ces deux la entretiennent une relation très fusionnelle et en partant pour faire un simple reportage, ils vont découvrir un secret d'état qui va mettre leur vie en danger.
On découvre l'horreur de la dictature, la censure, l'omniprésence de l'armée et les horreurs qu'elle commet... Rien n'est épargné au lecteur et la troisième partie est vraiment dure et triste.
C'est en tout cas un très beau témoignage qui nous montre le courage des hommes face au totalitarisme.
Et puis bien sur, je ne peux terminer cette critique sans parler de la plume d'Isabel Allende qui est magnifique. Ces romans nous font voyager grâce a ses descriptions de Amérique du Sud :
"Il se laissa également dévorer par la littérature et s'aventura avec fascination dans l'oeuvre des écrivains latino-américains, se rendant compte que lui-même vivait dans un pays miniature, une simple tache sur la carte, immergé dans un immense et prodigieux continent où le progrès ne faisait encore qu'arriver avec des siècles de retard : terre de cyclones et de séismes, de fleuves aussi larges que des mers, forêts si denses que la lumière du soleil ne peut y pénétrer, sol couvert d'un humus immémorial où se traînent des bêtes mythologiques et où vivent des êtres inchangés depuis la nuit des temps ; géographie sens dessus dessous où l'on naît avec une étoile au front emblème du merveilleux ; région enchantée de vertigineuses cordillères où l'air est aussi léger qu'un voile, déserts absolus, bois ombreux, vallées placides. Là s'étaient mêlées toutes les races dans le creuset de la violence : Indiens emplumés, voyageurs de lointaines républiques, nègres errants, Chinois débarqués en contrebande dans des cargaisons de pommes, Turcs et assimilés, filles de feu, frères prêcheurs, prophètes et tyrans, tous au coude à coude, les vivants comme les fantômes de ceux qui foulèrent au fil des siècles cette terre sanctifiée par tant de passions. Partout y sont chez eux les hommes et les femmes de l'Amérique, qu'ils souffrent et suent dans les champs de cannes, qu'ils grelottent de fièvre dans les mines de cuivre et d'argent, disparus sous les ondes à la pêche aux perles ou survivant envers et contre tout au fond des geôles. "

Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
AlexLiernais
  17 avril 2012
La quatrième de couverture dit ceci :
«Un roman solaire : Irène, fille d'une grande bourgeoise excentrique et déchue qui a transformé sa résidence en hospice de vieillards, noue avec Francisco, fils d'émigrants rescapés de la guerre civile espagnole, une relation d'amitié complice que l'épreuve transmue peu à peu en un amour indissoluble.
«Un roman des ténèbres : journaliste, Irène se trouve incidemment à l'origine de la révélation d'un des massacres politiques dont abondent les annales des dictatures d'Amérique du Sud. La répression se tourne alors contre elle, contre Francisco, manque plusieurs fois de les faire disparaitre et les condamne finalement à l'exil, nouveaux émigrants d'une nouvelle guerre civile...
«Passant sans cesse de l'ombre à la lumière et de l'amour à la terreur, ce second roman d'Isabel Allende fait vivre des dizaines de personnages pathétiques ou burlesques, de la jeune paysanne épileptique et faiseuse de miracles au général fantoche qui régit le pays depuis le bunker, du prêtre-ouvrier des bidonvilles à l'inventeur de la machine à cueillir des noix de coco, du clown à la retraite à l'officier tortionnaire, du vieil anarchiste impénitent au coiffeur pour dames homosexuel et résistant(...)»
Bien dit. Quelques remarques. Fantoche désigne une personne sans consistance ni volonté, qui est souvent l'instrument des autres, et qui ne mérite pas d'être prise au sérieux. le rédacteur du texte ci-dessous emporté par son lyrisme dérape quelque peu. Pinochet -car même s'il n'est pas nommé, il ne peut s'agir que de lui comme il s'agit du Chili- n'est certes pas présenté comme un personnage sympathique et n'apparaît que très peu. Lorsqu'il est mis en scène, c'est pour donner des ordres que l'on ne discute et qui ont la force de leur efficacité.
Face à la dictature toute puissante, I. Allende place comme seule force pouvant s'y opposer l'Église et particulièrement le Cardinal à qui Pinochet n'a pas l'air de vouloir vraiment se frotter (je vais me renseigner pour savoir s'il s'agit d'un personnage historique).
J'aimerais aussi mentionner un personnage particulièrement intéressant dont il n'a pas été fait mention dans la quatrième de couverture. S'il n'intervient que peu souvent, il plane sur tout le récit dans la mesure où il est le fiancé de Irène qu'il connaît depuis son enfance, à qui il est promis depuis cette époque et avec qui Irène vit une relation amoureuse avant de se rendre compte de son amour pour Francisco -prise de conscience de son amour jumelée à une prise de conscience politique. le capitaine Gustavo Morante apparaît d'abord comme un militaire brillant, sûr de lui, beau et bronzé, viril et tout. On peut croire qu'il est l'antithèse de Francisco (il le surnomme d'ailleurs le Fiancé de la Mort). Personnage simple et carré, l'auteur ne s'attarde guère sur lui. On le croit disparu après qu'Irène lui ait signifié qu'elle en aimait un autre et qu'elle ne l'épouserait donc pas. Il réagit sans furie pourtant le monde s'écroule autour de lui. Au moment où Irène git sur son lit d'hôpital criblée de balles, il réapparaît et voyant ainsi la femme de sa vie et les causes qui l'ont amenée là, se révolte. Ce qui est intéressant c'est qu'il ne vire pas sa cuti, mais qu'il se rend compte que sa vision de l'armée n'est pas la vision de tous ses membres. On entre alors dans ses pensées :
"Ces crimes ne pouvaient rester impunis, parce qu'alors toute la société foutrait le camp, et ça n'aurait eu aucun sens de prendre les armes pour déboulonner le gouvernement précédent en l'accusant d'illégitimité, si eux-mêmes se mêlaient d'exercer le pouvoir hors de toute loi et toute morale. Les responsables de ces irrégularités sont une poignée d'officiers qui doivent être châtiés, mais la pureté de notre Institution est intacte, Irène, il y a dans nos rangs beaucoup d'hommes comme moi, prêts à se battre pour la vérité (...)" pp. 338 & 339 (dans l'édition Fayard)
et cela continue du même tonneau. Il décide alors de renverser le gouvernement et évidemment se fait éliminer. Ce qui fait dire à Francisco : «S'il se trouve dans les rangs de l'Armée des hommes comme lui, (...), alors tout espoir n'est pas perdu.» Ce personnage permet de nuancer la vision certes juste, mais effroyable de l'armée représente par le lieutenant Ramirez, crapule parmi les salopards.
Dans l'ensemble, le roman, s'il est très bon, bourré d'humour, mais aussi de macabres, est moins «fou» que "La maison aux esprits". L'histoire est beaucoup plus ramassée dans le temps et l'unité en est plus grande, mais on y perd la richesse de l'éclatement du premier.
