AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782283027325
160 pages
Buchet-Chastel (06/02/2014)
2.89/5   9 notes
Résumé :
Deux personnages, un homme et une femme. Une action, ils fêtent leur anniversaire de mariage. Un temps, celui d’un dîner. Un lieu, Le Parc des saveurs, restaurant branché.


Un téléphone portable, dans le rôle de l’inséparable suivante, donne la réplique. Complice ou traîtresse, la petite boîte noire met son grain de sel dans la conversation. Elle charme l’un, exaspère l’autre. Et les trompe tous les deux.


Corps à corps fe... >Voir plus
Que lire après Mobile de RuptureVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Régis et Sibylle fêtent leur anniversaire de mariage dans le restaurant branché où ils ont dîné ensemble la première fois. le Parc aux saveurs est en effet un restaurant très chic où la valse des serveurs est un ballet rôdé… peut-être un peu trop d'ailleurs. Dans ce cadre tout de même idyllique, nous suivons les deux personnages, des amuse-bouche au dessert. Régis est à la pointe de la technologie et arbore avec fierté le dernier né des téléphones portables, le All-in-one numéro 8. Alors qu'il répond un nombre incalculable de fois à la sirène de son engin ultra technologique, sa femme Sybille se plonge dans ses souvenirs…
Le parallèle entre les deux personnages est total tout comme leur incommunicabilité. Grâce à son All-in-one, Régis parle pratiquement tout le long du repas à sa fille Laure, totalement immature. Il ne s'aperçoit pas que sa femme rentre en elle-même (« s'encabane ») et retrace sa vie. Elle pense notamment à son parrain, François Duclos qui avant de mourir, lui a léguée une maison. Elle repense aussi à sa première rencontre avec Régis. Tout cela est ponctué par la ronde des serveurs qui rivalisent de flagornerie pour présenter des plats dont les noms frisent un snobisme ridicule.
Chaque grand moment du repas (les mises en bouche, le menu, l'entrée, le plat de résistance, etc.) est précédé en début de chapitre d'une citation bien sentie :
Exemple : Pour le menu : « Un repas est insipide s'il n'est assaisonné d'un brin de folie » Erasme
Pour l'entrée : « Un Anglais a dit que le mariage est un long repas terne où le dessert est servi en premier. » Julian Barnes
Pour le plat de résistance : « Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents. » Jules Jouy
Pour les desserts : « Abréger son souper, c'est allonger sa vie ». Benjamin Franklin
Pour l'addition : « La vie est assez facile à définir dans son ensemble : une interminable addition de soustractions ». Jacques Sternberg.
Un roman qui frôle la pièce de théâtre avec ses moments clés, ses temps morts, ses personnages parfois caricaturaux et son coup de théâtre…
A lire avec plaisir.

Sabine (Poissy)
Commenter  J’apprécie          70
La scène se déroule dans un restaurant huppé. Sibylle et Régis fêtent leur anniversaire de mariage. Pendant que Régis est serein et dialogue avec All-in-One, son portable dernier cri, Sibylle rumine. Il faut dire qu'elle en a assez des mascarades qui tournent autour d'elle (la valse des serveurs, l'attachement infaillible de son mari envers son téléphone et sa fille chérie,…) et elle ressasse des événements passés qui ont marqué sa vie, et surtout ses origines qui continuent de la hanter.
L'héroïne porte très bien son nom. Il suffit d'en croire la signification de l'adjectif qui en découle, et qui signifie énigmatique, au sens obscur. C'est tout l'objet du roman : la découverte des origines véritables de Sibylle.
Retour aux sources de ses interrogations.
Sybille a grandi presque sans affection. Elle a toujours été obnubilée par ce parrain qu'on lui a donné, et qui disparut très vite de la circulation (c'est le cas de le dire…) Quelle ne fut pas sa surprise quand elle reçut il y a maintenant quelques années des nouvelles de ce parrain, par le biais d'un héritage insoupçonné : une vieille bâtisse. C'est ainsi qu'elle fit la connaissance de son futur mari, spécialisé dans les meubles anciens. Et c'est là aussi qu'elle trouva la réponse à toutes ses questions, qui en firent découler encore bien d'autres. Tout au long du repas, elle va souhaiter secrètement que Régis lui demande ce qui ne va pas, et espère même qu'il peut trouver tout seul la raison de ce désarroi si flagrant. Mais il n'en est rien, l'attention ne se porte pas sur elle mais sur l'engin vrombissant sur la nappe…
Je dois dire que je m'attendais à un tout autre roman ; la 1ère et la 4è de couverture sont plutôt trompeuses. Je pensais trouver une histoire plutôt rythmée, presque théâtrale, avec dans les rôles principaux, un mari gonflé et égoïste, un téléphone trop zélé et une femme excédée. En fait, il n'en est rien. Certes le téléphone joue un rôle dans l'histoire, mais pas tant que je ne l'aurais pensé. Passée cette petite surprise, j'ai aimé suivre le personnage de Sybille bien que certains épisodes de sa vie m'aient moins captivée. J'ai surtout aimé la plume de Cookie Allez : ses phrases sont très justes et pleines de bon sens, nous donnant à voir le monde d'un oeil narquois et malicieux.
Merci à Babelio et aux éditions Buchet-Chastel pour la découverte de ce roman dans le cadre de l'opération Masse Critique.
Commenter  J’apprécie          50
Que dire de ce livre ? Reçu pour la masse critique de janvier après l'avoir choisi : OK.

Pourquoi je l'ai choisi : le résumé me semblait drôle. L'histoire d'un dîner avec un invité impromptu, le téléphone portable ou plus exactement le smartphone !