À propos de amour et ombre, bon, d'accord avec ce qui est dit plus haut, mais pas convaincu. Je noterais simplement cette phrase qui me semble éclairer le roman : «La peur est encore plus forte que l'amour et la haine» dit Irène, effrayée au poste de frontière lors de son exil avec Francisco.
Bref, il est évident que je m'en taperais bien un petit troisième. Peut-être pas tout de suite, mais...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Roggy
  14 août 2016
Les premiers chapitres font penser aux sagas de Gabriel Garcia Marquez, avec cet univers complètement à part peuplé de personnages forts mais un peu mystiques, d'envoûtements, de croyances fortement ancrées et de relations familiales compliquées.
Isabel Allende nous livre une oeuvre d'une belle puissance romanesque, plus retorse qu'elle n'en a l'air. Elle déconstruit le passé et l'héritage familial des personnages pour mettre de l'ordre dans les enjeux du présent, elle suit et exploite le fil de son intrigue. Les descriptions sonnent juste, la narration surprend, les sentiments sont parfois imprévisibles.
Comme dans la Maison aux esprits, les années de dictature, de répression et de terreur en Amérique du Sud l'ont profondément marquée et ici elle a intentionnellement négligé de nommer le pays où se passe son récit car cela aurait pu avoir lieu n'importe où dans ce continent marqué à fer et à sang par les disparitions de milliers de personnes englouties par la violence d'un régime où les hauts gradés corrompus règnaient impunis.
Les points de vue savamment mêlés varient au cours du récit et la plume merveilleuse d'Isabel Allende redonne espoir et fait revivre, le temps d'un roman, le souvenir de tous ceux qui ont péri dans l'enfer des dictatures militaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
stcyr04
  11 février 2017
A travers les destinés d'Irène et de Francesco, de leur famille, de leurs amis, de leur proches, Isabelle Allende donne voix au chapitre à tous ceux qui subirent le joug de la junte militaire au Chili.
Irène, jeune journaliste et fille de la bonne bourgeoisie chilienne a longtemps vécu dans l'ignorance de ce qui se passait dans son pays. Francesco, issu d'un milieu modeste d'immigrés espagnols ayant fuit le Caudillo, est un jeune homme dont l'expérience des abus quotidiens du régime a éveillé en lui la soif paternelle de vérité et de justice. Ces études de psychologie ne lui offrant guère de débouché, il est devenu photographe. Leur enquête mutuelle sur la disparition d'une jeune fille déséquilibrée les menant à la découverte d'un charnier, les dangers qu'ils vont courir et les persécutions qu'ils vont endurer va peu à peu les rapprocher; ce qui n'était que relation professionnelle, va vite se transformer en amitié, puis en amour.
L'auteure décrit la vie sous la dictature de Pinochet comme une illusion forcée pour la bourgeoisie et les classes dirigeantes et une réalité clandestine pour la partie déshéritée de la population. Le régime procède par des arrestations arbitraires, des assassinat d'opposants; les disparitions inexpliquées se multiplient, les morgues, ne pouvant plus faire face à l'influx ininterrompu de cadavres rendus impossible à identifier, défigurés qu'ils sont par la torture, sont débordées, et pour ceux qui sont suspectés d'avoir eu des activités syndicales, c'est la mort sociale par l'inactivité forcée, la mise au ban de la société par l'apposition de leur nom sur la liste des proscrits; les bidonvilles sont masqués à la vue de la population. Parallèlement la bourgeoisie vit dans une bulle, complètement à l'écart, dans des quartiers ultra sécurisés, abreuvée par les propos lénifiant d'une presse à la solde du pouvoir et des programmes télévisuels déconnectés de la réalité de leur pays.
Le père de l'auteure, diplomate, est le cousin du président Salvador Allende qui fut renversé par la junte militaire toujours au pouvoir lorsqu'elle écrivit le présent livre. D'amour et d'ombre est un roman militant, un témoignage de l'horreur de la dictature, important à ce titre. Néanmoins, j'en ai trouvé la prose quelconque, avec de trop nombreuses formules convenues; on sent que l'auteure demeure une femme de la haute bourgeoisie qui s'apitoie sur le malheur du bon peuple. Le livre aurait gagné en charge dramatique et émotionnelle s'il ne s'achevait pas sur une note de relatif espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
andmanandman   04 mars 2014
Il était capable de métamorphoser une femme d’aspect insignifiant en l’encadrant d’une coiffure vaporeuse et en recouvrant à l’artifice de cosmétiques savamment appliqués, mais, surtout, il était à même de pénétrer chacune de la certitude de son charme, car, en dernière instance, la beauté n’est rien d’autre qu’une façon d’être et de se tenir.
Commenter  J’apprécie          550
gorjussgorjuss   16 novembre 2013
//----Dédicace : ----//