Je m'attendais à une histoire de malentendus, de quiproquos, de messages ambigus conduisant à des mauvaises interprétations...

Mais quelle erreur !!

"Mobile de rupture" est en fait l'histoire d'un dîner d'anniversaire de mariage où le couple ne se parle quasiment pas.
Le mari est sans cesse en train de tripoter son téléphone, tandis que la femme ressasse son passé. Et c'est de son point de vue à elle que l'on suit l'histoire. Non pas que le récit soit écrit à la première personne du singulier,
mais au lieu d'assister à un diner, nous lecteurs devons suivre l'introspection d'une femme malheureuse.
Quel ennui !

Alors oui, elle n'est pas heureuse en ménage, se pose des questions mais était-ce la peine de nous faire vivre ce moment/dîner interminable et sans saveur ?

A certains moments elle essaye de se détendre et de détendre l'atmosphère pesante mais ça ne fonctionne pas (du moins pour moi).
Exemple :

" - Je me tourne d'autant plus que je suis déjà toute retournée par ce que j'entends ! Si le chef n'oublie pas ses petts légumes, je vote pour le petit turbotin du petit bateau, drapé dans sa coquette petite sauce. Et justement , ça tombe bien, je le préfère quand il est juste cuit... Je ne sais pas pourquoi, je suis comme ça : moi, j'aime ce qui est petit mais, par dessus tout, j'aime ce sonne juste !
Elle n'a pas pu s'empêcher de glisser une vanne."

Ah bon ? Une vanne ? Je l'ai pas vu passé celle-là ! Alors peut-être que c'était une blague de cuisine et dans ce domaine je suis nulle...
Ou bien, vu que l'héroïne est une rédactrice, elle aime jouer avec les mots, mais là encore je n'ai pas compris la subtilité du propos.

Bon, vous l'aurez compris, je n'ai pas du tout aimé ce roman et j'étais bien contente d'arriver à la fin !
Je m'attendais à de l'humour et je suis tombée sur une introspection rivalisant avec de la déprime.
Coup d'éclat à la fin du dîner, qui était certainement nécessaire pour le personnage et qui nous libère de cette lecture.

Aucune étoile attribuée...
Commenter  J’apprécie          52
Régis et Sybille fêtent en ce soir du 23 septembre leur troisième anniversaire de mariage. Régis a choisi un restaurant à la mode et donc très cher, le parc aux saveurs, lieu de leur premier rendez-vous. Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, si All-in-one, le tout dernier Smartphone de Régis, n'était pas posé bien en évidence sur la table.

Sybille déteste ces bijoux technologiques qui vibrent, sonnent, sifflent à tout bout de champ et dont son mari ne se passe jamais, même pour un dîner en tête-à-tête. Cet invité impromptu permettra toutefois à la jeune femme de s'évader et de se souvenir de leur rencontre cinq en plus tôt mais aussi de ressasser une histoire d'héritage et d'un mensonge sur ses origines.

Le dîner va s'écouler sans que les deux époux ne s'échangent plus que quelques paroles, elle se mure dans le silence, et lui se révèle trop occupé à s'écouter parler, à admirer le décor et à dialoguer avec sa grande fille, Laure, artiste peintre en devenir, qui n'arrête pas de l'appeler et de lui envoyer des sms.

Pour tout vous dire, en empruntant Mobile de rupture, je m'attendais à une comédie grinçante faite de quiproquos et de malentendus, malheureusement j'en ai eu pour mes frais, ce roman est d'un tel ennui, que je l'ai fini en diagonale parce que je n'aime pas abandonner mes lectures et parce que j'espérais que ça s'améliore à un moment donné, ce qui ne fut pas le cas.

Lire la suite...
Lien : http://deslivresdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          52
Roman reçu suite à une édition de masse critique. Merci à Babelio et à l'éditeur de m'avoir envoyé ce petit livre que j'avais choisi pour l'originalité de son résumé. Je trouvais impromptu que le portable, vissé à notre quotidien, puisse aujourd'hui s'immiscer dans un anniversaire de mariage.

Les premier chapitres sont agréables à lire, grâce à un vocabulaire un peu ampoulé mais terriblement charmant. Et puis vient l'ennui malheureusement. le huis clos manque clairement de rebondissements ou d'envolées. L'ensemble reste linéaire et sans grand relief. C'est bien dommage. Je n'ai même pas réussi à aller au bout tant il m'est tombé des mains...
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lexpress
01 avril 2014
Dans son sixième roman, Cookie Allez, tour à tour railleuse et grave, signe l'acte de décès d'une union minée par les malentendus, trop longtemps tus.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
S'il s'efforce de donner de l'importance à son babil, son regard le trahit : il a repéré le mobile de Régis et voudrait savoir si c'est bien le dernier, sorti sur le marché il y a moins de quinze jours. Un engin révolutionnaire, hybride, plus all in one que jamais. Un ustensile qui vous reconnait, qui vous parle et qui se met en quatre pour faire tout ce dont vous avez toujours rêvé sans oser y croire. Un MUST HAVE à se procurer de toute urgence.
Posologie: une injection toutes les deux minutes.
Commenter  J’apprécie          30
De toute façon, sertie dans une matière solide, anti-rayure, oléophobique et revêtue d'une armature métallique, la bête est incapable de frétiller silencieusement ailleurs que dans une poche. Autant donner des consignes de discrétion à un chevalier en armure!
Commenter  J’apprécie          20
L'entrée
Un anglais a dit que le mariage est un long repas terne où le dessert est servi en premier.
Julian Barnes
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Cookie Allez (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cookie Allez
Cookie Allez parle de "Dominique" Partie 1
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (24) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3646 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}