Voici l’histoire d’une femme et
d’un homme qui s’aimèrent pleinement,
échappant ainsi à une existence commune.
Je l’ai portée dans ma mémoire avec soin,
pour lui éviter les atteintes du temps,
et ce n’est qu’aujourd’hui,
par les soirs paisibles de cet endroit du monde,
que je puis finalement la conter.
Je vais le faire pour eux, et pour d’autres
qui me confièrent leurs vies en me disant :
Tiens et écris, afin que le vent
ne l’emporte.

I.A.


//---- Titre original : De amor y de sombra----//

//---- Structure et Citations d'ouverture ----//

-- [Première Partie : UN NOUVEAU PRINTEMPS] --

Il n’est que l’amour avec sa science
pour nous rendre à une telle innocence.
VIOLETA PARA


-- [Deuxième Partie : LES OMBRES] --

La terre tiède encore garde les derniers secrets.
VICENTE HUIDOBRO


-- [Troisième Partie : DOUCE PATRIE] –

Je voyage avec notre sol et elles
continuent de vivre là-bas au loin
avec moi, les longitudinales essences
de ma patrie.
PABLO NERUDA
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gorjussgorjuss   08 novembre 2013
Les paysans devaient s'adapter à leur tour à l'économie de marché.

La terre et ses produits étaient entrés dans le jeu de la libre concurrence,
chacun prospérait en fonction de son rendement,
de son sens de l'initiative,
de son efficacité entrepreneuriale,
y compris les Indiens illettrés soumis au même sort,
avec cet énorme avantage pour ceux qui possédaient de l'argent
qu'ils pouvaient acheter pour une bouchée de pain
ou louer sur quatre-vingt-dix-neuf ans
les terres de paysans pauvres comme les Ranquileo.

Mais elle-même ne souhaitait pas quitter les lieux qui l'avaient vue naître
et où elle avait élevé ses enfants
pour aller habiter un de ces hameaux agricoles d'un nouveau genre.

Là, les propriétaires venaient ramasser chaque matin
la main-d’œuvre nécessaire, s'épargnant ainsi tous les problèmes
avec des employés à demeure.

Cela faisait comme un îlot de pauvreté à l'intérieur de la pauvreté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lisette2611Lisette2611   12 février 2013
Il ferma les paupières et l'attira à lui, cherchant ses lèvres, les ouvrant d'un baiser chargé de promesses d'absolu, convergence de tous les espoirs, un long et chaud et humide baiser, défi à la mort, caresse et feu, soupir et gémissement et sanglot d'amour. Il fouilla sa bouche, but sa salive, respira son souffle, disposé à prolonger cet instant jusqu'à la fin de ses jours, ballotés par l'ouragan de ses sentiments, convaincu de n'avoir vécu jusque-là que pour cette nuit miraculeuse où il allait s'immerger à jamais dans la plus profonde intimité de cette femme. Irène, de miel et d'ombre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
RoggyRoggy   15 août 2016
Dans la tête de Morante, les mots de Francisco entraient en collision avec ceux qu'on lui avait inculqués pendant ses classes. Pour la première fois il se retrouvait du côté des victimes du régime et non plu parmi ceux qui exerçaient le pouvoir absolu, et il lui était donné d'en souffrir là où la blessure était la plus cruelle, en personne de cette fille adorée, immobile entre ses draps, dont le spectacle mettait son âme en branle comme une cloche sonnant le glas. Pas un seul instant de toute sa vie il n'avait cessé de la chérir et jamais il ne l'avait aimée comme à ce moment, alors qu'il l'avait déjà perdue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Isabel Allende (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabel Allende
La Maison aux esprits (The House of the Spirits), un film dramatique de Bille August réalisé en 1993, adapté du roman homonyme d'Isabel Allende, publié en 1982. Avec Meryl Streep, Glenn Close, Jeremy Irons. Bande-annonce.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature chilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
247 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre
.. ..